« Ne fais pas souffrir la veuve et l’orphelin. Si tu oses le faire souffrir … car s’il s’adresse à Moi en pleurant, J’écouterai certainement ses pleurs » (Michpatim 22,21-22)

Le rav Pinkous de commenter :
En général, une personne a recours à la prière comme l’une des nombreuses façons utilisées pour alléger ses souffrances.
La veuve et l’orphelin, cependant, savent qu’ils n’ont personne d’autre vers qui se tourner.
C’est pourquoi ils implorent Hachem maintes et maintes fois, jusqu’à ce qu’ils soient exaucés.

D’ailleurs le roi David enseigne que, dans la prière, nous sommes tous comme des orphelins : « Car mon père et ma mère m’ont délaissé, mais Hachem me recueille » (Téhilim 27,10).

=> Il faut vraiment voir notre prière comme une question de vie ou de mort, ce n’est pas simplement remuer les lèvres, car c’est en fonction de cela que notre vie va se jouer!!

-> « La grandeur d’une prière ne dépend pas de la quantité de mots prononcés pour invoquer Hachem, mais plutôt de la qualité du ‘cri du cœur’ lancé vers Hachem »
[Rav Yé’hezkel Levenstein]

<————————————–>

-> « Il faut prier de manière suppliante, comme un pauvre homme qui mendie à l’entrée d’une synagogue.
La prière ne doit pas lui paraître comme une charge, de laquelle il cherche à se débarrasser »
[Choul’han Arou’h – Ora’h ‘Haïm 98,3]

-> Le roi David disait ainsi : « Hachem, incline Ton oreille, réponds-moi, car je suis pauvre et indigent » (Téhilim 86,1)

-> Selon le Zohar, la prière d’un homme pauvre est la plus précieuse de toutes (Paracha Balak 195a).
Nos Sages affirment que la prière de quelqu’un dont l’attitude est humble n’est pas méprisée par D., comme il est écrit : un cœur brisé et abattu, Ô D., Tu ne mépriseras pas (Téhilim 51,19).
[guémara Sotah 5b et Sanhédrin 43b]

-> D’ailleurs, nos Sages (guémara Béra’hot 34b) rapporte le fait que plus une personne occupe un poste important, plus elle doit s’abaisser devant D. pendant la prière.
Ainsi, le Cohen gadol se prosternait à la fin de chacune des bénédictions de la amida.
Concernant le roi, il y a 2 opinions : il se prosternait au début et à la fin de chaque des bénédictions, ou bien, il restait courbé durant toute la prière.
[le principe de se prosterner est de se courber pour ne se relever qu’au moment où l’on prononce le Nom divin.]

-> Le rav Eliashiv de nous enseigner :
« L’une des façons de ‘prier de manière suppliante’ est de prononcer les mots de la prière avec une voix suppliante, ‘comme un pauvre homme qui supplie à l’entrée’ pour recevoir l’aumône …
En agissant de la sorte, on montre à Hachem notre totale dépendance à Son égard et que l’on ne compte que sur Lui.
Il y a alors bien plus de chances pour que ses prières soient exaucées »

=> Pour la plupart des personnes, cette situation de pauvreté à ressentir ne correspond pas à leur situation dans la vie, et même si l’on manque de rien, il faut se mettre dans un tel état d’esprit, car notre prière sera alors pleine d’humilité et témoignera de notre conscience sincère que tout provient de Hachem.

[Je suis conscient que je n’ai qu’une seule adresse vers laquelle demander de quoi vivre, que sans cela je n’ai aucun moyen de pouvoir survivre (ma vie en dépend!), que c’est mon papa Hachem et qu’il ne me renverra jamais les mains vides, mais que si je ne demande pas, je ne peux pas avoir, …]

<————————————–>

+ « Ne fais pas souffrir la veuve et l’orphelin. Si tu oses le faire souffrir … car s’il s’adresse à Moi en pleurant, J’écouterai certainement ses pleurs »

-> Le verset dit : « toute veuve et orphelin » (kol almana véyatom), pour nous enseigner que même un orphelin (ou une veuve) qui a besoin d’être réprimandé (pour son développement personnel), cela doit être fait avec soin et beaucoup de douceur, pour ne lui causer aucune souffrance.
[haEmek Davar]

-> Celui qui est témoin d’un mauvais traitement d’une veuve ou d’un orphelin, et qui ne proteste pas, est également coupable de ce crime.
[Ibn Ezra]

-> Une veuve se dit en hébreu : « almana » (אלמנה), mot pouvant se décomposer en : אל מנה (la partie manquante).
Un homme et une femme sont 2 parties d’un tout. Lorsqu’un des 2 conjoints décède, il manque une partie qui le rend alors incomplet.
[haktav véaKabbala]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :