« J’ai réfléchi, toutes les [grandes] personnalités [juives] ont mérité ce qu’elles ont mérité grâce au respect tout particulier qu’elles portaient à leurs parents. »

[rabbi Aharon Leib Steinman]

[il cite les exemples du rav ‘Haïm de Brisk qui tremblait littéralement devant ses parents, ainsi que du ‘Hazon Ich, qui bien qu’étant un gadol hador, allait parler pendant 30 minutes avec sa mère de tout ce qui pouvait l’intéresser, et il se promenait beaucoup avec elle.]

<——->

-> Rabbi Alexandri a dit au nom de rabbi Chimon ben Lakich :
« Voyez combien grand est le mérite de celui qui respecte ses parents.
Quiconque respecte ses parents, cela le soutient. Non seulement cela, mais il rapproche la Délivrance d’Israël. »

[midrach – rapporté dans le Séfer « Méa Shéarim » de rabbénou Eliyahou fils de rabbi Elkana Kaspali – chap.9]

« Nos parents doivent paraître [à nos yeux] comme un roi et une reine, et on doit terriblement redouter de leur désobéir.
Tout ce qu’ils ordonneront, ensemble ou séparément, doit être à nos yeux un ordre royal dont on ne doit s’écarter ni à droite ni à gauche.
[…]

De façon générale : il faut se conduire avec eux comme on se conduirait avec un roi de chair et de sang dont on redouterait qu’il nous coupe la tête.
Et à cause de la crainte, on ne s’assiéra pas et on ne se tiendra pas à la place habituelle de l’un d’entre eux, et on ne les contredira pas même si on sait qu’ils se trompent.

Même de décider : « Vous avez raison, mon père ou ma mère », c’est interdit [parce que l’on ose se comparer à de l’incomparable!]. »

[Séfer ‘Hassidim]

-> Dans la partie qui traite des mitsvot dépendant de la parole, le Séfer ‘Hassidim écrit : « On doit respecter [nos parents] par la paroles, leur parler doucement, avec un langage délicat, avec respect et délicatesse, comme lorsqu’on parle au roi. »

<—–>

-> « On doit respecter ses parents en soi-même en les trouvant importants, c’est-à-dire qu’on doit avoir l’impression qu’ils sont des gens grands et honorables, même si pour les autres personnes ils n’ont aucune importance.
C’est l’essentiel de la mitsva de les respecter, sans quoi cela relève du verset : « Ils m’ont honoré avec leur bouche et leurs lèvres, mais leur cœur est loin de moi ». »
[‘Haayé Adam 67,3]

-> Le rabbi ‘Haïm Chmoulévitch illustre avec le respect du père :
« Quand on respecte son père malgré ce qu’il est, on n’a pas accompli son devoir.
Il faut respecter le père à cause de ce qu’il est = Le fils doit s’efforcer de rechercher ce qu’il sait de mieux sur la grandeur de son père, de trouver en quoi le père est « unique dans sa génération », et le respecter en fonction de cette prise de conscience.
Si on ne trouve pas en quoi respecter le père parce qu’il est « unique dans sa génération » en un point quelconque, on n’a pas accompli son devoir.« 

« Lorsque 2 frères se haïssent, ils manquent de respect à leurs parents car ils leur causent énormément de peine, même après leur mort.« 

[Méam Loez – Ki Tavo 27,16]

+ « Mon fils, si ton cœur acquiert la sagesse, mon cœur se réjouira aussi » (Michlé 23,15)

Le Gaon de Vilna écrit :
« Un père et son fils sont liés l’un à l’autre ; ils ont une source spirituelle commune.
Lorsque le fils acquiert la sagesse et s’en réjouit, cela apporte automatiquement de la joie au cœur de son père même si le fils ne parle à personne [pas même à son père] de la sagesse qu’il a acquise.

Ce lien peut être comparé à un aimant aux propriétés magnétiques. On sait que si l’aimant est cassé en deux et qu’une moitié se déplace, la 2e réagira en bougeant aussi, même à une distance considérable.
De la même façon, quand le cœur d’un fils se réjouit, le cœur de son père se réjouit aussi. »

=> Etudier la Torah : quelle occasion magnifique de réjouir (indirectement) son père!

« Un homme craindra sa mère et son père, et Mes Shabbat vous observerez » (Kédochim 19, 3)

-> Le Zohar enseigne que quand un homme trouve des ‘hidouchim de la Thora pendant Shabbat, dans le Ciel on couronne ses parents (quand ils sont déjà morts) dans l’autre monde.
Cela est en allusion dans ce verset qui juxtapose le respect des parents et celui du Shabbat. Car si un homme souhaite honorer ses parents, alors il lui convient d’honorer le Shabbat en y trouvant des ‘Hidouchim.
[‘Hida]

-> Le Ari Zal (rapporté dans Chaaré Téchouva) affirme également qu’une couronne spéciale est créée pour le père [et mère] de celui qui étudie une nouvelle idée de la Torah le Shabbath.

Le Yéssod véShoresh haAvoda (Bémaalot haShabbath) rapporte qu’en plus, D. embrasse la tête de ce même père [et mère].

<—>

Précisions sur la notion de ‘hidouch : nouveauté en Torah :
-> Selon le Chaaré Téchouva, si quelqu’un ne peut pas être créatif, s’il apprend quelque chose qu’il n’a jamais étudié auparavant, ce sera également qualité de ‘hidouch.

-> Le Yessod véShorech haAvoda (Chaar 8,12) dit que toute nouvelle inspiration conduisant à améliorer ses midot, son caractère ou tout bon comportement que l’on accepte sur soi, est aussi considéré comme un ‘hidouch.

<———————————————->

-> Le Réchit ‘Hochma (Chaar Kédoucha 3,4-7) enseigne :
« Après Shabbath, lorsque l’âme supplémentaire quitte le royaume physique pour retourner dans le Ciel, D. lui demande : « Quel ‘hidouch (idée nouvelle) de Torah as-tu entendu? »

Le Zohar qui déclare : « Combien est bienheureuse l’âme qui peut réciter des ‘hidouché Torah devant Hachem.
D. se réjouit énormément et rassemble tous ceux qui se trouvent dans Son palais et s’exclame : « Nous avons entendu une idée perspicace transmise par l’âme de cette personne! »

Tout le palais et tous les anges écoutent le ‘Hidouch.
Mais si l’âme n’a pas de ‘hidouch à raconter au palais Céleste, elle en a honte et ensuite les anges s’affaiblissent, pour ainsi dire. »

« Il est impossible d’honorer ses parents autant que nous le devrions »

[Rachi – guémara Kidouchin 31]

Il faut les honorer de notre mieux (c’est une mitsva énorme!), et en même temps savoir qu’ils doivent être tellement énormes à nos yeux que cela ne sera jamais suffisant.

« Chaque prière et chaque mitsva que nous pouvons réaliser, chaque mot de Torah que nous pouvons étudier, a pour conséquence d’apporter du mérite à nos parents comme si c’était eux-mêmes qui accomplissaient cet acte [même s’ils sont déjà morts!].
De cette façon nous pouvons réaliser la mitsva d’honorer ses parents bien davantage que tout honneur que nous pouvons leur témoigner [de leur vivants] dans ce monde, et cela sera une source de satisfaction pour eux. »

[le ‘Hida – Kikar léEden – Likoutim 5]

<—————–>

-> « La principale manière d’honorer [ses parents] se trouve après leur mort (guémara Kidouchin 31b).
Chaque jour, nous devons faire tout notre possible pour amener du plaisir à l’âme de nos parents [en réalisant un maximum de mitsvot, ce qui à chaque fois permet d’élever et de réjouir encore davantage leur âme].
[…]
Même si l’on considère son père [et/ou sa mère] comme un tsadik parfait, dont l’âme profite de la vie après la mort, nous devons penser aux mitsvot que nous faisons comme autant de moyen d’offrir des délices à nos parents aimés, ce qui va permettre que leur âme soit [à chaque fois davantage] bénie. »

[Pélé Yoets – Kiboud av vaEm]