Les 3 clefs qui permettent à une personne de trouver grâce aux yeux d’Hachem sont : l’humilité, l’étude de la Torah avec amour et le savoir-vivre (déré’h érets), c’est-à-dire des comportements de moralité élevée, aux mœurs raffinées, conformes à l’esprit de la Torah.

[rabbi ‘Haïm Chmoulévitch – Si’hot Moussar (si’ha 4)]

« Le plus grand trésor des vivants sont les prières que les défunts disent pour eux. »

[Méam Loez – Michpatim 22,5]

« L’homme doit savoir que pour chaque mitsva qu’il fait en ce monde, une semence spirituelle est créée, d’où fleurira sa part dans le monde à venir, ce qui sera extrêmement plaisant à son âme. »

[Za’hor léMyriam – chap.22 ]

« La communauté d’Israël en exil est comme une veuve, et Hachem doit assumer tous ses besoins.
Cependant, si elle commence à se maquiller et à se faire belle pour la culture des peuples étrangers, elle n’a plus à demander à D. qu’Il ait pitié d’elle! »

[rabbi Yossef Dov Soloveitchik]

[en effet, cela témoigne que l’on a détourné notre pensée de notre premier mari (Hachem), et qu’on a alors l’intention de se remarier (avec les autres nations)!
A partir du moment où l’on cherche à plaire aux nations environnantes plutôt qu’à Hachem, alors on perd le bénéfice du fait que : « Hachem doit assumer tous nos besoins ».]

Lorsqu’un juif escroque un non-juif, l’ange protecteur de ce dernier se rend chez Hachem et lui dit : « de même qu’Untel a démuni ce non-juif, de même je lui déroberai ses mitsvot! »

[Ben Ich ‘Haï]

=> Voler autrui, même un non-juif, est un acte grave, au point de pouvoir entraîner le retrait de nos mitsvot acquises!
[Voler autrui, c’est perdre en échange ce que nous avons de plus cher : notre spiritualité (qui sera notre seul argent valable dans le monde éternel à venir)!]

« Par les actes de bonté et de miséricorde que l’homme fait en ce monde, il provoque en haut dans les mondes supérieurs qu’une grand abondance s’épanche sur lui et sur tout Israël, une abondance de bonté et de miséricorde »

[le ‘Hozé de Lublin]

« Sachez que les discordes au sein de la communauté [juive] sont une chose extrêmement grave.
Celui qui y prend part, même s’il accomplit de nombreuses mitsvot, place ses mérites dans une bourse percée. »

[le ‘Hafets ‘Haïm – rapporté par le rav Zeitchik dans le Méorot haGuédolim (p.170)]