« D. avait béni Avraham en toutes choses » (‘Hayé Sarah 24,1)

Que signifie : « bakol » (en toutes choses)?

1°/ Rachi nous fait remarquer que le mot bakol (בַּכֹּל) a une valeur numérique de 52, qui est la même que celle du mot : « ben » (בן), faisant allusion au fait qu’Avraham a eu un enfant.

<—>

2°/ La guémara (Baba Batra 16b) nous enseigne :
– selon certains, Avraham a eu une fille qui s’appelait : bakol.
[D. a gratifié Avraham d’une fille qui brillait positivement en tout (bakol).]

– selon Rabbi Méïr : il n’a pas eu une fille, mais un garçon.

Pourquoi est-ce une telle bénédiction de ne pas avoir une fille?
Le Rambam écrit dans une lettre que le fait d’avoir une fille entraîne des cheveux blancs à son père, car il s’inquiète de trouver le bon chiddou’h pour elle.

Le Ktav Sofer dit que ces 2 avis sont vrais (élou véélou divré Elokim ‘haïm).
Lorsque Its’hak est né, les gens affirmaient que son vrai père était Avimélé’h, puisque Avraham était trop âgé pour en être le père.
Hachem a alors béni Avraham d’une fille. En ayant une fille, bien après l’épisode avec Avimélé’h, il était apparent que Avraham pouvait avoir des enfants, et les gens ont alors cessé de dire que Avimélé’h était le père de Its’hak.

=> Avraham a nommé sa fille : bakol, qui a la même guématria que : ben (un garçon), car c’est grâce à sa fille que son fils a été authentifié comme étant le sien.
La fille d’Avraham est alors morte, faisant qu’il n’avait plus aucun soucis à son sujet.

<—>

-> « Avraham avait une fille du nom de Bakol » (guémara Baba Batra 16).
D’où nos Sages ont-ils conclu qu’Avraham avait aussi une fille, alors que cela n’est pas mentionnée dans la Torah?

Dans la guémara (Yébamot 6,6), il y a une discussion sur l’accomplissement de la mitsva d’avoir des enfants.
Selon la maison de Chamaï, il faut au moins 2 fils pour avoir accompli la mitsva, tandis que pour la maison d’Hillel, il faut un fils et une fille, comme il est écrit : « mâle et femelle Il les créa », et dans cette discussion la loi juive a été fixée selon la maison d’Hillel.
Par conséquent, étant donné que d’après la tradition de nos Sages, Avraham a accompl toutes les mitsvot de al Torah avant même qu’elle n’ait été donnée, on doit supposer qu’il a aussi accompli la 1ere des 613 mitsvot.

<—>

3°/ Lorsque les lettres du mot : « bakol » (בַּכֹּל) sont écrites de la façon dont elles se prononcent :
-> bét = בית => valeur de : 412
-> caf = כף => valeur de : 100
-> laméd = למד => valeur de : 74
= on obtient un total numérique de 586, qui a la même valeur que le mot : Shofar (שופר).

Yits’hak a été amené comme sacrifice sur l’autel, jusqu’à ce qu’un ange vienne pour l’épargner. Un bélier venant d’apparaître va alors être sacrifié à sa place par Avraham.

De ce bélier, la corne va être utilisée :
-> lors du don de la Torah au mont Sinaï (Pirké déRabbi Eliézer 31) ;
-> afin d’annoncer la venue du Machia’h (Yéchayahou 27,13).

Pour les juifs, la Torah et le Machia’h sont « toutes choses » (bakol).
=> Avraham a été béni par un fils qui sera impliqué dans la fourniture de ce « tout » au peuple juif.

Source (b »h) : traduction et compilation personnelle issue de dvar Torah du rabbi Bogomilsky (Védibarta Bam)

<————–>

4°/ L’essentiel de la bénédiction que peut recevoir un homme Juste, c’est lorsque tout le monde est béni. En effet, il ne recherche pas son bien-être individuel, mais bien la réussite collective.
C’est ce que dit le verset, en allusion : « Hachem bénit Avraham en tout (בכל) », que l’on peut aussi traduire par  » par tous ».
Ainsi, Avraham a été béni par le fait que tous l’ont été. C’est seulement quand tout le monde est béni que Avraham peut considérer l’être également.
[Kédouchat Levi]

<————–>

5°/ « Hachem avait béni Avraham en toutes choses » = le midrach dit que Yichmaël s’est repenti du vivant d’Avraham.

Nous savons que « tout vient du Ciel, sauf la crainte du Ciel » (guémara Béra’hot 33b), et si Yichmaël était mauvais, pourquoi Hachem a-t-Il provoqué son repentir, alors qu « Il ne l’a pas fait pour tous les peuples »?

Le ‘Hida (Pné David) répond que Yichmaël a certainement pensé de lui-même à la téchouva, mais s’il n’y avait pas eu le mérite d’Avraham, il n’aurait pas été accepté, car ses intentions de repentir n’étaient pas suffisantes.
En effet, sa méchanceté avait créé beaucoup d’accusateurs qui se levaient contre lui.
=> C’est l’amour d’Avraham qui a fait taire ces accusateurs, alors son désir de repentir a commencé à monter vers le Ciel et à être accepté.
[Grâce au mérite d’Avraham, D. vint au secours d’Ichmaël]

<————–>

6°/ « Hachem avait béni Avraham en toutes choses » = « c’est-à-dire qu’il lui avait livré son mauvais penchant. »
[midrach Béréchit rabba Lé’h lé’ha chap.11]

Nous devons aspirer à imiter les actions de nos ancêtres, dont leur détermination nous invite à surmonter les faiblesses de notre nature et à la dominer.

<————–>

-> « Hachem bénit Avraham en toutes choses (bakol) » (‘Hayé Sarah 24,1)

Le midrach dit que c’est une référence au fait que Avraham a accompli la mitsva de la Soucca.
Quel en est le lien?

Le Gaon de Vilna dit que la réponse tient dans le mot : bakol (בַּכֹּל), dont ses lettres aux 3 versets décrivant la mitsva de la Soucca :
– le bét en liaison avec : « béSouccot téch’vou chiv’at yamim » (Vous demeurerez dans des Souccot durant 7 jours – Emor 23,42) ;
– le kaf : « kol aézra’h béIsraël yéchévou baSouccot » (toute personne originaire d’Israël demeurera dans la Soucca – Emor 23,42) ;
– le lamèd : « léma’an yéd’ou doroté’hèm, ki baSouccot ochavti ét béné Israël » (afin que vos générations sachent que j’ai donné des Souccot pour demeure aux bné Israël – Emor 23,43).

<————–>

-> Dans le birkat hamazone, nous disons : « De même que tu as béni nos Patriarches : Avraham, Its’hak et Yaakov, bakol, mikol, kol, alors bénis nous tous ensembles d’une bénédiction complète, et nous disons : amen. (kmo chénitbaré’hou avoténou …).

Nous pouvons remarquer que chaque Patriarche est référé par une des 3 variations du mot : « kol ».
Nous demandons ici : « une bénédiction complète ».
Quelle est la nature de tout cela?

Le rav Guttman répond qu’une « bénédiction complète/totale », c’est la capacité de trouver du bonheur dans sa vie.
On a ainsi :
-> le « bakol » = « Hachem bénit Avraham en toutes choses (bakol) » (‘Hayé Sarah 24,1).
Avraham était très riche matériellement, intellectuellement et dans tous les domaines de la vie, et il a choisi d’utiliser pour les autres tous ses cadeaux dont Hachem l’avait gratifié.
Ainsi, notre Patriarche Avraham, nous apprend que la 1ere clé du bonheur est d’arrêter de ne penser qu’à soit même, et de commencer à donner aux autres : de faire du ‘hessed, de répandre de la émouna, de la joie, …

-> le « mikol » = [Its’hak dit: ] « J’ai mangé de tout (mikol) » (Toldot 27,33)
Its’hak s’est nourri de chacune des situations de sa vie (bonne ou mauvaise) pour grandir et devenir un tsadik, plutôt que d’en être frustré, triste et de s’apitoyer sur son sort.
Ainsi, notre Patriarche Its’hak, nous apprend que la 2e clé du bonheur est de toujours chercher à grandir, à devenir meilleur.
[tout ce qui m’arrive dans ma vie est fait sur mesure par papa Hachem pour mon épanouissement personnel]

-> le « kol » = [Yaakov dit: ] « D. m’a été bienveillant et j’ai tout (kol) » (Vayichla’h 33,11).
Quoique la vie ait pu lui accorder, Yaakov était toujours content et reconnaissant à Hachem de lui donner exactement ce dont il a besoin.
Ainsi, notre Patriarche Yaakov, nous apprend que la 3e clé du bonheur est d’être toujours heureux et reconnaissant, parce que totalement satisfait de ce qui nous avons, car provenant uniquement de Hachem.
[plutôt que de passer sa vie à se dire : « si j’avais … quand j’aurai .. alors je serais heureux », c’est savoir être joyeux avec ce que l’on a, car on a confiance dans ce que fait notre papa au Ciel]

=> Nous apprenons de nos Patriarches : de savoir donner, de grandir et d’être reconnaissant, et alors nous pourrons avoir une « bénédiction complète », le bonheur dans notre vie.

<—————————>

« D. avait béni Avraham en toutes choses » (‘Hayé Sarah 24,1)

Que signifie : « bakol » (en toutes choses)?

-> Hachem a donné à 3 personnes le goût du monde à venir déjà dans ce monde.
Il s’agit de : Avraham, Its’hak et Yaakov, pusique Hachem les a béni par : bakol, mikol, kol.

Le Ben Ich ‘Haï (Ben Yéhoyada – guémara Baba Batra 17a), s’interroge : comment comprendre cette béraïta sachant que nos Patriarches ont rencontré de nombreuses souffrances dans ce monde?

Et de répondre : il est certain qu’on fait référence ici à l’aspect spirituel de leur vie.
Les Patriarches étaient tellement ancrés dans leur approfondissement de la Torah, qu’ils ne ressentaient plus la souffrance des difficultés de ce monde.
Leur vie entière était focalisée à faire leur service divin en l’honneur de Hachem.

-> Selon le Gaon de Vilna (guémara Baba Batra 16b), Avraham était béni : bakol (בַּכֹּל), qui peut se décomposer en : ב fois כל, soit : 2 fois 50 = 100.
Avraham a été béni par l’ensemble des 100 bénédictions qui existent dans ce monde.

-> Nos Sages disent que le fait de donner de la tsédaka change l’Attribut divin de rigueur en celui de miséricorde.
Avraham est l’exemple de celui qui a pu remplir le monde de ‘hessed.
Ainsi certainement, il a pu changer la rigueur divine en miséricorde, ce qui lui a permis d’être béni « en toutes choses » (bakol).
[le Kissé David]

-> Le Gaon de Vilna dit que la qualité de se satisfaire de ce que l’on a (histapkout) est supérieure au niveau d’avoir de la confiance en Hachem (bita’hon).
Mais, il y a une qualité qui les surpasse toutes, c’est la mida de « kol ».
Au niveau matériel, il s’agit du fait d’être heureux de son sort (saméa’h bé’helko), c’est-à-dire être persuadé que l’on a absolument tout ce qu’il nous faut (D. me comble), et que l’on ne désire pas plus (sinon Hachem nous l’aurait déjà octroyé).

Avraham est appelé : « tamim » (parfait – v.17,1), car la véritable perfection ne peut être atteindre que lorsque l’on maîtrise la midda de « kol ».
[Rav Aharon Kotler – Michnat Rabbi Aharon]

<————————————->

-> « D. avait béni Avraham en toutes choses » (‘Hayé Sarah 24,1)

Le Imré Moché commente : il l’a béni du trait de caractère de savoir se satisfaire avec ce que l’on a, ce qui entraîne le sentiment d’être béni « en toutes choses ».¨

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :