Le Shofar et la Akéda Yits’hak

+ Le Shofar & la Akéda Yits’hak :

-> « Hachem dit : ‘Sonnez devant Moi dans un Shofar de bélier afin que Je Me souvienne en votre faveur de la Akéda de Yits’hak, fils d’Avraham, et que Je vous le compte comme si vous vous étiez ligotés devant Moi’. »
[guémara Roch Hachana 15a]

-> Rabbi Moché Cordovero (le Ramak) enseigne que lorsque nous écoutons le Shofar, c’est comme si nous nous sacrifions devant Hachem, et que toutes nos fautes sont pardonnées.

-> « La sonnerie du Shofar étant différente des autres sons, en l’écoutant, les juifs prendront à cœur l’enseignement de la Akéda Yits’hak et réfléchiront à tout ce que Avraham et Yits’hak ont mérité.
Chacun doit se sentir prêt à sacrifier sa vie pour Hachem, à se sentir lié par Sa volonté sans aucune autre considération, grande ou petite, à être entier avec Hachem de tout son corps et de toute son âme, comme un sacrifice offert tout entier sur l’autel.
Ainsi, on parviendra à enchaîner son yétser ara et à le vaincre de tous côtés. »
[Rabbi Yonathan Eibeshutz – Yaarot Dévach]

-> Selon le Yad Yossef cela nous enseigne qu’aucun acte n’est oublié d’Hachem, cela doit nous rappeler qui était notre ancêtre et de comment il a accompli les commandements avec sacrifice.

<————->

-> « Lorsque les descendants de Yits’hak fauteront et connaîtront des malheurs, la Akéda de Yits’hak sera rappelée en leur faveur. Elle sera considérée devant Toi comme si sa cendre était amoncelée sur l’autel et Tu leur pardonneras et les délivreras de leur détresse »
[midrach Tan’houma – Vayéra 23]

-> Lorsque Yits’hak a été amené comme sacrifice sur l’autel, jusqu’à ce qu’un ange vienne pour l’épargner.
Un bélier venant d’apparaître va alors être sacrifié à sa place par Avraham.

De ce bélier, la corne va être utilisée :
-> lors du don de la Torah au mont Sinaï (Pirké déRabbi Eliézer 31) ;
-> afin d’annoncer la venue du Machia’h (Yéchayahou 27,13).

Ainsi :
-> le Shofar vient nous rappeler notre engagement pris lors du don de la Torah, à servir D. par l’observance de la Torah, où il y avait : « Le son du Shofar allait redoublant d’intensité » (Chémot 19,19)
-> Lors de la guéoula, le rassemblement de tous les exilés se fera par : « En ce jour résonnera le grand Shofar (Shofar gadol) » (Yéchayahou 27,13).

<—>

-> Le Kédouchat Lévi nous enseigne :
Hachem a approché toutes les nations, mais aucune n’a souhaité accepter la Torah.
Le peuple juif a été la seule nation à enlacer, à couronner Hachem comme le Maître du monde.

Au moment du don de la Torah : « Le son du Shofar allait redoublant d’intensité » (Chémot 19,19)
A Roch Hachana, lorsque nous sommes jugés sur nos fautes, nous sonnons du Shofar pour réveiller l’amour de D. pour le peuple juif, en Lui rappelant que nous sommes les seuls à avoir acceptés la Torah, et à L’avoir proclamé Roi des rois.
[Que grâce à ce mérite], Il puisse nous pardonner toutes nos transgressions et nous inscrire pour une année bonne et bénie.

<—>

-> Rabbénou Yéhouda Tsadka enseigne que ce n’est pas l’acte de sacrifier son fils qui a prouvé sa foi en Hachem, car peut être n’agissait-il ainsi que par peur de la réaction de D. s’il ne le faisait pas.
Rabbi Tsadka dit que la véritable preuve de la loyauté de Avraham était qu’après que l’ange lui a dit de ne pas tuer son fils, Avraham n’a pas immédiatement couru chez lui, plein de joie que son fils soit épargné.
Mais plutôt, il a cherché dans les environs, et il a trouvé un bélier à offrir à Hachem. Avraham a refusé de quitter l’endroit tant qu’il n’avait pas apporté un sacrifice (quelqu’il soit : son fils ou un animal!) à son Créateur.
C’est cela qui a prouvé la grandeur de son service d’Hachem, et c’est pour cela que nous utilisons un Shofar pour indiquer que les intentions pures d’Avraham étaient encore plus grandes que ses actions.

<————————————————->

+ Pourquoi utiliser un Shofar, plutôt que d’apporter un couteau, afin de rappeler qu’Avraham était sur le point d’égorger son fils?

-> Rabbi Hirsch de Vadislav, le père de rabbi Bounim de Peschis’ha donne la réponse suivante.
La corne de bélier rappelle que D. ne désire pas les sacrifices humains puisqu’Il a voulu que Yits’hak soit remplacé par son bélier.

Nous sonnons donc une corne de bélier pour demander à D. de ne pas nous punir en nous prenant la vie.
Comme Il a remplacé Yits’hak par une autre expiation, nous prions qu’Il fasse de même pour nous, comme il est écrit : « Car Je ne désire pas la mort du coupable ».

-> Le Saba de Novardok dit : « Il est plus facile de mourir en sanctifiant le Nom de D., que de vivre en tant que juif (en soumettant en permanence notre volonté à celle de Hachem). »

Nous lisons la Akéda à Roch Hachana pour nous rappeler que notre but dans la vie est de faire Sa volonté notre volonté.
En souvenir nous nous servons du Shofar qui symbolise le fait de vivre pour sanctifier D. (il provient de l’animal qui a été sacrifié à la place), pour déclarer que c’est supérieur au fait de mourir pour sanctifier D. (le couteau).

-> Le rav Saadia Gaon affirme que la véritable déclaration de sacrifice à Hachem est : « Je suis tien. Ma volonté est de faire Ta volonté. Ma vie est Tienne. »

[tous nos espoirs et nos aspirations les plus internes Lui sont « sacrifiés ».
Le terme néfech renvoie à l’âme, mais aussi à la volonté (cf. Béréchit 23,8). Ainsi, faire preuve de mésirout néfech, ce n’est pas uniquement perdre sa vie, c’est surtout l’idée d’arriver à sacrifier sa volonté pour celle de D.
Dans notre vie, il est facile d’être le héro d’un seul jour, mais par contre être le héro de tous les jours, c’est nettement plus difficile, et c’est ce que nous impose notre statut élevé de juif. ]

<—————————————————————>

+ « Sa concubine, nommée Réouma, avait eu aussi des enfants : Téva’h, Ga’ham, Ta’hach et Maaka (וְאֶת מַעֲכָה) » (Vayéra 22,24)

La lecture de la Torah de Roch Hachana est la Akéda, et elle se conclut par ce verset.
Qu’a-t-il à voir avec ce jour?

A Roch Hachana, nous nous engageons fermement à nous repentir, à améliorer nos actions et à supplier Hachem de nous accorder une bonne année.
Le derniers mots : « véét maaca » sont l’acronyme de : « vidouï a’har téchouva maga’at ad kisssé hakavod » (la confession de nos fautes suivant la téchouva arrive jusqu’au trône divin).
Il est en effet écrit : « La téchouva est si puissante qu’elle atteint le trône divin » (guémara Yoma 86a).

Par ailleurs, Roch Hachana est le jour du couronnement de Hachem en tant que Roi.
Le mot « maaca » (dernier mot de ce passage) est l’acronyme de : « mélé’h al kol aaréts » (Roi sur toute la terre).

<——————————–>

-> Il est à noter que le mot Téroua se traduit par un pleur, un sanglot, faisant allusion au fait que nous devrions pleurer sur nos fautes.
Le Eliyahou rabba (591,1) dit que c’est en souvenir de notre matriarche Sarah qui pleura lors du sacrifice d’Its’hak.
Le Yalkout Chimoni dit en effet que Sarah a versé 100 larmes sur son fils, à l’occasion de la Akéda.
Or, la coutume est de sonner 100 fois le Shofar (3 fois 30 + 1 fois 10), à Roch Hachana.
Ceci amène de la miséricorde sur le peuple juif.

[b’h Extrait du dvar Torah : https://todahm.com/2017/10/17/le-shofar-larme-de-defense-massive ]

<————————————————->

-> Le Shofar est recouvert pendant que nous récitons les bénédictions sur la sonnerie du Shofar.
Cela est similaire à la Akedat Its’hak. En effet, le midrach rapporte qu’avant de construire l’autel sur lequel sacrifier son fils Its’hak, Avraham a gardé Its’hak caché, par peur que le Satan puisse le blesser, le rendant alors inapte à être offert.
[Elef Hamagein]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :