Il est plus bénéfique pour l’homme d’observer à l’intérieur et de voir ce qui se passe en lui [ex: ce qui lui permet de faire téchouva, de s’améliorer, de connaître ses forces/faiblesses], plutôt que de regarder aux cieux et de voir ce qui s’y passe.

[rav Shalom Schachne de Prohbisht]

« Car la chose est très proche de toi : dans ta bouche et dans ton cœur pour l’accomplir » (Nitsavim 30,14)

-> La bouche (פה) et le cœur (לב), lorsqu’ils sont écrits pleinement (פ »ה ה »י et למ »ד בי »ת soit 586), ils ont la même guématria que le mot Shofar (שופר), soit 586.

C’est une allusion à la puissance de la téchouva que contient le Shofar.
Nous devons faire téchouva à la fois avec nos lèvres (bouche) et à la fois avec notre cœur.
La partie essentielle de la téchouva est celle provenant de notre cœur.

[Ben Ich ‘Haï]

Chaque faute que nous faisons nous ajoute une couche d’impureté, une barrière de séparation plus épaisse avec notre essence interne (âme), ce qui nous rend alors plus éloignés de Hachem.

La Téchouva est le retour d’un juif à son essence (ce qu’il est vraiment), et à casser ces barrières qui le séparent d’Hachem.
Ainsi, Hachem ne quitte pas un juif lorsqu’il faute, mais c’est plutôt le juif qui perd contact avec Hachem, qui réside toujours en lui dans l’essence de son âme.

[Maharcha – Dracha léShabbath Shouva]

<—>

-> D’une façon similaire, le ‘Hida (guémara Kidouchin 59a) enseigne :
Lorsque nous réalisons une faute (avéra), cela va créer des barrières de fer entre nous et Hachem.
Lorsque nous faisons téchouva, nous démolissons ces barrières.

Le Guéhinam qu’on éprouvera dans le monde à venir pour nos fautes est le très douloureux embarras de faire face à la Vérité des erreurs de notre vie.

La guémara (Béra’hot 12) enseigne : « Celui qui commet une faute et qui en est embarrassé, est pardonné ». Le profond sentiment de honte est en soi une forme de Guéhinam.

[rabbi Tsadok haCohen de Lublin]

« C’est seulement par la téchouva que le peuple juif sera délivré.
La Torah a déjà promis que les juifs se repentiront à la fin de leur Exil, et seront immédiatement délivré. »

[Rambam – Hilkhot Téchouva 7,5]

[b’h, que nous puissions tous faire une belle téchouva dans la joie, alors que tout va bien ; plutôt que d’en être forcés/contraints par de difficiles événements]

+ « D. ne délaisse pas à tout jamais » (Eikha 3,31)

-> Hachem ne rejette pas le fauteur à tout jamais [quelque soit sa faute], mais attend patiemment qu’il revienne à Lui.
[Alchikh haKadoch]

[pourquoi désespérer spirituellement de nous-même, alors que Hachem garde toujours espoir, et attend avec impatience que nous revenions vers Lui!]

Chaque miette de douleur ou de plaisir qu’une personne va vivre au cours de l’année est déterminée à Roch Hachana.
[Stéïpler – Karyana déIgrasa 2,26]

-> Rabbi Pessa’h Eliyahou Falk (Makhzé Eliyahou – Introduction à la partie 2) commente cela par un exemple.

Si quelqu’un fait une faute (avéra) qui lui apporte du plaisir, alors en plus des conséquences négatives liées directement à la réalisation d’une faute, il va également réduire le montant global de plaisir qu’il aurait dû recevoir cette année de façon permise.

[D’un côté, on peut souffrir pour étudier la Torah (faire des actes de bonté, …), et par là se dispenser d’autres souffrances.
D’un autre côté, on peut prendre plaisir dans nos fautes, et alors on aura moins de plaisir dans notre vie (ex: avec notre famille).]

Hachem calcule les émotions de chaque personne avec une telle précision, que l’on ne peut ressentir quoique ce soit sans Son accord.
Tout est fait par amour et miséricorde, et seul Hachem sait ce que chacun a véritablement besoin.

<—>

-> Puisque nous devons tous avoir des soucis et des préoccupations dans la vie, cela a plus de sens de porter le fardeau de luttes spirituelles, qui vont au final conduire à des bénédictions et du bonheur, plutôt que de perdre nos efforts dans des soucis quelconques de ce monde, qui vont épuiser émotionnellement une personne et lui offrir si peu en retour.
[‘Hafets ‘Haïm]

<———————>

-> b’h, au sujet de la parnassa déterminée à Roch Hachana : https://todahm.com/2019/10/03/10940

Selon rav Yéhouda bar Idi qui cite rabbi Yo’hanan, la Présence Divine s’est déplacée à 10 reprises (à l’époque du 1er Temple) …

Voici, selon la tradition, les 10 déplacements de la Présence Divine : du propitiatoire (kaporét) au chérubin (kérouv), du chérubin au seuil du Temple, du seuil à la cour (‘hatser) du Temple, de la cour à l’autel (mizbéa’h), de l’autel au toit du tabernacle (hékhal), du toit au mur d’enceinte du parvis (‘azara) du Temple, du mur d’enceinte à la ville (de Jérusalem), de la ville vers le mont des Oliviers, du mont des Oliviers au désert.
Du désert, la Présence Divine remonta vers Sa résidence (dans les cieux), selon le verset : « Je m’en irai et Je reviendrai dans Ma résidence » (Ochéa 5,15) …

Rabbi Yo’hanan dit : La Présence Divine attendit 6 mois dans le désert qu’Israël se repente, mais Israël ne se repentit pas.
Hachem dit alors : « Que leur âme expire! »

[guémara Roch Hachana 31a]

<—>

-> Après qu’Israël ait fauté et jusqu’à la destruction du 1er Temple, la Présence Divine s’est retirée peu à peu et non pas brusquement en une seule fois.
Hachem espérait, à chaque étape de la Présence Divine, que le peuple d’Israël fasse téchouva afin d’arrêter le processus d’exil de la Présence Divine (ché’hina).
[Rachi]

[d’après le Sifté ‘Hakhamim, de la même façon que la Présence Divine s’est éloignée du Temple où elle résidait initialement en 10 étapes, de même le Grand Sanhédrin (le Tribunal de 71 sages) s’est exilé et s’est éloigné progressivement du Temple, d’où il siégeait initialement en 10 étapes.

D’après le Ben Ich ‘Haï, c’est parce que ce monde-ci a été créé par 10 Paroles, donc en 10 étapes, qu’Hachem a retiré progressivement Sa Présence Divine de ce monde en 10 étapes.]

<—>

=> A quoi correspond cette période d’attente de 6 mois?

-> Le Maharcha explique :
Les 6 mois d’attente de la Présence Divine dans le désert, dans l’espoir d’une téchouva d’Israël, ont eu lieu durant les 6 mois du siège de Jérusalem par le roi de Bavél Névoukhanétsar et ses troupes.
D’après le chapitre 52 du prophète Yirmiyahou, ces 6 mois ont commencé le 10 tévét (début du siège de Jérusalem) et se sont terminés le 9 tamouz (1ere brèches dans les murailles).

En conséquence du non repentir des enfants d’Israël, la Présence Divine est remontée au Ciel le 9 tamouz, et c’est pourquoi depuis ce jour, nous ne pouvions plus offrir l’offrande quotidienne (korban tamid).

-> Le Ben Ich ‘Haï commente :
« Le Sage a les yeux et le sot marche dans les ténèbres » (Kohélet 2,14)
La durée de 6 mois peut être justifiée par le fait que cette période dure environ 180 jours, qui fait allusion à la valeur numérique du mot : « énaïm » (les yeux – עינים), de guématria : 180.
Ainsi, la durée de 6 mois leur a été accordée afin que leurs yeux se dessillent et qu’ils se repentent.

[par amour infini, pour ainsi dire, Hachem avait les yeux constamment tournés vers nous, scrutant et espérant la moindre miette de téchouva pour pouvoir revenir étreindre Son peuple chéri!
Rempli de patience, Papa Hachem était comme nous suppliant : « s’il vous plaît, mes enfants adorés, ne M’obligez pas à m’éloigner de vous! J’ai tellement envie d’être au plus proche de vous, vous comblant des meilleures bénédictions!! » ]

« Quand Je (Hachem) susciterai des malheurs contre vous pour que vous vous repentiez, si vous considérez que ces événements sont le fruit du hasard, Je multiplierai Ma colère par la même attitude semblant venir par hasard! »

[Rambam – Hilkhot Taaniyot – chap.1,1-3]

« Il ne voit pas le mal en Yaakov … Hachem son D. est avec lui » (Balak 23,21)

-> Même si une personne commet des fautes, s’il porte sur lui le joug de la Royauté Divine et qu’il accepte qu’Hachem est son D. et son Roi, alors Hachem ne verra pas et ne considérera pas ses fautes, car Il les considérera comme accidentelles.
En effet, un homme qui est conscient de la Royauté d’Hachem sur lui, même s’il commet une faute, elle ne peut être profonde et enracinée. Ses fautes ne sont que des accidents de parcours, commises un peu contre son gré, et Hachem ne les considère pas.

Cela est en allusion dans ce verset :
« Hachem ne voit pas le mal en Yaakov  » si « Hachem son D. est avec lui » = Si un homme prend avec lui cette réalité qu’Hachem est son D. et son Roi, alors vis-à-vis d’un tel homme, Hachem ne verra pas le mal et les fautes qui sont en lui.

[‘Hidouché haRim]