« Lorsqu’une âme faute » (néféch ki té’héta – Vayikra 4,2)

=> Pourquoi l’âme est-elle blâmée pour la faute, alors que sans le corps le péché n’aurait pas été commis?
Le péché n’existe seulement parce que l’âme se trouve dans le corps.

La réponse à cette question est offerte par rabbi Chimon bar Yo’haï : avant d’envoyer une âme dans le monde, Hachem l’enjoint d’observer les commandements de la Torah.
Il lui montre le haut niveau qu’atteignent les âmes ayant quitté ce monde pures. Il habille l’âme d’une lumière forte ressemblant au corps à l’intérieur duquel l’âme est destinée à entrer. Il ordonne à l’âme de méditer à la grandeur de son Créateur.

3 jours avant sa venue au monde, l’âme est amenée par Hachem au Gan Eden où Il se promène avec elle, si l’on peut s’exprimer ainsi.
Elle contemple la grandeur des tsadikim qui y résident puis revient à sa place.
Hachem la pare de façon splendide et la fait ensuite pénétrer dans le corps qui lui a été destiné.

Si l’âme se souille par la faute, la Torah pousse un cri et lui dit : « Après avoir vu toute cette splendeur, comment as-tu l’audace de te rebeller contre ton Créateur? ».

La Torah dit donc : « Lorsqu’une âme faute » = l’âme qui a vu toute la splendeur et le bien que les tsadikim goûtent au Gan Eden a eu l’audace et la folie de se rebeller contre son Créateur!
[…]

La Torah nous apprend qu’il ne faut pas négliger les fautes involontaires ou les considérer sans importance. Le mal qu’elles causent est considérable.

Cela est comparable à un homme vêtu de beaux vêtements propres, qui à la suite d’une chute, renverse sur lui une bouteille, il n’en reste pas moins que ses vêtements sont sales.
De même, l’âme humaine, pure et sainte, provient d’un lieu extrêmement élevé. Chaque fois qu’une faute est commise, l’âme est souillée.

Le roi Salomon dit : « Qu’à tout moment, tes vêtements soient blancs et qu’il ne manque pas d’huile sur ta tête » (Kohélét 9,8).
Le vêtement dont parle ce verset est l’âme, qui ressemble à un vêtement pour le corps. L’homme doit s’imaginer qu’il est vêtu d’un bel habit blanc et propre et qu’il porte une bouteille d’huile sur la tête.
Combien doit-il marcher prudemment afin que la bouteille d’huile ne tombe pas et ne tâche pas ses vêtements blancs.

Etant donné qu’une faute, même involontaire, cause une grand dommage à l’âme, la Torah dit : « Lorsqu’une âme commet un péché » (v.4,2).

[Méam Loez – Vayikra 4,11-12]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :