Lorsque les juifs aimeront leur prochain, à la fois à l’extérieur d’eux-mêmes (par des actes, paroles, expressions) et à la fois à l’intérieur d’eux-mêmes (en leur cœur, pensées), alors le machia’h viendra.

[le Bat Ayin (paracha Chémini) – rabbi Avraham Dov d’Avritch – un disciple du Baal Chem Tov]

Le principal du service Divin dans nos générations, avant la venue du machia’h, est de s’efforcer de se concentrer dans la prière et de la faire avec joie.

[rabbi Chnéour Zalman de Liadi – le Baal haTanya]

Il faut prier avec une flamme telle que son cœur se répande comme de l’eau devant Hachem, et ceci amènera le machia’h.

[rabbi Na’hman de Breslev]

Pourquoi le machia’h n’est-il pas venu hier ou aujourd’hui?
Car nous sommes aujourd’hui identiques à ce que nous étions hier.
[rabbi Ména’hem Mendel de Kossov]

[« Tout celui qui ne s’élève pas en spiritualité, descend en spiritualité » – rabbi Aharon de Karlin]

<—->

-> Une fois que le machia’h viendra, tout ce qui est [actuellement] naturel nous semblera surnaturel.
[rabbi Ména’hem Mendel de Loubavitch]

La raison de l’augmentation de l’espérance de vie

+ La raison de l’augmentation de l’espérance de vie :

-> Depuis plusieurs années, la durée de vie de l’être humain est plus longue qu’aux siècles derniers.
Il est fréquent de rencontrer des personnes âgées dépassant les 80 ou même 90 ans.
Ce phénomène est généralement expliqué par les avancées dans le domaine médical et la technologie, du fait qu’il existe un médicament pour presque chaque maladie.

Cependant, sur cette question le rav Steinman a un point de vue complétement différent.
Les générations qui précèdent la guéoula mènent la dernière lutte contre Essav : ce dernier avait le mérite et la particularité de respecter son père de la meilleure façon possible.
C’est pourquoi dans nos générations, Hachem nous donne l’occasion de multiplier les mitsvot de respect des parents afin de pouvoir annuler le mérite d’Essav et d’arriver donc à la guéoula complète très bientôt.

La source de l’exil est le manque de foi.

[rabbi Na’hman de Breslev]

Malheur aux gens!
Hachem est lié et attaché avec nous en exil.

Or, il est dit qu’un prisonnier ne peut pas se libérer tout seul de sa prison.
La délivrance de Hachem est ainsi dépendant de notre téchouva.
Hachem regarde par la fenêtre … [les fenêtres de la synagogue, dans l’attente de notre téchouva] …

La Présence Divine attend à la fenêtre et pleure, et le Shofar symbolise Ses pleurs …
La Présence Divine regarde pour voir si quelqu’un fait téchouva afin qu’elle puisse se libérer de Son emprisonnement …
Mais personne ne fait [véritablement] téchouva. Tout le monde étant préoccupé par ses propres besoins et sa parnassa, et ils s’efforcent d’hériter de ce monde-ci [et non de celui à venir].

[Zohar – Tikounim p.22]

+ Le midrach (Yalkout Chimoni Michlé 9) dit que lorsque le machia’h arrivera, tous les Yom Tov seront annulés, à l’exception de Pourim et de Yom Kippour.
Pourquoi particulièrement ces 2 jours?

Ils sont tous les deux, un jour de résurrection des morts.
– A Pourim, il y avait un décret d’anéantissement du peuple juif. Ainsi, lorsqu’ils ont été sauvés de ce terrible décret, c’est comme s’ils avaient été ressuscités.

– Yom Kippour est similaire.
Si une personne faute et que la mort est décrétée sur elle [en punition], alors le jour de Kippour peut servir d’expiation et le décret est annulé, et c’est comme si on était ressuscité.

=> Ainsi, ces 2 jours de « résurrection » sont au-delà de l’ordre naturel de ce monde.
Puisque ces 2 jours signifient « résurrection des morts », alors ils vont exister dans le futur, comme des jours réels de résurrection des morts.

[Tiféret Israël]

+ On ne doit pas désespérer de la guéoula, en se disant : « Si les prières de nos Patriarches n’ont pas pu amener la guéoula, alors comment nos prières peuvent-elles l’apporter?

Le midrach (Béréchit rabba 70,6) dit que Hachem a pris les prières de nos Patriarches et en a fait une clés pour la guéoula de leurs enfants.

Le rav Matisyahou Salomon enseigne que cela ressemble au Kotel, qui a d’énormes pierres en bas, et à son sommet de petits cailloux.
De même, nos ancêtres ont pratiquement tout mis en place, et Hachem attend les nôtres, qui bien que petites (surtout en comparaison de nos Patriarches) sont indispensables pour permettre la venue du machia’h.

Le Kéhilat Yaakov explique que les prières de nos Patriarches ressemblent à de la sublime nourriture qui est devenue trop sèche, et notre rôle est de la rafraîchir en y ajoutant un petit peu de liquide (comme des prières avec larmes).

La Torah et les mitsvot sont notre liste d’instructions afin de purifier le monde et le préparer pour la guéoula.

[Tanya – chap.37]