La 7e plaie : la grêle

+ La 7e plaie : la grêle

-> Cette plaie vaut à elle seule, les 6 premières plaies réunies.
[midrach haGadol – Vaéra 9,14]

-> Rachi (Vaéra 9,22) rapporte que Hachem a élevé Moché au-dessus du ciel, et il a alors levé son bâton pour que la plaie commence.

-> Les 2 armes que D. emploie souvent contre les impies sont le feu, comme à Sodome, et l’eau, comme pendant le déluge, à l’époque de Noa’h. [Siftei Cohen]
La grêle est une combinaison de ces 2 éléments incompatibles, qui vont faire la paix, afin d’accomplir la volonté de leur Créateur. [Yalkout Réouvéni]

Selon Rachi, l’extérieur était de la glace congelée, et l’intérieur des boules de feu brûlante.

-> Rabbénou Bé’hayé rapporte que Mickaël, l’ange préposé aux eaux, et Gavriel, l’ange préposé au feu, ont conjugué leurs efforts pour exécuter la plaie.

-> Cette plaie va détruire toute la végétation et les édifices tomberont en ruine.

Selon le midrach (Yalkout Chimoni Vaéra 186), on n’avait jamais vu de tels grêlons, et on n’en verra plus jamais de tels.
Selon le Séfer haYachar, les grêlons avaient la taille de briques, et lorsqu’ils s’abattent sur la terre, ils pulvérisent les arbres jusqu’à leurs racines, détruisant l’herbe, les récoltes, les fruits à travers tout le pays.

Selon le Léka’h Tov, chaque grêlon avait la taille de 6 poings d’homme adulte (environ 50 cm!).

[Selon le midach haGadol, en frappant le sol, les grêlons s’éclataient, libérant des flèches de feu et des balles de glace meurtrières]

-> Selon le midrach (Chémot rabba), de gros morceaux de glace tombaient et emprisonnaient les égyptiens à l’intérieur, comme les murs d’une prison.
Lorsqu’ils s’asseyaient, ils étaient brûlés par de la glace ; lorsqu’ils se tenaient debout, ils étaient brûlés par du feu.

-> Selon le rav de Brisk, la grêle n’est tombée en Égypte que là où il avait des personnes, des animaux ou de la végétation.

-> Le bruit du tonnerre et le fracas des grêlons résonnaient jusqu’aux confins de la terre.
[Tossefot sur la Torah – Vaéra 9,23]

-> Hachem a dépassé les lois de la nature pour que les bruits des tonnerres et les lumières des éclairs, soient perçus au même moment.
[Malbim]

-> Hachem frappe les égyptiens de coups de tonnerre assourdissants, par le mérite des juifs qui recevront bientôt la Torah, au milieu des sons de tonnerre.
[midrach Yalkout Chimoni Vaéra 186]

<————->

-> Toutes les créatures vivantes (hommes, animaux) qui ne seront pas mis à l’abri dans des refuges souterrains périront. [Rabbénou Bé’hayé]

En effet, selon le Malbim, les grêlons s’abattent sur le sol avec tant de violence qu’ils pulvérisent tout ce qui trouve à découvert.

-> Il est écrit : « Celui d’entre les serviteurs de Pharaon qui craignait la parole de Hachem fit fuir ses gens et son bétail dans les maisons » (Vaéra 9,20).

Selon le Meshech Chochma, Pharaon a exigé que chaque berger laisse son troupeau à l’extérieur, en opposition avec l’avertissement de Moché. Seuls ceux qui craignaient vraiment Hachem ne l’ont pas écouté.

Selon le rav Avraham Sid (bé’Hipazon Pessa’h), Hachem n’a donné la sagesse et l’envie de rentrer ses animaux, qu’aux égyptiens qui n’avaient pas fait de reproduction interdite de leurs bêtes.

Selon le Ramban, même si la majorité des égyptiens ne croyaient pas en la réalisation de ce que Moché avait annoncé, d’une façon inconsciente, ils ont tous pris leurs idoles qui étaient à l’extérieur, et les ont rentré pour les protéger de tout dommage éventuel.

-> Selon les Tossefot sur la Torah, même s’ils en ressortiront vivants, ils seront de tout leur être terrorisés par le tonnerre des explosions et par les tremblements de terre, qui ont accompagné la chute de la grêle.
A partir là, les égyptiens vont commencer à souffrir de maladies nerveuses.

Selon le midrach (Tan’houma), le bruit était continu et très fort, quasiment insoutenable, et les éclairs anormalement lumineux, [au point d’en illuminer le monde entier].

Selon le ‘Hatam Sofer, il n’y a jamais eu avant cette plaie de tonnerre ou d’éclair en Egypte.
Hachem a comptabilité tout ce qui aurait dû normalement y tomber, et Il a combiné tous les sons dans les tonnerres de cette plaie, de même pour les lumières des éclairs.

<——————>

-> Rabbénou Bé’hayé fait remarquer que tout au long du récit de cette plaie, le tonnerre est mentionné avant la grêle, car c’est le tonnerre qui ébranle et prédispose les égyptiens à la terreur que va leur inspirer la grêle.

Nos Sages (guémara Béra’hot 59a) disent que le tonnerre a été créé pour débarrasser le cœur de sa perversion.

C’est ainsi qu’après la fin de cette plaie (v.9,34), l’ordre est inversé (« la grêle et les tonnerres »), montrant que la résistance de Pharaon a refait surface dès que le tonnerre a cessé.

Par ailleurs, la guémara, dit que les juifs, même à Gochen, entendaient les tonnerres et voyaient les éclairs, mais ils s’en servaient afin d’insuffler en eux de la crainte de D., et d’acquérir d’avantage d’humilité dans leur cœur.

<———————–>

-> Hachem a envoyé des oiseaux de proie pour dévorer toute la viande des animaux morts, afin d’empêcher les égyptiens d’en tirer un quelconque profit.
[midrach haGadol ; midrach Chémot rabba 12,4]

-> Sur la terre de Gochen, où résident les juifs, la grêle n’est pas tombé. [Abravanel]

Lorsqu’un égyptien venait à Gochen, il n’échappait pas à grêle, tandis que le juif à côté de lui, n’avait rien [midrach haGadol].

Il en était de même pour tout juif qui se trouvait en Egypte, et qui ne subissait aucun dommage.

-> Dans la logique des plaies précédentes, certains égyptiens voulaient utiliser le stratagème de s’associer dans l’achat d’une propriété avec un juif.
Mais cette fois-ci, cela ne fonctionnait pas, et les grêlons s’abattaient sur la partie appartenant à l’égyptien, épargnant le reste.
[Tossefot sur la Torah]

-> Le blé et l’épeautre ont été miraculeusement épargnés par Hachem, qui veut laisser des récoltes à détruire par la plaie suivante (les sauterelles).
[Ramban]

<——————>

-> Alors que Moché quittait la ville et traversait les champs, il constata la destruction provoquée par la grêle.
Plein de compassion pour la terre, il décida, au lieu d’attendre d’avoir atteint plus de 2 000 coudées depuis la capitale pleine d’idolâtrie, d’étendre les mains pour prier dès qu’il en a été à une distance de plus de 70 coudées. [Rokéa’h – Vaéra 9,29]

Avant même, qu’il ne prononce un mot, Hachem met fin à la plaie (répondant immédiatement à la prière des Justes).

-> Dès que la plaie disparaît, la grêle s’immobilise dans le ciel.

L’ange Gavriel, responsable du feu, et l’ange Berdaël, responsable de la grêle, descendent des cieux pour retenir les grêlons prêts à se déverser sur la terre.

Figés dans les airs, ces grêlons seront libérés en partie à l’époque de Yéhochoua, 41 ans plus tard, et pour les restants, ils le seront à l’époque de Gog et Magog

Les bruits restent eux aussi suspendus dans les airs, prêts à se faire entendre à l’époque de Yéhoram, environ 500 ans plus tard.
[midrach haGadol ; midrach Chémot rabba 12,7]

<——————>

-> Au terme de cette plaie, Pharaon a dit : « J’ai pêché, cette fois ; Hachem est le Juste et moi et mon peuple sommes les coupables » (Vaéra 9,27).

Bien qu’il ait prononcé cela par la contrainte des souffrances, il va en être récompensé : la Torah interdit à un juif d’haïr un égyptien, et il méritera d’être enterré de façon convenable.
[Mékhilta – Béchala’h]

<——————>

-> « Tends ta main sur le ciel » (Vaéra 9,22)

Ce verset introduisit la plaie de la grêle, et Rachi explique qu’Hachem a élevé Moché au-dessus de la voûte céleste, pour qu’il tende sa main de la-haut. Cela est suggéré par les mots : « Tends ta main sur le ciel », quand tu seras au-dessus du ciel.
=> Mais on peut se demander pourquoi Hachem a-t-Il eu besoin de faire monter Moché jusqu’au ciel pour envoyer la plaie de la grêle?

En réalité, Hachem voulait placer Moché dans la situation du don de la Torah, quand Moché monta dans les cieux pour y chercher la Torah.
Quand Hachem fit cesser la plaie de la grêle, la Torah dit : « La pluie ne tomba plus à terre », et nos Sages expliquent qu’une partie de la pluie était en train de tomber, et cette pluie-là ne tomba plus à terre, c’est-à-dire qu’une part de pluie resta suspendue dans l’air.
Or, quand les juifs reçurent la Torah, nos Sages disent qu’en entendant la Voix d’Hachem, ils en moururent. Et alors Hachem les fit revivre en faisant tomber sur eux une pluie, comme il est dit : « Une pluie généreuse, Tu enverras Hachem ».
Il s’agissait justement de cette pluie qui était restée suspendue depuis la plaie de la grêle.

=> Ainsi, Hachem fit monter Moché au ciel en vue d’envoyer la plaie de la grêle, pour faire allusion au fait que cette pluie servira lors du don de la Torah, quand Moché montera au Ciel.
[‘Hatam Sofer]

<————————————–>

+ Mesure pour mesure :

-> Les égyptiens n’ont pas laissé les juifs se rafraîchir à l’ombre des arbres, ou même se reposer dans l’herbe.
Hachem a détruit l’herbe et les arbres, et ainsi les égyptiens, ne pouvaient également pas en profiter.
[Shach]

-> Ils ont obligé les juifs à labourer les champs, à semer les graines, et planter des vignes.
Maintenant, la grêle a ruiné l’intégralité de cette récolte.
[midrach rabba Chémot 12,5]

-> L’Egypte fut punie par cette plaie parce que ses habitants avaient forcé les juifs à leur planter des vergers, des vignes et des jardins.
L’Egypte était agrémentée de jolis parcs aménagés à la sueur du front des juifs.
Tous ces jardins furent détruits par la grêle.
[Méam Loez – Vaéra 9,25-26]

-> Les grêlons et les vents frappaient les égyptiens, de la même façon que les gardes fouettaient fortement les juifs au travail.
[Haggada du Beit Avraham]

-> Les égyptiens hurlaient sur les juifs [un tonnerre verbal], leur jetant des pierres pour les pousser à travailler davantage.
Mesure pour mesure, le tonnerre les attaquait aux oreilles, et les grêlons faisaient les dommages de grosses pierres.
[Méam Loez]

-> Ils forçaient les juifs à accomplir des tâches dégradantes, et ce dans l’unique but de les embarrasser, leur visage devenant alors blanc de honte.
Hachem a envoyé aux égyptiens des grêlons et des tonnerres, faisant que leur visage est devenu pâle et blanc de peur.

Lorsque la nation adorée de Hachem faute, Il la libère de ses fautes, la rendant de nouveau pure et toute blanche.
Les égyptiens qui ont essayé d’anéantir cette nation innocente, ont été punis par de la grêle de couleur blanche.
[Sifté Cohen]

-> Le bruit fort est venu suite à la réaction de Pharaon, lorsqu’il a tourné en dérision Hachem, en s’exclama fortement : « Qui est Hachem pour que j’écoute Sa voix … ? » (Chémot 5,2).
[Kli Yakar]

D’ailleurs, selon le Or ha’Haïm, jusque là, Pharaon pensait que les plaies étaient des actes de sorcellerie (Moché et Aharon étant de supers sorciers).
A partir de cette plaie (avec entre autre le mélange du feu et de la glace) Pharaon va être convaincu que : c’est Hachem, Lui-même, qui a amené chacune des plaies.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to La 7e plaie : la grêle

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :