« Une querelle est comme une fuite d’eau ; une fois qu’elle a jailli, elle ne s’arrêtera plus ».

[rav Houna – guémara Sanhédrin 7a]

Nos Sages disent : « dans l’avenir, Hachem montrera aux tsadikim le Guéhinam et les places qui y sont libres, et leur dira : ces places libres étaient préparées pour vous, mais vous avez fait de bonnes actions et vous avez mérité le gan Eden.

Hachem fera la même chose pour les réchaïm, il leur montrera le gan Eden et les places qui y sont libres, et leur dira : ces places libres étaient préparées pour vous, mais vous avez fait de mauvaises actions et vous avez hérité du Guéhinam. »
[midrach Téhilim 6]

=> C’est cela le pire des enfers. Lorsque dans le monde de Vérité, nous réaliserons à quel point notre place éternelle aurait pu être largement meilleure, si nous avions su dominer nos instincts, notre yétser ara, durant les quelques années de notre vie physique.
Il nous sera renvoyé au visage cette magnifique place qui aurait pu être nôtre, si seulement nous avions fait le nécessaire pour pouvoir l’occuper.

=> « Ah, si seulement j’avais écouté Hachem. Ah, si seulement j’avais … » : cela constituera la pire des punitions, la pire des hontes!

« Les juifs ont prêté serment qu’ils n’abandonneraient jamais D. pour une quelconque divinité, et D. a prêté serment qu’Il n’abandonnerait jamais les juifs en faveur d’un autre peuple »

[guémara Guitin 57b]

<—>

-> « Aujourd’hui, tu as déclaré fidélité à Hachem, faisant de Lui ton D. et [t’engageant à] marcher dans Ses voies, à garder Ses statuts, Ses commandements et Ses lois, et à obéir à Sa voix.
A Son tour, Hachem t’a déclaré Sa fidélité aujourd’hui, faisant de toi Son peuple privilégié (am ségoula) comme Il te l’a promis afin que tu observes tous Ses commandements. » (Ki Tavo 26,17-18)

« Si quelqu’un suspecte une personne d’avoir fait quelque chose qu’elle n’a pas fait, il a l’obligation de lui faire une bénédiction »

[guémara Béra’hot 31b]

« Ne laisse pas la bénédiction d’une personne simple devenir légère à tes yeux »

[guémara Béra’hot 15a]

De même qu’un juif est puni pour avoir dit du lachon ara, de même il est puni s’il avait une opportunité de dire quelque chose de positif à autrui, et qu’il ne l’a pas fait.

[Zohar – Tazria 46,2]

[Par notre parole nous pouvons redonner de la vie à autrui : encourager, valoriser, rendre joyeux, conseiller, …
Comment pouvons-nous être cruel au point de préférer se taire et priver autrui de forces de vie, si vitales à sa bonne existence.]

« Lorsqu’une personne se tient debout pour réciter la amida, pour ainsi dire, le bras droit d’Hachem l’enlace. »

[midrach Chir haChirim rabba 2,19]

C’est pour cette raison, que la guémara (Béra’hot 21a) commente : « Si seulement nous pouvions prier toute la journée, car ainsi nous pourrions être constamment connectés à Hachem »

<——–>

-> Le ‘Hafets ‘Haïm enseigne que prier pour une autre personne est un moyen de réaliser la mitsva de témoigner de la bonté à son prochain.
[de plus : « Toute personne qui prie pour un besoin de son prochain, alors qu’elle en a elle-même besoin, se verra exaucée en 1er » – guémara Baba Kama 92a].

Après notre mort, nous aurons une vision claire de l’impact exceptionnel de toutes ces prières : combien de personnes se sont mariées grâce à nous, combien ont pu continuer à vivre, combien ont pu retrouver un travail, …
[A l’inverse, on nous montrera ce qu’on aurait pu faire si l’on avait davantage prié (pour soi, pour d’autres), et cela pourra devenir une source de honte éternelle si l’on a de notre vivant négligé l’impact de nos prières!]

=> De même que durant notre prière Hachem nous enlace, de même nous pouvons décupler ce moment en y ajoutant d’autres frères juifs à cette étreinte familiale pleine d’union, d’amour et de joie!

+ « Rabbi Akiva disait : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Kédochim 19,18) : ceci est un grand principe de la Torah.

Ben Azaï disait : « Ceci est l’histoire des générations de l’humanité : [lorsque D. créa l’homme, Il le fit à Sa propre ressemblance] » (Béréchit 5,1) : ceci est un principe plus grand encore.
[En effet, il en résulte : ] Que tu n’en vienne pas à dire : « Si j’ai été humilié, mon prochain peut l’être aussi », car sache qui tu cherches à abaisser : un être créé à l’image de Hachem. »

[midrach Béréchit rabba 24,8]

[Vouloir respecter Hachem, cela implique par ricochet de devoir respecter autrui, et également nous-même.]

+ « Hachem dit : De toutes les nations que J’ai créées, J’affectionne tout particulièrement le peuple juif, comme il est exprimé : « Israël est un jeune et Je l’ai pris en affection » (Ochéa 11,1).  »

[midrach Dévarim rabba 5,6]

<——————————->

-> « Hachem dit : … Si les juifs ne sont pas dans le monde, Je n’ai pas de louange et de gloire. »
[midrach Otiyot déRabbi Akiva – Ot aléph]

-> « Lorsque la colère de Hachem s’éveille, Il s’apaise [en entendant] les louanges [que Lui font] les juifs. »
[midrach Yalkout Chimoni Vaét’hanan 836]

« C’est une grande mitsva de réconforter une personne triste et de l’aider à dissiper ses inquiétudes. »

[guémara Taanit 22]

-> « Une femme doit réjouir ses amies (femmes) par des paroles positives, car il s’agit d’une grande mitsva qui nous concerne tous. »

[le Gaon de Vilna – dans sa lettre adressée à sa femme avant de partir en Israël]