« Car si vous garderez bien toute cette loi que Je vous ordonne, pour l’accomplir, pour aimer Hachem votre D., pour aller dans toutes Ses voies et vous attacher à Lui » (Ekev 11,22)

-> Rachi : Comment peut-on s’attacher à D.?
Selon nos Sages, on y parvient en s’attachant aux érudits.

-> Le Ramban interprète « s’attacher à D. » comme le devoir de combattre la tentation de l’idolâtrie en se souvenant en permanence de Hachem et en exaltant notre amour pour Lui.

<—>

+ « Car si vous garderez bien » (chamor tichméroun – שָׁמֹר תִּשְׁמְרוּן)

-> La double expression de ce verset peut se lire ainsi : « Car si garder [les mitsvot] » (ki im chamor), alors « tichméroun » (vous serez gardez).
A chaque fois qu’une personne réalise une mitsva, elle va créer un ange qui va agir comme son Défenseur et Protecteur lors de son jugement au Ciel.
[Sifté Cohen]

-> L’âme et la Torah sont comparées à une lampe.
Hachem a dit à Adam : « Ma lampe est dans ta main, et ta lampe est dans Ma main.
« Ma lampe est dans ta main » = cela fait référence à la Torah, et « ta lampe est dans Ma main » = cela fait allusion à ton âme.
Si tu gardes Ma lampe, alors Je garderez la tienne. [d’où le double emploi dans le verset]
Si tu délaisse Ma lampe éteinte, alors J’éteindrai ta lampe. »
[midrach Dévarim rabba 4,4]

<—>

-> « Car si vous garderez bien »
La double expression enseigne que nous devons avoir une double protection pour la Torah.
De même que plusieurs protections sont nécessaires pour éviter de perdre notre argent, de même nous devons s’assurer de ne pas perdre notre Torah, qui a beaucoup plus de valeur que l’argent et l’or.
[Panéa’h Raza]

[au-delà de la nécessité de revenir sur notre Torah pour pas la perdre, nous devons établir des barrières personnelles (là où nous avons des faiblesses naturelles), pour ne pas en venir à franchir les barrières établies par la Torah.]

-> Si une personne étudie une michna et veille dessus pour s’assurer de ne pas l’oublier, alors on lui fournit l’occasion d’étudier davantage de Torah et de la retenir.
[רבנו מיוחס]

<—>

« Gardez (ouchmartem) donc tous les commandements que je vous donne aujourd’hui ; alors vous serez forts, et vous obtiendrez la possession du pays où vous allez, pour le conquérir » (Ekev 11,8)

-> La guémara (Kidouchin 30b) commente que le mot : « Gardez » (ouchmartem – וּשְׁמַרְתֶּם) peut se lire : « sam tam » (un remède parfait – סם תם), en référence au fait que la Torah est comparée à un remède/élixir qui donne la vie.
Rachi (dans cette guémara) commente que la Torah est parfaite, que c’est le « médicament » dont il ne manque rien.
Tandis qu’accomplir différentes mitsvot peut être une source d’aide pour certaines situations, la Torah est la seule chose qui est complètement parfaite : elle élimine le yétser ara et rend une personne compète avec Hachem.
[‘Hen Tov]

[en employant à plusieurs reprises le terme de garder/écouter, Hachem nous fait comprendre l’importance de ne pas considérer la Torah à la légère, mais de lui donner beaucoup de valeur à nos yeux (on garde ce qui est précieux).
Elle nous protège du mal, et nous rapproche de Hachem (si tu fais le 1er pas : (chamor), alors tichméroun, alors D. vient ensuite à ton aide). Seule elle peut nous assurer un monde à Venir sublime!]

<—>

-> « Ce sera, si vous écoutez (chamoa tichméou) Mes commandements que Je vous ordonne aujourd’hui, d’aimer Hachem votre D. et de Le servir de tout votre cœur et de toute votre âme » (Ekev 11,13)

-> Rachi enseigne :
Ce sera, si écouter, vous écoutez = Si tu écoutes [ce qui t’a déjà été enseigné] autrefois, tu comprendras le neuf (guémara Soucca 46b). De même : « Ce sera, si oublier, tu oublies » (Ekev 8,19) : si tu commences d’oublier, un jour viendra où tu oublieras tout. C’est ainsi qu’il est écrit dans une meguila : « Si tu m’abandonnes un jour, deux jours t’abandonnerai-je ».

Je vous ordonne aujourd’hui = [Que mes mitsvot] vous soient aussi neuves que si vous les aviez entendues aujourd’hui même.

Pour aimer Hachem = Que tu ne dises pas : « Je vais étudier pour devenir riche, pour que l’on m’appelle : “Maître”, pour percevoir un salaire. » Mais tout ce que vous faites, faites-le par amour, et les honneurs finiront par venir (guémara Nedarim 62a).

Et pour le servir de tout votre cœur = Un service qui est dans le cœur, à savoir la prière.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :