Tout celui qui aime la terre d’Israël est également aimé par la terre [d’Israël].
[rabbi Yé’hezkiel Halberstam]
<—>
-> « Éloigne-toi de ton pays … et va au pays que Je t’indiquerai » (Lé’h Lé’ha 12,1)
Le commandement de résider en terre d’Israël en est un important, au point que c’est le 1er commandement qui a été décrété à un juif.
[rabbi Méïr d’Ostrovtze]

Pour le peuple juif, Jérusalem n’est pas seulement une ville mais un « être vivant » : ses pierres ont un cœur et ses murailles versent des larmes.

Après la destruction de la ville, les routes de Sion ont pris le deuil.
De même qu’un endeuillé se laisse pousser les cheveux, les routes de Sion ont été envahies par des herbes folles, une manifestation physique de son chagrin.

[Méam Loez – Eikha 1,4 : « Les routes de Sion sont en deuil »]

<—>

+ « Jérusalem : Est-ce là la ville qu’on appelait le summum de la beauté, la joie de toute la terre » (Eikha 2,15)

-> « De Sion (Jérusalem), ce centre de beauté, Hachem rayonne » (Téhilim 50,2)

-> « Comme elle se dresse magnifique, joie de toute la terre, la montagne de Sion (Jérusalem) » (Téhilim 48,3)

-> « 10 mesures de beauté sont descendues dans le monde. Jérusalem en a pris 9 et le reste du monde, une » (guémara Kidouchin 49b)

-> Jérusalem n’avait aucun besoin de se flatter, elle était « la joie de toute la terre », et toutes les nations reconnaissaient sa beauté, sans éprouver la moindre trace de jalousie.
D’ailleurs, les rois des pays lointains construisaient des palais en terre sainte pour jouir de sa beauté.

Les mots : kélilat yofi (le summum de la beauté – כלילת יפי) ont la même valeur numérique que le nom : « Jérusalem » (ירושלים) …

La [forte] présence de la Présence Diine (chékhina) elle-même [à Jérusalem] ajoutait à la joie et la beauté de la ville sainte.
[Méam Loez – Eikha 1,15]

Comment sera reconstruite la Jérusalem des temps futurs?

+ Comment sera reconstruite la Jérusalem des temps futurs?

Voici quelques enseignements du midrach relatifs à la reconstruction de Jérusalem à l’époque du machia’h :

1°/ Un jour, Jérusalem sera un phare lumineux pour les peuples de la terre; comme il est dit: « Et les peuples marcheront à ta lumière, les rois à l’éclat de ton aurore » (Yéchayahou 60,3).
Jérusalem à l’avenir sera la métropole de tous les pays du monde, où viendront se rassembler les délégués de toutes les nations.

2°/ La Jérusalem de l’avenir s’étendra jusqu’à Damas.
En effet nous lisons: « Le poids de la Parole de Hachem est sur pays de ‘Hadrakh, il repose sur Damas » (Zékharia 9,1).
Egalement : « Ton nez comme la tour de Liban qui regarde du côté de Damas » (Chir HaChirim 7,5).
Ces 2 versets nous apprennent que la Jérusalem future s’étendra jusqu’au Liban, jusqu’à Damas ; et les pèlerins venant de loin viendront se reposer dans les faubourgs avant de monter sur le Mont du Temple.
[A noter que le mot : Damassek (Damas en hébreu – דמשק) est formé des mêmes lettres que : Mikdach (Temple – מקדש, dont la sainteté s’étendra alors sur tout Jérusalem.
Ainsi, tout Israël jusqu’à Damas deviendra alors Jérusalem, et Jérusalem deviendra le Temple.].

3°/ « Quand reviendrai-je pour paraître en présence de D.? » (Téhilim 42, 3). C’est ainsi que le peuple d’Israël en Exil dira à Hachem : « Maître du Monde quand nous rendras-tu l’honneur de monter à Sion afin de voir la Présence Divine »
Hachem répondra : « Dans le monde passé, vous y montiez 3 fois par an ; à la fin des Temps, dans le monde futur, vous ferez pèlerinage chaque mois, comme il est écrit : ‘Et il arrivera constamment, à chaque Roch ‘Hodech, à chaque Shabbath, que toute chair viendra se prosterner devant Moi, dit Hachem’ (Yéchayahou 66,23) ».

– Comment est-il possible que toute chair se rendra à Jérusalem chaque mois, chaque Shabbath?
Rabbi Lévi répond : la Jérusalem de l’avenir s’étendra sur toute la terre d’Israël.
– Comment pourront-ils venir aux Roch ‘Hodech et aux Shabbath de tous les coins du monde?
Ce seront des nuées qui les porteront, selon ce verset de Yéchayahou (60,8) : « Qui sont ceux-ci, qui volent comme une nuée, comme des colombes vers leurs colombiers? »

4°/ « Jérusalem sera habitée à l’état de ville ouverte en raison de la multitude d’hommes et de bêtes qui s’y trouveront. Et Moi, Je lui serai, dit Hachem, une muraille de feu tout autour, et Je serai un sujet de gloire au milieu d’elle. » (Zékharia 2,8-9).
Hachem a dit : « Je dois payer un dédommagement pour un incendie que J’ai causé Moi-même car c’est Moi qui a fait éclater un feu à Sion ».
Il est dit en effet : « Il a allumé un incendie à Sion, qui en dévore les fondements » (Eikha 4,11).
Ainsi, Hachem a-t-il dit : « C’est moi qui reconstruirai Sion par le feu » [guémara Baba Kama 60b].

5°/ « Je te construirai des créneaux en pur cristal, des portes en escarboucles, et toutes tes barrières seront en pierres précieuses » (Yéchayahou 54,12).
Hachem fera venir des pierres précieuses et des perles de 30 coudées sur 30 avec un creux de 10 coudées [de large] sur une hauteur de 20 coudées (environ 10 mètres), et il les dressera aux portes de Jérusalem [guémara Baba Batra 75a].

6°/ Jérusalem du monde à venir ne sera pas comme Jérusalem d’ici-bas, où l’on va quand on veut. N’entrerons dans Jérusalem du monde à venir que ceux qui y seront conviés [Baba Batra 75a].

7°/ Rabba a dit au nom de Rabbi Yo’hanan : Dans les temps à venir, Jérusalem sera surélevée de 3 « parsi » (environ 12 km), car il est dit : « Et Jérusalem sera élevée et établie sur son emplacement » (Zékharia 14,10) … Et n’allez pas penser qu’il sera difficile d’y monter, puisqu’il est précisé: « Qui sont cela qui volent comme des nuées » (Isaïe 60,8) [Baba Batra 75b].

8°/ Rabbi Chimon Ben Lakich a dit : Hachem ajoutera à Jérusalem mille Tepheph de jardins, mille Kephel de tours, mille Litsoui de palais et mille et deux Chilo de châteaux, et chaque [quartier] sera comme Séphoris à l’époque de sa prospérité (les termes ésotériques: Tepheph, Kephel, Litsoui et Chilo désignent en réalité de valeurs numériques relatives, respectivement, aux jardins, tours, palais et châteaux – Rachi) [Baba Batra 75b].

[Source : le feuillet de la communauté de Sarcelles – n°87]

10 mesures de beauté sont descendues sur le monde : 9 mesures sur Jérusalem et une mesure sur le reste du monde.

[guémara Kidouchin 49b]

<—>

=> De quelle beauté, attribuée essentiellement à Jérusalem, s’agit-il?

-> Il s’agit de la beauté physique des habitants de Jérusalem.
C’est ainsi que dans la guémara (Baba Métsia 84a), rabbi Yo’hanan, qui était d’une beauté remarquable, a dit : « Je suis un survivant des splendeurs de Jérusalem ».

Le verset : « Les enfants de Tsion, tant estimés, comparables à l’or fin » (Eikha 4,2).
La guémara (Guittin 58a) le commente ainsi : La beauté des enfants de Tsion (Jérusalem) était telle qu’elle faisait paraître terne le plus bel or fin.

-> Il s’agit de la beauté de la ville de Jérusalem.
En effet, selon la guémara (Soucca 51b), nos Sages enseignent : Qui n’a pas vu Jérusalem dans sa splendeur n’a jamais vu de sa vie une belle cité.

Cette beauté parfaite est confirmée dans le verset : « Est-ce là la ville qu’on appelait « beauté parfaite » » (Eikha 2,15), où l’expression : « kélilat yofi » (כְּלִילַת יֹפִי) a été traduite par « beauté parfaite », car elle comprend toutes les formes de beauté, du fait que le mot כְּלִילַת (kélilat) dérive du mot כלל (kollel – qui inclut).

On retrouve également cette expression dans le verset : « Depuis Tsion (Jérusalem), ce centre de beauté, Hachem rayonne » (Téhilim 50,2), où Tsion (surnom de Jérusalem) est désigné : « centre de beauté » (miklal yofi – מִכְלַל יֹפִי), car le mot מִכְלַל désigne un « centre » inclusif.

-> Pour le Maharal (‘Hiddouché Aggadot), il s’agit de la beauté sur le plan spirituel de la ville de Jérusalem où règne l’éclat de la lumière Divine.
C’est le pays d’Israël, et spécialement Jérusalem, qui est dotée d’une grande sainteté, donc qui est digne de cette beauté « spirituelle ».

<—>

-> Selon le Ben Ich ‘Haï, la répartition des 10 mesures ne s’est pas maintenue au cours des générations, et c’est pourquoi à notre époque, on ne constate pas toujours la beauté de la ville de Jérusalem.

« Un juif se sent davantage serein et en sécurité lorsqu’il vit sur sa Terre (Israël)« 

[rabbi ‘Haïm Chmoulévitch – Si’hot Moussar (si’ha 90)]

« La guéoula dépend uniquement de l’amour que les juifs témoignent à la terre d’Israël.
Le plus ils la chérissent, le plus vite la guéoula arrivera. »

[rabbi Yissa’har Shlomo Teichtal – Ein haBanim Sémé’ha]

<—>

-> En vérité, Jérusalem sera reconstruite quand les enfants d’Israël en auront une nostalgie extrême, à tel point, qu’ils chériront ses pierres et sa poussière. »
[Rabbi Yéhouda haLévi – le Kouzari 5,27]

« Tu seras une source de bénédiction » (Lé’h Lé’ha 12,2).

Le Kli Yakar commente : « C’est parce que tu t’attaches à … [la terre d’Israël], la terre à partir de laquelle les bénédictions se répandent sur le monde, et qui est la source de toutes les bénédictions.
C’est pourquoi, en s’attachant à l’endroit qui est la source de toutes les bénédictions, alors toi aussi tu pourras être la source de toutes les bénédictions ».

<——->

-> « Quiconque vit en terre d’Israël est semblable à quelqu’un qui a un D., et quiconque vit ailleurs est semblable à quelqu’un qui n’a pas de D. »
[guémara Kétoubot 110b]

Le Kli Yakar (Chémot 6,6-8) explique que l’éloignement/distanciation de la Présence Divine [avec les juifs] est lié à leur séparation avec la terre [d’Israël], puisqu’ils sont interdépendants (Hachem et la terre d’Israël) …
C’est pourquoi lorsque la séparation s’inverse [que les juifs s’attachent à Israël alors] ils méritent que la Présence Divine s’attache à eux.

[plus nous sommes proches de Hachem, plus nous méritons des bénédictions.
Ainsi, plus nous sommes proches de la terre d’Israël, plus nous sommes automatiquement proches de Hachem, et nous méritons des bénédictions.]

« La Torah et la terre d’Israël sont entrelacées, liées de façon inséparable, et tout celui qui délaisse la terre d’Israël délaisse la Torah. »

[rabbi Yaakov Emden (le Yaavets) – Siddour beit Yaakov]

« Tu feras ce qui est droit et bon aux yeux de Hachem, afin qu’il te soit fait du bien.
Tu viendras et prendras possession du bon pays à propos duquel Hachem a juré à tes pères. » (Vaét’hanan 6,18)

-> Le Malbim commente : « Ceci est l’intention principale et le désir de Hachem. »

[nous voyons d’ici à quel point D. souhaite que nous fassions notre alyah!]

<—>

-> Hachem dit : « Si seulement Mes enfants étaient avec Moi en terre d’Israël, et ce même s’ils y fautent »
[midrach Eikha rabba 3,7]

Le fait de résider en Israël est un bouclier contre le fait de fauter …
Plus que cela, celui qui a fauté et qui vient vivre en Israël est considéré comme s’il n’avait jamais rien transgressé, comme s’il était un nouveau né qui est totalement vide de faute.

[rabbi ‘Haïm Palaggi – Artsot ha’Haïm]

<—>

-> Tout celui qui habite en Israël, la terre, elle-même, expie [ses fautes] pour lui.
[Sifri – Haazinou chap.333]

-> Tout celui qui réside en Israël aura ses fautes pardonnées.
[Rambam – Méla’him 5,11
– kol hacho’hen béErets Israël avonotav mé’houlin ]

<—>

-> Lorsque Yaakov a rencontré son frère Essav, il était apeuré car ce dernier avait le mérite d’honoré ses parents, mais également d’avoir vécu en Israël.

Le midrach (Béréchit rabba 76,2) enseigne que les peurs de Yaakov étaient fondées sur les mérites que son frère a pu obtenir en vivant en terre d’Israël, alors que lui a vécu en galout.
[Yaakov était un tsadik énorme et Essav était inversement un racha, coupable des pires crimes contre l’homme et Hachem. Cependant, Yaakov avait peur que ses mérites ne fassent pas le poids fassent aux mérites phénoménaux de vivre en Israël.
=> Combien nous devons apprendre de cela!
(si c’est valable pour Essav, alors à plus forte raison pour nous aussi : en habitant en Israël automatiquement nous sommes lavés de nos fautes, et nous obtenons de sublimes mérites!)]

<—>

-> Tout celui qui vit en terre d’Israël est en réalité supposé être un tsadik, car si ce n’était pas le cas, la terre sainte l’aurait vomi en dehors, en accord avec le passage de la Torah (Vayikra 18,25), affirmant que la terre [d’Israël] vomit ses habitants lorsqu’ils deviennent impurs (par leurs fautes).
[rabbi Avraham Azoulai – l’arrière grand-père du ‘Hida – ‘Hessed léAvraham (Maayan 3 Nahar 12)]

<—>

-> Rabbi Méir Shapiro de Lublin (à l’origine du Daf Yomi) enseigne que : la terre d’Israël est capable de transformer une mauvaise personne (racha) en un tsadik (si elle le désire).

-> Rabbi Yaakov Yéhochoua (Pné Yéhochoua) enseigne que la terre d’Israël empêche de fauter, mais si néanmoins on en arrive à fauter, alors le mérite [de la mitsva ] de résider en Israël va intervenir en notre faveur, et cela va nous amener à regretter d’avoir fauté et à ne plus répéter cette transgression dans le futur.