+ Le mot ‘Hanoucca (חנוכה) est lié au mot : ‘hinoukh (éducation – חינוך).

‘Hanoucca est un moment pour éduquer et se préparer à la géoula (la délivrance ultime).
En effet, à ‘Hanoucca, la lumière cachée de Hachem est révélée, ce qui est similaire à la lumière du Machia’h.

[Bné Yissakhar – Kislev 2,16]

[‘Hanoucca est l’occasion de rallumer notre attente en la venue du machia’h, où à l’image de nos bougies qui illuminent l’environnement obscur, il viendra remplir la terre de la lumière divine]

« La mitsva d’allumer les bougies de ‘Hanoucca (חנוכה) est une continuation de l’allumage [passé] de la ménora, et il s’agit également d’une éducation (חינוך) pour l’allumage futur de la ménora [dans le 3e Temple suite à la venue du machia’h]. »
[Sfat Emet 5638]

-> La valeur numérique du nom : machia’h (משיח) est de : 358, et peut renvoyer :
– aux mots : « ness gadol aya cham » (un grand miracle a eu lieu là-bas – נס גדול היה שם), dont la guématria est de : 358, et qui renvoient aux 4 lettres qui sont présentes sur une toupie en dehors d’Israël (exil) : נ, ג , ה, ש.
– à l’expression : « Hachem Mélé’h, Hachem Mala’h, Hachem yilo’h » (D. règne, D. a régné, D. régnera – יהוה מלך יהוה מלך יהוה ימלך), dont la guématria est de : 358.
Avec la venue du machia’h tout s’illuminera et deviendra totalement clair : Hachem règne, Il a toujours régné, et Il régnera pour l’éternité sur le monde : de la plus petite molécule à l’objet le plus volumineux.

-> Les lettres du mot : « machia’h » (משיח) forment : « mad’likin chémonat yémé ‘Hanoucca » (on allume les 8 jours de ‘Hanoucca – מדליקין שמונת ימי חנוכה).
En effet, le fait d’allumer les bougies de ‘Hanoucca amène le machia’h.
[rabbi Naftali Tsvi Horowitz Ropshitz ]

<————————->

+ ‘Hanoucca & l’importance du Shabbath :

+ Les lois de ‘Hanoucca sont abordées dans le traité Shabbath avec les lois relatives à l’allumage des bougies de Shabbath (et non dans le traité Baba Kama, où la michna mentionne cette fête).
La raison est que les bougies de ‘Hanoucca sont similaires aux bougies de Shabbath.
[Rabbi Tsadok haCohen – Pri Tsadik – ‘Hanoucca 1]

=> La fête de ‘Hanoucca est « fraîche », magnifique à nos yeux, puisqu’ayant lieu une seule fois par an. Nous en sommes alors tous excités!
En appréciant d’allumer les bougies de ‘Hanoucca, nous devons en profiter pour rallumer notre amour, notre appréciation du Shabbath, qui est le jour le plus important du calendrier juif.
En effet, la routine (tous les 7 jours) lui fait perdre toute sa superbe, à l’image de tous ces miracles qui se déroulent en permanence (je vois, je respire, j’entends, …), et qui sont à nos yeux comme des acquis.
‘Hanoucca est ce moment où Hachem réalise pour nous un miracle visible comme la fiole d’huile, dans un but de nous rendre la vue sur les autres miracles cachés par l’habitude.

=> ‘Hanoucca doit rallumer toute la magnificence du Shabbath, que le restant de l’année lui a fait perdre.

<——->

+ ‘Hanoukia ou havdala?

Nos Sages débattent à savoir si l’on doit allumer la ‘hanoukia avant ou après avoir récité la havdala à l’issue du Shabbath.

-> dans une synagogue, la réponse est unanime : nous devons d’abord allumer la ‘hanoukia, pour diffuser le miracle (pirsoumé nissa).

-> L’allumage dans notre maison :
– Le Rama (Ora’h ‘Haïm 681,2), ainsi que le Gaon de Vilna disent que nous devons allumer la ‘hanoukia d’abord, et ce pour 2 raisons : la 1ere : pour diffuser le miracle, et la 2e : afin de repousser la sortie du Shabbath le plus possible.
En effet, en récitant tout d’abord la havdala, nous risquons de laisser apparaître que le Shabbath est pour nous un fardeau indésirable dont l’on souhaite se débarrasser au plus vite (à la seconde où il sort!), afin de se décharger de toutes les lois applicables à ce saint jour.

– d’un autre côté, il y a la loi juive (halakha) statuant : si nous avons 2 mitsvot, celle qui est la plus fréquente doit être réalisée avant celle qui est moins fréquente (guémara Zéva’him 89 – tadir véchééno tadir, tadir kodem).
Ainsi, puisque la havdala a lieu tous les 7 jours, et l’allumage de la ‘hanoukia 8 jours par an, la havdala a préséance.

== La michna broura écrit que les 2 options sont permises.
Cependant, la pratique courante dans la plupart des maisons est de faire la havdala d’abord, et ensuite d’allumer la ‘hanoukia.

=> On peut retenir de cette discussion que le Shabbath est extrêmement précieux, et qu’ainsi nous ne devons pas nous dépêcher de le laisser partir.
‘Hanoucca est un moment opportun pour réaliser cela!
[même si d’habitude on fait d’abord la mitsva la plus fréquente sans se poser plus de question. Cependant, dans ce cas : Shabbath est tellement important, que la loi juive n’a pas été tranchée de façon claire!]

-> Le Tour enseigne que lorsque le Shabbath arrive, les réchaïm au guéhinam (Enfer) profite également de la tranquillité de ce jour, car il n’y a pas de guéhinam durant le Shabbath. Cependant, à la minute où Shabbath sort, les réchaïm y retournent subir leurs terribles punitions.
Le rav ‘Haïm Yossef Kofman rapporte que selon nos Sages, les réchaïm retournent au guéhinam au même moment où ils avaient l’habitude de finir leur Shabbath lorsqu’ils étaient encore en vie. C’est ainsi, que ceux qui terminent leur Shabbath au plus tôt, vont retrouver leurs punitions au plus tôt, ce qui est une raison supplémentaire de ne pas trop se hâter à la fin « officielle » de Shabbath.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :