« Du bois de cèdre, du ver à soie et de l’hysope » (Métsora 14,6)

-> Ces éléments devaient être pris par le lépreux pour sa purification.
Nos Sages expliquent que le lépreux qui s’est enorgueilli comme le cèdre (arbre très haut, large et imposant, symbolise l’arrogance – Rachi), doit se rabaisser comme le ver et l’hysope (arbrisseau, symbole d’humilité – Rachi).
[une des raisons de cette plaie est l’orgueil]

=> Le processus de purification du métsora voulait que l’on brûle le cèdre et l’hysope. Si on comprend que l’on brûle le cèdre allusion à l’orgueil, pourquoi brûler l’hysope, qui indique l’humilité?

C’est que pour celui qui ressent qu’il est modeste et humble, cela aussi est répréhensible et se rapproche de l’orgueil (JE suis = rien = je m’enorgueillis de n’être rien!).

Il faut donc brûler l’hysope pour signifier que même quand on se rabaisse, il ne faut pas ressentir que l’on s’est rabaissé et que l’on a fait une grande chose.

La véritable modestie c’est quand elle devient tellement naturelle qu’on ne la sent même pas.
[‘Hidouché haRim]

<—–>

-> « tola’at » (תוֹלַעַת) se traduit par : « un fil écarlate » ou bien plus littéralement : « du ver [à soie] ».
Cela fait allusion au fait que le peuple juif est comparé à un ver (« Ne crains rien, ver (tolaat – תּוֹלַעַת) de Yaakov » – Yéchayahou 41,14).

De même que la force principale d’un ver réside, dans sa bouche avec laquelle il file la soie, de même la force du peuple juif se trouve dans sa capacité à parler des mots de sainteté avec sa bouche par la Torah et la prière.

L’hysope rappelle au métsora l’importance de l’humilité.
Le « fil écarlate » (qui est du rouge vif) nous enseigne qu’on ne doit jamais avoir peur d’ouvrir sa bouche pour poser des questions afin d’acquérir des connaissances en Torah, même si pour cela on doit devenir rouge écarlate de honte.
Nous devons demander jusqu’à comprendre totalement la Torah.
[‘Hatam Sofer]

[ne pas demander est un signe d’orgueil = je préfère me taire plutôt que de montrer mon ignorance.
Ma recherche de vérité vaut bien cette « petite honte » dans ce monde car telle est la volonté de D., qui sinon risque de devenir une honte éternelle dans le monde à venir (de ne pas avoir acquis la Torah pour préserver son égo dans ce monde éphémère).]

<—>

-> La guémara (Moéd Katan 16b) nous rapporte que lorsque le roi David allait en guerre il était dur comme le bois, mais lorsqu’il étudiait la Torah dans le beit midrach, il se faisait souple comme le ver.

Le métsora amené du bois et du fil écarlate (tola’at = litt. un ver) pour faire allusion à ces 2 traits de caractère.
Il doit se faire humble, comme un ver sans prétention, et en même temps il doit s’élever pour faire face aux défis, de devoir dominer son yétser ara, et ne pas tomber dans ses pièges.

[« bois de cèdre » (éts éréz) : le rav Yaakov Schechter fait remarquer que le mot : « cèdre » (éréz – ארז) a la même guématria que : « Yits’hak » (יצחק), qui représente la force (guévoura).]
[le Ohév Israël – Rabbi Avraham Yéhochoua Hechel d’Apta]

[tant que l’on vit, nous menons tous une guerre contre notre yétser ara. Ainsi un juif doit certes être humble (comme le ver), mais par moment il est nécessaire d’empêcher le yéter ara de nous dominer en étant très dur (comme le bois).

De plus, le yétser ara cherche à insérer en nous de la tristesse, du doute. Par exemple, lorsqu’il nous fait croire que nous sommes des bons à rien, qu’il nous fait culpabiliser après avoir fait une faute, nous devons nous dresser comme un cèdre majestueux et lui dire que tous les juifs sont saints (même avec les pires fautes) et qu’avec quelques mots de téchouva on peut repartir de zéro en étant de nouveau aimé par Hachem.
A l’inverse lorsqu’il cherche à développer de l’orgueil en nous, nous devons lui rappeler que même le ver viendra bientôt nous dévorer car la vie est courte et des comptes précis seront à rendre.]

<——————->

-> Puisque l’hysope, tout comme le cèdre, est un végétal, contrairement au ver à soie, pourquoi le verset ne les a-t-il pas réuni en disant : « du bois de cèdre, de l’hysope et du ver à soi », comme c’est le cas lors de la purification par la vache rousse, dans la paracha de ‘Houkat ?

La Tsaraat (sorte de lèpre) est une punition Divine pour la médisance. Or le ver, en plus d’être un message d’humilité, a aussi la caractéristique de pouvoir ronger avec sa bouche.
=> En juxtaposant le cèdre et le ver, la Torah enseigne que le médisant doit réfléchir au fait qu’il agit comme le ver (minuscule en taille), mais cependant il peut ruiner même un cèdre [d’apparence majestueuse] par sa bouche.
[Kli Yakar]

[notre médisance est tellement minuscule à nos yeux (ça va ce n’est que quelques mots!), mais ses conséquences sont en réalité tellement énormes!]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :