« On prendra pour celui qui est impur, des cendres de la combustion de [l’animal de] purification » (‘Houkat 19,17)

La vache rousse en raison de sa rareté et de son importance dans la vie juive, que lui donne la Torah, devait avoir une valeur/prix très élevée.
Et qu’est-ce qu’on faisait à ce bien si précieux?

On le brûlait, le réduisant en cendres afin de les utiliser pour purifier ceux qui ont été exposés à l’impureté d’un mort.

[seule la procédure de la vache rousse peut rendre pur, celui qui est devenu impur suite à un contact avec un mort. ]

=> Que pouvons-nous apprendre de cela?

-> Selon la guémara (Béra’hot 18b), une personne qui est remplie de fautes est considérée comme morte même de son vivant.

Rabbi David Feinstein explique qu’en effet, puisque l’objectif de la vie est de grandir spirituellement, celui qui est spirituellement mort est considéré également comme mort physiquement, car sa vie est sans but.
Pour en sortir, il faut revoir ses priorités, et se rappeler que la fin de toute personne est de finir en poussière (nous ne garderons rien de nos possessions matérielles).

La vache rousse symbolise cela :
-> Sa valeur monétaire très importante renvoie aux plaisirs matériels de ce monde dont les gens accordent tant d’importance, et pour lesquels ils sont prêts à dépenser tellement de temps, d’efforts et d’argent afin de les acquérir.

-> Mais au final, il ne reste rien de cela.
La vache rousse est brûlée, et c’est seulement ses cendres qui ont une utilité, puisqu’elles vont transmettre cette leçon de la vanité de l’éphémère matérialité, afin que l’on s’investisse pleinement dans l’éternel spirituel.
Cette réalisation/constatation va retirer l’impureté, et restaurer toute la magnifique pureté qui est en nous.

=> En constatant que le temps passant, ce que le yétser ara nous vend comme important n’est en réalité que de la poussière (éfer – אפר), on en vient à se guérir (rapé – רפא – même lettres que éfer) de notre mauvaise vision des choses, à redéfinir nos priorités.
Redevenant alors pur, nous brillons de beauté, de splendeur (péér – פאר – même lettres que éfer).

« Moché envoya des émissaires depuis Kadéch auprès du roi d’Edom : « Ainsi a dit ton frère Israël Tu connais toutes les tribulations qui nous ont accablés. » (‘Houkat 20,14)

=> Comment le roi d’Edom pouvait-il savoir (« tu connais ») que le peuple d’Israël a rencontré de grandes difficultés ?

En fait, nos Sages rapportent que les frères Yaakov et Essav, ont une relation semblable à des vases communicants. Quand l’un s’élève, l’autre tombe.
Ainsi, quand Israël a éprouvé des souffrances sur leur chemin, il est sûr qu’à ce moment Edom (descendant de Essav) connaissait une période de grandes réussites.

De la sorte, Moché dit au roi d’Edom que du fait qu’il a pu constater une grande élévation pour son peuple, il peut en déduire et savoir par cela qu’Israël a alors rencontré des moments difficiles.

[le ‘Hatam Sofer]

« C’est pourquoi, il est dit dans le livre des guerres d’Hachem » (‘Houkat 21,14)

Les nations du monde font la guerre en utilisant des armes, mais les guerres que font les juifs, qui sont « des guerres d’Hachem », ils le font avec « le livre », allusion à l’étude de la Torah.
L’essentiel de la victoire du peuple d’Israël contre leurs ennemis s’obtient grâce à l’étude de la Torah qui se renforce dans notre peuple.

[Rabbi Méir Chapira de Lublin]

« Ceci est un statut de la loi (‘houkat haTorah) qu’a prescrit Hachem, en disant : avertis les enfants d’Israël de te choisir une vache rousse, intacte, sans aucun défaut, et qui n’ait pas encore porté le joug » (‘houkat 19,2)

-> Rabbi ‘Haïm Halberstam de Tsanz (Divré ‘Haïm) commente :
« Ceci est un statut de la loi  » = [Les cendres de la vache rousse doivent être aspergées sur une personne qui a été rendue rituellement impure par le contact avec un cadavre].

La cause profonde de tout péché est la convoitise et l’orgueil.
C’est l’origine de la faute d’Adam qui a apporté la mort dans le monde.
[lorsque nous fautons, nous ne faisons pas suffisamment preuve d’humilité pour nous soumettre à la volonté de D., plutôt qu’à la nôtre!]

Pour rectifier ce péché, les cendres de la vache rousse sont aspergées sur la personne impure.

Brûler la vache rousse exprime symboliquement que nous effaçons toute trace de matérialité, de sensualité et de convoitise anormale.
Par cela, le péché originel, cause de la mort, sera réparé et l’impureté quittera la personne souillée par le contact d’un cadavre.

<—>

-> « Avraham dit : … Je ne suis que poussière (afar) et cendre (éfer) » (Vaéra 18,27)

Le Ben Ich ‘Haï commente : Avraham a fait preuve d’une humilité à la fois matérielle (son corps est comme poussière, à l’image de tout corps après la mort) et à la fois spirituelle (son âme est comme cendre, élément sans usage).

« Ce puits, des princes (Rachi: Moché et Aharon) l’ont creusé, les plus grands du peuple l’ont ouvert » (‘Houkat 21,18)

-> Le puits fait allusion à la Torah Orale.
Le mot puits, qui se dit “béer (באר), se rapproche du mot : “béour » (באור), qui signifie : « explication », allusion à la Torah Orale qui est l’explication la Torah Ecrite.
Or, la loi Orale émerge des Sages en Torah, et pour la mériter, il faut investir de grands efforts et se parfaire dans les 48 qualités/vertus que cite la Michna de Avot (Pirké Avot 6,6), qui permettent d’acquérir la Torah.
Par l’acquisition de ces 48 qualités, qui exige de grands efforts, l’homme devient un être de Torah, et peut épancher la Torah Orale.

=> C’est ainsi que le terme « béer » (באר) apparaît 48 fois dans toute la Torah, car ce sont les 48 vertus que citent nos Maîtres, qui font de l’homme un puits épanchant les eaux de la loi Orale, qui est le « béour » (explication) de la Torah Ecrite.

[d’après le Sfat Emet]

« Une vache rousse intègre qui n’a pas de défaut qui n’a pas porté le joug » (‘Houkat 19,2)

Le ‘Hozé de Lublin explique ce verset de la façon suivante :
Celui qui se considère parfait, sans défaut, cela est la preuve que cette personne ne porte pas le joug de la Royauté Divine.
Car celui qui porte véritablement ce joug, ne peut que trouver en lui de multiples défauts.

Ainsi, si quelqu’un pense qu’il « n’a pas pas de défaut », cela prouve « qu’il n’a pas porté le joug ».

« Vous parlerez au rocher » (‘Houkat 20,8)

Hachem a demandé à Moché de parler au rocher (du puits) afin qu’il produise de l’eau.
Qu’est-ce que Moché aurait dû dire au rocher?

Il aurait dû étudier un chapitre de Torah et alors le rocher aurait donné de l’eau.

[midrach Yalkout Chimoni]