« Its’hak se remit à creuser les puits que l’on avait creusés du temps d’Avraham son père et que les Philistins avaient comblés après la mort d’Avraham. Il leur imposa les mêmes noms que leur avait imposés son père. » (Toldot 26,18)

-> Le Chem miChmouël commente :
Il est écrit : « Telles des eaux profondes, les idées abondent dans le cœur humain : l’homme avisé sait y puiser » (Michlé 20,5).

Avant qu’un puits ne soit creusé, l’eau du puits est présente, mais elle est cachée et enfouie profondément dans les entrailles de la terre.
L’homme avisé est celui creuse le puits, enlève la terre et met l’eau à découvert.

Sur un plan spirituel, cela signifie que dans la profondeur cachée du cœur et de l’esprit de l’homme, il y a la connaissance de Hachem. Mais cette conscience est recouverte par des couches de matérialité et de désirs.
Pour ramener l’étincelle de sainteté à la surface, il est nécessaire d’enlever cette couche de matérialité.

Le creusement du puits représente l’influence d’Its’hak pour enlever la couche de matérialité et d’indifférence qui couvre notre cœur, mettant à jour la crainte et le respect pour Hachem qui sont présents dans le cœur de chaque juif.

<——————->

+ « Il (Its’hak) creusa des puits d’eau »

=> Pourquoi la Torah se rallonge-t-elle tant pour parler des puits que creusa Its’hak?

Une des leçons que la Torah veut transmettre par ce récit est que quand quelqu’un réalise une action, si cette action échoue, il ne doit pas s’empresser d’en conclure que cela prouve qu’Hachem ne veut pas qu’il fasse cette chose-là.
En effet, Its’hak creuse un premier puits. Cela lui cause des ennuies. Et là, il ne se dit pas que cela montre qu’Hachem n’approuve pas son entreprise. Et au contraire, il creuse un deuxième puits. Cela lui cause encore des ennuies. Mais au lieu de baisser les bras, il creuse un troisième puits, qui est une réussite.

=> Cela nous apprend que même si ce que l’on fait se confronte à des difficultés, on ne doit pas se décourager et renoncer. Mais on doit se renforcer et continuer. Peut-être qu’Hachem veut simplement tester combien il est prêt à se battre pour son projet!
[Rav Aharon Bakchat]

<——————->

+ « Its’hak se remit à creuser les puits »

=> Pour quelle raison Its’hak a-t-il fait le sacrifice de revenir pour creuser des puits qui l’avaient déjà été par son père Avraham? Pourquoi n’a-t-il pas fait une pause en attendant de trouver un puits non revendiqué par les Philistins?

-> Le Zohar nous en explique la signification de cette attitude :
Les Patriarches ont creusé des puits afin que tout un chacun puisse en boire. Ainsi, des gens viendraient chez eux et ils pourraient leur enseigner la Torah.
C’est d’ailleurs pour cette raison que les Philistins avaient comblé les puits et s’étaient battus pour eux : ils étaient les émissaires du mauvais penchant, qui lutte contre l’enseignement de la Torah et tente de l’annuler.
Mais Its’hak ne s’est pas laissé impressionner par les embûches du mauvais penchant.

Au contraire, « il se remit à creuser les puits … Ils ont creusé un autre puits … Il a creusé un autre puits » = Its’hak n’a pas interrompu sa mission, mais il a poursuivi son chemin malgré tous les obstacles, comme il est écrit : « Le juste tombe 7 fois, et se relève » (Michlé 24,16).

Puis une fois qu’il a creusé le 3e puits, il est écrit : « On ne le disputa pas, il le nomma Ré’hovot » = Cela nous enseigne que si quelqu’un surmonte les obstacles du mauvais penchant, ce dernier finira par l’abandonner et il pourra servir Hachem dans la tranquillité (Ré’hava).

<——————->

+ Il leur donna les mêmes noms que leur avait donnés son père »

-> Tous les puits qu’avait creusés Avraham et auxquels il avait donné un nom, bien que les Philistins les aient bouchés et que Its’hak les ait de nouveau creusés, il ne leur a pourtant pas donné un nouveau nom, mais a gardé les noms donnés par son père. Pourquoi cela?
A cause de sa modestie, et à cause de l’honneur dû à son père.

Quelle récompense cela lui a-t-il valu?
Que le nom de tous les Patriarches a été modifié : Avraham s’appelait d’abord Avram puis Avraham, Yaakov s’appelait d’abord Yaakov puis Israël.
Mais Its’hak avait été nommé Its’hak par Hachem avant même sa naissance, et son nom n’a jamais été modifié.
[midrach haGadol]

<—>

+ « Tous les puits creusés par les serviteurs de son père, du temps de son père Avraham, les Philistins les comblèrent en les remplissant de terre » (Toldot 26,15)

-> Its’hak refit creuser ces puits et leur attribua les mêmes noms qu’Avraham leur avait donné (v.26,18).
Ceci nous enseigne qu’il nous faut conserver les coutumes de nos parents, sans les modifier.
Même s’agissant d’une chose aussi triviale que la nomination de puits, Its’hak ne changea pas la coutume instaurée par son père.

Ces puits font également allusion aux nouveaux convertis par Avraham. Ils devinrent les réceptacles de la foi, au même titre que les puits sont des réserves d’eau.
Après la mort d’Avraham, les Philistins les incitèrent à retourner vers l’idolâtrie, ainsi « ils les emplirent de terre ». Its’hak les « recreusa » en leur enseignant à nouveau les voies de Hachem.
[rabbénou Bé’hayé – rapporté dans le Méam Loez – Toldot 26,15]

<——————->

+ Its’hak se remit à creuser les puits qu’on avait creusés du temps d’Avraham … Il délogea de là et creusa un autre puits qu’on ne lui disputa pas, il le nomma Réhovot, disant : « Pour le coup, Hachem nous élargis, et nous prospérons dans la contrée ». (Toldot 26,18-22)

=> Pourquoi la Torah nous informe-t-elle qu’Its’hak creusa des puits? Cette indication ne présente à priori aucun intérêt.

En réalité, ces puits se réfèrent aux temps futurs.
– Le 1er puits fut nommé : Essék (défi – עֵשֶׂק), en référence au premier Temple. [Sa destruction représenta le plus grand défi imposé au peuple juif].
– Le 2 puits : « Sitna » (שִׂטְנָה), correspond au 2e Temple.
Hachem provoqua sa destruction à cause du péché de la haine gratuite, qui incite les hommes à servir la cause du Satan, qui incite les hommes à se quereller sans aucune raison.
– Le 3e puits (du nom de : Ré’hovot – רְחֹבוֹת -> ré’hava = tranquillité), autour duquel il n’y eut aucune dissension, se réfère au 3e Temple dont la construction interviendra lors de l’époque du machia’h, qui sera une période de paix et d’amour, très bientôt avec l’aide de D.
[Méam Loez – Toldot 26,18-22]

<—>

+ « Il monta de là à Béer Chéva » (Toldot 26,23)

-> A Béer Chéva, Its’hak creusa encore 4 puits, correspondant aux 4 campements que les juifs dressèrent dans le désert.
[Avec les 3 puits déjà creusés et ces 4 autres, nous obtenons un total de 7. Ce qui explique le nom de Béer Chéva, signifiant : « le 7e puits ».]
Selon une autre opinion, il creusa 5 puits en comparaison aux 5 livres de la Torah.
En effet, les épreuves traversées par nos Patriarches ont une valeur symbolique pour leurs descendants, se référant à certains événements futurs.
[Méam Loez – Toldot 26,23]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :