+ Un verset peut servir d’introduction à l’obligation de suivre une mitsva :
« Zé adavar achèr tsiva Hachem lémor » = « c’est là le commandement qu’a ordonné D. en disant … »

Le Ben Ish ‘Haï fait remarquer que si nous coupons le mot : « lémor » (= en disant – לאמר), nous obtenons : « lo mar » (= aucune amertume – לא מר).

===> Tout ce que D. ordonne doit t’être considéré comme une sucrerie/douceur (car d’elle viendra ton bonheur!).

 

 

Source (b »h) : dvar Torah du Ben Ish ‘Haï dans son livre : « Od Yossef ‘Haï » (repris par le rav Menahem Berros)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code