« Toute la subsistance d’un homme pour l’année à venir est décidée entre Roch Hachana et Yom Kippour, à l’exception de celles nécessaires pour le Shabbath, Yom Tov, et ainsi que les frais pour l’éducation de nos enfants en Torah. »
[guémara Bétsa 16a]

=> Ainsi, sans être totalement déraisonnable (compter sur les miracles), on ne perd rien à embellir notre Shabbath : plus on dépensera, plus on nous en donnera les moyens (idem pour les 2 autres types de dépenses).

-> On trouve cela en allusion dans le mois de Tichri (תשרי), celui de Roch Hachana et Kippour, qui est l’acronyme de : Talmud Torah (ת) ; Shabbath (ש) ; Roch ‘Hodech (qui n’est pas un véritable Yom Tov à cause de la faute du Veau d’or, mais le redeviendra avec la venue du machia’h – ר) et de Yom Tov (י).

<——————————–>

+ « Toute la subsistance d’un homme pour l’année à venir est décidée entre Roch Hachana et Yom Kippour »
[guémara Bétsa 16a]

<—>

-> « Il [le prophète Elicha] montait [vers Bet-El] quand de jeunes garçons sortant de la ville, l’insultèrent en ces termes : « Monte, chauve! Monte, chauve! »
Il se retourna pour les voir et les maudit au nom de Hachem.
Aussitôt, 2 ours sortirent de la forêt et mirent en pièce 42 de ces jeunes gens » (Méla’him II 2).

Rav et Chmouël sont en discussion à ce sujet : l’un pense que ces ours étaient le produit d’un miracle, l’autre considère qu’ils étaient le produit d’un miracle à l’intérieur d’un autre miracle.

L’avis affirmant qu’il s’agissait d’un miracle considère qu’il y avait déjà une forêt à cet endroit, et que seuls les ours apparurent par miracle.
L’avis affirmant qu’il s’agissait d’un miracle à l’intérieur d’un miracle considère qu’il n’y avait auparavant ni forêt ni ours.

[D’après le second avis], pourquoi ne pas avoir fait apparaître des ours sans forêt?
Car ils auraient eu peur. »
[guémara Sotah 47a]

-> Rachi commente :
« Ils auraient eu peur = les ours auraient renoncé à s’attaquer à ces jeunes, s’ils ne s’était pas trouvé un lieu proche où ils pouvaient se sauver et se réfugier.
Mais lorsqu’ils sont à proximité d’une forêt, ils sortent sans crainte. »

=> Pourquoi D. dut-Il créer une forêt tout spécialement pour que des ours aient le courage de s’attaquer aux hommes?
Pourquoi ne pas créer des ours sans crainte innée?

-> Le rav ‘Haïm Kanievsky (Taama Dikra) nous explique :

Dans ce passage de Méla’him, le prophète Elicha avait changé l’eau du puits de ce village en eau potable. Ceci suscita la colère de ces 42 jeunes hommes, car leur gagne-pain consistait justement à aller puiser de l’eau à quelque distance de là et à l’amener au village.
Voilà pourquoi ils décidèrent de tourner le prophète en dérision, en s’exclament : « Tu nous as privés [de la racine : « kéréa’h » : le chauve] des bienfaits du Créateur » [d’après la guémara Sotah 46b].

Mais si ces jeunes gens avaient eu conscience que : « tout est décidé par le Ciel », ils auraient compris que l’intervention du prophète ne leur causerait aucun tort.
En effet, D. manquerait-Il de moyens pour leur procurer un gagne-pain? Certainement pas!

Toutes les ressources qui leur avaient été attribuées à Roch Hachana leur reviendraient quoi qu’il en soit, d’une manière ou d’une autre. Et si le Créateur avait décidé à ce moment qu’ils devaient subir une baisse de leurs revenus au cours de l’année, celle-ci serait survenue même sans l’intervention du prophète Elicha.

Ainsi, le problème de ces jeunes gens résidait précisément dans leur manque de confiance en D.
Or, quelle est la cause de cette attitude?

Le fait que l’on est aveuglé par les phénomène de la nature, qui nous laissent croire que tout effet découle d’une cause connue.
En conséquence de quoi nous avons le sentiment que D. laisse le monde aller à la dérive, un monde dans lequel règne la loi du plus fort.
[cela est d’autant plus vrai de nos jours, où avec toutes les avancées technologies nous pensons tout maîtriser, ou bien avec les nombreux médias nous pensons maîtriser les actualités partout dans le monde (puisqu’étant au courant de tout immédiatement), … ]

Rien ne passe dans ce monde sans que cela ait été décidé par Hachem.
Le sort d’un homme est fixé à Roch Hachana, et les phénomènes naturels sont eux-mêmes un miracle, une création de D. destinée à cacher Son intervention.

=> Le destin de l’homme est un miracle, et les apparences dont il se revêt sont un miracle à l’intérieur du miracle.
Cela est nécessaire pour ne pas contrer le libre arbitre des hommes, et leur laisser le choix de croire que la nature domine leur sort.

==> Voilà pourquoi la punition qui frappa ces jeunes gens dut survenir précisément par le biais d’un « miracle dans un autre miracle ».
Des ours apparurent miraculeusement, et pour que cela paraisse comme un événement naturel, D. créa également une forêt.
Cette mise en scène permettait de souligner l’erreur de ces esprits rebelles, et leur faire comprendre que la nature est un miracle enrobant des prodiges véritables.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :