« Mille par tribu, mille par tribu, pour toutes les tribus d’Israël vous enverrez à l’armée. On désigna d’entre les milliers d’Israël, mille par tribu, 12 000 [hommes] en armes pour l’armée » (Mattot 31,4-5)

-> Le midrach nous enseigne que chaque tribu a envoyé 3 000 personnes à la bataille.
1000 pour se battre, 1000 pour la gestion des armes et autres objets nécessaires (comme les trompettes), et 1000 pour prier.

=> Cela signifie que chaque soldat avait un homme qui priait pour lui!
Nous avons toujours besoin de la prière pour réussir.

<—>

-> Les hommes assignés aux prières devaient se rendre au front et se tenir auprès des guerriers pour implorer D.
Pourquoi ne pouvaient-ils pas prier à l’intérieur du campement?

Selon le rav Yé’hezkel Levinstein (Ohr Yé’hezkel), la réponse se trouve dans le principe suivant : l’homme est excessivement enclin à se laisser influencer par le mal et le mensonge.
Si un homme ne fournit pas d’intenses efforts pour extirper de son cœur des pensées du type : « c’est ma force, le pouvoir de ma main qui m’a valu cette réussite » (Dévarim 8,17), celles-ci finiront par le dominer.

Et cela s’applique non seulement à des personnes ordinaires, mais également aux personnes les plus importantes de la génération.
En effet, les guerriers partis combattre contre Midyan étaient tous dotés d’une grande envergure spirituelle, mais en dépit de leur haut niveau de foi, ils risquaient pourtant de se laisser séduire par de telles pensées renégates.
Même en menant une guerre de mitsva, leur victoire aurait pu les conduire à s’attribuer leur réussite à leurs forces et non entièrement à Hachem.

L’explication de ce phénomène tient au fait que l’individu est influencé par les visions qui s’offrent à ses yeux.
Si les guerriers ne constataient pas la force de la prière de manière concrète, leur cœur se serait naturellement laissé guider par les apparences. La simple information qu’on priait pour eux au campement n’aurait pas suffi à détourner cette idée que c’est ma force qui a permis ma réussite.

-> Ainsi, selon le Maalat haTéfila, pour ne pas qu’ils oublient que c’est Hachem qui leur donna la victoire, essentiellement par le mérite des prières, c’est pourquoi les hommes qui épanchèrent leurs prières se rendirent au front auprès des soldats. Ainsi, quand ces derniers les verront constamment prier pour eux, ils n’oublieront pas que c’est l’Aide d’Hachem qui les fit gagner la guerre.

-> Ces guerriers partis combattre contre Midiyan étaient tous dotés d’une grande envergure spirituelle, comme l’enseigne le midrach rabba : « Engagez parmi vous (v.3) = c’est-à-dire des tsadikim (justes). »
=> Ainsi, le principe ci-dessus ne s’applique pas qu’à des personnes ordinaires : même les hommes les plus importants dans les générations doivent s’atteler à cette tâche durant toute leur existence.
Il faut faire des efforts pour que le mal et les mensonges ne viennent pas subtilement nous dominer.

-> « Il est écrit au sujet des hommes qui ne maîtrisent pas convenablement leurs pensées et qui ne réfléchissent pas continuellement à la crainte de Hachem : « Leur crainte à Mon égard se borne à des préceptes d’hommes, à une leçon apprise » (Yéchayahou 29). »
[Rabbénou Yona – Chaaré Téchouva – port.III,15]

<————>

-> « On désigna » : Rachi explique que les combattants était recrutés contre leur gré.
C’est tout à leur éloge car sachant que Moché mourrait une fois ce combat achevé, ils ne voulaient pas y prendre part, ni remporter la victoire au prix de la vie de leur guide (Moché).

-> Selon Rachi, toutes les tribus, dont celle de Lévi, ont envoyé 1000 hommes au combat.
Puisque la tribu de Yossef était divisée en 2 (Ménaché et Efraïm), cela implique que l’on envoya 13 000 soldats, par rapport aux 13 tribus (11 plus 2 de Yossef).
=> Comment la Torah peut-elle dire que l’on désigna 12 000 personnes?

Le Imré Emet apporte la réponse suivante :
La tribu de Lévi était composée de gens très pieux, qui ne connaissaient rien d’autre que la volonté divine. Et même si la mort de Moché (qui appartenait à leur tribu) devait suivre cette guerre, elle y alla de plein gré.

=> Ainsi en réalité, on a dû contraindre (cf. terme : « désigna » du verset) 12 tribus sur 13 à aller en guerre, celle de Lévi y allant de bonne volonté.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :