« Et voici ce que tu offriras sur l’Autel : 2 moutons dans leur première année, chaque jour, continuellement.
Le 1er mouton tu offriras le matin, et le 2e mouton, tu offriras l’après-midi » (Tétsavé 29,38-39)

-> Le verset utilise le terme : « aé’had » (le premier – הָאֶחָד) en parlant du sacrifice du matin, car la guématria de ce mot est de : 18.
Cela correspond au nombre de bénédictions dans la Amida, qui a été instituée à la place des sacrifices quotidiens.
[Baal haTourim]

<—>

-> « Chaque jour, continuellement » (layom tamid).

Le commentaire du Choul’han Arou’h par le Rema :
– débute par : « Je fixe constamment (tamid – תָמִיד) mes regards sur Hachem » (Téhilim 16,8) ;
– et se termine par : « Les jours du pauvre sont tous mauvais; mais qui a le cœur content est constamment (tamid – תָמִיד) en fête » (Michlé 15,15).

=> Cela nous enseigne qu’un juif doit toujours avoir dans son cœur ces 2 « tamid » : la crainte de D. qui se trouve constamment face à nous, et la joie permanente provenant d’une confiance totale en Hachem.

<——————->

+  » Tu feras un Autel (mizbéa’h) où faire monter l’encens en fumée » (Tétsavé 30,1)

-> Le Rav Pinkous explique que tous les objets du Michkan symbolisent le travail spirituel pour servir Hachem.
C’est ainsi que l’Arche symbolise l’étude de la Torah, la Ménorah représente l’acquisition de la Sagesse, la Table fait allusion à la retenue dans les plaisirs (car c’est sur la table que l’on mange), l’Autel des sacrifices est une allusion au fait de sacrifier son animalité, …

Tout cela représente un travail ardu et difficile, et l’on risque alors de se dire qu’on ne voit pas le bonheur et le plaisir que cela apporte. A quoi bon de s’adonner à un tel travail!

C’est pourquoi l’Autel des encens est cité tout à la fin (de la paracha Térouma et Tétsavé décrivant le contenu du Michkan et les habits du Cohen Gadol), car les encens diffusent une très bonne et agréable odeur.
=> La Torah vient nous dire qu’à la fin du travail spirituel, l’homme en viendra à ressentir un profond plaisir et un bonheur indescriptible.
Après tous les ustensiles, après tous les efforts, vient la récompense : les encens, représentant le plaisir qui est réservé à celui qui s’adonne à ce travail.

-> Le Mé Hachiloa’h explique que le mot Ketoret (encens) vient de l’araméen signifiant : « attachement ».
En effet, par les encens, on reliait et on attachait toute la création avec le Créateur. On proclamait par cela que : « Tout vient du Ciel ».

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :