« Si tu rencontres en ton chemin un nid d’oiseaux sur quelque arbre ou à terre, de jeunes oiseaux ou des œufs sur lesquels soit posée la mère, tu ne prendras pas la mère avec sa couvée. Tu es tenu de laisser envoler la mère, sauf à t’emparer des petits ; de la sorte, tu seras heureux et tu verras se prolonger tes jours » (Ki Tétsé 22,6-7)

-> Il s’agit de la mitsva de chasser la mère du nid, et elle ne se fait que si la mère est en train de couver les œufs ou les oisillons avant qu’ils ne sachent voler.

-> « Honore ton père et ta mère, comme te l’a prescrit Hachem, ton D., afin de prolonger tes jours et de vivre heureux » (Vaét’hanan 5,15)

A l’exception de toutes les autres mitsvot, pour ces 2 là nous avons connaissance de la récompense (« prolonger tes jours »).

La guémara (Yérouchalmi Péa 1,1) fait remarquer qu’elles encadrent l’ensemble des mitsvot : le respect des parents étant vu comme la plus difficile des mitsvot (‘hamoura chébé’hamourot), et à l’opposé, le « chiloua’h akèn » est considérée comme la plus facile (kalla chébékallot).

Malgré cela, on peut constater que la récompense promise par Hachem est la même pour les 2 mitsvot, ce qui nous apprend que nous ne pouvons pas savoir qu’elle sera la récompense des mitsvot.
En ce sens, il est écrit : « Sois méticuleux [en accomplissant] une mitsva [apparemment] mineure, comme pour une mitsva conséquente, car tu ne connais pas la rétribution accordée pour les mitsvot. » (Pirké Avot 2,1)

<—>

-> On peut se demander pourquoi finalement la même récompense concerne une mitsva très lourde autant qu’une mitsva beaucoup plus légère?

Le Sfat Emet de répondre :
C’est que quand une mitsva paraît légère et semble ne pas avoir beaucoup d’importance, les gens risqueraient de ne pas tellement s’y consacrer. Il est naturel de chercher à faire ce qui est important plus que ce qui l’est moins.
Et cela même, confère une certaine difficulté d’accomplir ces mitsvot plus légères, car on les délaisse naturellement.
=> C’est cette difficulté qui rehausse leur récompense au niveau de celle des mitsvot plus importantes.

<————–>

-> Selon le Rambam, cette mitsva vise à nous interdire d’utiliser notre supériorité sur les animaux, au moment où une bête ne peut fuir et se protéger à cause de son instinct maternel qui lui interdit d’abandonner ses petits.

En effet, nous pouvons prendre les oisillons car ceux-ci sont par nature dans une situation de faiblesse, mais pour la mère se serait faire acte de cruauté que de profiter du sacrifice (au lieu de partir elle va rester pour sauver ses petits) pour la capturer.

Par cette mitsva, la Torah cherche à nous inculquer une leçon vitale : si déjà par rapport à un animal dépourvu d’intelligence, qui n’agit que par instinct, nous devons faire preuve de compassion, à plus forte raison sommes-nous tenus de manifester de la considération envers nos semblables.

=> Ainsi, n’exploitons jamais la faiblesse d’autrui, lorsqu’il est incapable de se protéger du fait de sa situation.

<—>

-> « Quiconque dit au sujet de [cette mitsva de] renvoyer la mère : « Ta miséricorde la prend en pitié », on le fait taire ». [michna Béra’hot 5,3]

Hachem ne manque pas de moyens pour protéger Ses créatures, sans avoir recours aux actions des hommes.
Ce n’est pas l’oiseau que D. prend en pitié, mais les hommes, pour épurer leurs cœurs de toute cruauté et les gratifier de belles vertus morales.
En effet, en étant cruel avec les animaux, on devient davantage cruel d’une manière générale, même avec les autres personnes.

<————–>

-> Rabbénou Bé’hayé, cite le Zohar, rapportant en détails comment cette mitsva réveille la miséricorde Divine sur le monde entier.

En effet, lorsque l’oiseau est envoyé au loin de son nid, il est rempli de chagrin sur la destruction de son nid et de comment il est brusquement séparé de ses oisillons.
Il est tellement bouleversé qu’il a envie de se tuer.

En raison de cette grande tristesse, l’ange en charge des requêtes des oiseaux, va demander de la compassion pour cet oiseau.
C’est à alors que Hachem, qui « est bon pour tous, sa pitié s’étend à toutes ses créatures » (Téhilim 145,9), va étendre son abondante compassion sur tous ceux qui souffrent et qui ont besoin de miséricorde.

=> Ainsi, une personne qui va réaliser la mitsva de « chiloua’h haken », va stimuler la miséricorde pour le monde entier, et par ricochet sur elle également.

<————–>

-> Le Gaon de Vilna (sur Michlé 30,17) dit que chasser la mère oiseau, est un acte cruel et sans cœur, à l’opposé de la mitsva de respecter ses parents, qui est un acte de compassion et d’amour.
C’est ce contraste qui fait que ces 2 mitsvot vont amener la même récompense.

En effet, la pleine mesure d’une personne s’exprime lorsqu’elle réalise une mitsva qui est contraire à sa tendance naturelle.
Certaines personnes sont gentilles de nature : la mitsva de respecter ses parents se fait alors facilement, par contre, il leur sera difficile d’agir avec cruauté, comme dans la mitsva de renvoyer la mère qui est avec ses petits ne sachant pas voler.
Pour d’autres personnes, cela sera l’inverse.

Nous recevons une récompense pour le fait d’avoir agit selon la volonté de Hachem, et non en fonction de notre logique et de nos incitations naturels.
Ainsi, pour être considéré comme un homme entier (adam chalèm) dans sa pratique de la volonté de D., il faut posséder ces 2 traits de caractère diamétralement opposés.

=> Ces 2 mitsvot ont la même récompense, car elle partage un objectif commun : démontrer un attachement total à Hachem.

Selon le Gaon de Vilna, cette mitsva n’a pas été créé pour développer de la compassion, au contraire, nous devons aller contre notre nature, nous devons être insensible à la souffrance de la mère oiseau. Cela témoigne alors que nous n’agissons que selon la volonté de D., peu importe ce que l’on ressent comme compassion.

Le Gaon de Vilna fait remarquer l’appellation de Avraham après avoir passé sa 10e et plus dure épreuve : la Akéda Yitsa’hak : « Maintenant, Je sais que tu es [un homme] craignant D. (yéré Elohim) » (Vayéra 22,12)
=> Est-ce que les 137 années de sa vie avant la Akéda n’ont-elles pas suffit à prouver qu’il était un tsadik?

Le Gaon de Vilna dit que jusqu’à cette épreuve, Avraham était connu pour son hospitalité et sa très grande bonté, mais il n’avait pas été testé sur l’opposé : la cruauté.
Peut-être qu’il ne faisait que suivre son instinct plein de gentillesse à l’écart des autres.

Ce n’est qu’une fois qu’il a été prêt à offrir en sacrifice son fils, un acte cruel et sans cœur, agissant à l’opposé de sa nature, et réalisant l’impensable pour une personne possédant autant de compassion que lui, qu’il a été dénommé ainsi.
En effet, sans hésitation, Avraham a choisi de faire la volonté de Hachem, il y a alors prouvé rétroactivement que chacun de ses actes était motivé par D., et non par sa nature interne, et c’est pourquoi il a été alors appelé : « un craignant D. »

<————–>

-> La guémara (Yérouchalmi Péah 1,1, basée sur Michlé 30,17) écrit que de même que les mitsvot de respecter ses parents, et de « chiloua’h haken » reçoivent une récompense identique, de même, elles amènent une punition similaires :
– Si quelqu’un ne respecte pas ses parents comme il le faut, des corbeaux, qui sont cruels, vont picorer et déchirer sa chair.
– Si quelqu’un ne réalise pas le « chiloua’h haken » comme il le faut, des aigles, qui sont compatissants, vont festoyer sur lui.

-> Le Gaon de Vilna explique que la punition correspond parfaitement, mesure pour mesure :
– lorsque l’on ne respecte pas ses parents correctement, c’est qu’on a été trop cruel avec eux.
En punition, sa peau est déchirée par des corbeaux, oiseaux pleins de cruauté, puisqu’attaquant sa proie non pas pour manger, mais uniquement par méchanceté.

– lorsque l’on n’a pas réalisé correctement le « chilou’ah kahen », c’est qu’on avait trop de compassion mal-placée.
En punition, sa peau est mangé par un oiseau qui est compatissant : l’aigle, qui mange sa proie afin de se nourrir.

<—>

-> Le Méam Loez écrit que cette mitsva nous donne une leçon quant à nos relations avec nos enfants.
Comme par nature les oiseaux sont effrayés par les hommes, la mère oiseau a peur mais reste sur le nid par dévouement pour ses petits.
Nous devons faire preuve d’un dévouement comparable pour nos enfants.

<————————->

-> Il est écrit dans le Tikouné Zohar et dans les écrits du Arizal que la réalisation de la mitsva de « Chiloua’h haken » rapproche le moment de la guéoula.
[le ‘Hida – Dvach Léfi]

-> Hachem promet : « Si vous renvoyez la mère oiseau, Je réaliserai la prophétie : « Voici, Je vous envoie le prophète Eliyahou » (Mala’hi 3,23). »
[midrach Dévarim rabba 6,7]

-> Si tu « renvoie la mère », quelle sera ta récompense?
« Tu prendras les petits » = c’est-à-dire que tu auras des enfants.
[midrach Dévarim rabba 6,6]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :