La 1ere plaie : le sang

+ La 1e plaie : le sang

Préalable aux plaies :
-> chaque plaie a duré un mois, mais certains commentateurs pensent que la durée de la mise en garde était de 7 jours et ensuite la plaie durant 3 semaines, ou bien pour d’autres c’était l’inverse : 3 semaines de mise en garde et une semaine de plaie.

Toute les opinions s’accordent à dire que la période totale couverte par les plaies a été de 12 mois, prenant fin le 14 Nissan.
[l’esclavage a pris fin 1 an avant la sortie d’Egypte]

-> Selon le Saba de Kelm, en Egypte chaque plaie durait une semaine, et entre 2 plaies, il y avait une pause de 3 semaines.
Que faisaient les juifs pendant ces 3 semaines?

Ils étudiaient la plaie qui venait de passer, afin de se rendre compte à quel point Hachem était précis avec chaque égyptien en fonction de ce qu’il avait pu faire durant l’esclavage des juifs.
Il était alors clair dans la tête de chaque juif, que pour Hachem chaque acte (même le plus petit/anodin) positif ou négatif donne droit à une conséquence.
Rien n’est caché, ni oublié de D.

<—>

-> Pourquoi les appelons-nous : « les 10 Plaies (makot) » et non « les 10 Prodiges »?
Le rav Mattitiahou Salomon donne la réponse suivante.
C’est parce que le prodige n’est pas le principal, ni le but recherché par Hachem, mais seulement le moyen pour Le craindre, d’où l’utilisation du mot : « maka » (un coup/plaie).

Le Ramban écrit : « Si un homme fait une mitsva, il gagnera son salaire et s’il faute il recevra la punition d’Hachem. Tout le but des actions d’Hachem en Egypte était d’apprendre au monde entier qu’Il se conduit dans Son monde avec la conduite de la Justice ».

Malheureusement, beaucoup de gens pensent que Hachem met tout le monde au Gan Eden, et qu’Il est tellement bon qu’Il pardonnera tout, peu importe les bêtises que la personne en question a fait.
Ceci est une grande erreur, Hachem est certes d’une bonté infinie, mais ce qu’Il attend de nous est qu’on Le craigne dans Son monde.
Il est prêt à tout pardonner si l’homme en question fait téchouva (n’importe quelle faute sans exception!), mais il faut qu’il sache qu’Hachem a aussi l’Attribut de Justice, et que pour toute chose qu’un homme fait, il devra rendre des comptes à 120 ans.

[à Pessa’h, en développant largement les  détails concernant les plaies, nous en venons à prendre conscience que rien n’a été fait par hasard, mais selon le principe de : mesure pour mesure (mida kénégéd mida). Les égyptiens ont été punis pour chacune des fautes qu’ils ont pu faire subir aux juifs (même en cachette!).
[par exemple, à la mer Rouge, on voit que chaque égyptien a reçu une punition personnelle, en fonction de ce qu’il avait pu imposer aux juifs. ]
En développant concrètement cette notion en nous, nous en venons à craindre Hachem, et se dire que : certes Il est d’une miséricorde infinie, mais nous devrons également rendre des comptes sur toutes nos actions (sa Justice est parfaite).

=> Cela doit éveiller en nous un sentiment de crainte, qui vient s’ajouter au sentiment d’amour (vu tous les miracles que D. a réalisé pour nous!). Or, la crainte et l’amour sont les 2 jambes indispensables au bon déplacement spirituel de tout juif!]

<—————————————–>

-> Pourquoi l’eau a-t-elle été frappée la première, et par le sang?

Parce que Pharaon et les égyptiens idolâtraient le Nil, D. dit : « Je vais frapper leur D. en premier et ensuite son peuple » (Chémot Rabba 9,8).

D’ailleurs, les eaux du Nil avaient une odeur de charogne, ce qui humilia grandement les égyptiens et Pharaon qui virent leur dieu ainsi frappé (Midrach Hagadol 7,17).

<—>

-> « Il y aura du sang dans tout le pays d’Egypte, et dans les bois et dans les pierres » (chémot 7,19).
Comment comprendre : « dans les arbres et dans les pierres »?

Le sang perçait depuis l’intérieur des arbres et des pierres et coulait au dehors.
Lorsqu’une femme pétrissait la pâte et l’enfournait, le sang sortait du bois et éteignait le feu. Il mouraient ainsi de faim.

Le sang coulait même de leurs idoles en bois et en pierre. Même les fruits des arbres contenaient du sang et lorsque, assoiffés, ils essayaient de presser des fruits, du sang en coulait (Midrach Hagadol Vaéra 7,21).

Même leur salive fut transformée en sang (Midrach Tanhouma Vaéra 11).
D’autres sources ajoutent que c’était tous les liquides du corps qui se sont transformés en sang : les larmes, la salive, la transpiration.

<—>

-> Ceux qui se risquaient à boire du sang voyaient leur estomac gonfler et éclater. (Zohar haKadoch 22)
Les animaux mourraient, déshydratés. (Abravanel – Vaéra)

-> S’ils buvaient avec un juif du même verre, l’eau se transformait en sang dans leurs bouches.
Lorsqu’ils s’asseyaient sur leur lits ou sur un rocher, ils abîmaient leurs habits (coûteux) qui s’imprégnaient de sang (midrach chémot Rabba 9,11).

-> Les eaux amères et salées sont restées disponibles, et les égyptiens se forçaient à en boire parce qu’ils n’avaient pas le choix.
Ils préféraient acheter de l’eau potable aux juifs, plutôt que de consommer de l’eau amère.
[Rabbénou Bé’hayé ; Malbim]

Les juifs se sont considérablement enrichis en vendant de l’eau aux égyptiens.

Le Messekh ‘Hokhma cite le midrach enseignant qu’un des objectifs de cette plaie était d’enrichir les juifs, par la vente d’eau potable.
De son côté Pharaon, puisqu’il avait déjà « payé » aux juifs par toutes les bontés qu’il avait pu octroyer à Moché en l’élevant dans son palais, il a été totalement exempté de cette plaie.

Dans le verset, il est écrit : « Pharaon s’en retourna, alla vers sa maison et ne se préoccupa pas de cela aussi » (Chémot 7,23). On observe que Pharaon, n’étant pas personnellement concerné, il ne partagea pas la souffrance de son peuple (« ne se préoccupa pas de cela »).

[En épargnant à Pharaon cette 1ere plaie, Hachem l’élevait aux yeux de tous pour mieux le faire tomber de haut, et également Il lui laissait du temps pour faire téchouva.]

<—>

-> Il est à noter que lorsqu’un égyptien venait voir un juif et lui demandait de lui vendre de l’eau, tant qu’il ne donnait pas la somme adéquate, l’eau se transformait en sang.

C’est ainsi que chaque égyptien recevait une punition personnalisée (le prix d’achat étant unique) en fonction de l’importance de la cruauté qu’il avait eu envers les esclaves juifs.

<—>

-> « Il y aura du sang sur tout le pays d’Egypte et dans les [récipients de] bois et [de] pierre » (Vaéra 7,19)

Rabbénou Ephraïm tire de ce verset que l’eau qui était contenue dans des récipients en métal n’a pas été changée en sang. C’est pourquoi pour cette plaie, Pharaon n’a pas demandé à Moché d’y mettre un terme, car il buvait uniquement de l’eau entreposée dans du métal, le laissant non affecté par cette plaie.

[A cette époque « ancienne », le métal était une matière nouvelle rare et très chère (surtout pour y entreposer un bien peu précieux comme de l’eau!), faisant que seul Pharaon était vraiment concerné, puisqu’étant un signe extérieur de richesse pour lui.]

<——–>

+ « Toute l’eau qui était dans le fleuve se changea en sang » (Vaéra 7,20)

-> Le Sforno écrit que l’eau s’est littéralement transformée en sang, et en conséquence les poissons sont morts puisque ne pouvant survivre dans du sang.

Le Ibn Ezra précise que le sang étant plus chaud, c’est cette différence de température qui tué les créatures aquatiques du fleuve.

-> Le Daat Zékénim est d’avis que le fleuve a pris l’apparence du sang, mais il est resté en réalité avec le goût de l’eau. Pour éviter les égyptiens de le boire, Hachem a également entraîné que les poissons meurt, et c’est ce qui a rendu l’eau imbuvable.
[v.21 : « le poisson qui était dans le fleuve périt … et l’Egypte ne put boire l’eau du fleuve »]

Le rav Aharon Leib Steinman dit que selon cette explication, pour toutes les autres sources d’eaux non reliées au Nil et ne contenant pas de poissons, l’eau s’est réellement transformée en sang, empêchant de la boire.

<———>

+ « Les magiciens d’Egypte en firent de même avec leurs sortilège » (Vaéra 7,22)

=> D’où provenait l’eau qu’ils ont utilisé pour la transformer en sang?

-> Le Targoum Yonatan ben Ouziel écrit que les magiciens ont pris de l’eau de Gochèn, où les juifs vivaient, car elle n’était pas affectée par la plaie.

-> Rabbénou Bé’hayé répond qu’ils creusaient des trous dans le sol pour trouver des sources d’eaux souterraines, puisque la plaie affectait uniquement l’eau exposée.

Il dit également que lorsque les magiciens ont entendu que la plaie allait commencé, ils ont voyagé jusqu’à des endroits où l’eau n’avait pas encore été transformée, en affirmant qu’elle allait se transformer en sang.Quelques instants plus tard, cela se produisit, mais pas grâce à eux, mais des effets de la plaie.

-> Le Panéa’h Raza explique que l’eau s’est transformé en sang l’espace d’un instant pour tuer les poissons, devenant nauséabonde et imbuvable à cause des poissons morts, et immédiatement ensuite elle a été changée de sang en eau.

-> Le rav Israël Reisman (commentaire v.7,24 – mimémé) affirme que seule l’eau potable a été transformée en sang, permettant aux magiciens d’utiliser l’eau non potable pour la transformer en sang.

<————————–>

+ Mesure pour mesure :

-> Les égyptiens ont été punis par le sang, car ils ont versé le sang des enfants juifs lorsqu’ils les ont jetés dans le Nil.
[midrah haGadol]

-> Ils n’ont pas permis aux femmes juifs de s’immerger dans l’eau de leur impureté par le sang.
[midrach Tan’houma]

-> La 1ere source de sécurité des égyptiens était le Nil, et ils forçaient les juifs à aller y tirer de l’eau pour eux.
C’est pour cela qu’ils ont été frappés par le Nil.
[Rabbénou Bé’hayé]

-> Une partie de la plaie a été la mort des poissons du Nil, et cela parce que les égyptiens souhaitaient annuler la bénédictions de Yaakov : « qu’ils se multiplient abondamment comme des poissons, au sein de la terre » (Vayé’hi 48,16).
[Kli Yakar]

-> Le sang qui s’écoulait des arbres et des pierres pendant cette plaie correspondait au sang versait par les enfants juifs, qui été placés à la place des briques dans les constructions égyptiennes.
[Oznaïm laTorah]

-> Hachem attaque dès le début le dieu égyptien : le Nil. (le Malbim)

[c’est leur confiance dans leur divinité qui leur a laissé croire qu’ils pouvaient tourmenter les juifs, et ce sans craindre aucune conséquence.
Chaque fois qu’ils voyaient le Nil, cela renforçait en eux leur toute puissance, oubliant Hachem, et faisant encore davantage souffrir les juifs.]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to La 1ere plaie : le sang

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :