+ Pourquoi la Torah insiste-t-elle pour qu’on se rappelle de la sortie d’Egypte?

C’est pour que si un homme se demande comment va-t-il se rapprocher d’Hachem après toutes les fautes qu’il a commises, alors il se rappellera qu’en Egypte nos ancêtres furent enfoncés dans les 49 portes de l’impureté (sur 50), et malgré cela ils ont pu se rapprocher de la sainteté. [au point même de devenir la génération qui a reçu la Torah!]
Ce souvenir l’aidera constamment à se rapprocher de D.

[le Divré ‘Haïm]

Lorsqu’ils fautent, les gens utilisent l’excuse qu’ils ne sont que des êtres humains, et qu’un humain n’est pas un ange.
En effet, ils ne le sont pas, puisqu’ils sont bien supérieurs [aux anges, qui eux n’ont pas de libre arbitre].

[l’Alter de Slabodka]

« Chaque juif est un « membre » de la Présence Divine (ché’hina).
Tant qu’un membre est attaché à un corps, il y a toujours un espoir pour qu’il puisse être guéri, mais une fois coupé, il dépérit.
De même, un juif peu importe jusqu’où il a pu s’éloigner de Hachem et de la Torah, il restera toujours connecté à l’éternité, à moins qu’il est pu commettre une des fautes qui entraîne son âme d’être coupée de l’éternité du peuple juif. »

[Baal Chem Tov]

« Quand un juif souhaite se rapprocher d’Hachem, mais qu’il pense qu’il est tellement submergé par la faute qu’il n’a plus d’espoir, alors il devra réfléchir combien Hachem aime chaque juif, même celui qui est au plus bas. Car même de là où il est, il peut encore s’élever et s’attacher à son Créateur.
Quand il méditera à l’amour puissant qu’Hachem a pour lui, cela l’aidera à se rapprocher. »

[Imré Elimelekh]

« Il n’y a pas de « maintenant » (עַתָּה) si ce n’est pour un langage de téchouva »
[midrach Béréchit rabba 21 – en véata ella lachon téchouva]

-> Le Avodat Israël commente :
En effet, le mauvais penchant décourage l’homme de la Techouva en lui rappelant qu’il est plein de fautes et n’a donc plus d’espoir.
Alors, il faut lui répondre : « Certes j’ai commis plein de fautes, mais c’est du passé! Et maintenant, je vais changer et me repentir! »

[le yétser ara nous pousse à remettre à plus tard nos bonnes résolutions. Nous devons le combattre avec ses armes : Juste maintenant, j’accomplis la volonté de D., et ensuite on verra …]

<———–>

-> « Même le plus grand racha, si on lui promettait qu’il finira par connaître Hachem et par devenir un tsadik, il serait prêt à supporter toute la difficulté de la Torah et des mitsvot avec joie.
Mais le problème c’est qu’il désespère et n’y croit pas. Il se dit que puisqu’il ne sera jamais un tsadik, alors mieux vaut qu’il se laisse aller à tout ce que son cœur désire! »
[‘Hatam Sofer]

=> Tout juif a une partie Divine en lui, et il a donc de sublimes potentialités à exprimer.
Et maintenant : regarde la vie avec positivisme, cherche à construire, et non pas à justifier de faire « tout ce que ton cœur désire ».

<—>

-> Le Rambam (Hilkhot Téchouva 7,4) : « Une personne qui a fait téchouva est aimée et chérie par D., comme si elle n’avait rien transgressé. »

« A la fin, ce n’est pas les années de ta vie qui comptent, mais plutôt la vie dans tes années! »

[rav Avraham Linkener]

« Lorsque vous êtes né, vous avez pleuré et tout le monde s’est réjoui.

Vivez votre vie de telle manière que lorsque finalement vous mourrez, tout le monde pleurera et vous vous réjouirez [grâce à la conscience de toutes les bonnes actions que vous aurez pu accumuler et qui vous accompagneront pour l’éternité!].« 

[rabbi Naftali de Berditchev]