« Yaakov envoya des anges devant lui, vers Essav son frère, vers le pays de Séïr, le champ de Edom » (Vayichla’h 32,1-3)

-> Rachi dit que les messagers de Yaakov étaient véritablement des anges (מַלְאָכִים מַמָּשׁ).

On peut noter que le mot : מַמָּשׁ (mamach = véritablement), a chacune de ses lettres qui fait allusion aux 3 anges qui ont été envoyés (selon un avis) : Mickaël, Malkiel et Chanan’kel.

-> Selon le midrach Tan’houma, cela nous enseigne que les justes sont supérieurs aux anges, puisque Yaakov, en recherche d’émissaires, s’est permis de mander des anges pour exécuter ses ordres.

<——————————–>

-> Rabbi Méïr de Prémichlan explique les mots de Rachi par la michna de Pirké Avot (4,11) : « Celui qui accomplit une mitsva s’acquiert un défenseur et celui qui commet une transgression s’acquiert un accusateur. »
Lorsqu’une personne réalise une mitsva, elle créée un ange qui va parler favorablement d’elle au Ciel (et inversement pour une faute).
Ainsi, les anges que Yaakov a envoyé à Essav sont ceux créés par les mitsvot qu’il a pu faire.

D’ailleurs, le terme utilisé par Rachi : véritablement (מַמָּשׁ), est l’acronyme de : « mala’him mé’mitsvot ché’assa » (les anges provenant des mitsvot qu’il a réalisé).
D’autres disent : « mimaassé mitsvot ché’assa » (des bonnes actions qu’il a faites).

-> Nos Sages enseignent : « On amène l’homme dans le chemin dans lequel il veut aller » (guémara Makot 10b – bédéré’h chéAdam rotsé lalé’hét moli’hin oto).

Qui est celui qui va le conduire et l’aider sur ce chemin?
C’est Hachem.
Si c’est ainsi, il aurait dû être écrit : « On amène » en utilisant le singulier : « moli’h oto ». Pourquoi est-il employé ici la forme plurielle : « moli’hin oto ».

Le Maharcha répond à cette question de la manière suivante.
Au travers chacune des pensées, des mots et des actions que nous effectuons, nous créons des anges, qui sont bons ou mauvais, selon notre choix.
C’est ainsi que le résultat de notre libre arbitre est la création d’anges, d’influenceurs (pour le bien ou le mal) de notre vie future.
Par exemple rien qu’en ayant une pensée d’aspiration positive, une volonté de faire une bonne action, on va créer des anges qui vont nous aider à accomplir cette mitsva.
[et inversement pour de mauvaises pensées!]
C’est pour cela que la forme plurielle est ici employée.

Le Séfer Lev Israël explique par exemple que si l’on se prépare correctement à la prière (ex: joie et conscience d’être en face à face avec le Maître du monde, à qui nous devons tout, et qui peut tout pour nous!), rien que par cela nous avons la possibilité de créer des anges qui vont nous aider à mieux prier.
[on voit d’ici l’importance de réaliser les mitsvot avec un bon état d’esprit, plein d’aspirations et de joie, car cela va nous aider à agir au mieux, puisque nous serons alors soutenu par de nombreux anges positifs!]

Il ajoute que les termes : « amen » et « mala’h » (ange) ont la même guématria, pour nous signifier qu’à chaque fois que l’on dit à voix haute et avec intention : « amen », alors cela a la capacité de créer un bon ange [pour nous aider, pour nous défendre auprès de Hachem].

[Yaakov a envoyé ses anges à Essav, comme pour lui prouver que bien qu’ayant été chez Lavan, il a eu de très nombreuses bonnes pensées, actions, … qui se tiennent près à intervenir pour le défendre au Ciel, ce qui impactera toute action hostile à son égard!]

<——————————–>

-> Il existe 2 types d’anges : ceux créés par Hachem au début de la Création, et ceux créés par la Torah et les mitsvot que l’on réalise.

Le Maguid de Mézéritch dit que lorsqu’une personne crée des anges par sa Torah et ses mitsvot, ces anges vont la suivre en permanence.

A l’inverse, les anges qui ont été créés à la création du monde, n’ont été vus que par de rares personnes d’exception, à certains moments de l’histoire.

Le verset dit : « et des anges de D. le rencontrèrent » (Vayétsé 32,2)

Puisque ces anges ont rencontré Yaakov uniquement à ce moment, ce n’était pas ceux qui sont avec lui en permanence, et c’était donc l’autre catégorie d’anges.

Yaakov a appelé cet endroit : « Ma’hanayim », qui signifie : « 2 camps », car il y avait alors 2 camps d’anges avec lui : ceux créés par ses actions, et dans un autre camp : ceux que Hachem lui a envoyé.

[Yichma’h Moché]

<——————————–>

-> Pourquoi Yaakov a-t-il eu le mérite d’avoir cette 2e catégorie d’anges envoyée par Hachem?

Notre Patriarche Yaakov représente la Torah, et le mérite de la Torah lui a octroyé le fait d’avoir ces anges supplémentaires.

Cela nous enseigne que si une personne suit le chemin de Yaakov, et se dévoue entièrement à la Torah, elle méritera d’être gardées par des anges.

[Rav Yonathan Steif]

<——————————–>

-> Yaakov a prié pour être sauvé de Essav.

Les dernières lettres des mots : « הַצִּילֵנִי נָא מִיַּד » (Sauve-moi, de grâce, de la main [de mon frère] – atsilénina miyad – Vayichla’h 32,12) ont une guématria de 15.

Peut-être que cela fait allusion aux 15 années durant lesquelles Yaakov a étudié la Torah ensemble avec Avraham et Its’hak.

Ces 15 années de Torah, ont soutenu le monde, et Yaakov a alors prié d’être sauvé par leur mérite.

[Na’hal Kédoumim]

<——————————–>

+ « (Essav] dit : Qui sont ceux-là pour toi?
[Yaakov] répondit : Les enfants que D. a accordés à ton serviteur » (Vayichla’h 33,5)

-> A la vue des femmes et des enfants de Yaakov, il a demandé : « מִי אֵלֶּה לָּךְ » (Qui sont ceux-là pour toi?).

Les mots : « מִי אֵלֶּה » ont les mêmes lettres que le nom de D. : אֱלֹהִים (Elohim).

Essav faisait allusion à Yaakov, que tout ce qu’il a, provient de la bénédiction qu’il a reçu de Its’hak, dans laquelle Its’hak a dit : « וְיִתֶּן לְךָ הָאֱלֹהִים » (Que D. te donne [de la rosée des cieux et de l’abondance de la terre …] – Toldot 27,28)

Yaakov lui a répondit que cela est faux, et que tout ce qu’il a pu obtenir n’est que cadeaux gratuits de Hachem, dans Son infinie bonté.
[il dit : « אֲשֶׁר חָנַן » : que D. m’a gracieusement accordé]

[Ben Ich ‘Haï – Adéret Eliyahou]

<——————————–>

-> b »h, nous venons de voir que Essav a demandé à Yaakov de décliner l’identité des personnes qui étaient avec lui, et Yaakov a alors répondu : « [Ce sont] mes enfants que D. [m’] a accordés (achèr ‘hanan – אֲשֶׁר חָנַן) ».

On trouve un mot similaire dans la bénédiction des Cohanim : « וִיחֻנֶּךָּּ » (qu’Il te prenne en grâce).

Ce mot est exactement au milieu de cette bénédiction, avec 7 mots avant, et 7 mots après.
Cela fait allusion aux 7 années que Yaakov a travaillé pour chacune de ses femmes.

[malgré cela (14 années de travail!), Yaakov dit que s’il a pu se marier avec elles, c’est uniquement comme cadeau : par la bonté de D.

=> Combien nous devons en prendre exemple, et sans cesse remercier Hachem pour chaque petite/grande bonté dont Il nous comble.]

[le ‘Hèn Tov]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :