« Il est impossible d’honorer ses parents autant que nous le devrions »

[Rachi – guémara Kidouchin 31]

Il faut les honorer de notre mieux (c’est une mitsva énorme!), et en même temps savoir qu’ils doivent être tellement énormes à nos yeux que cela ne sera jamais suffisant.

« Chaque prière et chaque mitsva que nous pouvons réaliser, chaque mot de Torah que nous pouvons étudier, a pour conséquence d’apporter du mérite à nos parents comme si c’était eux-mêmes qui accomplissaient cet acte [même s’ils sont déjà morts!].
De cette façon nous pouvons réaliser la mitsva d’honorer ses parents bien davantage que tout honneur que nous pouvons leur témoigner [de leur vivants] dans ce monde, et cela sera une source de satisfaction pour eux. »

[le ‘Hida – Kikar léEden – Likoutim 5]

<—————–>

-> « La principale manière d’honorer [ses parents] se trouve après leur mort (guémara Kidouchin 31b).
Chaque jour, nous devons faire tout notre possible pour amener du plaisir à l’âme de nos parents [en réalisant un maximum de mitsvot, ce qui à chaque fois permet d’élever et de réjouir encore davantage leur âme].
[…]
Même si l’on considère son père [et/ou sa mère] comme un tsadik parfait, dont l’âme profite de la vie après la mort, nous devons penser aux mitsvot que nous faisons comme autant de moyen d’offrir des délices à nos parents aimés, ce qui va permettre que leur âme soit [à chaque fois davantage] bénie. »

[Pélé Yoets – Kiboud av vaEm]

« Le respect des parents inclus d’honorer ceux que les parents honorent, car si un enfant méprise ceux que son père et sa mère respectent, ce sera pour ces derniers une honte et un déshonneur. »

[‘Hafets ‘Haïm – Maasé lémélé’h al haTorah – Yitro]

« En honorant ses parents qui l’ont mis au monde, l’ont entretenu et élevé, l’homme apprend à éprouver de la reconnaissance à l’égard de D. pour Ses multiples bienfaits. »
[Ramban]

-> 3 partenaires participent à la formation d’un être humain : un père, sa mère et Hachem.
Le père fournit les os, les nerfs, le cerveau, les ongles et le blanc des yeux de l’enfant.
La mère lui fournit la peau, la chair, le sang, les cheveux et la pupille de l’œil.
Quant à Hachem, Il lui fournit l’esprit, l’âme, la vue, l’ouïe, le toucher, la parole, la marche, l’intuition, la compréhension et la raison.
[Zohar 93a]

-> D. désire que ces 3 partenaires soient honorés.
Cependant, si un parent dit à son fils de commettre une faute, il doit ignorer cet ordre, et obéir à Hachem.

-> La récompense promise est la longévité (Mékhilta), d’éviter de commettre la moindre faute, et en particulier la profanation du Shabbath, ainsi que l’honneur et la richesse dans ce monde et une part plus importante dans le monde futur (Eliyahou rabba 26).

-> La longévité est la conséquence naturelle de la mitsva de respect ses parents.
Hachem n’a pas besoin d’y interférer, les jours [de sa vie] s’allongeant d’eux-mêmes.
[le Or ha’Haïm]

-> Rachel voulait anéantir tout objet d’idolâtrie de la maison de son père, en volant ses idoles (térafim).
Le Zohar (1,8) rapporte qu’elle a, quand même, été puni pour avoir porté atteinte à son père (même si l’intention est bonne), en mourant durant sa grossesse, sans pouvoir profiter d’un moment avec son bébé Binyamin.

[Certes, au regard de sa grandeur, D. l’a jugé très sévèrement, mais cela nous apprend à quel point il faut être vigilant à l’honneur et au respect de nos parents]

-> La guémara (Kiddouchin 31a) nous rapporte l’épisode du remplacement d’une des pierres du pectoral du Cohen Gadol, appelée le « Yachfé », et qui lui empêchait de réaliser son service sacrificiel dans le Temple.
Nos Sages sont allés voir un non-juif s’appelant : Dama Ben Nétina, qui possédait une telle pierre très précieuse.
Il était prêt à la leur céder, en échange de 60 bourses remplies de dinars d’or.

Dama alla chercher la pierre quand il vit que son père était allongé, ses jambes étendues et ses pieds posés sur le coffre dans laquelle elle se trouvait. Il retourna auprès des Sages et les informa que, pour l’instant, il ne pouvait la leur donner.
Ils pensèrent que peut-être il en voulait davantage et doublèrent la somme proposée ! Cependant, Dama s’en tint à son refus. Les Sages essayèrent d’augmenter leur offre encore et encore ! Mais il campa sur sa position. Quand ils se rendirent compte qu’il resterait inflexible, ils s’en allèrent.

Quand son père se réveilla, Dama rappela les Sages et leur dit : « Voici, je suis prêt maintenant à vous vendre la pierre ».
Les Sages voulurent lui payer la dernière somme proposée. Dama leur dit : « Vais-je vous vendre l’honneur que j’ai rendu à mon père pour de l’argent ? Je n’en tirerai aucun profit ! »

Quelle récompense Hachem lui réserva-t-il ?
L’année suivante naquit dans son troupeau une vache rousse et le peuple d’Israël la lui acheta pour l’équivalent de son poids en or !

Nos Sages enseignent que cela met en avant le comportement des juifs, qui n’agissent pas uniquement en suivant la logique (comme Dama et les non-juifs), mais parce que : « comme t’a ordonné Hachem, ton D. » (ils sont prêts à dépenser un somme énorme pour acheter une vache rousse, l’exemple type des mitsvot [‘hok] dont nous ne comprenons pas le sens).

Le Meshech Chochma demande, pourquoi est-ce qu’il s’agit particulièrement de la pierre précieuse appelée : « Yachfé », et qui est liée à la tribu de Binyamin.
La raison est que c’est le seul qui n’a pas été lié à la vente de Yossef, qui a causé à leur père Yaakov une peine infinie.
Puisqu’il a honoré son père à la perfection, il a mérité que se soit sa pierre qui soit liée à l’exemplarité du respect des parents.

-> Le Séder haDorot rapporte que Rabbi Yéhochoua ben Elem va partager le même Gan Eden que le boucher de sa ville : Nanas, ce-dernier accomplissant tous les jours la mitsva de respect de ses parents âgés, de son mieux.
Rabbi Yéhochoua s’est même exclamé : « Quelle chance j’ai d’être ton voisin dans le monde à venir! »

« On ne doit pas considérer ses parents comme des personnes médiocres, même si on agit respectueusement envers eux et qu’on leur parle avec révérence.

Chacun a le devoir de considérer ses parents comme des personnes honorables et dignes, même si tous les autres les considèrent comme des personnes tout à fait ordinaires.

Voilà l’aspect le plus important de la mitsva d’honorer ses parents ».

[le ‘Hayé Adam 67,3]

–> « Lorsque Rav Yossef entendait les pas de sa mère approcher, il disait : « Je me lève devant la ché’hina (la présence divine) ».  »
[guémara Kiddouchim 32b]

La Torah exige davantage qu’une conduite respectueuse envers ses parents : les pensées et les sentiments de l’enfant doivent témoigner qu’ils l’honorent.
De plus, quelque soit les parents dont D. nous a doté, la Torah élève leur statut jusqu’à le rendre égal à celui de D.

=> La mitsva d’honorer ses parents ne se résume pas à les respecter.
Elle signifie qu’il faut se convaincre que ses parents méritent tout l’honneur et le respect qu’il est possible de leur donner.

=> Même si aux yeux de tous, nos parents sont des « boulets », au plus profond de notre cœur, de nos pensées, de nos paroles, de nos actes, … on doit s’imaginer se trouver devant les personnes les plus importantes, distinguées au monde, à l’image de D., Lui-même!!

Honorer ses parents après leur mort … (2e partie)

+ Honorer ses parents après leur mort … (2e partie)

—> Toute action positive peut être dédiée pour l’élévation de l’âme d’une personne décédée, mais il existe une différence entre un lien parent/enfant et les autres liens d’affinités :

-> envers toute personne (autre que ses parents) : le mérite d’une action est transféré au défunt, uniquement si la mitsva a été réalisée spécialement pour cette personne (en ayant en pensée ou en parole mentionné le nom de la personne avant d’agir).

-> envers ses parents : puisqu’un enfant est considéré comme une extension (la « jambe ») de ses parents, comme s’ils étaient vivants et qu’ils accomplissaient eux-mêmes la mitsva, le mérite leur est transféré même sans aucune intention.
=> A chaque fois, qu’une fille ou un fils réalise une bonne action, les parents prennent part automatiquement aux bénéfices de cet acte méritant, même si l’enfant ne pensait pas à ses parents à ce moment.
Cela est valable pour tous les actes de notre vie.

-> Le Zohar nous enseigne que le moment principal pour honorer, comme il le faut ses parents, est après leur mort.
Il y est écrit (zohar – fin de la paracha bé’houkotaï) :
« Malgré le fait qu’un parent a pu décéder, l’obligation des enfants de l’honorer devient plus importante …
car si l’enfant ne marche pas sur le bon chemin, il cause, pour sûr, à ses parents de ressentir une honte énorme dans l’autre monde.
Cependant, si les actes de l’enfant sont louables, il amène, certainement, un grand honneur à ses parents au même moment.
Il amène de l’honneur au nom de ses parents parmi les vivants dans ce monde ; et leur accorde de l’honneur aux yeux de D.
Par conséquence, D. aura certainement de la miséricorde et va les installer sur un trône de gloire. »

-> Le Séfer ha’Hinoukh (mitsva n°33) de nous enseigner :
« Une personne doit penser au fait que son père et sa mère lui ont permis d’exister.
Pour cette raison, il ne peut être qu’approprié qu’un enfant fasse le maximum, de toutes ses forces afin de les honorer et de les aider.
Après tout, ils lui ont donné la vie et ont investi énormément de labeur et d’efforts afin de l’élever. »

-> « Chaque bonne action qui va générer du mérite à une personne décédée, va amener en même temps une abondante récompense à la personne qui en est à l’origine ».
[Séfer Taarich Yisrael – chap.19 – citant à ce sujet le rav Kamenetzky, le rav Kanievsky …]

-> En ce qui concerne les parents, cela conduit à un double mérite.
Par exemple, par le fait de donner de l’argent à la tsédaka en l’honneur de ses parents, on va recevoir la récompense pour la mitsva de tsédaka, et la récompense d’honorer ses parents.

-> De plus, lorsque les parents décédés voient (de leur place au sein du monde de vérité) que leurs enfants réalisent des mitsvot en leur honneur, ils sont remplis d’une grande joie et ils prient pour leurs enfants.
Ils supplient D. d’accorder à leurs enfants une longue vie, pleine de prospérité, dans l’honneur et la miséricorde de D.
[cf. à ce sujet : le Séfer ‘Hassidim – 170 ; le Téchouvot ‘Haïm Béyad (Rav ‘Haïm Palagi) ; le Yoré Déa – 116 ]

-> Cela a également beaucoup d’importance au niveau émotionnelle.
Suite à la perte d’un proche, il est normal d’avoir des émotions comme : de la tristesse, du découragement, de la culpabilité, des regrets, …
On en vient à se répéter sans cesse : « J’aurai pu lui faire tellement plus!! … »

=> Par le fait de rechercher activement à réaliser de bonnes actions au bénéfice de l’âme, l’endeuillé fait quelque chose de réel et de concret envers la personne qu’il a aimé.
Ces efforts et la prise de conscience que tout n’est pas perdu, que le lien n’est pas cassé, vont contribuer pour beaucoup afin d’amener l’endeuillé dans une direction positive.

-> Lorsque Yaakov va demander de transporter son corps après sa mort d’Egypte en Israël, il va demander à son fils : « Si tu as quelque affection pour moi, mets, je te prie, ta main sous ma hanche pour attester que tu agiras envers moi avec bonté et fidélité (‘Hessed chel émet), en ne m’ensevelissant point en Egypte » (Béréchit 47,29)
Rachi explique que faire une bonté pour un défunt est une véritable bonté, car elle est faite de façon totalement altruiste (le mort ne pouvant faire un retour de sa gentillesse).

-> Le ‘Hafets ‘Haïm (chmirat halachone sec.3, chap.7) rapporte une histoire tirée du midrach haNéélam, qui permet de se rendre compte à quel point l’étude de la Torah va impacter l’âme d’un défunt.
Rabbi Zemira’ah a rencontré l’âme d’un racha, qui souffrait énormément suite à sa mort.
Ressantant sa grande peine, Rabbi a compris que D. le chargeait d’une mission : soulager la néchama de ce mort.

C’est ainsi, qu’il va retrouver son fils, totalement ignorant de la Torah, et lui permettre d’agir positivement selon la Torah, pour le bien de son père.
Une nuit, le père décédé est apparu au Rabbi et lui a rapporté :
-> dès que mon fils a su lire un verset pour la 1ere fois = « on m’a temporairement soulager des souffrances de ce jour » ;
-> dès que mon fils est entré en yéchiva pour personnes avancées = « toutes les punitions ont cessé immédiatement. J’étais libre des tourments de l’enfer! »
-> lorsqu’il a progressé au point de pouvoir établir lui-même ses propres décisions en halakha = « l’incroyable a eu lieu : j’ai été admis au gan eden! Un trône m’a été préparé parmi les justes. »
-> Chaque jour que mon fils présente une nouvelle idées dans l’étude de la Torah = « des anges me couronnent par la même couronne que portent les grands tsadikim! »

Le décédé a conclu en disant : « Quelle chance a une personne qui laisse derrière lui un fils qui peine dans la Torah! »

=> Nos Sages (par ce midrach) nous enseigne que l’étude de la Torah permet une totale transformation pour l’âme, même d’un racha total.
A plus forte raison, l’âme d’un juif sincère, va être délivrée et propulsée aux plus hauts niveaux dans le Ciel.

-> « Toute personne qui a un lien avec la lumière de la Torah (en l’ayant étudié ou en ayant soutenu ceux qui l’étudient), cette lumière va (dans le futur : lors de la résurrection des morts) la ramener à la vie ».
[guémara Kétouvot 111b -> sur le verset de Yéchayahou 26,19 : « Puisse les morts revenir à la vie … »]

-> Le rav Leizer Yudel Finkel, Roch Yéchiva de Mir, observait l’année de décès de son père, le fameux : Alter de Slabodka.

Une nuit, l’Alter lui est apparu en rêve avec une requête urgente : « Shik mir pekala’h  » (envoie-moi des paquets!).
= Il implorait son fils de lui envoyer des paquets d’actes méritants.

 

Source (b »h) : traduction & compilation personnelle issue du livre du Rabbi Tzvi Hebel (The Neshamah Should Have an Aliyah)

Honorer ses parents après leur mort … (1ere partie)

+ Honorer ses parents après leur mort … (1ere partie)

-> « Tu observeras donc la mitsva, et les décrets (‘houkim) et les règles (michpatim), que je t’ordonne d’exécuter aujourd’hui. » (Dévarim 7,11)

La guémara (Erouvin 22a) explique : « Aujourd’hui (dans ce monde) afin de les accomplir ; demain (dans le monde à venir) afin d’y recevoir leurs récompenses. »

-> Le Gaon de Vilna, avant de mourir, a attrapé ses tsitsit et a dit en larmes :
« Dans ce monde, avec quelques pièces, il est possible d’acquérir et de réaliser des mitsvot à chaque instant.
Dans le monde à venir, cependant, il n’est pas possible d’en accomplir une seule, même en échange de tout l’argent du monde. »

-> Nos Sages (guémara Sanhedrin 104a) nous révèlent le fondement du fait de réaliser des actes : « léilou néchama » (en souvenir de l’âme, d’une personne décédée), en parlant du concept de : « béra mézaké » (par ses actes positifs, un fils va donner du mérite à son père, va lui permettre d’expier ses fautes, bien qu’il ne soit plus vivant).

-> Le Ramban (Béréchit 11,32) donne un exemple de ce principe.
Le père de notre patriarche Avraham s’appellait : Téra’h, était un fervant adorateur des idoles, et il a mis pleins d’obstacles à son fils (Avraham) afin de l’empêcher à avancer dans sa volonté de servir D.

Selon l’avis de certains de nos Sages, il n’a même pas fait téchouva avant de mourir.
Néanmoins, le Ramban nous dit qu’il a pu d’accéder au monde à venir par le mérite de son fils.

-> « Par chacune des mitsvot ou des actes méritoires qu’un de ses descendants va accomplir après sa mort, l’âme du père va recevoir de l’expiation. »
(‘Hafets ‘Haïm – Ahavas Chessed II – chap.15 – notes).

Le ‘Hafets ‘Haïm y poursuit également en disant qu’un fils peut, par la puissance positive de ses actions, épargner ses parents défunts de souffrir de leurs fautes dans le monde à venir, et va avoir un impact sur leur entrée au gan eden.

-> Le Chla haKadoch dit que cela s’applique à tout parent (quoi qu’il ai pu faire!) car : « un enfant est la jambe du père » (kara davouha).
Etant une extension du père, les actions du fils sont considérées comme celle du père lui-même.

-> « Lorsqu’une mère juive décède, que ses enfants craignent D. et s’occupent de la Torah et des mitsvot, cela est considéré comme si elle-même était en vie et qu’elle réalisait toutes ces actions. »
[Rabbénou Yona – Iguéret haTéchouva – Drouch 3 – 79]

-> Pourquoi un enfant est appelé la jambe du père, et non sa main, ou tout autre membre de son corps?

Le rav Yts’hak Hutner explique que la jambe est le seul membre avec lequel une personne se déplace (cf.personne en béquille, en chaise roulante) ; et sans elle, elle serait complètement immobile.

D’ailleurs, ceci est la véritable différence entre un être humain et un ange.

-> Un ange est : un omeid, un être qui stagne au niveau dont D. l’a créé, sans possibilité d’évoluer.

-> L’homme est : un méhalé’h, un être qui marche.
Il peut débuter sa vie à un niveau très inférieur à celui d’un ange, mais par un travail sur lui-même et par son succès dans les tests de la vie que D. lui a envoyé, un être humain peut atteindre, voir dépasser un ange.
Ainsi, toute personne est constamment « en mouvement ».

[Comme dit le Gaon de Vilna : « Dans la vie, soit on avance, soit on recule »
=> la notion de neutralité de nos actes n’existe pas.
Par exemple : si je me détends dans un but de reprendre des forces afin d’agir positivement (selon la volonté de D.), c’est bon, sinon c’est de la perte de temps, de la paresse.]

Cela est valable uniquement tant qu’on est en vie.
Une fois mort, il n’y a plus d’opportunités de grandir, on reste au même niveau pour l’éternité.

[une énorme souffrance future est le sentiment de honte/de regret devant ce qu’on aurait pu faire, qu’on a pas fait, et qu’il nous est alors plus possible de réaliser …. « Ah si seulement, j’aurais … !! » ]

Une fois mort, à l’image des anges, on devient un immobile, un stagnant.

Le rav Yits’hak Hutner (Pa’had Yits’hak) enseigne que c’est à ce moment que la notion de : « la jambe du père » (kara davouha) prend tout son sens, permettant à la personne décédée (le père ou la mère) de garder un pied sur terre, monde incroyable/unique qui permet de gagner des mérites éternels.

=> Si une personne a laissé une descendance méritante, elle a des « jambes », qui vont lui permettre de continuer à marcher malgré sa mort.
Les actions des enfants étant attribuées aux parents, ils continuent à monter d’un niveau à un autre.

=> Ceux qui ont la chance d’avoir une descendance louable, continuent à avancer avec elle, et ils sont ainsi toujours parmi les vivants.

 

Source (b »h) : traduction & compilation personnelle issue du livre du Rabbi Tzvi Hebel (The Neshamah Should Have an Aliyah)