Pâtisserie spirituelle depuis 5771 - b'h
 

La colère & désir de vengeance

+ La colère & désir de vengeance :

-> Pour nous aider à surmonter un désir naturel de vengeance, le Séfer ha'Hinoukh (mitsva 241) dit qu'une personne n'est qu'un outil d'Hachem pour nous apporter ce qu'Hachem a décrété, alors pourquoi lui faire du mal en retour?
Cela reviendrait à ce qu'un bâtisseur frappe le marteau avec lequel il a frappé par erreur son propre pouce (méchant, méchant marteau!)?
Non seulement nous ne devons pas éprouver de ressentiment à l'égard d'une personne qui vous a fait du tort, mais au contraire, le 'Hovot haLévavot (chaar haBita'hon chap.4) écrit que nous sommes tenus de continuer à lui faire du bien du mieux de nos capacités, comme vous le ferions pour n'importe quel autre juif.

-> Le Pélé Yoetz (entrée mé'hila) cite le paragraphe suivant du rav Tsvi Hirsh :
Quelqu'un qui a été gêné ou blessé par une autre personne doit être rempli d'une énorme joie parce que la personne qui lui a infligé cela n'est qu'un messager d'Hachem, et il faut accepter la justice d'Hachem avec joie.

-> Le 'Hafets 'Haïm (Chem Olam - note dans chap.6) évoque l'immense mérite des personnes qui exhortent les autres à fermer leurs magasins avant le début du Shabbath. Même s'ils sont agressés verbalement par le commerçant, ils ne doivent pas se sentir blessés,
"Parce qu'en vérité, ce n'est pas lui qui vous a maudit, mais plutôt le yétser ara en lui, qui était plein de joie d'avoir réussi à faire profaner Shabbath à cet homme ... et vous essayez de lui enlever sa prise et de gâcher son plaisir!"

Cette idée, selon laquelle ce que les gens vous disent vient d'Hachem, est résumée par le 'Hafets 'Haïm (Chemirat haLachon - 2e partie, chap.12) :
"Chaque mot qu'un homme prononce est prédéterminé par Hachem, à l'exception de ceux qui relèvent du domaine du service d'Hachem, qui dépendent du libre arbitre de l'homme. Ceci est inclus dans l'enseignement de nos Sages : "Tout est entre les mains du Ciel, sauf la crainte du Ciel" (Béra'hot 33b).

<--->

-> Le 'Hafets 'Haïm (Ahavat 'Hessed - partie 2, chap.22) dit que nous devrions réfléchir au nombre de fois où nous avons mis Hachem en colère en fautant contre Lui, et où, au lieu de se venger sévèrement, Il continue à nous combler de toutes Ses bénédictions.
[de même qu'Il est lent à s'énerver contre nous pour notre comportement, de même nous devons agir envers autrui.
Rien ne peut arriver sans que Hachem ne Le permette (décret), et chacun rendra des comptes de son comportement. ]

<--->

+ La destruction du Temple :

-> La guémara affirme que la faute de la haine gratuite (sinat 'hinam) est égale aux 3 fautes les plus graves que sont l'idolâtrie, le meurtre et l'immoralité, qui ont été la cause de la destruction du premier Temple. [le 1er Temple a été reconstruit 70 ans après, tandis que le 2e détruit à cause de la haine gratuite n'est toujours pas reconstruit. ]
Cependant, le Gaon de Vilna (Even Chéléma - chap.3) écrit que cette haine n'est pas la cause réelle de la destruction du Temple ; c'est plutôt le manque de bita'hon (confiance) des juifs en Hachem qui a provoqué leur chute.

Le Temple était la maison d'Hachem, où tous ceux qui venaient voyaient les nombreux miracles qui s'y produisaient et se voyaient inculquer une foi et une confiance totales en Hachem. Puisque les gens à l'époque du 2e Temple n'avaient pas cette croyance, ils ne méritaient pas un Temple.
Ce que la guémara veut dire en disant qu'il a été détruit à cause de sinat 'hinam, c'est que le résultat de quelqu'un qui n'a pas de bita'hon est qu'il haïra les autres sans raison.
Sans la confiance totale que tout ce qui se passe dans le monde vient d'Hachem, il en viendra à être jaloux des autres et à les haïr.

Le fait que les juifs aient souffert d'une telle haine a révélé la vérité : ils manquaient de bita'hon et, en conséquence, le Temple leur a été enlevé. Et le fait qu'à ce jour, nous n'ayons toujours pas de Temple signifie que nous souffrons toujours du même manque de bita'hon, et le seul moyen d'amener la geoula finale et la reconstruction du 3e Temple est d'améliorer notre bita'hon.
En conséquence de cela, nous nous débarrasserons de nos mauvais traits de caractère et nous mériterons à nouveau d'avoir le Temple parmi nous.

-> De même, le 'Hafets 'Haïm (Chemirat haLachon - chap.21) suggère que la meilleure méthode pour s'empêcher de dire ou d'entendre lachon ara (et il explique que c'est ce que la guémara voulait dire lorsqu'elle a parlé de sinat 'hinam détruisant le Temple) est de renforcer sa croyance et sa confiance en Hachem.

Le véritable test de maîtrise de la colère se déroule au sein de la famille.
Par exemple, il est naturel pour un père de se sentir en position d'autorité. Lorsqu'il a l'impression que son autorité est remise en question, il est facile de se mettre en colère.
[rav Eliyahou Lopian]

<--->

-> Le 'Hozé de Lublin enseigne que la colère se produit principalement à la maison. Lorsque l'on est dans le beit midrach et au travail, on sait (généralement) comment contenir la colère. [ex: la peur du regard d'autrui (on veut faire bonne figure publiquement), nous fait renoncer. ]
La colère se produit dans l'intimité de la maison.
[ex : on prend les choses pour acquis (donc je peux tout faire/demander), on se déchaîne pour la colère qu'on a pas pu exprimer auparavant, pour l'honneur qu'on s'est vu piéter (alors on fait de même chez soi pour contrebalancer), ...]

-> Il est parfois plus facile d'être gentil avec des étrangers qu'avec des personnes avec lesquelles on vit.
Les midot d'une personne se mesure à la façon dont il traite sa femme. Même si quelqu'un fait beaucoup de bonté ('hessed) pour de nombreuses personnes, [au Ciel après sa mort] on ne se souviendra pas de lui [du 'hessed qu'il a pu faire], s'il n'a pas été gentil avec sa femme.
[rav 'Haïm Vittal]

La colère

+ La colère :

-> Lorsque quelqu'un jette un objet par colère, un ange du nom de Safsorita (ספסיריט"א) attrape l'objet, l'emmène au ciel et dit que c'est le sacrifice de la personne au côté obscur.
[Zohar - Pékoudé 263]

-> Le Baal haTanya (Iguéret Hakodech 25) rapporte l'enseignement de nos Sages : "Celui qui se met en colère est comparé à un idolâtre" (guémara Shabbath 105b) et explique que c’est parce qu’au moment où il succombe à la colère, sa émouna l'abandonne. Car s'il avait la émouna que ce qui lui arrive provient d'Hachem, il ne se mettrait pas du tout en colère.
Et même si son prochain est doté du libre-arbitre pour décider de l'insulter ou de le frapper [d’où le fait qu’il se rende coupable envers les hommes et envers le Ciel, pour avoir utilisé ce libre-arbitre à mauvais escient], il n'en reste pas moins vrai que le préjudice qu'il subit avait déjà été décrété par le Ciel, Hachem possède de nombreux émissaires pour accomplir Sa volonté.

Plus encore : au moment même où son prochain l'insulte ou le frappe, c'est D. lui-même qui lui en donne la force [et l'esprit de le faire], comme s'écria le roi David au moment où Chimi Ben Guéra l'insulta : "C'est Hachem qui lui a dit : ''Insulte-le !''" (Chmouël II, 16,10), bien que l'on n'ait jamais entendu que Chimi Ben Guéra fasse partie des prophètes.
Donc, forcément, cette pensée lui a été suggérée par Hachem et le souffle Divin qui anime toutes les créatures a également animé l'esprit de Chimi Ben Guéra au moment où il proférait son injure à David. Car si le souffle Divin avait abandonné, ne fût-ce qu'un instant, Chimi Ben Guéra, il n'aurait pas pu prononcer un seul mot.
C'est dans ce sens qu'il faut comprendre le verset : "C'est Hachem qui lui a dit : ''Insulte-le !''"

Si un homme s'abstient de rechercher des "coupables", ce qui inclut également qu'il ne cherche même pas à faire dépendre le préjudice subi de sa propre incompétence, il peut être certain que Hachem l'aidera à sortir des difficultés.

<--->

-> Selon le 'Hafets 'Haïm, même s'il semble à l'homme que c'est un tel qui l'a frappé, il doit savoir, qu'en vérité, le coup ne provient pas du tout d’une main humaine. Car l’homme ne possède aucun pouvoir de causer un quelconque dommage si cela n'a pas été décrété auparavant En-Haut.
C’est donc bien Hachem qui l'a frappé. C'est pour cela par exemple que la Torah donne l'autorisation au médecin de guérir (Michpatim 21,18-19).

-> "Hachem est bon pour tous/tout" (טוב יהוה לכל - Téhilim 145,9)
Le rav Eliézer haCohen Rozovski commente :
"Pour toute épreuve ou détresse (לכל), il est bon (טוב) de se tourner vers Hachem (יהוה) , car Il est Tout-Puissant et Il est en mesure d'aider l'homme et de le délivrer de toutes ses épreuves.
Car celui qui est convaincu que tout dépend du décret Divin n'a aucune raison de craindre les vicissitudes de l'existence. Son cœur se remplira alors de joie et d'allégresse."

<--->

-> La colère et l'orgueil vont de pair. En général, la colère est le résultat d'un cœur arrogant.
[rabbi Avraham ben HaRambam - Séfer haMaspik léOvdé Hachem]

-> Une personne ne se met en colère que lorsqu'elle sait au fond de son cœur qu'elle a tort, et utilise sa colère pour couvrir son erreur.
[rabbi Eliyahou Dessler - Mikhtav méEliyahou - vol.1]

-> Une personne qui travaille constamment sur elle-même et qui atteint un niveau approprié d'amour pour les autres ne se sentira pas blessée ou irritée par ce que les autres lui disent.
Elle veillera méticuleusement à faire preuve de respect envers tout le monde, tout en se rendant compte que la majorité des gens n'ont pas perfectionné leurs traits de caractère, de sorte qu'elle n'a pas d'attentes excessives envers les autres.
['Hazon Ich - Emouna ouBita'hon]

<--->

-> Les élèves ont demandé à Rabbi Zéra : "Comment avez-vous eu le mérite de vivre une si longue vie?"
Il répondit : "Je ne me suis jamais mis en colère dans ma maison".
[guémara Méguila 28a]

-> Le Béer Mayim 'Haïm (Ki Tissa) explique :
Même lorsqu'il devait parfois se mettre en colère pour le bien du ciel, pour que les gens l'écoutent et changent de comportement, dans son for intérieur, "dans sa maison", il n'était pas du tout en colère contre eux.

-> Le rav Shlomo Wolbe (Alé Chour - vol.2) écrit :
C'est une tâche difficile de s'assurer que la colère est seulement "une colère à l'extérieur".
[Par exemple,] Il faut être capable de donner l'impression aux élèves que l'on est en colère, mais en réalité rester complètement calme et tranquille.
Les maîtres du mousar ont cherché des outils pour cela ... rabbi Sim'ha Zissel de Kelm avait l'habitude de revêtir un manteau spécial avant de se mettre en colère. [parfois cela peut nécessiter d'attendre un moment pour s'assurer qu'il ne reste pas de colère interne. ]

<--->

-> Notre maître, le Arizal, a dit : Une personne qui est complètement dépourvue de tout sentiment de colère et de sévérité ne vit pas dans le cadre de la civilisation. Tout comme il n'est pas possible pour une personne de marcher sans ses jambes, il est impossible de respecter les mitsvot de D. sans sentiments de colère et de sévérité.
Voici ses mots : "Parce qu'il est impossible qu'une personne soit trouvée sans un mauvais penchant ; elle ne peut pas être sans un côté colérique afin d'accomplir les mitsvot."
[Likouté Torah - Vayé'hi]

-> Bien que la colère soit un trait de caractère extrêmement mauvais, il y a des moments où une personne doit s'en servir, comme lorsqu'il est nécessaire de fustiger les méchants, ou d'inspirer de la crainte à ses enfants, ou d'apporter du respect à ses étudiants.
[Orchot Tsadikim - la porte de la colère]

[on doit tout faire pour éviter de se mettre en colère, mais lorsque cela est vraiment nécessaire pour inspirer de la crainte à autrui, on doit faire attention à garder le contrôle de soi (pas de colère interne, mais idéalement de l'amour d'autrui), en n'agissant extérieurement que pour qu'ils puissent percevoir notre colère.
Par exemple, la guémara (Shabbath 105b) que Rav Yehouda déchirait ses vêtements pour montrer qu'il était en colère, et qu'on devait le craindre. Rav Acha bar Yaakov cassait des plats. Rav Chéchet versait un pot de petits poissons sur la tête de sa servante. Rabbi Abba cassait le couvercle d'une cruche.]

<--->

-> "Augmenter la sagesse augmente la colère" (Kohélet 1,18)

-> Lorsqu'une personne au grand cœur regarde le monde et voit que les gens agissent de manière insensée et qu'ils détruisent le monde, elle veut réparer le monde selon sa compréhension.
Lorsqu'il voit qu'il ne peut pas le faire, il devient furieux.
[rav Zev Wolf Einhorn sur Koheles Rabba - Pérouch haMaharziv]

-> Le rav Avraham Its'hak haCohen Kook (Midot haRayah - Colère] écrit :
La colère pour l'amour de la Torah survient lorsqu'une personne d'une grande sensibilité spirituelle, qui s'élève dans le domaine de la contemplation supérieure, doit soudainement se confronter à la réalité, qui reste dans son état le plus bas dans le monde pratique, parce que la plupart de la vie se trouve à un faible niveau de développement.
L'âme qui aspire au plaisir de D. et à la splendeur de la Lumière divine, dans sa grande clarté, est affligée et agitée, et développe l'apparence d'une colère refoulée.

<--->

-> Rava dit : lorsqu'un jeune érudit est en ébullition, ce n'est pas lui qui est en colère, mais la Torah est comme un feu qui bout en lui.
[guémara Taanit 4a]

-> Rachi commente :
"La Torah bout en lui" = grâce à sa Torah, il a une ouverture de cœur, il prend les choses à cœur plus que les autres. Le but de savoir cela est de savoir que nous sommes obligés de lui donner le bénéfice du doute.
"Comme un feu" = Qui réchauffe tout son corps.

-> Le Maharcha explique :
La Torah est quelque chose de spirituel qui agit comme le feu et qui, par conséquent, change la nature de l'étudiant en un être ardent ...
Néanmoins, même un érudit doit apprendre à contrôler ce dangereux trait de caractère.

-> Selon les 'Hidouché haGuéonim (sur Taanit 4a) :
C'est une obligation pour un érudit de la Torah de se mettre en colère pour défendre son honneur, et à plus forte raison, l'honneur de la Torah.

-> Le Ets Yossef commente cette guémara :
Il y a des hommes qui sont sages et calmes, qui agissent avec une profondeur de jugement, toujours en accord avec les manières du monde. Ils deviennent critiques quand ils voient cet éclat de colère, qui transgresse les "bonnes manières"...
Rava leur disait de juger favorablement. Car la Torah est une force spirituelle, comparée au feu. Elle brûle à l'intérieur d'un érudit de la Torah et l'amène à la colère.
Parfois, la lumière de la vérité envoie des nuages de rage.

La colère (selon le Ben Ich ‘Haï)

+ La colère (selon le Ben Ich 'Haï) :

-> Il y en a trois que Hachem aime : celui qui ne se met pas en colère ... [guémara Pessa'him 113b]

-> Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) commente :
Celui qui ne se met pas en colère attire sur lui 12 variations de l'amour divin. Le nom à 4 lettres (יהוה) a 12 permutations, chacune d'entre elles régissant un mois différent, et il est inondé de l'amour divin de la part de chacun [des mois].
C'est ce que laisse entendre la guématria. En effet, numériquement, le terme : כועס (koés - colère - 156) a 12 fois la valeur de : אהבה (aava - amour - 13).
Si une personne ne se met pas en colère, le mot כועס est transformé du mal au bien, et l'amour d'Hachem est canalisé vers elle à partir des 12 permutations de Son nom (יהוה).

Pourquoi devrait-il être récompensé si généreusement? Éviter la colère n'est pas un acte de grande piété, c'est simplement s'abstenir d'une faute terrible qui est proche de l'idolâtrie!

La colère s'apparente à l'idolâtrie lorsqu'elle est utilisée pour des raisons matérielles, et non pour l'accomplissement d'une mitsva, par exemple montrer de la colère pour décourager la transgression ou pour inciter un disciple à de plus grandes réalisations spirituelles. Néanmoins, les pieux l'évitent.
Une personne qui prend soin de ne pas se mettre en colère, même dans de telles situations, mérite certainement d'être comblée par l'amour d'Hachem.

-> Dans son Bénayahou sur cette guémara, le Ben Ich 'Haï enseigne :
Celui qui ne se met pas en colère canalise l'amour d'Hachem des 12 permutations du Nom à 4 lettres sur les 12 Tribus d'Israël. Selon le principe de la mesure pour la mesure, D. l'aimera en retour.

<--->

-> Une personne en colère se retrouve avec rien d'autre que de la colère dans les mains, alors qu'une bonne personne peut goûter aux fruits de ses actes. [guémara Kidouchin 41a]

-> Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) nous explique :
Une personne en colère est perdante à bien des égards.
Chaque nuit, notre âme monte au ciel et signe le compte rendu quotidien de nos actes, comme il est écrit : "Il signe [un jugement] de la main de chaque homme" (Iyov 37,7).
Une personne qui a accompli une mitsva dans la colère signera de sa main uniquement sur sa colère, et non sur la mitsva.

Celui qui est insulté et ne répond pas est accrédité des mitsvot de l'insulteur (voir le 'Hovot haLévavot - chaar hakeni'ah 7), à moins qu'il ne s'enflamme intérieurement. Dans ce cas, il ne gagnera aucune des mitsvot de son insulteur, mais restera avec le péché de la colère. Car la colère s'apparente à de l'idolâtrie, qui est une faute même si elle n'est commise que dans le cœur.

La souffrance est bénéfique ; elle expie le péché.
Mais une personne qui est toujours en colère et qui est amère à propos de ses problèmes semble se plaindre de D. et mettre en doute son équité. Cette personne est vraiment malheureuse. Non seulement elle subit la souffrance, mais elle perd son expiation bénéfique et ajoute la colère à sa collection de péchés.
Dans tous ces cas, "une personne en colère finit par n'avoir rien d'autre dans sa main que de la colère".

<--->

-> "Chasse la colère de ton cœur, et retire le mal de ta chair" (assér kaas milibé'ha, véaaver raa mibéssaré'ha - Kohélét 11,10)

-> Voulez-vous améliorer votre mémoire?
La colère provoque l'oubli (guémara Nédarim 22b).
Si vous retirez le "mal" (רעה - raa - 275) de la "chair" (בשר - bassar - 502), en déduisant les valeurs numériques nous obtenons : la "mémoire" (זכר - zé'her - 227).
Notre verset enseigne : En supprimant la colère de notre cœur, nous améliorerons notre mémoire.
[ Ben Ich 'Haï - Ben Yéhoyada]

<--->

-> "Quand une personne est en colère, si c'est un érudit, sa sagesse la quitte. Si c'est un prophète, sa prophétie le quitte" [guémara Pessa'him 66b]

-> Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) commente :
Nos Sages ont interdit de regarder le visage d'une personne en colère (voir guémara Méguila 28a).
Les kabbalistes expliquent pourquoi : La faute de la colère crée des forces du mal qui s'attachent à son visage.

La lumière de la sagesse se concentre également sur le visage ; "la sagesse d'un homme illumine son visage" (Kohélet 8,1). Le bien et le mal ne peuvent coexister. Ainsi, si les forces du mal sont sur son visage, la lumière de la sagesse quittera son visage, et son esprit.

L'inverse est également vrai. "La crainte d'Hachem est sagesse" (voir Iyov 28,28), et Moïse a dit : "La crainte de Lui [Hachem] sera sur vos visages, et vous ne pécherez pas" (Yitro 20,17).
Lorsque vous vous abstiendrez du péché de colère, la lumière de la sagesse sera sur votre visage.

La déclaration de Moché peut également être comprise comme suit : "La crainte de Lui sera sur vos visages, et vous ne manquerez pas". Car le mot "péché/faute" ('hét - חטא), signifie aussi un "manque".
Une personne en colère manquera des parties supérieures de son âme, car elles s'en vont. À leur place vient un esprit d'impureté, à propos duquel il nous est commandé : "Il n'y aura pas de dieu étranger en toi" (voir Zohar - Tétsavé 182:1).

<--->

-> Le prophète Eliyahou a dit à rav Yéhouda ... "Ne te mets pas en colère, et tu ne fauteras pas" [guémara Béra'hot 29b]

-> Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) écrit :
Se mettre en colère est naturel. Si une personne surmonte sa nature et contrôle son tempérament, alors D. la protégera des fautes qui sont dues à ses défaillances naturelles.

-> Dans son livre Bénayahou, le Ben Ich 'Haï commente cette guémara :
Rabbi Yéhouda n'avait guère besoin d'un avertissement sur l'idolâtrie. Pourquoi, alors, a-t-il été mis en garde contre la colère, qui est comparée à l'idolâtrie (Zohar - Bereishit 27b)?

L'avertissement d'Eliyahou haNavi concernait la colère pendant l'enseignement de la Torah. Un enseignant peut avoir besoin de montrer de la colère afin de corriger ses disciples et de les inciter à de plus grandes réalisations. Même cette colère, au nom d'une mitsva, est indésirable.
Rabbi Haïm Vital (Chaar Roua'h haKodech 11:1) note que parce qu'il s'est mis en colère contre son neveu alors qu'il lui enseignait la Torah, il en est venu à manger involontairement une partie d'une fourmi.

-> Le Ben Ich 'Haï (Bénayahou - Taanit 10b) dit que nous devons même nous abstenir de faire des choses qui nous font apparaître comme étant en colère.

<--->

-> La colère nuit à la santé et crée une distance entre les êtres chers. Détruire des choses dans la colère équivaut à fabriquer une idole et à l'adorer.
Bien que la colère fasse partie de la nature de l'homme, le Satan ajoute du carburant au feu qui brûle dans son cœur, l'intensifiant au centuple.
Si vous rassemblez toute votre sagesse pour surmonter votre nature, Hachem vous aidera à briser le pouvoir de Satan.
[Ben Ich 'Haïm - Houké haNachim 31]

<--->

-> Ses élèves demandèrent à rabbi Zéra : Comment as-tu mérité une longue vie?
Il répondit : "Toute ma vie, je ne me suis pas mis en colère dans ma maison". [guémara Méguila 28a]

<--->

-> "Si une personne se met en colère, tous les types de Guéhinam ont un pouvoir sur elle." [guémara Nédarim 22a]

-> Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) commente :
Quels sont les "types de Guéhinam" ?
Il y a le Guéhinam du feu, de la grêle et de la fumée. Les personnes en colère présentent les caractéristiques de ces 3 types. Certains ont le visage rouge feu, d'autres deviennent pâles comme la grêle, d'autres encore s'enflamment.
Le Guéhinam existe aussi dans ce monde. Une pauvreté atroce, des maladies intestinales, la traque des créanciers et un mauvais conjoint rendent la vie semblable au Guéhinam au point d'exempter une personne du Guéhinam après la mort (guémara Erouvin 41b).
Tous ces problèmes ont potentiellement un pouvoir sur la personne en colère.

La colère

+ La colère (rabbi Na'hman de Breslev) :

-> A cause de la colère s'éveille le grand accusateur, Essav qui est Edom, et de cet accusateur supérieur s'éveillent et dérivent d'autres accusateurs et des ennemis qui s'abattent sur l'homme coléreux, et le dominent, car en raison de la colère, sa sagesse disparaît, et l'image de D. se retire de son visage, et il n'a plus de visage humain, et à cause de cela, les haïsseurs exercent leur pouvoir sur lui, car il leur apparaît comme un animal, et ils ne le redoutent pas.
[Likouté Moharan - Torah 57,6]

-> Hachem appréciera celui qui ne s'emporte pas et ne se montre pas pointilleux envers les autres.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> A cause de la colère, l'individu incitera contre lui-même même la rigueur des jugements.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Si quelqu'un se préserve de la colère, ses ennemis ne pourront pas le soumettre.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> L'individu furieux toutes sortes d'enfers l'asserviront.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> A cause de la colère, les jours de l'homme seront raccourcis.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> La colère amènera à la tristesse.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> A cause de la colère, l'individu sera humilié.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> [L'individu en colère], il sera notoire que ses fautes dépassent ses mérites.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Evite le feu de la colère, et tu ne fauteras pas.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Lorsque l'homme prend le dessus et brise la colère, grâce à cela est engendré et drainé l'aspect du souffle du machia'h, et il est considéré comme si, grâce à lui, le monde entier et ce qu'il renferme avaient été portés à l'existence et créés ; il accède au gagne-pain, parvient à prier D. uniquement, sans pensées étrangères en faveur des gens, et il arrive à concrétiser toutes les mitsvot et toutes les actions saintes qu'il doit accomplir.
[Likouté Moharan - Torah 66,2-3]

-> La colère porte atteinte à la richesse ; lorsque le mauvais penchant incite l'homme à se mettre en colère, qu'il sache qu'à ce moment-là, on devait lui attribuer d'en-Haut une certaine somme d'argent, et le penchant au mal souhaite léser cette bénédiction de richesse ...
Quand un homme se garde de la colère, et quand il est sur le point de s'irriter, il prend l'avantage sur son penchant, en faisant preuve de patience et en réfrénant son emportement, grâce à cela, il parvient à la richesse, et il fait grandir de la sorte son nom et son âme, il accède à une bonne réputation, toutes les âmes désirent s'inclure dans la sienne, et il mérite de rapprocher de nombreuses âmes vers D., ce qui constitue l'essentiel de la gloire de D.
[Likouté Moharan - Torah 59,5]

-> La colère endommage les moyens de subsistance, et à cause de cela, l'homme est éloigné de la vérité, et ne peut donc pas prier ; il ne peut pas également achever et concrétiser ce dont il a besoin.
[Likouté Moharan - Torah 66,2]

<--->

-> Grâce à l'étude de la Torah, par laquelle on draine la connaissance, par cela la colère s'annule, et on attire la bienveillance et la paix.
[Likouté Moharan - Torah 56,6]

-> Grâce aux actes de charité, la colère disparaîtra.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Le mensonge attirera la colère.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Celui qui regarde la face d'un menteur, en viendra à éprouver de la colère.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Grâce à la nourriture de Shabbath, la colère est soumise est annulée.
[Likouté Moharan - Torah 57,6]

-> L'immersion au mikvé supprime également la colère, car grâce à l'immersion dans le bain rituel, on attire la connaissance.
[Likouté Moharan - Torah 57,7]

-> Une ségoula pour éviter de se mettre en colère, qu'il se nourrisse de pain le matin.
[Séfer haMidot - ka'as]

-> Les enfants seront stupides, si leur père coléreux.
[Séfer haMidot - Enfants]

<--->

-> Grâce à la sainteté de la terre d'Israël, on parvient à briser totalement la colère, la tristesse et la paresse.
C'est pourquoi on doit solliciter beaucoup D. afin que l'homme ait le mérite de venir rapidement sur la terre d'Israël, car grâce à la sainteté de la terre d'Israël, on accède au niveau de la patience, c'est-à-dire qu'il supportera tout ce qu'il traverse, sans s'énerver ni se montrer pointilleux à l'égard d'aucun homme, même s'il a fait envers lui ce qu'il a fait.
[Likouté Moharan - Torah 155]

<------------------>

+ Ne pas répondre aux disputes :

-> Quand l'homme est confronté à une querelle et à une dispute, et qu'il se tait, sans se soucier du conflit et des mépris dont il est l'objet, en écoutant son outrage sans répliquer, une telle attitude constitue l'essentiel de son repentir et de sa réparation à l'égard de toutes ses fautes ; il agit vraiment avec sagesse, mérite l'honneur de D., ainsi qu'une bonne place dans le monde à venir, et il parviendra à s'inclure dans l'aspect de l'homme qui siège sur le trône, de qui émane le jugement pour tous les habitants du monde.
[Likouté Moharan - Torah 6]

-> Grâce au fait que l'homme entend son outrage et ne répond pas, en agissant ainsi par amour, et non dans le but d'énerver son prochain davantage par le silence, il repousse de la sorte toutes les écorces impures afin qu'elles ne s'agrippent pas à la sainteté.
[Likouté Moharan - Torah 82]

-> Celui qui retient ses paroles [parle avec retenue], personne ne pourra le vaincre.
[Séfer haMidot - mériva]

-> C'est au cœur de la querelle que se tiendra le Satan.
[Séfer haMidot - mériva]

La colère – Quelques citations de nos Sages (1ere partie)

+ La colère - Quelques citations de nos Sages (1ere partie) :

-> La colère est la pire de toutes les qualités.
[Gaon de Vilna - Biour haGra - Michlé 16,31]

-> Le Saba de Kelem mettait beaucoup en garde contre la colère, disant qu’il l’avait examinée sous tous les angles et n’y avait rien trouvé de bon. Il fallait l’éliminer totalement, comme le ‘hamets à Pessa’h.

-> Savoir retenir son tempérament est le meilleur des bons traits de caractère.
[Séfer 'Hassidim 72]

-> Se dominer dans un moment de colère, voilà la plus noble attitude qui puisse être.
[Méiri - guémara Erouvin 65b]

-> La colère est un des 2 traits de caractères (avec l'orgueil), qui bloque totalement notre service de Hachem.
Elle fait partie de la liste des pires qualités pour lesquelles il faut adopter une attitude de tolérance zéro.
Une personne ne doit jamais se permettre d'être en colère, même sur des choses qui entraînent à juste titre de la colère (et même si cela semble parfaitement justifiable).
[Rambam - Hilkhot Déot 2]

-> La colère souille à l'intérieur de l'homme et à l'extérieur.
[rabbi Raphaël de Brachd]

-> Une personne chez qui règne la colère, elle se refuse de vivre une vie heureuse.
[Or'hot Tsadikim - Chaar haKaas]

-> Une personne qui va faire des efforts pour contrôler sa colère ne regrettera jamais les efforts investis.
[Séfer haYachar - Chaar 6]

-> Qui retient sa colère n'éprouvera jamais de regret.
[Rabbénou Tam - Séfer haYachar - Chaar 6]

-> "Qui résiste à la colère l'emporte sur le héros ; qui domine ses passions sur un preneur de villes." (Michlé 16,32)

[ => Pour un juif, un super héro n'est pas superman, mais plutôt quelqu'un qui ne se met pas en colère!]

La colère – Quelques citations de nos Sages (2e partie)

+ La colère - Quelques citations de nos Sages (2e partie) :

+++ Quelques inconvénients de se mettre en colère :

-> b’h, à ce sujet il est important de se rendre compte d'à quel point la colère, c’est : détruire notre "moi" le plus intime : https://todahm.com/2019/01/12/la-colere-cest-sauto-detruire/

<------------->

-> "Ne maudis jamais personne, car souvent, les malédictions se retournent contre leur auteur et contre sa descendance"
[Séfer 'Hassidim]

=> La colère est un moment propice à maudire autrui, et les malédictions émises contre son prochain ont beaucoup plus de probabilité de retomber sur nous que sur autrui. Alors pourquoi prendre un tel risque !
[c’est être l’arroseur arrosé de malédictions !]

-> "Ne hais point ton frère en ton cœur" (Vayikra 19,17)
Le 'Hafets 'Haïm (Ahavat Israël) fait remarquer que la haine gratuite est une faute que l'on peut avoir à chaque instant, et cela durant des mois, voir des années entières.
Les transgressions se multiplient alors à l'infini!!
[à chaque pensée, ressentiment envers mon prochain juif je génère une nouvelle faute de la Torah !]

-> Le coléreux serait prêt, s'il le pouvait, à détruire le monde entier.
Car la raison n'a plus d'emprise sur lui. C'est un forcené, une véritable bête sauvage ...
Il en vient aisément à commettre toutes les transgressions imaginables si son humeur l'y conduit ; n'agissant plus sous aucune autre impulsion que sa colère, il va là où celle-ci l'entraîne.
[Ram'hal - Messilat Yécharim 11]

=> On vient de voir qu’en se m’étant en colère, en réalité, on se maudit soi-même, et on se créé pleins de fautes, sur lesquelles il sera difficile de faire téchouva, car nous ne pensons pas avoir mal agit : ce n’est que de simples pensées !

<------------->

-> "Les coléreux n'ont pas de vie"
[guémara Pessa'him 103]

-> La colère est le mal par excellence.
[Gaon de Vilna - Even Chléma]

-> Quoiqu'une personne colérique puisse réaliser [dans sa vie], sa colère va [venir] le détruire.
[Rav 'Haïm Vital - Chaaré Kédoucha - Roua'h haKadech 3]

-> Que l'homme ne s'étonne pas si ... il ne décèle ni bénédiction ni réussite dans les actes de ses mains.
Sache-le bien : cela est dû à la colère qui l'habite, car la sainteté l'a abandonné, et il n'est plus soumis qu'à l'esprit d'impureté qui le domine.
Voilà pourquoi il ne voit pas de bénédiction dans ses accomplissements.
[Ma'ané Rakh - chap.14]

-> A partir du moment où la colère d'une personne démarre, la miséricorde [Divine] est bloquée, avec toutes les conséquences terribles que cela peut avoir.
[le Baal haTanya - Sidour Kol Hachana]

-> "Rabbi Yonathan dit : Quiconque se met en colère est dominé par toutes sortes de Guéhinam.
[guémara Nédarim 22a]

-> Toutes sortes de manifestations de l'enfer s'abattent sur celui qui se met en colère, comme il est dit : "Chasse ta colère de ton cœur et éloigne le malheur de ta chair" (Kohélet 11,10).

-> La colère est aussi dure pour son corps que s'il était condamné à toutes sortes de châtiments de l'enfer.
[le Roch]

-> Qui se met en colère est dominé par toutes sortes de souffrances et d'afflictions, assimilées par nos Maîtres à l'enfer (guéhinam), dans son existence ici-bas.
Celles-ci sont : les rigueurs de la pauvreté, les maladies intestinales, les pressions des créanciers et une mauvaise femme.
[Ben Ich 'Haï - Ben Yéhoyada - guémara Nédarim 22]

-> L'homme coléreux est la cible des maux affectant la zone des intestins.
[guémara Nédarim 22a]

Le Chita Mékoubétset commente : Par la colère, la température s'élève et brûle les aliments ingérés. Ceux-ci se digèrent mal et ne peuvent pas être rapidement évacués par le corps, lequel va endurer ainsi des souffrances intestinales.

<--->

-> Lorsque [les époux] s'affrontent dans leur emportement, ils deviennent tous les deux : feu et feu, et le feu dévore jusqu'à la perdition.
[Réchit 'Hokhma - Anava]

-> Les êtres coléreux meurent avant leur terme, comme en témoigne le verset : "C'est sa mauvaise humeur qui tue l'insensé" (Iyov 5,2).
[Séfer 'Hassidim 145]

-> La colère abrège les jours de l'homme.
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot]

-> La vieillesse s'empare de l'homme pour 4 raisons : la peur, la colère inspirée par les enfants, une mauvaise femme et les guerres."
[midrach Tan'houma - 'Hayé Sarah 2]

-> Il existe 3 catégories [d'hommes] dont la vie n'en est pas une : les cléments, les emportés et les être sensibles."
[guémara Pessa'him 113b]

-> Qui tend à s'emporter et à tenir rigueur ne connaît de satisfaction ni dans ce monde, ni dans celui à venir.
Il n'éprouve nulle joie ici-bas, car il s'emporte et tient rigueur pour tout ce qu'il voit qui ne s'accorde pas avec son opinion, et il ressent constamment de l'amertume et de l'aigreur ...
Il ne connaîtra pas plus de satisfaction dans le monde futur, puisqu'il se sera dirigé [toute sa vie durant] dans l'obscurité.
[Ma'ané Rakh - chap.21]

<--->

-> "La destinée de celui qui se met en colère est de perte sa grandeur, même si cela lui avait été décrété."
[guémara Pessa'him 66b]

[L'exemple donné est celui d'Eliav (cf. Chmouël I 17,28), le frère aîné du roi David, qui a perdu la royauté d'Israël, car Hachem a vu en lui une tendance à la colère. (selon le rav Eliyahou Lopian - Sité 'Haïm Emouna)]

-> Moché pour s'être exclamé, en réprimandant la tribu de Réouven : "Bande de pêcheur" (Bamidbar 32,14), son petit-fils est devenu un serviteur de l'idole Mikha (cf. Choftim 18,30).
Cela bien qu'il se soit emporté au nom de la Gloire Divine. Toute chose exige de la pondération.
[Séfer 'Hassidim 137]

-> La colère porte un préjudice considérable à la richesse.
L'homme doit savoir que, lorsque le mauvais penchant l'incite à s'irriter, c'est qu'une somme d'argent lui est justement envoyée du Ciel et que le yétser ara désire la lui enlever.
[Rabbi Na'hman de Breslev - Likouté Etsot]

-> Lorsqu'une personne se met en colère, elle gâche les bénédictions de richesse qui devaient lui arriver ...
Mais lorsqu'une personne retient sa colère et agit avec patience même dans les situations les plus éprouvantes, elle atteint la richesse, un bon nom et une âme sans défaut.
Toutes les autres âmes désirent s'unir avec cette âme et il peut réussir à amener beaucoup d'âmes plus proches de Hachem.
Par cela, la Gloire de D. est révélée.
[rabbi Na'hman de Breslev - Likouté Etsot - Kaas 9]

-> Une querelle repousse 100 occasions de gagner son pain.
[Chla haKadoch]

<---->

-> Rav Na'hman bar Its'hak affirme : "Il est évident que ses fautes [de celui qui se met en colère] sont plus nombreuses que ses mérites"
[guémara Nédarim 22b]
[ainsi, se mettre en colère est tellement grave, que d’une certaine façon à elle seule …]

-> Une personne qui se met [fréquemment] en colère, il est connu que ses fautes sont plus nombreuses que ses mérites, comme il est écrit : "un homme ... qui se laisse emporter par la colère a de nombreuses fautes" (Michlé 29,22).
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot]

-> 24 choses entravent le repentir. L'une d'elles est la colère.
[Rambam - Hilkhot téchouva 4,5]

<--->

-> "En se mettant en colère, il est tombé dans l’erreur" (Sifri - rapporté par Rachi Matot 31,21)
Le sens simple est qu'en se mettant en colère on en vient à oublier des choses, à faire des erreurs (que l'on n'aurait pas faites sinon).
Mais il y a un sens plus profond à cela : la présence de la colère révèle la présence d'erreur, de faute. En effet, une personne va en venir à perdre son tempérament car elle sait dans son cœur qu'elle s'est trompée, et dans un désir de cacher cela au monde, elle va agir avec colère.
[rav Eliyahou Dessler - Mikhtav méEliyahou]

[notre âme est frustrée car suite à notre erreur il y a un décalage entre ce que l'on devrait être et ce que l'on a fait. Plutôt que de prendre cette frustration afin de s'améliorer soi-même, de faire téchouva, nous allons la déverser sur autrui.]

<--->

-> "Tout homme qui s'énerve, s'il est sage, sa sagesse le quitte ...
S'il est prophète, son inspiration prophétique l'abandonne."
[guémara Pessa'him 66b]

-> Rabbi Yirmiya de Difti ajoute : "Il [celui qui se met en colère] en vient à oublier son étude et à faire preuve de sottise."
[guémara Nédarim 22b]

-> La Torah ne peut être comprise que par celui qui ne se met pas en colère, et ce n'est qu'à une telle personne que j'apparaîtrai.
[paroles de Eliyahou haNavi - Kalla rabbati - chap.5]

Par exemple, avant de transmettre sa sagesse en Kabbala à rav Yéhouda ha'Hassid, son maître l'a testé 6 fois pour voir s'il allait perdre son sang-froid.

-> Le midrach (Vayikra rabba 13,1) écrit : "En 3 circonstances Moché s'emporta, et chaque fois il oublia une loi : celles du Shabbath, des ustensiles métalliques et du deuil.
Après avoir prouvé que chacune de ces colères était parfaitement justifiée, le rav 'Haïm Chmoulévitch (Si'hot Moussar 5733), dit que Moché oublia quand même un certain nombre de lois.
=> Il arrive à la conclusion suivante : la perte de sagesse ne survient pas comme une punition, mais c'est plutôt un phénomène naturel, par lequel toute colère entraîne forcément une perte de connaissances acquises.
Peu importe que cela soit justifié/nécessaire ou non : l'homme se voit privé de sagesse suite à tout accès de colère.

<--->

-> Le coléreux n'est pas aimé de ses semblables car ils le considèrent comme un sot.
De ce fait, ses paroles et ses actes ne sont pas appréciés par les hommes et personne ne prend exemple sur lui.
[Orékh Apayim]

<--->

-> Le Zohar dit qu’une personne qui s’énerve est considérée comme si elle allumait les feux de l’enfer.
Une personne qui s’énerve pendant Shabbath fait partir l’âme supplémentaire qui réside en elle.
[Nichmat Yaakov]

<--->

-> "Tout homme qui se met en colère, n'a plus de respect pour quiconque, pas même pour la Présence Divine ...
Il oublie même son étude de Torah et il devient plus stupide ...
Il est certain que les torts d'un coléreux sont plus nombreux que ses mérites."
[guémara Nédarim 22a-22b]

b'h, les commentaires à ce sujet : http://todahm.com/2020/07/22/14466

La colère – Quelques citations de nos Sages (3e partie)

+ La colère - Quelques citations de nos Sages (3e partie) :

+++ Quelques avantages de se préserver de la colère :

-> Hachem aime tout particulièrement 3 personnes : celui qui ne se met pas en colère, celui qui ne devient pas saoul, et celui qui pardonne (n'étant pas rigide sur ses droits).
[guémara Pessa'him 113b]

-> Celui qui se garde de la querelle et de la colère mérite que son foyer soit comparé au saint Temple.
[Zohar - Tikounim 69,2]

-> Celui qui se garde des disputes et de la colère est récompensé en ayant sa maison qui ressemble au Temple.
Les anges qui lui rendent visite la nuit de Shabbath disent : "Ce n'est pas le lieu d'une personne simple. C'est plutôt l'endroit que Hachem désire!" (Béréchit 28)
[Béer Moché - Chémot 993]

-> Celui qui se garde de la colère, ses ennemis n'ont pas de prise sur lui.
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot]

-> L'homme qui maîtrise sa colère mérite d'atteindre un niveau plus élevé, au monde futur, que celui des anges.
[Séfer 'Hassidim 140]

<--->

-> "Celui qui n'écoute pas la colère des autres et reste calme a le mérite que 100 malheurs lui soient annulés."
[guémara Sanhédrin 7a]

Rachi commente : Heureux soit celui qui subit l'humiliation et se tait, d'autant plus s'il s'habitue à un tel comportement. Grâce à son silence, il s'évite 100 peines.

-> "Tout celui qui est capable de dépasser ses mauvais traits de caractère a le mérite que ses fautes lui soient pardonnés"
[guémara Roch Hachana 17a]

Rachi commente : "Celui qui est capable de dépasser ses mauvais traits de caractère et n'est pas pointilleux sur le mal qu'on lui fait mérite que ses fautes lui soient pardonnées.
La stricte justice ne s'appliquera pas à lui de la même manière qu'il a été capable d'outrepasser sa tendance naturelle".

-> Il est bon de garder à l'esprit que le fait de refréner nos réactions au moment d'une offense constitue une expiation de nos fautes plus grande encore que celle de Yom Kippour.
[Chla Hakadoch - Chaar haOtiyot - 200]

-> Rabbénou Yona (Chaaré Téchouva - 1ere chap, 28) dit que celui qui sait retenir sa colère bénéficie d'une opportunité de taille. En effet, si quelqu'un a une chance de s'en sortir au Jour du jugement, c'est bien lui, car de lui seul il est dit que toutes ses fautes lui sont pardonnées.
Rabbi Dov Yafé disait : "Vous vous rendez compte du cadeau que ça représente! On a l'opportunité de racheter toutes nos fautes!"

<--->

-> Le Séfer Ha'harédim (76,75) écrit que celui qui veut trouver grâce aux yeux de Dieu doit se préserver de la colère, comme il est dit : "Et Noa'h trouva grâce", sans qu'il soit dit pour quelle raison.
La raison est suggérée dans le nom même de Noa'h, qui signifie 'agréable'. Il savait se maîtriser, et être agréable envers tous, et c'est ainsi qu'il a trouvé grâce ; je cite :" Grâce et délicatesse ne font qu'un".

<--->

-> Ne te mets pas en colère et tu ne pécheras pas.
[guémara Béra'hot 29b]

-> "Retire la colère de ton cœur, et [ainsi] éloigne les souffrances de ton corps"
[le roi Salomon - Kohélét 11,10]

-> Celui sur qui le penchant à la colère n'a pas d'emprise, le feu de l'Enfer ne régnera pas sur lui.
[Réchit 'Hokhma]

Le 'Hafets 'Haïm (Chemirat haLachon) enseigne également que celui qui retire la colère de sa façon d'aborder la vie, sera sauvé de l'Enfer (guéhinam) et il méritera le monde à venir.

<--->

-> Si tu veux atteindre un âge avancé, travaille sur ta colère.
[Rabbi 'Haïm Palagi]

-> Les élèves de Rav Adda bar Ahava lui ont demandé : "Comment as-tu mérité de vivre si longtemps?"
Il leur a répondu : "Toute ma vie, je ne me suis pas mis en colère dans ma maison"
[guémara Taanit 20b]

De même, il est écrit : "Les jours de l'homme, né de la femme, sont raccourcis s'il est rempli de colère" (Iyov 14,1)

[naturellement, nous avons davantage tendance à éviter de se mettre en colère en public. Nous nous retenons par peur de la honte et de la mauvaise image qui va s'en dégager.
Par contre, dans l'intimité de notre maison, c'est là que l'on verra si une personne contrôle véritablement sa colère.
Le Ben Ich 'Haï interprète "dans ma maison" = à l'intérieur de son corps, car le corps d'une personne est aussi désigné maison (baït). Ainsi, il a pu se mettre en colère extérieurement pour le bien d'autrui, mais sans jamais avoir la moindre miette de profit personnel, à l'intérieur de lui-même (sa maison).]

-> On a demandé à rav Eliyahou Lopian : "Pourquoi as-tu mérité une longue vie? (il est mort à 94 ans!)
Il a répondu : "A partir du moment où je suis devenu mature, je n'ai jamais été en colère, quelque soit la personne ou le sujet."

Il a expliqué : "A partir du moment où tu laisses autrui vivre [en ne te mettant pas en colère], alors mesure pour mesure, Hachem te permettra de vivre."

[ => lorsque ma colère vient empêcher mon prochain de vivre/exister, en réalité c'est ma propre vie que je raccourcis. Est-ce que cela en vaut vraiment la peine? En effet, cela fait très cher payé, uniquement pour avoir momentanément le dernier mot!]

<---->

-> Celui dont la voix est calme et qui est fréquemment silencieux [pour des paroles inutiles, interdites], devient un chariot pour la présence divine.
[Ohr Tsadikim]

-> "Je t'aime d'un amour impérissable, aussi t'ai-Je attirée à moi avec bonté." (Yirmiyahou 31,2)
Cela fait référence à une personne qui ne s'est pas mise en colère. Elle devient un chariot pour le Nom Divin de bonté ('hessed), qui est appelé : amour.
[Réchit 'Hokhma - Chaar haAnava - chap.3]

-> Le rabbi Moché Leib de Sassov affirme que le fait de surmonter sa colère, est plus important que 1 000 jeûnes.

-> Aussi longtemps qu'une personne traite autrui avec respect et patience, Hachem l'inclut parmi les personnes vertueuses.
[Or'hot Tsadikim]

-> Difficile à mettre en colère et facile à apaiser : tel est le sommet de la piété.
[midrach Chmouël - Pirké Avot 5,14]

-> Qui désire accéder à l'esprit de sainteté prendra garde à s'éloigner de l'orgueil [...] et de la colère.
[Rabbi 'Haïm Vittal - Chaaré Kédoucha]

-> Rien ne retire autant l'attachement de l'homme à son Créateur que la colère.
[...]
Le texte affirme sur celui qui ne se met pas en colère : "Je t'aime d'un amour impérissable" (Yirmiyahou 31,3)"
[Réchit 'Hokhma - Chaar haAnava - chap.3]

-> Une personne qui est patiente et qui surmonte sa colère va mériter la subsistance et la richesse, atteindra la perfection dans la prière, et ses ennemis ne régneront pas sur elle.
De plus, elle méritera une bonne réputation, et ramènera de nombreuses âmes proches de Hachem.
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot]

<----------->

-> La colère et la joie sont diamétralement opposées ; la colère et la tristesse vont de pair.
Il est impossible à une personne en colère d'être joyeuse, car elle n'accepte pas avec amour et joie toute chose qui peut lui arriver.
[Erech Apayim - siman aleph]

-> "La colère engendre la tristesse"
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot - Kaas 34]

-> Une personne qui conquiert sa colère, va acquérir la joie.
[Déré'h Erets Zouta 4]

<-------->

-> A Roch Hachana et à Yom Kippour, nous disons : "A celui qui contrôle Sa colère dans le jugement" (לכובש כעסו בדין).

Le Imré 'Haïm dit que ces mots font allusion au fait que celui qui contrôle sa colère a la possibilité de se tenir en jugement devant Hachem.
Il peut demander que Hachem ne se mette pas en colère contre lui, de même que lui ne s'est pas mis en colère contre autrui.

<-------->

-> L'âme elle-même est atteinte par la colère d'un homme.
[...]
Quand le père est coléreux, les enfants sont stupides.
[rabbi Na'hman de Breslev]

La colère – Quelques citations de nos Sages (4e partie)

+ La colère - Quelques citations de nos Sages (4e partie) :

+++ Regarder une personne en colère :

-> Regarder le visage de celui qui est en colère fait oublier [le fruit] de l'étude.
Il est atteint par l'ange malfaisant que génère la colère.
[Séfer 'Hassidim]

-> Le Or'hot Tsadikim nous avertit également de ne pas regarder une personne qui s'est mise en colère, car nous absorbons alors l'impureté de la colère qui a été exprimée.

Le Arizal conseille à une personne en colère de regarder un jeune enfant, et cela la calmera.

<--------------------------->

+++ Colère & humilité :

-> On doit toujours être humble comme Hillel, et ne pas s'emporter rapidement comme Shammaï.
[guémara Shabbath 30b]

-> La colère est une forme d'orgueil, car l'être véritablement humble ne s'emporte jamais.
[Gaon de Vilna]

-> L'homme se met en colère sous l'effet de l'orgueil, lorsque sa volonté n'est pas accomplie.
S'il était véritablement modeste et conscient de ses failles, il ne s'irriterait jamais.
[Rabbi 'Haïm Vittal - Chaaré Kédoucha]

Le Noam Elimélé'h ajoutait à ce sujet :
"Si on enracinait dans son cœur l’idée qu’il n’y a absolument pas à s’attendre à ce que tout se passe comme nous le voudrions, on vivrait dans la joie et le cœur et l’esprit pourraient fonctionner au mieux."

-> Il est certain que le coléreux aime les honneurs.
Or le coléreux n'accomplit les mitsvot que pour les honneurs qu'il en retire.
[Rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot]

-> L'humilité est vue comme étant l'opposé de la colère.
D'ailleurs, le test pour savoir si une personne est humble réside dans sa façon de réagir lorsqu'elle sera mise en colère.
[Séfer ha'Hassidim - 184]

-> "Les paroles des sages dites avec douceur sont mieux écoutées que les cris d'un souverain éclatant parmi des sots" (Kohélet 9,17)

"Avec douceur" = des paroles qui ne sont pas dites avec arrogance (c'est moi qui est raison, c'est moi qui aura le dernier mot!).
En effet, une personne qui s'attache à la qualité d'humilité, n'en viendra jamais à être colérique, puisqu'elle est patiente, et qu'elle ignore ceux qui la tournent en ridicule.
[le Chla haKadoch]

<--------------------------->

+++ Colère & Tu aimeras ton prochain :

-> Dans le monde à venir, on nous demandera à chacun : "Est-ce que tu as fait de ton prochain un roi sur toi, avec douceur d'esprit?"
[Réchit 'Hokhma]

[à cause de notre colère, nous répondrons par la négative, avec toute la honte éternelle que cela nous générera!]

-> Rabbi Eliézer dit : "Que l’honneur de ton prochain te soit aussi cher que le tien, ne sois pas prompt à la colère" (Pirké Avot 2,10)

[Lorsque tout va bien, il est facile d'affirmer que nous respectons autrui.
C'est pour cela qu'il faut considérer nos moments de colère comme des occasions de prouver que l'honneur de notre prochain compte véritablement à nos yeux.
C'est également l'occasion de travailler à être moins dépendant des honneurs extérieurs, car notre bonheur est alors prisonnier de l'extérieur et non de notre intériorité.]

<--------------------------->

+++ La Colère : dieu c’est nous !

-> "Rabba bar rav houna enseigne : Lorsqu'un homme se met en colère, même la Présence Divine n’a plus d’importance à ses yeux."
[guémara Nédarim 22b]

-> Le cœur de l'homme est le sanctuaire de la Présence Divine.
Le coléreux, assimilable à celui qui s'adonne aux cultes étrangers, ne fait qu'introduire une idole dans ce sanctuaire et chasser la Présence Divine de son cœur.
[Réchit Hokhma]

-> "Celui qui se livre à la colère est comparable à un idolâtre"
[guémara Shabbath 105b]

Le Séfer haTanya explique : "quand un homme s'emporte sa foi l'abandonne, car s'il croyait que ce qui lui arrive est voulu par Hachem, il ne se mettrait pas en colère."

[la colère révèle sur une personne qu'elle pense être le maître et le centre de son propre univers.
Elle pense être puissante, qu’elle contrôle le monde : ça doit se passer comme j'en ai envie! ; comment oses-tu me manquer de respecter, à moi (tu sais qui je suis !) ; ...
Cette attitude vient en contradiction de la vision juive : "Tout est dans les mains du Ciel, à l’exception de la crainte de D." (guémara Béra'hot 33b).
En effet, la conscience que c'est Hachem qui orchestre tout doit normalement éteindre la colère. (personne ne peut rien nous faire, si D. n’a pas émis un décret le permettant !).

-> Le 'Hazon Ich (Emouna ouBita'hom enseigne : "Une personne qui se met en colère manque de foi. En effet, quoiqu'il y a pu lui arriver cela a été décrété [par Hachem], et cela n'est pas vraiment dépendant de l'autre personne."
(lorsqu'on oublie l’existence de D., alors on en vient à s’énerver contre le bâton (l'émissaire), et non contre celui qui le tient : Hachem.

D'ailleurs, la guémara (Nédarim 22b) enseigne qu'au moment d'une colère, toutes les pensées d'une personne sont : "Il n'y a pas d'Hachem".
En effet, une personne en colère voue un culte à elle-même (moi je … !), au point où il n’y a plus de place pour Hachem.
["L’orgueilleux repousse les pieds de la Présence Divine.
D. dit à son sujet : Moi et lui, nous ne pouvons demeurer ensemble!" - guémara Sotah 4b]
==> Se mettre en colère, c’est dire à Hachem : Dégages ! Je souhaite plutôt agir selon MA volonté.

-> Le 'Hozé de Lublin (Zot Zikaron) dit :
"Il est bon de se rappeler qu'absolument tout provient du Créateur, comme la guémara (Taanit 7b) l'affirme : "Une personne ne se cogne pas son orteil si cela n'a pas été décrété du Ciel", et ce même si c'est causé par un être humain qui a le libre arbitre."

Dans son code de conduite, le 'Hozé de Lublin avait écrit : "Ne jamais se mettre en colère, et être vigilant à ne pas s'irriter, car [au final] tout est pour le bien."

==> La colère peut être vu comme un test pratique de notre émouna : est-ce pour nous uniquement de belles paroles théoriques? ou également une réalité bien tangible (bita’hon)?
Quelle valeur sommes-nous prêts à donner à D. pour Lui rester fidèles, plutôt que de suivre naturellement notre égo? ]

<--->

-> Le rav Chlomké de Zwil avait coutume de dire que le véritable "test" pour savoir si quelqu’un est doté de émouna est lorsqu'il est confronté aux difficultés et plongé dans l'obscurité.
Si l’on s’aperçoit alors qu'il est en colère contre lui-même et contre le monde entier, cela prouve que sa émouna est défaillante. Car le croyant véritable crie de tout son coeur : "C'est ce qu'Hachem a décrété, et je crois d'une foi parfaite que tout ce qui m'arrive provient de mon Père Céleste, et que ce n'est que bénéfique, source de bénédiction, de joie, de délivrance et de consolation".

Cette attitude le préservera de la colère, qui est un très mauvais trait de caractère, au sujet duquel le rav Chlomké de Zwil disait : "Celui qui se met en colère est un apostat fini, car s'il croyait réellement, il n'aurait rien ni personne contre qui s'irriter, puisque l’autre ne lui a rien fait, et que c’est Hachem Lui-même qui est à l’origine de ce qu’il subit. Et dans le fond, sa colère ne fait que trahir sa pensée profonde selon laquelle quelqu’un d’autre existerait en dehors d’Hachem, qui serait en mesure d’agir également.
C’est ce que nos Sages enseignent : "Celui qui se met en colère ressemble à un idolâtre"(Rambam Déot
2,3 d’après guémara Shabbat 105b)."

<--->

-> Quand une personne a la émouna, elle ne se met pas en colère.
Si une personne se met en colère, c'est un signe qu'elle n'a pas d'émouna, qu'elle ne vit que pour elle-même et ne pense qu'à elle-même (ex: moi je ; ce n'est pas comme JE veux/pense).
Avec la émouna, une personne ne devient pas triste ou déprimée, car elle sait qu'elle se tient juste à côté d'Hachem.
[rav Nathan Wachtfogel - Léket Réchimot - Elloul]

<--->

-> Lorsqu'une personne se met en colère, c'est seulement son égo qui la pousse à être contrariée.
Une partie de la raison qui met en colère quelqu'un, est que les choses ne vont pas comme il le désire. Sa volonté a été contrariée et il ne peut pas réaliser ses plans.
En réalité, les raisons sous-jacents à la colère, sont que sa vision de lui-même est trop importante.
C'est ainsi, lorsqu'une personne se met en colère, c'est comme si elle servait des dieux étrangers. Lequel en particulier? Lui-même.
C'est pourquoi, avant de se mettre en colère, nous devons se rappeler que nous sommes sur le point de transgresser la faute de l'idolâtrie.
[Or'hot 'Haïm]

<--->

-> "Eloigne-toi de l'homme qui a la colère en son âme car il est considéré comme un autel idolâtre" (Yéchayahou 2,22).
Par l'intermédiaire du prophète Yéchayahou, Hachem nous recommande de nous séparer d'un homme qui se souille et perd son âme par sa colère, car il est considéré comme un autel idolâtre.
Le verset : "Ne fais pas pour toi (la'h) d'idoles de métal" (Ki Tissa 34,17) signifie : "Ne fais pas de toi une idole".
[Zohar Tétsavé ; Réchit 'Hochma - Chaar haYira 9]

[s'emporter, se mettre en colère, c'est perdre toute sa sainteté, et devenir semblable à une idole! => Or, Hachem nous demande de ne pas faire d'idole ... ]

<--->

-> "Ne fais pas pour toi d'idoles de métal" (Ki Tissa 34,17)
Selon rabbi Mendel de Kotzk, cela signifie : "ne fais pas du métal un dieu!"

-> "Tu réuniras l'argent dans ta main" (Réé 14,25)
Le rabbi Méir de Prémichlan explique : "Il faut que tu restes, en toute circonstance, le maître de ton argent et que lui ne devienne jamais ton maître".

[ => le yétser ara fait que l'on accorde beaucoup trop d'importance à notre métal (le faisant briller) au point de lui vouer un culte, et on en oublie d'avoir Hachem comme l'Unique au-dessus de tout.]

<------------------>

-> b'h, également : colère & Trouver grâce aux yeux d’Hachem en étant agréable aux hommes : http://todahm.com/2021/11/07/noah-trouver-grace-aux-yeux-dhachem-en-etant-agreable-aux-hommes

La colère – Quelques citations de nos Sages (5e partie)

+ La colère - Quelques citations de nos Sages (5e partie) :

+++ Réagir face à la colère :

-> Tu peux être en colère ou bien résoudre le problème, mais tu ne peux pas faire les deux.
[Rav Sim'ha Wasserman]

-> "Le coléreux se punit à cause de la sottise de son prochain.
[Rabbi Nathan Tsvi Finkel - le Saba de Slabodka]

-> De même que l'eau éteint le feu, de même le silence annule la force de la colère.
[Pélé Yoets]

-> Si l'on vient de gagner des millions au loto, alors il est difficile de nous mettre en colère, car nous avons un tel plaisir intérieur à l'idée d'avoir gagné une telle fortune que nous ne nous laissons pas perdre le moral.
Nous avons à chaque instant l'énorme cadeau de pouvoir être en vie, et cette joie d'être vivant doit être suffisante pour réduire au silence tous ce qui peut venir nous perturber.
[Hokhma ouMoussar]

<--->

-> Le rabbi Naftali Amsterdam raconte : "Un jour, j’ai demandé au Admor (son maître : le rabbi Israël Salanter) quel était le remède à la colère. Il m’a répondu : Si on travaille à se montrer bienfaisant et à ne faire que du bien au prochain, la colère se trouvera éliminée automatiquement."

Rabbi Israël Salanter se montrait très sévère vis-à-vis de la rancune envers autrui, disant qu’il fallait absolument l’extirper totalement, car elle était la cause de nombreuses fautes. Il disait que presque toutes les fautes envers autrui avaient leur cause dans la rancune.

Il a également dit que l’homme doit réfléchir au fait que toutes les affaires de ce monde-ci sont des vanités, et que l’homme ne connaît pas le moment où il devra quitter ce monde. Par conséquent, de quoi peut-on tenir rigueur? D’un monde qui de toutes façons n’est pas à moi?

-> Rabbi Israël Salanter estimait qu’en fait, c’est une mitsva positive de la Torah, "tu marcheras dans Ses voies". L’homme a l’obligation de s’attacher aux voies du Hachem.
Quand on L’irrite, non seulement Il se montre longanime, mais en même temps Il donne également la vie à la personne en question, et par conséquent lui accorde tout ce dont il a besoin et tout ce qu’il demande.
Certes, il arrivait parfois, en particulier devant un public, que Rabbi Israël ait l’air de se mettre en colère, pour faire des reproches à un individu ou à une communauté, mais toute sa colère était uniquement simulée.
On sentait parfois que dans sa colère, il tournait le visage vers le mur et se murmurait à lui-même "la colère du visage et non celle du cœur".

Si quelqu’un lui avait causé quelque tort ou l’avait offensé, non seulement il se dominait et le lui pardonnait, mais en même temps il s’efforçait de lui rendre un service en compensation du mal qu’il lui avait fait.
[à l'image d'Hachem qui même si on l'irrite continue de nous prodiguer des bontés. De plus, en faisant une bonté à quelqu'un qui nous a irrité, on applique le principe que donner à autrui c'est développer de l'amour pour lui. Ainsi, puisque nous avons pu en perdre par son comportement, nous pouvons compenser cela par le fait de lui donner, et la colère (le fait de lui en vouloir) n'a alors plus sa raison d'être!]

<--->

-> Rabbi Israël Salanter dit :
"Avant que je ne commence à apprendre le moussar, j'étais souvent en colère, mais uniquement contre les autres, jamais envers moi-même. Une fois que j'étudiais le moussar, j'étais également en colère contre moi-même.
Maintenant, après avoir étudié le moussar depuis longtemps, je ne suis en colère que contre moi-même. Tous les autres, je les juge favorablement."

<--->

-> De même que le visage des gens est différent, de même en est-il de leurs opinions.
[guémara Béra'hot 58a]

Le rav Bounim Eiger enseigne : de même que nous ne nous mettons pas en colère parce qu'une autre personne a un visage différent du nôtre, de même, cela n'a pas de sens de se mettre en colère s'il pense différemment de nous.

<--->

-> Dans le Lev Eliyahou, il est écrit que le rav Eliyahou Lopian pour s'assurer de ne pas réagir sous le coup de la colère avec ses enfants ou élèves, il attendait un instant, jusqu'à être certain de ne plus éprouver d'irritation à leur égard.
Un jour, comme l'un de ses enfants avait commis un écart de conduite particulièrement grave, il attendit 2 semaines avant de lui adresser des reproches, jusqu'à être parfaitement sûr de ne plus éprouver le moindre ressentiment à son égard.

-> Même pour la réalisation d'une mitsva, il est uniquement permis de feindre [extérieurement] la colère, mais pas de s'emporter intérieurement.
[Choul'han Aroukh haRav - Ora'h ha'haïm 156]

-> "Pourquoi n’avez-vous pas mangé le sacrifice expiatoire dans le lieu saint" (Chémini 10,17)
Le Rabbi Israël Its'hak d’Alexander explique : les initiales des mots de ce verset forment le mot "malé ahava" (rempli d’amour).
Et auparavant, il est écrit "Moché se fâcha", pour nous enseigner la nature de cette colère : lorsqu’elle provient de Moché, elle est remplie d’amour [à 100%].

-> "Moché se mit en colère ... Moché leur dit" (Matot 31,14-15)
Pourquoi le nom de Moché est-il répété ici à 2 reprises?

Le rav Zalman Sorotskin (Oznaïm laTorah), commente que la répétition du nom de Moché fait allusion au fait qu'il laissa s'écouler un intervalle entre son accès de colère et les paroles qu'il leur adressa : c'est seulement après s'être calmé qu'il formula ses reproches.
=> Cela nous enseigne que lorsqu'une personne est en colère, elle doit attendre avant de parler que sa colère soit passée.

-> Le Rabbi Its'hak de Vorka disait qu'on ressent un énorme besoin de répondre lorsque nous sommes en colère, mais on a encore beaucoup d'occasions pour le faire par la suite [sans avoir à payer personnellement le prix de s'être mis en colère].

[sur le moment c’est souvent destructeur (combat d’égo plutôt que de raison), tandis qu’après coup on peut construire pour le bien de tous, de la Vérité.]

-> L'Alter de Kelm avait un manteau spécial, qu'il appelait : "l'habit de la colère".
En effet, à chaque fois qu'il ressentait de la colère, il devait aller le porter.
Le temps nécessaire pour le revêtir, lui suffisait pour complètement se calmer.

-> A l'époque du Ramak, une personne qui s'était mise en colère, donnait de l'argent à la tsédaka, recevait des coups, et s'abstenait de viande et de vin.
De plus, elle allait se tromper au mikvé pour retrouver sa néchama, et elle étudiait des parties ésotériques de la Torah. [selon le Ohr Tsadikim]
[cela ne nous concerne pas, mais permet de se rendre compte d'à quel point ils abordaient sérieusement la moindre colère]

<--->

-> "La charité pratiquée discrètement protège de la colère" (Michlé 21,14)

<--->

-> "Ne te lie pas d'amitié avec ceux qui se mettent en colère, tu pourrais copier leurs mœurs et t'engager toi-même dans un piège." (Michlé 22,24-25)

-> Ne sois pas en compagnie de quelqu'un qui se met facilement en colère. Une telle relation te sera forcément négative.
[Roch - Or'hot 'Haïm - lettre 122]

<------------->

-> Selon le 'Hazon Ich (Emouna ouBita'hon), il y a 2 forces en l'homme : aimer et haïr.
Elles ne peuvent pas fonctionner en même temps. Si tu détestes, tu n'aimes pas et si tu aimes, tu ne détestes pas.
Lorsque tu aimes quelqu'un, tu interprètes tout ce qu'il fait positivement, sans effort. A l'inverse lorsque tu détestes quelqu'un, tu le suspectes pour chacun de ses actes.

Par ailleurs, il faut prendre conscience que la majorité des gens n'a pas des traits de caractère parfaits, et qu'ainsi nous ne devons pas avoir des attentes d'autrui qui sont exagérées.
[De même que nous avons un visage différent, de même nous avons une façon de mener notre vie différente. De même que je ne suis pas parfait, autrui également a des défauts, et je dois vivre avec.
D'ailleurs, tout le mariage consiste à gérer des différences!
Vivre c'est accepter que tout ne va pas comme on le souhaite, car chacun est humain et unique!
[la Vérité de la Torah ne peut se percevoir que de différentes facettes!]]

-> Un jour, la femme du rav Moché Shmouël Shapiro s'est excusée d'être en retard, et elle lui a demandé d'attendre encore quelques minutes.
Le rav lui a répondu : "Tant que tu n'es pas prête, cela signifie que nous n'attendons pas, et que tu ne nous mets pas en retard.
C'est plutôt le contraire! Tant que tu n'es pas prête, cela signifie que le moment de quitter [la maison] n'est pas arrivé!"

[la colère est parfois une excuse pour évacuer de la frustration, de la culpabilité personnelle, ...
Plutôt que de se parler, il est plus facile de vider son sac par la colère.
Au-delà d'avoir une vision positive et juste sur la vie, nous devons également être prêt à parfois payer un prix nécessaire pour maintenir la paix, tellement cette dernière est précieuse.
En effet, il est écrit : "La paix est le récipient des bénédictions" - michna Ouktsin 3,12]

<--->

-> L'homme doit penser : "Est-il possible qu'un homme qui a perdu un florin brise un vase qui vaut mille florins sous l'effet de la déception et de la colère?"
[Séfer 'Harédim]

-> Rabbi Shlomo Ze'ev Klein (Ma'hané Rach) nous conseille de redéfinir nos priorités.
Est-ce que ce sur quoi je m'énerve maintenant, je vais encore en être énervé dans 5 minutes, une heure, un jour...?
Ainsi, est-ce que cela vaut-il vraiment la peine de me mettre en colère (qu'est-ce que je peux y gagner, par rapport à l'énormité de ce que je peux perdre!).

[tout passe tellement vite dans la vie, pourquoi se prendre la tête pour des futilités éphémères.
Au contraire, nous devons nous réjouir qu'en nous contrôlons et en "subissant" la situation, nous avons la possibilité d'obtenir des expiations pour nos fautes, à un prix infiniment inférieur à celui que nous devrions sinon payer dans le monde à Venir.
b'h, quelle affaire Hachem Tu me permets de faire!!]

<--->

-> "Si quelqu'un t'appelle : "un âne", mais une selle sur ton dos"
[guémara Baba Kama 92]

=> L'idée est que lorsque nous admettons avoir une erreur/faute, alors autrui va arrêter de parler.
[autrui te fait comprendre : tu n'es qu'un âne (abruti) => tu as raison regard ma selle! => parfois avec cette personne, situation, il faut couper court, plutôt que d'alimenter un feu de discorde dévastateur!]

-> Certains se lèvent le matin cherchant une raison de s'énerver ...
Ils passent leur journée à observer des choses qui vont les fâcher, généralement en faisant abstraction de tout ce qui est positif.
Lorsqu'une personne recherche des opportunités pour se mettre en colère, elle les trouvera.
[Rav Guershon Henoch de Radzin]

[Souvent nous nous mettons en colère contre quelqu'un, et ensuite nous nous rendons compte que ce n'est pas vraiment contre elle que nous sommes en colère, mais plutôt contre la personne que nous pensions qu'elle était.]

<------------->

-> "Si la personne dont les mots t'ont mis en colère est sage, dans une large mesure de jugement, reconnaît ses opinions comme étant valables d'être écoutés.
Si c'est un fou, alors considère ses mots comme les gazouillis des oiseaux ou le braiment de l'âne."
[Réchit 'Hokhma - chap.5]

-> Si tu es conscient de tes propres défaillances, tu seras moins exigeant envers les autres [et donc moins en colère à leur égard. De même que j'ai mes défauts, ils ont les leurs!]
[Rav Yé'hezkel Levenstein]

-> "Puisque je reconnais que je ne suis pas parfait, que j'ai encore tellement à corriger dans mes pensées, paroles, et actions, alors j'écoute les mots de ces personnes.
En effet, à l'opposé de mes amis, mes ennemis ne vont pas hésiter à exposer mes fautes, et je peux en profiter, même si leurs intentions peuvent ne pas être pures, et ce en extrayant la part de vérité et en l'utilisant pour mon propre bénéfice."
[l'Alter de Kelm]

[=> ainsi, au lieu de se mettre en colère, c'est la fête/joie, puisqu'on nous révèle des pistes d'amélioration personnelle!]

<--->

-> "Attends aussi peu que possible des autres, et ainsi tes attentes seront rarement déçues [ce qui évitera la colère en résultant]"
['Hazon Ich]

-> La paix et tout ce qui est bon fleuriront dans ce monde, si seulement les gens portaient de l'attention au fait de juger autrui favorablement."
[le Migdal Oz]

<--->

-> "Ne cède pas trop vite à ton humeur irascible, car la colère est à demeure au sein des fous"
[le roi Salomon - Kohélét 7,9]
Le 'Hafets 'Haïm (Chemirat haLachon) dit que toute personne sensée se doit de fuir la colère, comme elle le ferait s'il y avait un feu dévorant.

-> La guémara ('Houlin 58b) rapporte la colère entre 2 mouches, bien que leur espérance de vie soit uniquement d'une seule journée.
Le rav Yaakov Meïr Schechter dit que nos 70 à 80 années de vie dans ce monde, sont nulles devant l'éternité du monde à venir. Ainsi, combien est-il affreux/horrible de consacrer ce temps si limité dans de la colère et des conflits.
.
[le Zohar enseigne que toute personne pense intérieurement qu'elle fait partie d'un groupe restreint de gens qui sont immortels.
Or, l'orgueil et la colère reposent sur ce sentiment que nous allons vivre pour l'éternité, car sinon pourquoi se prendre la tête, se prendre au sérieux, alors que nous ne sommes que de court passage sur la scène de ce monde!]