« Il (Essav) tomba à son cou et l’embrassa » (Vayichla’h 33,4)

-> Essav le racha, a gardé en son cœur de la rancune à Yaakov pendant ces 36 années, à chaque occasion il cherchait le moyen de le tuer.

Nos Sages nous racontent que Yaakov a envoyé des messagers, qui sont revenus en racontant qu’Essav avait gardé de la haine contre lui, et que rien n’avait changé. Et pourtant, dès qu’il s’est humblement prosterné devant Essav en l’appelant « mon seigneur », celui-ci s’est immédiatement adouci et sa haine a disparu, au point qu’il est tombé au cou de Yaakov et l’a embrassé.

Le Séfer Mélits Yocher en déduit la puissance de la corruption des honneurs, c’est cela la faiblesse de l’homme.

-> Selon le midrach : « Rabbi Chimon bar Yo’haï a enseigné : c’est une halakha connu qu’Essav déteste Yaakov, mais à ce moment là, sa pitié l’a emporté et il l’a embrassé de tout son cœur ».

<———->

-> Selon une autre opinion, Essav tenta de mordre Yaakov au cou. Mais le cou de ce dernier devint dur comme du marbre, et les dents d’Essav s’y brisèrent.
Ils se mirent alors à pleurer de douleur : l’un pour son cou, l’autre pour ses dents …

Essav pensa : « Je ne vais pas tuer Yaakov avec mon glaive ou avec une autre arme, mais avec mes dents. Je vais trancher sa jugulaire et le saigner à mort. » …
Yaakov pleura à cause du danger, et Essav pleura parce qu’il ne pouvait le mordre.

En réalité, Essav hésitait à attenter à la vie de son frère. Its’hak vivait encore, et Essav ne voulait pas causer de chagrin [à son père]. Quand il vit le miracle dont bénéficia son frère, il adopta un comportement amical à l’égard de Yaakov, et l’embrassa sincèrement.

Yaakov méritait cette douleur, car il avait provoqué Essav en lui envoyant des cadeaux et en s’adressant à lui avec désinvolture. Or,telle n’était pas la volonté de D.
[Selon cette opinion,] Essav ne pensait aucunement à Yaakov et celui-ci n’avait pas à l’aborder.
Yaakov n’avait aucune raison de craindre Essav, car en quittant Lavan, D. lui avait dit : « Retourne aux pays de tes pères, et je serai avec toi » (Vayétsé 31,3).

D’après d’autres commentaires, quand Yaakov préleva la dîme de ses troupeaux, il l’envoya à Essav.
Hachem lui dit : « Ce que tu fais n’est pas juste. La dîme est sanctifiée, mais tu l’utilises dans un but profane. »
Yaakov répondit : « Mais cela est nécessaire, je dois le flatter, sinon il me tuera. »
D. dit : « Non seulement tu lui offres la dîme, mais tu violes aussi Ma parole : « Le plus grand sera le serviteur du plus jeune » (Toldot 25,23). Au lieu de te comporter en maître à l’égard d’Essav, tu te présentes à lui comme son serviteur (« Ainsi parle ton serviteur Yaakov » – Vayichla’h 32,5). Par ta vie, tu seras sous son joug en ce monde. »

Les actes de Yaakov sont surprenants.
La Torah dit : « Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu » (Chémot 34,14). Puisque Essav s’était érigé en divinité, comment Yaakov put-il s’incliner devant lui?

En réalité, Yaakov ne se prosterna pas devant Essav. Il le fit devant la présence Divine qui était venue à son secours. Cependant, Essav supposa qu’il agissait ainsi envers lui.

[le Zohar – rapporté dans le Méam Loez (Vayichla’h 33,4)]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :