« Le 8e jour, on circoncira la chair de son excroissance » (Tazria 12,3)

=> Pourquoi la circoncision est-elle tout particulièrement douloureuse le 3e jour?

En effet :

1°/ « Hachem apparut [à Avraham] » (Vayéra 18,1), Rachi commente : On était au 3e jour après la circoncision.
– « Tout homme qui se circoncit éprouve une grande douleur le 3e jour » (Pirké déRabbi Eliézer – chap.29) ;
– « Lorsqu’Avraham se circoncit, il éprouva le 3e jour une très grande douleur à sa plaie » (midrach Yalkout Chimoni – chap.82) ;

2°/ « Chékhem, fils de ‘Hamor … vit [Dina, fille de Léa], il la prit, cohabita avec elle et lui fit violence » (Vayicha’h 34,2)
Les fils de Yaakov ont réussi à faire que tous les hommes de la ville de Chékhem se circoncisent.
« Or, au 3e jour, comme ils étaient souffrants, 2 des fils de Yaakov, Chimon et Lévi, frères de Dina, prirent chacun son épée et marchèrent sur la ville en confiance, et tuèrent tous les mâles. Et ‘Hamor et Chekhem son fils, ils [les passèrent au fil de l’épée. Ils prient Dina de la maison de Chékhem et sortirent. » (Vayichla’h 34,25-26)]

Le Ibn Ezra de commenter : le 3e jour suivant la circoncision est le jour où la douleur est la plus forte.

[sachant qu’ils seraient très faibles en ce 3e jour, ils étaient confiants de pouvoir tous les tuer]

<————–>

-> La michna (Taanit 26a) rapporte que puisque toute la nation juive ne pouvait pas être présente à Jérusalem lorsque l’offrande journalière était apportée, les 1ers prophètes (Shmouel et David) ont institué une division des Cohanim en 24 gardes, entraînant que chaque Cohen servait pendant environ 1 semaine, et ce 2 fois par an.

De plus, pour chacune de ces gardes de Cohanim, il lui était associée une garde composée de Lévi’im et de Israël (juif autre que Cohen et Lévi), qui assistaient en tant que représentants du peuple lorsque le sacrifice quotidien de la nation juive était offert au Temple
Ces représentants de la nation (autre que Cohanim) s’appelaient : les anché maamad.

Ils devaient jeûner toute la semaine où ils étaient appelés à « exercer » à Jérusalem, à l’exception du vendredi, du Shabbath et du dimanche. [ce qui fait 4 jours : de lundi à jeudi].

La guémara (Taanit 27b) explique qu’ils ne jeûnaient pas le vendredi et le Shabbath, car cela aurait été un manque de respect pour le Shabbath, et également le dimanche car c’est le 3e jour qui a suivi la création de l’être humain (Adam ayant été créé le vendredi, veille de Shabbath).

=> Quel est le problème de jeûner 3 jours après notre création?

Rachi explique que ce 3e jour de la Création de l’homme n’est pas un jour propice à jeûner car c’est un jour faible de façon inhérente. Comme source à cette idée, Rachi cite l’épisode abordé précédemment avec Chimon et Lévi.

Selon le rav Yéhouda Wagschal, Rachi nous enseigne que la douleur ressentie le 3e jour suivant une circoncision (brit mila) ne provient pas d’un processus naturel de guérison, comme on serait tenté de le penser.
La réalité est qu’une circoncision est considérée comme une forme de création.

=> Ainsi, puisque l’humain qui est circoncis est considérée comme venant d’être créé, et puisque que le 3e jour suivant la création d’un homme est naturellement un jour faible, c’est pour cette raison que le 3e jour suivant une brit mila est le plus difficile.

<—>

-> La guémara (Kiddouchin 38a) enseigne que Hachem complète les jours des tsadikim, d’un jour à jour, et d’un mois à mois, comme il est écrit : « Je comblerai le nombre de tes jours » (Michpatim 23,26)
Cela est compris traditionnellement comme signifiant que D. leur permet de vivre des années complètes, en les faisant mourir à la date à laquelle ils sont nés.

Cependant, à l’enterrement du rav ‘Haïm de Volozhin, le rav David de Novardok a fait remarquer que rav ‘Haïm est né le 2e jour de Shavouot (le 7 Sivan), et qu’il est mort le 14 Sivan.
=> Pourquoi un tel tsadik n’a-t-il pas « complété » ses années de vie?

Le rav de Novardok a répondu que le véritable anniversaire d’une personne n’est pas le jour où il sort du ventre de sa mère, mais plutôt celui de sa brit mila, moment où il naît spirituellement parlant.

Ainsi, bien que la source de l’enseignement de la guémara est Moché rabbénou, qui est né et mort le 7 Adar, cela s’explique car il est né déjà circoncis.

Le rav ‘Haïm de Volozhin est mort une semaine après son anniversaire, et plus précisément le jour de sa brit mila.

=> Nous voyons de là que la brit mila n’est pas simplement une mitsva, mais comme l’écrit Rachi, c’est considéré comme une véritable création de l’être, c’est la date de naissance d’une personne.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :