« Ceux-là vous écarterez parmi les oiseaux » (Chémini 11,13)

-> La Torah prend la peine d’énumérer tous les oiseaux interdits, car ils sont moins nombreux que les oiseaux permis, les autres étant interdits.
En revanche, en ce qui concerne les animaux, c’est l’inverse, les espèces interdites sont plus nombreuses.

En effet, les animaux proviennent de la terre, qui est ce qui a de plus matériel. De ce fait, elle produit surtout des espèces interdites.
En revanche les oiseaux émanent surtout de l’air (c’est pourquoi ils peuvent voler), qui est plus raffiné et plus pur que la terre, et c’est pourquoi, la majorité des oiseaux est autorisée.

[Kli Yakar]

<————->

« Mais celui-ci vous ne pourrez pas » (Chémini 11,4)

-> Lorsque la Torah mentionne les animaux non cacher, elle commence par indiquer le signe qu’ils possèdent au lieu de dire simplement qu’ils ne sont pas casher à cause du signe qu’ils ne possèdent pas.
Cela suggère que la présence d’un seul signe de casherout (ruminant ou sabot fendu) est pire, car elle symbolise l’hypocrisie de certaines personnes qui tentent de faire connaître leurs rares bonnes actions ou les qualités qu’elles possèdent, au lieu de s’appliquer à se débarrasser de leurs défauts.
[Kli Yakar]

[ainsi, les mitsvot sont pour eux comme des déguisements à leur service, agissant comme des faire-valoir dans leur entourage!]

Le rabbi Nathan Scherman dit que de telles personnes agissent comme le porc qui a l’habitude de s’allonger sur le sol, pattes en avant, comme s’il voulait montrer ses sabots fendus et tromper les gens en faisant croire qu’il est casher.

[ils sont totalement dépendants du regard des autres (regardez mes beaux sabots!), oubliant que ce que désire Hachem, c’est leur cœur!]

-> Le Yashresh Yaakov fait remarquer que pour exister un bon mensonge doit forcément reposer sur de la vérité, et c’est là tout le problème avec ces animaux ne possédant qu’un seul des 2 signes. En effet, ils ont une base pour faire un beau mensonge/illusion, ce qui n’est pas le cas des animaux n’ayant aucun des signes (il n’y a alors pas à discuter!).
Par exemple, le gamal (chameau), peut être traduit par : « gomel » (celui qui accorde des bontés), alors qu’en réalité il n’en est rien.
De même le chafane (שָּׁפָן), possède les mêmes lettres que : « néfech » (l’âme), ce qui laisse penser qu’il fait preuve de gentillesse envers les âmes opprimées, mais cela n’est que de façade.
=> Ces animaux sont non seulement non-cashers par nature, mais également trompeur.

<—>

« Le chameau, car il rumine mais son sabot n’est pas fendu … le chafane, car il
rumine mais son sabot n’est pas fendu … la arnévét car elle rumine mais son sabot n’est pas fendu … le porc car son sabot est fendu et son sabot est complètement séparé, mais il ne rumine pas sa nourriture » (Chémini 11,4-7)

-> Rabbi ‘Haïm Yossef Kofman fait remarquer que la Torah expose d’abord la qualité (il rumine, sabot fendu), et seulement ensuite le défaut.
C’est une importante leçon d’éducation pour une critique constructive : il faut d’abord exprimer beaucoup de positifs, et seulement ensuite faire une petite remarque (c’est dommage, tu frôles l’excellence, il faudrait juste que tu perfectionnes cette petite chose!).
Sinon le risque est qu’autrui pour se protéger de son imperfection découverte, va se braquer et refuser de la prendre en compte, voir vouloir faire le contraire (c’est moi qui est raison! je fais ce que je veux!).

-> Le rav Israël Salanter fait remarquer que dans le texte les mots décrivant le « défaut » : « son sabot n’est pas fendu », sont écrits :
– pour le chameau au présent (oufarssa énénou mafriss) ;
– pour le chafane au futur (oufarssa lo yafriss) ;
– pour la arnévét au passé (oufarssa lo yafriss).
=> Nous devons juger autrui favorablement car nous ne connaissons pas toute l’histoire.

Rabbi Guttman dit que le Nom Divin (Tétragramme) représente la miséricorde et il renvoie à : « qui est (aya), qui a été (ové), qui sera (yiyé) », puisque Seul Hachem n’est pas limité par la notion de temps, et grâce à cela Il est infiniment miséricordieux.
Nous devons essayer de suivre le comportement de D., en se disant que puisque nous ne possédons pas tous les éléments, alors nous avons certainement une mauvaise vision de l’intégralité des choses.
Le fait de juger positivement autrui est la base de la miséricorde et de la bonté, que nous devons nous témoigner l’un l’autre.

-> On a pu voir précédemment que ce verset fait allusion aux hypocrites : ceux qui s’efforcent de dissimuler leur véritable nature, et affichant une pseudo honnêteté pour tromper leur entourage.
D’ailleurs, le midrach (Vayikra rabba 13,5) commente :
– le chameau = symbolise l’empire de Babylone « parce qu’il rumine », car il éleva Daniel à la dignité ;
– le chafane = symbolise l’empire perse « parce qu’il rumine », car il éleva Modé’haï à la dignité ;
– la arnévét = symbolise l’empire grec « parce qu’il rumine », car il honore les tsadikim : lorsque Alexandre le Grand vit apparaître Chimon haTsadik, il se leva devant lui ;
– le porc =symbolise l’empire romain « parce qu’il ne rumine pas », car il n’honore pas les tsadikim, mais au contraire il les assassine. »

=> Durant leur règne respectif, chacun de ces empires s’efforça de paraître bienveillant à l’égard des juifs, alors qu’en leur for intérieur, ils ne songeaient qu’à les détruire.
Ils élevaient et exposaient des tsadikim à la dignité, qu’afin de servir leur propre intérêt.
==> La société environnante peut nous séduire par des choses qui paraissent bénéfiques/cashères (1 signe sur 2) mais sans l’accord de nos Sages, et nous devons encore plus être vigilants car cela est pire que des concepts clairement non cashers.
[on est dans un exil où le juif n’est pas détruit physiquement, mais spirituellement, en le faisant se comporter sur certains points comme les non-juifs!]

-> Le rav Yoël Schwatz fait remarquer :
– les descendants d’Essav, c’est-à-dire le monde chrétien et les tenants de la culture occidentale sont représentés par le porc.
Cet animal doté d’un sabot fendu, symbolise le progrès et l’évolution de la société. De fait, cette civilisation fait bien peu cas du passé, qu’elle relègue systématiquement au second plan (il faut vivre avec son temps!).
Ainsi, les jeunes, qui sont détenteurs du progrès, méprisent leurs aînés, incarnation d’un temps révolu et dépassé.

– à l’opposé, les descendants d’Ichmaël, c’est-à-dire la culture arabe, se glorifient essentiellement de leur passé.
[Le Yalkout Réouvéni dit que les enfants d’Ichmaël on le symbole du chameau (à l’image du chameau qui traîne sa bosse de souvenir avec lui tout le temps!)]
Les anciens ressassent sans cesse les exploits de leurs ancêtres et l’âge d’or de leur civilisation, comme au temps de Saladin.
Cette tendance est incarnée par la nature ruminante du chameau : cette culture reconnaît l’importance du passé, mais elle nie tout espoir futur, car le « pied corné » leur fait défaut.

– face à ces 2 civilisations se dresse le peuple juif, symbolisé par la brebis (« Israël est une brebis pourchassée » – Yirmiyahou 50), qui est à la fois « ruminant » = fidèle aux valeurs véhiculées par le passée ; et également le « sabot fendu » = ses yeux étant continuellement tournées vers l’avenir.
Pour les juifs, tous les événements de l’histoire sont comme d’innombrables maillons, reliant la Création du monde à la venue du machia’h.

<—>

Nous allons voir ci-dessous, b’h, une vision ‘hassidique sur ces 2 signes de casherout :
-> Le pied d’un animal est le membre le plus près de la terre. Mais lorsqu’il possède un sabot se crée alors entre lui et la terre une séparation (le mot hébreu : parsa, qui signifie « sabot, a pour racine un mot qui signifie : « séparer »).
La terre symbolise ici le monde matériel, tandis que le sabot symbolise la distance qu’un juif doit installer entre lui et ses préoccupations matérielles.
Une adhésion véritable au judaïsme n’est possible qu’en réduisant un attachement excessif à la matérialité.

-> La Torah nous enseigne qu’un juif doit « ruminer » les idées qui l’entourent pour pouvoir (selon les critères de la Torah) déterminer ce qui est du domaine de la sainteté de ce qui ne l’est pas. A l’image du ruminant qui pour bien assimiler sa nourriture la régurgite plusieurs fois pour qu’elle puisse être dirigée facilement par la suite.
[il faut faire attention à l’effet de masse/mouton, l’influence extérieur (besoin d’être comme les autres), …]

[extrait d’un divré Torah du rav Gérard Touaty]

<————->

« Hachem parla à Moché et à Aharon pour leur dire » (Chémini 11,1)

En général, la Torah dit : « Hachem parla à Moché (et à Aharon) pour dire (lémor) ».
Pourquoi ici écrit-elle : « pour leur dire (lémor aléhém) » ?

-> Ce verset introduit le passage des animaux cashers. Or, nos Sages disent sur Moché, que comme il sera amené à parler avec Hachem, il ne devait pas, même nourrisson, consommer du lait d’une égyptienne.
De même, comme tous les juifs seront amenés, dans les temps futurs, à parler avec Hachem, il convient déjà dans ce monde de se purifier et de ne pas introduire des aliments non cashers dans leur bouche.

Cela est en allusion dans ce verset :
– « Hachem parla à Moché et à Aharon » = en vue de leur transmettre les lois de casherout de sorte à ce que les juifs préservent leur bouche ;
– « pour leur dire » = pour pouvoir leur parler dans les temps futurs.

[Kedouchat Levi]

<—->

-> « Si vous vous rendez impurs sur terre [en mangeant des aliments interdits], Je (Hachem) vous traiterai, Moi aussi, comme impurs dans le monde à venir et dans le séjour dans l’au-delà. »

[Rachi (Chémini 11,43) – citant la guémara Yoma 39a]

<—->

« Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car Je suis saint ; et vous ne souillerez pas vos âmes par toute créature … car Je suis saint » (Chémini 11,44)

-> Si vous faites un effort sincère pour vous sanctifier, D. vous aidera en vous protégeant contre le risque toujours présent de consommer involontairement des aliments interdits.
[Ohr ha’Haïm haKadoch]

-> D., qui est Saint, désire que Son peuple accède à la sainteté et à l’éternité, en apprenant à connaître le Créateur et en suivant Ses voies, ce qui n’est possible que s’ils s’abstiennent de tout aliment interdit.
[Sforno]

-> « Hachem, l’essence de la pureté et de sainteté, est tellement repoussé par les aliments non-cashers, qu’Il prend distance avec ceux qui en consomment. » [Mizra’hi al aTorah]

-> « Bien que dans ce monde l’impact négatif [de manger des aliments non-cashers] apparaît minimal, du Ciel il est considérable. »
[le Maharal – sur Yoma 39a]

<—>

-> « La Torah interdit certains aliments, car même si la médecine ne reconnaît aucun mal latent en eux, ne te questionne pas à leur sujet, car le « Médecin Fidéle » (Hachem) qui nous en a averti est de loin plus Sage que toi et qu’eux (les docteurs).
Combien idiot et insensé est celui qui pense qu’il n’y a aucun mal ou but, dans ce qu’il ne comprend pas. »

[Séfer ha’Hinoukh – mitsva 73]

<—>

-> « Qui vous ai fait monter du pays d’Egypte » (Chémini 11,45)

Selon Rachi, le choix du terme : « aalé » (monter, litt. élever), indique que les lois de la casherout ont été données pour élever le niveau du peuple d’Israël, l’évitant de devenir impur par le biais d’aliments.

Le rabbi Nathan Scherman commente que la consommation d’aliments interdits réduit l’aptitude d’une personne à s’élever et à se sanctifier, elle souille l’âme sans qu’il soit possible de s’en rendre compte et dresse une barrière qui l’empêche de percevoir D.

D’ailleurs, le Rama (Yoré Déa 81,7) écrit que l’on doit également empêcher les enfants de consommer des aliments interdits pour éviter que leur potentiel spirituel en soit affecté [et ce alors qu’ils n’ont pas encore l’obligation d’accomplir les mitsvot!]

-> b’h, également à ce sujet : https://todahm.com/2015/02/16/la-cacherout

<—>

-> La guémara (Béra’hot 29a) rapporte que Yo’hanan Cohen Gadol, après avoir été Cohen Gadol durant 80 années, a ensuite quitté la religion juive en devenant Sadducéen.

Le Arizal affirme que Yo’hanan a mangé des aliments qu’il n’aurait pas dû, et c’est cela qui entraîna sa chute spirituelle.

=> On apprend de là que le fait de manger non-casher cause des dommages tels, que l’on chute dans les profondeurs de l’impureté.
D’ailleurs si les juifs n’avaient pas été vigilants avec cette mitsva pendant leur esclavage en Egypte, ils auraient atteint le 50e et dernier niveau d’impureté, et n’auraient pas mérité d’être délivrés.

[le Béré’h Moché]

<—————->

+ Est-ce que si une personne se doit obligatoirement de manger de la nourriture non cachère pour des raisons de santé, cela lui cause quand même une impureté spirituelle?

-> Rav ‘Haïm Soloveitchik (cité dans Torat ‘Haïm) explique que ce n’est pas la nourriture qui entraîne un dommage spirituel, mais plutôt son interdit de la manger.
Ainsi, selon son fils, rav Yits’hak Zev Soloveitchik, une personne qui doit manger de la nourriture non cashère afin de sauver sa vie, ne sera pas négativement impactée.

-> Le ‘Hatam Sofer (Chout ‘Hatam Sofer, Ora’h ‘Haïm 1,83) et le Messé’h Hokhma (Dévarim 6,11) ne sont pas d’accord, et sont d’avis que toute nourriture non cashère a en elle des qualités spirituelles négatives qui vont automatiquement entraîner des dommages après consommation.

-> Le rav ‘Haïm Kanievsky (Or’hot Yochère 13) enseigne que s’il n’y a absolument aucun autre moyen de sauver une vie que de consommer du non-cashère, alors une personne qui en consommera sera négativement impactée, mais le mérite de la mitsva de sauver une vie va protéger cette personne de tout préjudice spirituel.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :