« [Yossef] répliqua : « Loin de moi d’agir ainsi! L’homme aux mains duquel la coupe s’est trouvée, sera mon esclave ; quant à vous, retournez en paix auprès de votre père ». » (Mikets 44,17)

-> Le midrach Tan’houma explique les paroles de Yossef à ses frères :
« Je crois savoir pourquoi votre jeune frère a dérobé la coupe. Il m’a vu pratiqué la divination avec cette coupe, et voulait l’utiliser pour retrouver son frère disparu. Il m’a tout raconté à ce sujet.

Je sais que son frère ne vous avait rien volé, qu’il ne vous avait fait aucun mal, mais pourtant, vous avez dit à votre père qu’une bête féroce l’avait mis en pièce.
A présent, faites de même avec Binyamin. Il a dérobé et vous a causé du tort. Dites à votre père que lui aussi a été tué par une bête féroce.
Je ne le mettrai pas à mort. Il me suffit que Binyamin reste ici comme mon esclave. Vous pouvez aller en paix chez votre père. »

<—>

-> Le Méam Loez (v.44,17) écrit :
Yossef ne désirait que le bien de ses frères. Il les aimait, et voulait les faire souffrir afin de racheter le terrible péché commis à son encontre. Il était préférable pour eux que leur châtiment se réalise en ce monde plutôt que dans le monde à venir.
Par amour pour eux, il fit en sorte qu’ils puissent expier leur péché.
[…]

Yossef vit que ses frères étaient visiblement liés les uns aux autres. Pourtant, il voulut s’assurer qu’ils témoignaient du même attachement pour Binyamin.
Peut-être haïssaient-ils Binyamin comme ils l’avaient lui-même détesté, du fait que Binyamin était le préféré de son père.

Yossef cacha donc la coupe dans le sac de Binyamin afin de s’assurer que ses frères l’aimaient et se souciaient de son bien-être.

-> Le Séfer haYachar explique que si en découvrant la coupe dans le sac de Binyamin, les frères continuent leur route (nous devons apporter de la nourriture à nos familles qui sont affamées!), l’abandonnant derrière, alors il est clair qu’ils n’éprouvent aucun sentiment fraternel.

<—>

-> Le Abarvanel explique que Yossef a conduit à l’arrestation [suite à la coupe retrouvée chez Binyamin] de ses frères très tôt le matin, à une heure où la ville est encore endormie, afin de leur éviter toute souffrance inutile.

-> Rabbénou Bé’hayé explique que Yossef ne les laissera pas partir très loin [avant de les accuser du vol de la coupe], car il ne veut pas que ses frères se fatiguent inutilement.

<———–>

-> Pour le bien de ses frères, Yossef a dû aller à l’encontre de son inclinaison naturelle de leur témoigner plein de chaleur et de compassion, provenant d’intenses sentiments d’amour fraternel à leur égard.

C’est pourquoi, avant même qu’il ne s’adresse à eux [lors de leur 1ere venue], un messager Divin vient le mettre en garde :
« Yossef, tes frères t’ont jeté dans un puits, et c’est à eux que tu dois d’avoir été vendu à 4 reprises. Même s’ils ont agi de bonne foi en pensant ne faire que leur devoir, tu ne dois pas leur pardonner sans mener cette confrontation à sa conclusion logique. Il importe qu’ils comprennent exactement où ils ont fauté. »
[Aggadat Béréchit 72]

-> Comme ils ont commis plusieurs fautes contre Yossef, Hachem désire les punir dans ce monde-ci afin de leur accorder leur part entière dans le monde futur.
[le paiement de nos fautes est infiniment moins cher dans ce monde que dans le monde à venir!]

-> Les frères ont cherché à faire du mal à Yossef, et il en est finalement résulté un très grand bien.
Inversement, Yossef va donner l’impression de les traiter durement, mais ce sera pour le bien de tous.
[Abarvanel]

<———–>

-> Yossef ne provoqua pas ses frères pour les tourmenter et se venger.
Il ne poursuivait qu’un seul but : s’assurer qu’ils l’aimaient. En fonction de leurs sentiments pour Binyamin, il put vérifier leurs sentiments à son égard.

Face à l’attitude de Yéhouda, il comprit que ses frères nourrissaient de bons sentiments à l’égard des fils de Ra’hél. C’est pourquoi il décida alors de révéler son identité.
[…]

De plus, Yossef ne souhaitait ni embarrasser ses frères, ni leur dévoiler brusquement son identité, car cette annonce risquait de les tuer.
[…]

Yossef commença par préparer ses frères en disant : … Comment pouvez-vous mentir ainsi? Comment avez-vous la certitude de la mort de votre frère? Je l’ai acheté comme esclave, et je veux l’appeler tout de suite.
Yossef se mit alors à appeler : « Yosef! Yosef! Yossef, fils de Yaakov, vient immédiatement! Viens parler à tes frères! »

Ses frères regardèrent autour d’eux attendant l’apparition de Yossef. Lorsque ce dernier vit qu’ils étaient suffisamment préparés, il dit : « Que cherchez-vous? Je suis Yossef! Mon père est-il encore ne vie? »
[Méam Loez – Vayigach 45,1]

<————>

+ « [Yossef éleva sa voix avec des pleurs] Les égyptiens l’entendirent, la maison de pharaon l’entendit » (Vayigach 45,2)

-> Yossef pleura si fort [après s’être révélé à ses frères] qu’on l’entendit à travers toute la capitale égyptienne, jusqu’au palais de Pharaon.
[Méam Loez]

<—>

+ « Il dit à ses frères : Je suis Yossef. Mon père vit-il encore?
Mais ses frères ne purent lui répondre, car il les avait frappés de stupeur. (Vayigach 45,3)

-> La vie s’échappa du corps de ses frères, tant leur frayeur était immense. Hachem les ressuscita ensuite miraculeusement.
[Méam Loez]

<—>

+ Yossef dit à ses frères : Approchez-vous de moi, je vous prie.
Et ils s’approchèrent. Il reprit : Je suis Yossef, votre frère, que vous avez vendu pour l’Egypte. Et maintenant, ne vous affligez pas, ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ce pays …Hachem m’a envoyé avant vous sauver la vie … Non, ce n’est pas vous qui m’avez fait venir ici, c’est D., et il m’a fait devenir le père de Pharaon » (Vayigach 45,4-13)

-> Selon le Tsor haMor, lorsque ses frères s’approchèrent, Yossef leur chuchota : « Je suis Yossef, votre frère, que vous avez vendu à l’Egypte ». Il leur dit cela calmement, pour que Binyamin n’entende pas. Il leur promit aussi de ne pas le révéler à leur père.

-> Le Méam Loez enseigne que Yossef a fait sortir tout le monde pour éviter à ses frères de subir la honte de sa révélation public.
Il se dit : « Mieux vaut qu’ils me tuent plutôt que je commette l’équivalent moral d’une effusion de sang en les humiliant publiquement. »

Selon une autre opinion, les frères de Yossef s’apprêtaient effectivement à le tuer. L’ange Gabriel apparut soudain, et les dispersa aux 4 coins du palais.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :