« Ne laisse pas la bénédiction d’une personne simple devenir légère à tes yeux »

[guémara Béra’hot 15a]

De même qu’un juif est puni pour avoir dit du lachon ara, de même il est puni s’il avait une opportunité de dire quelque chose de positif à autrui, et qu’il ne l’a pas fait.

[Zohar – Tazria 46,2]

[Par notre parole nous pouvons redonner de la vie à autrui : encourager, valoriser, rendre joyeux, conseiller, …
Comment pouvons-nous être cruel au point de préférer se taire et priver autrui de forces de vie, si vitales à sa bonne existence.]

« Lorsqu’une personne se tient debout pour réciter la amida, pour ainsi dire, le bras droit d’Hachem l’enlace. »

[midrach Chir haChirim rabba 2,19]

C’est pour cette raison, que la guémara (Béra’hot 21a) commente : « Si seulement nous pouvions prier toute la journée, car ainsi nous pourrions être constamment connectés à Hachem »

<——–>

-> Le ‘Hafets ‘Haïm enseigne que prier pour une autre personne est un moyen de réaliser la mitsva de témoigner de la bonté à son prochain.
[de plus : « Toute personne qui prie pour un besoin de son prochain, alors qu’elle en a elle-même besoin, se verra exaucée en 1er » – guémara Baba Kama 92a].

Après notre mort, nous aurons une vision claire de l’impact exceptionnel de toutes ces prières : combien de personnes se sont mariées grâce à nous, combien ont pu continuer à vivre, combien ont pu retrouver un travail, …
[A l’inverse, on nous montrera ce qu’on aurait pu faire si l’on avait davantage prié (pour soi, pour d’autres), et cela pourra devenir une source de honte éternelle si l’on a de notre vivant négligé l’impact de nos prières!]

=> De même que durant notre prière Hachem nous enlace, de même nous pouvons décupler ce moment en y ajoutant d’autres frères juifs à cette étreinte familiale pleine d’union, d’amour et de joie!

+ « Rabbi Akiva disait : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Kédochim 19,18) : ceci est un grand principe de la Torah.

Ben Azaï disait : « Ceci est l’histoire des générations de l’humanité : [lorsque D. créa l’homme, Il le fit à Sa propre ressemblance] » (Béréchit 5,1) : ceci est un principe plus grand encore.
[En effet, il en résulte : ] Que tu n’en vienne pas à dire : « Si j’ai été humilié, mon prochain peut l’être aussi », car sache qui tu cherches à abaisser : un être créé à l’image de Hachem. »

[midrach Béréchit rabba 24,8]

[Vouloir respecter Hachem, cela implique par ricochet de devoir respecter autrui, et également nous-même.]

+ « Hachem dit : De toutes les nations que J’ai créées, J’affectionne tout particulièrement le peuple juif, comme il est exprimé : « Israël est un jeune et Je l’ai pris en affection » (Ochéa 11,1).  »

[midrach Dévarim rabba 5,6]

<——————————->

-> « Hachem dit : … Si les juifs ne sont pas dans le monde, Je n’ai pas de louange et de gloire. »
[midrach Otiyot déRabbi Akiva – Ot aléph]

-> « Lorsque la colère de Hachem s’éveille, Il s’apaise [en entendant] les louanges [que Lui font] les juifs. »
[midrach Yalkout Chimoni Vaét’hanan 836]

« C’est une grande mitsva de réconforter une personne triste et de l’aider à dissiper ses inquiétudes. »

[guémara Taanit 22]

-> « Une femme doit réjouir ses amies (femmes) par des paroles positives, car il s’agit d’une grande mitsva qui nous concerne tous. »

[le Gaon de Vilna – dans sa lettre adressée à sa femme avant de partir en Israël]

« Si les hommes connaissaient l’amour que porte D. au peuple d’Israël, ils Le chercheraient en rugissant comme des lions. »

[Zohar – Chémot 5b]