« Lorsqu’une personne ne fait que penser à toute la bonté que Hachem fait pour elle, alors elle est créditée d’une mitsva positive de la Torah, celle de : « véza’harta ét kol adéré’h » (Tu te souviendras de tout le chemin [que Hachem ton D. t’a fait parcourir] – Ekev 8,2). »
[Rabbénou Yona – Chaaré Téchouva – chap.3]

Le Séfer ‘Harédim compte cela comme une des 613 mitsvot.

=> Combien de mitsvot nous pouvons obtenir facilement en faisant ressortir tout le positif que Hachem fait constamment pour nous!
Ainsi, non seulement notre vision de la vie en devient plus belle, mais en plus nous obtenons de sublimes mitsvot, aux mérites et bénédictions éternelles.

<—>

-> Hachem nous comble de tellement d’énormes bontés (ce dont nous pouvons avoir conscience n’est même pas une goutte d’eau dans un océan!), que nous Lui serons toujours infiniment redevable.
De plus, D. étant parfait, Il n’a besoin de rien de notre part.

=> Le ‘Hafets ‘Haïm explique que d’une certaine façon, un moyen pour rendre à Hachem Ses bontés est : en les reconnaissant, en Le remerciant, et en comprenant qu’elles ne viennent pas grâce à nos mérites (qui sont toujours comme insignifiants par rapport à tout ce que nous recevons de D.!).

<—>

-> Le ‘Hida enseigne que lorsqu’un juif est dans une situation difficile, il y a des anges Accusateurs au Ciel qui essayent de lui porter préjudice, et pour mériter d’être sauvé, il faut les en arrêter.
Le fait de dire des bontés de Hachem et d’exprimer notre reconnaissance pour ce qu’il fait, va permettre de stopper toute nuisance de ces anges Accusateurs.

Par conséquent, le ‘Hida commente :
– « Peut-être diras-tu en ton cœur, « Ces peuples sont plus nombreux que moi, comment pourrais-je le chasser? » (paracha Ekev 7,17) = cela fait référence à ces anges Accusateurs.
=> Que doit-faire une personne qui a contre elle de nombreux anges Accusateurs, et qui ne sait pas comment les vaincre?

– La réponse est dans le verset suivant : « Ne les crains pas! Souviens-toi assurément de ce que Hachem ton D. a fait » (paracha Ekev 7,18) = saches apprécier et remercier Hachem!

<———>

-> « Ce peuple, je l’ai formé pour Moi, pour qu’il raconte Ma louange » (Yéchayahou 43,21- téhilati yéssapérou – תְּהִלָּתִי יְסַפֵּרוּ)

Le Chla haKadoh commente : notre but principal dans ce monde est de louer et de remercier D.
Ainsi, combien ce serait merveilleux si les gens avaient Hachem sur leurs lèvres en permanence.

Il ajoute qu’en ce sens, il faut dire constamment : »béézrat Hachem » (avec l’aide de D.), et également il faut Le remercier pour la moindre des choses (même la plus minime).
Et cela est considéré comme louer D. en permanence!

-> « Je bénirai Hachem en tout temps, constamment j’aurai Ses louanges à la bouche » (Téhilim 34,2)

Le Chla haKadoch explique :
– « Je bénirai Hachem en tout temps » = il s’agit des moments fixes pour la prières : cha’harit, min’ha, arvit.
– « constamment j’aurai Ses louanges à la bouche » = c’est le restant de la journée, où nous sommes impliqués dans nos activités quotidiennes, et où nous devons également multiplier les occasion pour toujours en venir louer D.

[plus nous louons D. sur des choses concrètes et personnelles de la vie, plus nous en venons à avoir de la confiance en Lui.
Par ailleurs, cela nous sera bien utile pour traverser le plus sereinement possible nos moments plus difficiles de la vie, puisque entouré par de la confiance, de l’amour envers Hachem, qui est constamment si bon avec Moi!!]

<—>

-> Le Saba de Kelm rapporte la guémara (Béra’hot 57a) qui affirme que même nos rêves proviennent d’un ordre Divin.

Ainsi, lorsque Hachem accorde un mauvais rêve, cela compte comme une souffrance, et lorsqu’une personne a un bon rêve, elle se sent bien et il faut Le remercier pour ce cadeau.

<————->

-> Nos Sages (midrach Béréchit rabba 1,4) affirment qu’il valait la peine à Hachem de créer le monde uniquement pour la mitsva des bikourim, dans laquelle le propriétaire d’un terrain remplissait un panier contenant ses premiers fruits de sa récolte annuelle (bikourim) et les amenait comme don au Temple.

Le midrach (Tan’houma – Ki Tavo 1) dit que par le mérite de cette mitsva, le propriétaire méritera que toutes ses prières soient répondues.

=> Qu’est-ce que cette mitsva a-t-elle de si spéciale?

-> Le Alshich haKadoch (commentaire de la Haggada – tsé oul’mad) répond que l’essence de cette mitsva est d’apprécier les dons que nous fait Hachem, et de Le remercier pour cela.
Et cela est si puissant, que ça suffit pour que D. crée le monde.

<————->

Chaque jour, nous terminons chacune de nos 3 prières, par le : « alénou léchabéa’h laadon akol » = « il nous revient de louer Le Maître de Tout ».

-> Selon le ‘Hida (Ma’hzik Béra’ha 132), citant rabbi ‘Haï Gaon, cette prière est si spéciale que : « cela signifie qu’il n’y a pas de plus grande éloge/louange que nous pouvons donner à notre Créateur.
C’est au-dessus de toute louange qui peut être prononcée dans ce monde (véala al kol achéva’hot chébaolam) ».

C’est pourquoi, il dit que nous devons la réciter lentement, avec intention.

-> Le Kol Bo écrit que le : « alénou léchabéa’h » a été composée par Yéchoua bin Noun.
C’est une prière si élevée que nous devons la réciter en étant debout!
De plus, elle est si puissante qu’un des guéonim s’est interrogé sur comment nous pouvons avoir la permission de la dire en dehors de la terre d’Israël. En effet, il affirma qu’une telle louange ne devrait à priori être récitée que dans le lieu qui est le plus proche de Hachem.

-> Le rav Pinkous (Nefech Shimshon) écrit que nous traversons toutes les parties composant la prière, et cela révèle alors au grand jour de magnifiques trésors de bontés, et les forces du mal ont envie de venir nous les voler pour en alimenter le mal.
Nos Sages savaient qu’en terminant nos prières par « alénou léchabéa’h », cela permettrait de bâtir un mur de protection, qui a la capacité d’empêcher les forces du mal à prendre quoique ce soit des trésors générés par notre prière.

-> Le Séder haYom écrit que la prière de « alénou léchabéa’h » est une ségoula pour la protection.
En effet, elle protège une personne de tout mal qui pourrait lui arriver durant cette journée.

=> On voit à quel point cette prière qui est le summun des louanges que nous pouvons adresser à Hachem, peut générer des flux de bontés sur nous.
Il en découle qu’à chaque fois que nous avons la possibilité de louer D., nos paroles ont un pouvoir énorme, entraînant des conséquences positives au-delà de toute imagination.

==> Le plus nous louons/remercions Hachem, le plus nous nous permettons de bénéficier du meilleur dans notre vie!

<——–>

-> « Que Ta bonté, Hachem, s’étende sur nous, comme nous y comptons de Ta part! » (Téhilim 33,22)

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :