« Lorsque tu mangeras et que tu seras rassasié, tu béniras Hachem, ton D., pour ce bon pays qu’Il t’a donné » (Ekev 8,10)

b’h, Nous allons voir une compilation de commentaires du Méam Loez sur ce verset :

-> Il existe un principe bien connu selon lequel, avant d’avoir récité une bénédiction, la nourriture que nous nous apprêtons à consommer appartient à Hachem. En effet, c’est uniquement après la bénédiction que l’aliment est considéré comme le nôtre.
Après avoir exprimé notre gratitude à D. en Le remerciant par une bénédiction, nous pouvons considérer la terre comme la nôtre.
[tu béniras Hachem => ce bon pays qu’Il t’a donné]

<—>

-> Nous devons nous laver les 2 mains avant de prendre un repas de pain, même si elles sont tout à fait propres.
Les mots de la bénédiction récitée après l’ablution sont : « al nétilat yadaïm » (nous a ordonné l’ablution des mains – על נטילת ידיים). Les initiales de ces mots composent : « ani » (עני – pauvre) ; ceci nous indique que la négligence de cette mitsva conduit à la pauvreté.

Quiconque ne se lave pas les mains avant le repas, son âme sera noyée dans les eaux impétueuses, dans le monde à venir (olam aba).
[…]

Procéder à l’ablution des mains avant le repas rend l’homme semblable à un ange …

A la table de chaque juif sont assis 2 anges, l’un s’appelle : « Tov Ayin » (généreux) et l’autre « Ra Ayin » (avare).
Si un homme respecte les lois de l’ablution des mains, l’ange Tov Ayin s’exclame : « Cette table est la table de D.! »
Et si un homme néglige cette mitsva, Ra Ayin affirme : « Cet homme m’appartient! »
[…]

Ce sont le roi Salomon et son Beith Din qui ont institué l’ablution des mains avant le repas.
En retour, une voix céleste a exprimé son approbation en citant les paroles de Michlé (23,15) : « Mon fils, si ton cœur est sage, mon cœur sera heureux aussi » (guémara Erouvin 21b).

<—>

-> Avant le repas, il faut poser du sel à table.
Pendant que tous les convives terminent l’ablution, le Satan risque d’accuser ceux qui sont déjà assis à table de n’accomplir aucune mitsva. Nous plaçons donc du sel sur la table pour que l’alliance de sel nous protège.
Quelle est cette alliance?

Au moment de la Création, l’eau s’est plainte à D. : « Maître du monde! Le monde est partagé en 3 : le désert, les régions habitées et la mer. La Torah va être donnée aux juifs dans le désert, le Temple sera construit dans une région habitée, mais la mer n’a reçu aucun mérite! »
Hachem a alors promis à la mer qu’après la construction du Temple, on verserait toujours du sel sur les sacrifices.

Comme la table est comparable à un autel et la nourriture aux sacrifices (korbanot), nous devons saler le pain après avoir récité la bénédiction de haMotsi.

Dans le verset (Vayikra 2,13) décrivant l’offrande (korban min’haté’ha), la Torah mentionne le sel à 3 reprises. On trempe donc 3 fois le pain dans le sel.

Ensuite, on prend le pain de ses 2 mains en y apposant les 10 doigts dessus. Ceci évoque les 10 mitsvot que nous avons reçues concernant la nourriture (ex: bikourim, lékét, chikha, péa, ‘halla, masser, …)
[…]

La bénédiction sur le pain est : « … amotsi lé’hem min aaréts » (qui fait sortir le pain de la terre).
C’est difficile car c’est le blé, et non le pain qui sort de la terre …
Une explication est liée à notre foi qu’à la venue du machia’h, nous n’aurons pas à peiner pour produire le pain, mais qu’il nous sera donné tout prêt.

<—>

-> Si un homme mange et boit dans sa maison et ne réjouit pas les pauvres, le Satan l’accuse.
En effet, les pauvres sont la part de D. ; Il veut qu’ils se réjouissent.

Lorsque D. voit que l’on ne s’occupe pas des pauvres, Il désire détruire le monde.
Les anges interviennent : « Aie pitié et ne détruis pas le monde! »
Hachem leur répond : « J’ai créé le monde pour que les hommes soient charitables les uns envers les autres. A présent regardez! Ils ne font pas la charité aux pauvres! »

A ce moment-là, les anges admettent : « C’est vrai. Regardez un tel et un tel qui mange et boit sans rien donner aux pauvres ».
Alors le Satan vient et profère des accusations. C’est pourquoi, lorsqu’une dispute éclate à table, c ‘est un signe que le Satan accuse.

<—>

-> Pendant le repas, on peut accomplir 2 mitsvot : chercher à inviter un pauvre pour accomplir la mitsva de charité, et entretenir des discussions de Torah.
Ces habitudes donnent à la table où nous mangeons le statut d’un autel.

D’une part, la nourriture que nous donnons aux pauvres est équivalente à un sacrifice apporté à D. sur l’autel.
D’autre part, les paroles de Torah remplissent le rôle des lévi’im qui chantaient des louanges à D. lors du service au Temple.
Cependant, comme tous les juifs ne sont pas capables de parler de Torah, nos Sages ont composé des zémirot, des hymnes pour accompagner le repas.
Chanter des zémirot correspond au service des lévi’im dans le Temple, ce qui renforce la comparaison de la table à un autel.

Il existe une raison supplémentaire d’étudier la Torah pendant le repas. Manger et boire sont des plaisirs physiques qui si on en abuse peuvent conduire à l’augmentation des désirs et à la faute.
Discuter de Torah et chanter des hymnes sert d’antidote au yétser ara.
[…]

Celui qui parle de Torah à table est accompagné par 2 anges : l’un s’assoit à sa droite et l’autre à sa gauche.
Ces anges rapportent au Ciel les paroles de Torah prononcées à sa table et bénissent la personne qui prend son repas.

La michna y fait allusion : « Si 3 personnes [l’homme et les 2 anges] sont assis à table et étudient la Torah, elles sont considérées comme ayant mangé à la table de D. » (Pirké Avot 3,3)

<—>

-> Si l’on a mangé un morceau de pain du volume d’une olive (kézayit), on a l’obligation de réciter le birkat hamazon.
Certes, il est écrit : « Lorsque tu mangeras et que tu seras rassasié, tu béniras Hachem, ton D. » (Ekev 8,10), impliquant que cette bénédiction doit être récitée lorsque l’on est totalement rassasié.
Pourtant selon la loi juive, il faut dire le birkat hamazon, même après avoir consommé la quantité minime d’un kazayit.

La guémara (Béra’hot 20b) rapporte que les anges ont demandé à D. pourquoi Il favorisait Israël, comme il est écrit : « Que D. te favorise » (yissa Hachem panav élé’ha), alors que la Torah dit : « le D. redoutable qui ne fait pas de favoritisme » (acher lo yissa panim – Ekev 10,17).

Hachem a répondu aux anges qu’un peuple qui va au-delà de ce qu’exige la loi et loue D. même après avoir mangé une si petite quantité de nourriture mérite une considération particulière.
[…]

La 1ere bénédiction du birkat hamazon a été rédigée par Moché …
La 2e bénédiction a été instauré par Yéhochoua …
La 3e bénédiction a été ajoutée par le roi David et son fils Salomon …

Elles trouvent leur source dans le verset : « Lorsque tu auras mangé et que tu seras rassasié, tu béniras Hachem, ton D., pour ce bon pays qu’Il t’a donné » (Ekev 8,10)
La 1ere bénédiction = « Lorsque tu auras mangé » + « tu béniras » ; la 2e bénédiction = « ce pays » ; la 3e bénédictions = « bon » (= Jérusalem et le Temple) …

La 4e bénédiction a été composée après le massacre de la ville de Bétar par les romains (empereur Hadrien), et Rabban Gamliel a fixé une période de jeûne et de prière qui a permis que le décret soit aboli.
Le mot « hatov » loue D. pour le miracle qu’aucun des cadavres ne se soit décomposé, et le mot « hamétiv » loue D. pour la permission de les enterrer qui a enfin été accordée.

<—>

-> Après le repas et avant de prononcer la bénédiction sur la coupe de vin, on dit : « koss yéchouot essa ouvé’chem Hachem ékra » (Je lève la coupe de délivrance et j’invoque le Nom de D.).
=> A quelle coupe le roi David fait-il allusion dans ce verset des Téhilim? Dans quel contexte faut-il le comprendre?

La guémara (Pessa’him 119b) nous en donne l’explication : après la venue du machia’h, D. fera un festin pour les tsadikim.
Il demandera à Avraham de conduire le birkat haMazon [en disant la bénédiction sur la coupe de vin].

Notre Patriarche refusera en expliquant qu’il a donné naissance à Ismaël.
Its’hak refusera la coupe à cause de son fils Essav.
Yaakov refusera parce qu’en épousant 2 sœurs, il n’a pas observé un commandement, or la Torah est mentionnée dans cette dernière bénédiction.
Moché refusera parce que n’ayant pas été autorisé à entrer en terre sainte [d’Israël], il ne pourra pas dire le passage relatif à la terre d’Israël.
Yéhochoua refusera aussi car mentionner le Temple dans le birkat haMazone serait humiliant, car il n’a pas eu de fils qui comme David aurait pu commencer la construction du Temple.

Lorsqu’on demandera à David de prendre la coupe, il acceptera cet honneur.
Telle est donc « la coupe de délivrance dont parle David dans les téhilim …

Le pluriel « délivrances » fait référence à la délivrance personnelle de David (expiation totale de sa faute avec Batchéva) et à la délivrance du peuple juif à l’époque du machia’h.

Il existe des raisons supplémentaires au choix de David pour conduire le birkat haMazone parmi les tsadikim de toutes les époques : David était destiné à mourir à sa naissance mais Adam, qui devait vivre 1 000 ans, lui a donné 70 ans de sa vie. David pourra donc être considéré comme le plus âgé des convives présents au banquet.
De plus, il a ainsi été un invité ou un voyageur en ce monde-ci, et on donne toujours à l’invité l’honneur de réciter le zimoun.

<—>

-> Après le birkat haMazone, tous les convives goûtent du vin.
Il faut balayer les miettes de pain tombées au sol car marcher sur des aliments est un marque de mépris pour la nourriture.
Quiconque montre du mépris pour le pain ou le jette aux convives au lieu de le poser devant eux deviendra pauvre (Zohar – Pin’has 244).

La guémara (‘Houlin 105b) raconte l’histoire d’un homme poursuivi par l’ange responsable de la pauvreté. L’ange ne parvenait pas à appauvrir cet homme car ce dernier veillait scrupuleusement à ne jamais laisser traîner de miettes à terre.

Un jour, l’homme a mangé sur l’herbe et l’ange s’est dit : « Ah! Maintenant, cet homme va tomber entre mes mains! »
Cependant à la fin de son repas, l’homme a pris une sarclette, a nettoyé l’endroit et a jeté les miettes à la rivière.
L’ange de la pauvreté s’est alors exclamé : « Malheur à moi! Je vais partir d’ici car cet homme m’a chassé de son domaine et il m’échappe constamment! »

<—>

-> Comment bénir D. alors qu’Il est Lui-même la source de toutes les bénédictions?

En réalité, les « bénédictions » que nous prononçons sont une forme de louange et de remerciement à D. pour Sa bonté envers nous.

<—>

-> b’h, au sujet du birkat hamazone, voir également : https://todahm.com/2013/12/01/birkat-hamazone

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :