Les causes de l’exil en Egypte

+ Les causes de l’exil en Egypte (par le Méam Loez (Chémot 6,1)) :

-> 1ere raison = les juifs n’auraient jamais pu recevoir la Torah sans avoir connu de souffrances …
En effet, ils auraient été occupés à manger, à boire et à satisfaire toutes leurs mauvais habitudes et auraient considéré tout changement de mode de vie comme pratiquement impossible.
Or si les juifs n’avaient pas accepté la Torah, le monde n’aurait pu se maintenir en existence, l’univers entier n’existant que par le mérite de la Torah.

Lorsque Hachem les fit échapper à ces tourments, ils en furent si reconnaissants qu’ils acceptèrent joyeusement la Torah, de tout leur cœur et de toute leur âme.
Bien que la Torah fût difficile à observer et que la compréhension et l’accomplissement des mitsvot demandaient un grand effort, cela leur serait très facile comparé à la vie pénible qu’ils menaient en Egypte.

Grâce à leur labeur en Egypte, les juifs furent également prêts aux sacrifices que nécessite la véritable étude de la Torah. Ils avaient subsisté avec de l’eau et du pain dur, dormi là où ils le pouvaient et n’avaient jamais eu le temps ni la force pour des plaisirs physiques.
Une vie de dévouement total à la Torah leur serait donc, comparativement plus facile.
[…]

Avant de pousser, une graine doit être enterrée. De même, les juifs durent-ils être enterrés en Egypte avant de pouvoir grandir dans leur foi.

De plus, sans l’exil en Egypte, les juifs n’auraient pas été spirituellement préparés à comprendre la grandeur de D. ou la réelle signification de la Torah.
Leur asservissement en Egypte avait purifié leur corps, éveillé leur personne physique et les avait rendus extrêmement humbles.
Pendant la sortie d’Egypte, c’est comme s’ils étaient nés à nouveau.
Ils se rendirent compte qu’ils n’auraient jamais reçu la Torah sans cette purification du corps et l’abandon total du péché.

Telle était la signification de la promesse de D. à Avraham : « Après cela [les 400 ans d’exil], ils partiront avec de grandes richesses » (Béréchit 15,14).
Or, il ne peut s’agir ici de richesses matérielles.
[…]

Hachem dit à Avraham que ses descendants partiraient avec « de grandes richesses » (ré’houch gadol), plutôt que « beaucoup de richesses » (ré’houch rav). L’expression hébraïque indique que la richesse est évaluée en qualité, mais non en quantité …

La grande richesse que D. promit à Avraham ne consistait pas en or, en argent ou en diamants, qui en vérité n’ont aucune valeur.
En réalité, Hachem voulait expliquer à Avraham la raison de l’exil de ses descendants en Egypte : l’asservissement qu’ils endureraient en Egypte allait les préparer à accepter la Torah et reconnaître la grandeur de D.
C’est cela que représentait la « grande richesse ».

[Le Méam Loez (Bo 11,1-2) enseigne de nouveau que la promesse de grandes richesses désigne une richesse spirituelle plutôt que matérielle …
Toutefois, du fait que pris littéralement les termes de « grandes richesses » désignent la richesse matérielle, Hachem dit aux juifs de réclamer de l’or et de l’argent afin qu’Avraham n’ait plus la moindre doléance …
Les juifs allaient effectivement s’approprier toute la richesse de l’Egypte à la Mer Rouge, mais puisqu’au moment de la sortie d’Egypte, Avraham ne le savait pas encore, il aurait pu en être contrarié.
Hachem ne voulait pas que même pour quelques jours Avraham ait l’impression que la promesse Divine n’était pas tenue, et Il ordonna donc au peuple de demander aux égyptiens leur or et leur argent.]

<———————>

-> 2e raison = purifier les juifs de la souillure de l’idolâtrie

Depuis l’époque d’Enoch, on commença à adorer des idoles …
La majorité des hommes pensait que tout était soumis aux lois de la nature, que D. ne s’intéressait pas aux simples mortels … L’idée même des miracles leur semblait saugrenue.
[…]

Avraham fut le 1er à se couper de ces cultes et à rendre public le fait que le monde est dirigé par un D. invisible et omnipotent …

Après la mort des fils de Yaakov, les juifs commencèrent à s’assimiler aux égyptiens et à d’autres peuples environnants. Ils se mirent à adopter les pratiques idolâtres acceptées partout à cette époque.
Bientôt, les juifs furent totalement plongés dans l’idolâtrie.

Cependant, comme il étaient les descendants d’Avraham, Its’hak et de Yaakov, Hachem par bonté et plutôt que de les anéantir, les fit être asservis.
Les rudes travaux les purifièrent des dernières traces d’idolâtrie.
[…]

Ceci explique la réaction d’Avraham lorsque Hachem lui dit clairement : « Ta descendance sera étrangère dans un pays qui ne sera pas le sien, ils les asserviront et les opprimeront pendant 400 ans » (Béréchit 15,13).

Or, Avraham accepta calmement ce décret, et nous n’avons pas de preuves qu’il fît la moindre prière pour que D. l’annule.
Ceci est d’autant plus difficile à comprendre, que lorsque D. avait annoncé à Avraham la destruction imminente de Sodome, Avraham avait passé une journée entière en prière, suppliant D. d’épargner cette ville perverse.

Or ici, alors que ses propres descendants doivent être sujets à d’affreuses souffrances, il ne dit pas un mot.
Nous nous attendrions à ce qu’il verse des larmes de sang, qu’il jeûne et prie pendant des semaines pour faire annuler le décret.
Pour des étrangers [pervers], il pria du matin au soir, alors que pour ses propres descendants, il ne fit rien.

En réalité, Avraham avait une bonne raison de rester silencieux.
Il savait que, sans la servitude, les juifs n’auraient jamais été dignes de la Torah.
Ils devraient être raffinés comme l’argent par leur longue période d’esclavage.
Avraham comprit que l’asservissement n’était pas envisagée comme une revanche, mais comme un processus de purification dû à la bonté de D., par le mérite des Patriarches.

Bien que nombreux seraient les blessés et les morts, la nation entière en serait purifiée, et elle serait alors prête à croire totalement en Hachem.

C’est pour cette raison que [dans Chir haChirim (4,11-15)], l’Egypte est appelée le Liban (lévanon), littéralement ce qui blanchit (lavan) et purifie.
C’est leur expérience en Egypte qui lava les juifs de leurs péchés et les purifia spirituellement.
Il est d’ailleurs écrit : « Si tes péchés sont comme l’écarlate [rouge vif], ils deviendront blancs comme la neige » (Yéchayahou 1,18).

<———————>

-> 3e raison = en Egypte, les juifs avaient abandonné le rite de la circoncision ordonné à Avraham, et par cela ils montraient clairement qu’ils ne désiraient plus être soumis à Hachem …
D. les punit mesure pour mesure : s’ils ne voulaient pas être les esclaves de D. (abandonnant le signe de l’alliance), ils deviendraient donc les esclaves de Pharaon.

De plus, de nombreux juifs refusaient la circoncision parce qu’elle réduit le plaisir sexuel.
C’est d’ailleurs là une des raisons du commandement (affaiblir ce désir pour rester kadoch). Leur punition fut donc d’être si éreintés par leur travail que leur désir sexuel en serait totalement affaibli.
C’est pour cette raison que la tribu de Lévi ne fut jamais asservies, car ce fut la seule tribu où chacun de ses membres avait gardé la brit mila.
[…]

Bien entendu, ce n’était pas tous les juifs qui négligeaient la brit mila. Il y avait beaucoup de pieuses personnes qui l’accomplissaient en courant de grands risques pour leur personne …
D’ailleurs ces juifs répondaient aux égyptiens : « Commençons par circoncire nos enfants [même si vous allez les jeter à l’eau ou au feu]. Pour ce qui est de la suite, leur destin sera entre les mains de D. »

<———————>

-> 4e raison = l’ange du mal Samaël dénonça Yaakov pour avoir recouru à la ruse lorsqu’il voulut obtenir la bénédiction que Its’hak destinait à Essav.
Par leurs rudes travaux en Egypte, les juifs allaient mériter la bénédiction. [d’après le Yalkout Réouvéni]

<———————>

-> 5e raison = l’ange gardien de l’Egypte : Amon de No, avait saisi un chevreau en main et dénoncé les fils de Yaakov d’avoir vendu Yossef et trempé son manteau dans du sang de chèvre pour leurrer leur père (Béréchit 37,31).
En conséquence, il fut décrété que 10 des plus grands sages seraient brutalement assassinés par les romains.

Une 2e conséquence de cet incident fut le décret d’asservissement brutal des juifs en Egypte … Toutefois l’esclavage ne commença pas pendant la vie des fils de Yaakov car leur mérite suffisait à les protéger, eux et leurs enfants …

Nos Sages enseignent que le réel asservissement des juifs débuta à la naissance de Myriam et dura 83 ans et 4 mois.
Car les 12 tribus sont mises en parallèle avec les 12 heures de la journée.
Or, un jour de D. représente 1000 ans (Téhilim 90,4), et une heure de Hachem, 83 ans et 4 mois.
Puisque les fils de Yaakov voulaient détruire l’une des 12 tribus qui représente l’une des 12 heures du jour, il fut décrété, selon le principe de mesure pour mesure, que leurs descendants seraient asservis pendant une heure de D., soit 83 ans et 4 mois.

D’autres autorités affirment que les juifs durent asservis pendant 86 ans.
En mille ans, le mois d’Adar est doublé 368 fois. Il y a donc 1030 années de 12 mois lunaires, plus 8 mois.
Si l’on divise ce chiffre par 12, on obtient 86 ans moins 40 jours.

Benjamin n’avait pas participé à la vente de Yossef, mais puisque les égyptiens avaient reçu d’en-Haut la permission d’asservir les juifs, ils ne firent pas de différence entre les coupables et les innocents.
Nos Sages (Baba Kama 60a) enseignent la règle suivante : « Lorsque le destructeur reçoit autorité, il ne distingue pas entre le coupable et l’innocent ».

La tribu de Yossef fut asservie elle aussi, car Yossef avait sa part de responsabilité dans ces événements, car par sa calomnie, il avait provoqué la haine de ses frères (cf. Béréchit 37,2).
[Pourtant, si l’une des tribus avait observé la brit mila, ce mérite aurait suffi à la protéger de l’asservissement, et c’est pour cela que la tribu de Lévi fut épargnée.]

Le châtiment correspondait bien à la faute puisque ses frères avaient vendu Yossef comme esclave, alors leurs enfants devinrent des esclaves.
Du fait qu’ils l’avaient jeté dans un puits, les égyptiens, en retour, jetèrent leurs enfants dans le Nil.

<———————>

-> 6e raison = les fils de Yaakov avaient fait souffrir leur père.
Yaakov porta le deuil de son fils pendant 22 ans : depuis la vente de Yossef jusqu’à ce qu’il ait appris qu’il était vivant.

10 frères (en excluant Yossef et Binyamin) étaient responsables de ce crime.
Les juifs méritaient un exil de 22 ans pour chacun des frères, soit 220 ans au total. Mais puisque les 10 frères moururent hors de la terre Sainte, cette punition réduisait leur sentence d’un an pour chacun.
Les juifs demeurèrent donc en Egypte pendant 210 ans.
[…]

<—>

Par ailleurs, dans le Zohar, rabbi Its’hak enseigne que si les juifs n’avaient jamais mangé la nourriture des égyptiens ni tiré profit d’eux, ils n’auraient jamais été asservis et les égyptiens n’auraient eu aucun pouvoir sur eux.
Mais dès que les juifs eurent mangé le pain des égyptiens, ils tombèrent sous leur domination.
[…]

Le fait que la souffrance des juifs s’aggravât après la visite de Moché à Pharaon était pour le bien d’Israël …
En effet, constatant qu’ils étaient persécutés au lieu d’être libérés, ils n’avaient pas d’autre espoir que de se tourner de tout leur cœur vers Hachem, et d’implorer Son pardon pour toutes leurs fautes.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :