Les sacrifices

+++ Les sacrifices (par le Méam Loez) :

-> Hachem n’est pas un être physique … N’ayant aucune existence corporelle, quel profit D. tirerait-Il d’un sacrifice?

En réalité, le sacrifice répare les fautes commises pour de nombreuses raisons. Certaines sont si profondes que l’esprit humain ne peut les appréhender.
Ainsi, Nous ne parlerons que de celles qui sont accessibles à notre entendement.

+ 1ere explication :

-> Le but 1er d’un sacrifice est d’éveiller le cœur de l’homme.
Celui-ci doit savoir que s’il faute et se rebelle contre D., son péché est très grave.
Qu’il médite à la petitesse de son corps … Rien n’est plus faible que sa chair, substance semblable à la poussière.
Comment aurait-il l’audace de se rebeller contre le Maître de l’univers?

Il doit également considérer les innombrables actes d’amour et de bonté dont Hachem l’a comblé à toute heure et à tout moment. Le monde entier n’a-t-il pas été créé uniquement pour l’homme? …

Hachem a ordonné qu’une personne ayant fauté se repente, modifie son comportement et offre ensuite un sacrifice.
L’animal offert en sacrifice subit les 4 formes de mort ordonnées par le tribunal (beit din).
L’homme voit alors de ses yeux le châtiment qu’il mérite. Cependant, notre D. miséricordieux donne à l’homme une chance de s’amender et ne le détruit pas.
Le sacrifice remplace l’individu, âme pour âme.
Le châtiment qui aurait dû être administré à l’homme est subi par l’animal.

Chaque fois que la Torah mentionne un sacrifice, elle ne dit pas : « un sacrifice pour Elohim », nom de D. qui désigne l’attribut de Justice.
La Torah emploie plutôt l’expression : « un sacrifice pour Hachem », qui désigne Son attribut de bonté.
=> Cela nous apprend que Hachem accepte le sacrifice du fauteur par compassion et par pitié. Il ne désire pas que l’homme meure à cause de sa faute, Il consent donc à prendre l’animal en échange de sa vie.
Si l’Attribut de Justice (midad hadin) prévalait, Hachem n’accepterait pas de sacrifice, mais anéantirait l’homme pour sa rébellion.

<—>

-> Examinons les différentes étapes du sacrifice :
1°/ tout d’abord, l’animal est jeté à terre. Ceci correspond à la peine de mort par lapidation (shékila) ;
2°/ ensuite, il est égorgé, ce qui rappelle la peine de mort par l’épée (‘hérég) ;
3°/ la gorge de l’animal est fermement saisie, ce qui correspond à la peine de mort par strangulation (‘hénék) ;
4°/ ensuite, l’animal est brûlé sur l’autel, ce qui équivaut à la peine de mort par brûlure (sréfa).

En assistant au sacrifice, l’homme est pris de remords et se dit :
« C’est moi qui mérite toutes ces punitions. Néanmoins, Hachem a pitié de moi et ne désire pas ma mort. Cet animal est pris à ma place. »

Il regrette alors ses fautes et change de comportement.

<—>

-> Les actes d’un individu proviennent pour la plupart de 3 facultés : la pensées, la parole et l’acte.
Avant d’agir, il réfléchit, exprime sa pensée en paroles puis la réalise.

Par conséquent, lorsqu’il offre un sacrifice pour s’amender, il doit repasser par les 3 étapes qu’il a franchies pour fauter.
1°/ il doit accomplir un acte = appuyer les mains sur la tête de l’animal.
2°/ il récite ensuite la confession (vidouy) devant Hachem en énonçant sa faute = ceci correspond à la parole impliquée dans son péché.
3°/ enfin, les organes internes et les reins de l’animal sont brûlés sur l’autel, car ils sont le siège de la pensée et du sentiment = cette étape correspond à la pensée de commettre sa faute.

<—>

-> Hachem s’adresse ainsi : « Je n’ai nul besoin de prendre un taureau de ta maison ni des boucs de ton bétail [en sacrifice], car tous les animaux des forêts et les bêtes qui vivent dans les montagnes par milliers M’appartiennent. Je connais chaque oiseau des montagnes, les animaux des champs sont Miens.
Si J’avais faim, Je ne te le dirais pas car c’est à Moi qu’appartient la terre et tout ce qu’elle renferme.
Est-ce que Je mange la char de taureaux gras? Est-ce que Je vois le sang de boucs?
Sacrifie à Hachem pour Le remercier, et acquitte tes vœux au D. suprême » (Téhilim 50,8-14)

=> De ces versets, nous comprenons que Hachem n’a pas ordonné l’offrande de sacrifices parce qu’Il en a besoin ou qu’Il en tire un quelconque bénéfice …
De plus, il ne faut absolument pas penser que Hachem soit semblable à un être humain contraint de manger et de boire. Il n’a pas à demander de sacrifice pour Sa nourriture.

Hachem désire seulement la confession du fauteur. Outre l’offrande de son sacrifice, l’homme doit admettre ses fautes, se repentir.
[sacrifier l’animal, doit conduire à sacrifier l’animalité/bestialité en nous, à soumettre notre cœur à D.]

<——->

+ 2e explication :

-> Hachem a ordonné d’offrir les sacrifices pour pourvoir aux besoins des Cohanim.
En effet, les Cohanim n’exerçaient ni artisanat ni commerce car ils devaient être disponibles pour le service du Temple.
Ils avaient donc besoin d’une rémunération quelconque pour avoir l’esprit libre de servir Hachem.
Les sacrifices représentent une forme de charité au profit des Cohanim.

« Faire la charité et la justice est plus agréable à Hachem qu’un sacrifice » (Michlé 21,3).
Ce verset indique que Hachem nous a ordonné d’offrir des sacrifices non parce qu’Il a besoin de présents mais pour assurer des revenus aux Cohanim.

<——->

+ 3e explication :

-> Le sacrifice représente une amende imposée au fauteur. S’il essuie une perte d’argent à cause de sa faute, il ne la reproduira pas. Son péché lui aura coûté très cher!
[d’ailleurs un conseil pour éviter de refaire une faute, est de s’obliger à payer une amende chaque fois qu’on la refait.]

L’holocauste (ola) expie les mauvaise pensées … [Un jour,] un homme qui avait voulut commettre une faute mais s’en retient, s’exclama au Cohen : « Comme la pensée de commettre une faute est grave! Pour une simple pensée, il faut sacrifier un animal! Si cela est si sérieux, je m’engage désormais à éviter toute pensée interdite [et donc de fauter] ».

<——->

+ 4e explication :

-> Un homme doit méditer et éveiller ses sentiments, et lorsqu’il voit l’animal égorgé, brûlé et réduit en cendres, il se rend compte que telle est la fin de tout homme.

Après avoir compris cela, il ne se laissera plus entraîner à des plaisirs matériels et il les considérera futiles.
L’homme n’emporte rien au monde futur si ce n’est l’observance des commandements, les bonnes actions et la charité qu’il a accomplies en ce monde.
Lorsqu’il pense à la mort, son cœur devient humble et son attachement au service Divin est ravivé.
[par exemple : le taureau fait le beau de son vivant, mais qu’emporte-t-il dans sa mort? Le point positif c’est que j’ai une part de Divinité en moi, alors exploitons là à fond!]

La Torah commande que 3 parties de l’animal soient brûlées (cf. Vayikra 3,3-4) :
1°/ la graisse = elle fait fauter l’homme, comme il est écrit : « Yéchouroun engraissa et se rebella » (Dévarim 32,15).
Un homme qui vit dans le luxe est facilement conduit à la faute.
2°/ les reins = ils sont responsables du conseil et des émotions, source des fautes de l’homme.
3°/ le foie = il est à l’origine de la colère, il suscite en l’homme un sentiment d’importance et de fierté qui l’entraîne vers les plaisirs matériels.

=> Ces 3 organes sont brûlés sur l’autel pour nous enseigner que l’homme doit se débarrasser de tous ses mauvais traits de caractère et des désirs matériels pour ne pas qu’ils l’anéantissent.

Il semble que tel soit le sens du verset des Téhilim : « Un vrai sacrifice à D. est un cœur brisé » (Téhilim 51,19).
Le sacrifice que Hachem désire réellement, c’est l’humilité du cœur de l’homme à la vue de la mise au feu du sacrifice.
L’homme doit se rendre compte que sa fin sera semblable, en y réfléchissant, il ne manquera pas de se repentir.

<——->

+ 5e explication :

-> Le but des sacrifices est d’écarter les juifs de l’idolâtrie.

En Egypte, ils s’étaient compromis aux cultes idolâtres. Ils voyaient les égyptiens adorer le signe du Capricorne (talé) et ne permettre nul sacrifice de mouton.
Du reste, ils haïssaient les bergers (Béréchit 46,34), car ils vouaient un culte au mouton …
[le Méam Loez rapporte aussi que : d’autres peuples idolâtres la vache comme les hindous, d’autres peuples adoraient les démons (chédim) et pensent qu’ils s’incarnent dans les boucs, …]

Afin d’éloigner les juifs de ces formes d’idolâtries, Hachem ordonna d’offrir en sacrifice les animaux sacrés des nations.
=> Nous offrons ces espèces en sacrifice à Hachem pour montrer que les cultes idolâtres sont dépourvus de fondement.

La Torah dit donc : « Lorsqu’un homme parmi vous offre un mammifère à Hachem, cette offrande doit être prise du gros bétail et du menu bétail » (Vayikra 1,2).
Nos sacrifices proviennent uniquement des espèces que les nations païennes considéraient comme sacrées et qu’elles adoraient … Ceci doit nous faire comprendre l’absurdité du culte offert à des animaux.

<————————–>

+ Conclusion :

-> L’âme est une entité spirituelle. C’est un esprit saint qui provient de sous le Trône de Gloire Divine. Nous voyons pourtant que l’âme réside dans un corps formé des mêmes éléments que la poussière …
Nous devons conclure que la combinaison du corps et de l’âme est une choses inaccessible à notre entendement. Il faut donc présumer que ce mystère est connu de D. seul.

Ainsi en est-il des sacrifices : Hachem est spirituel, tout comme l’âme.
Nous, en tant que peuple, sommes des êtres physiques comme le corps l’est à l’âme. Cependant, la Présence Divine peut reposer parmi nous comme l’âme repose dans le corps.

Du moins en était-il ainsi tant que nous apportions des sacrifices au Temple.
Par la « nourriture » des sacrifices, la Présence Divine reposait parmi nous.
A présent qu’ils nous ont été enlevés, la Présence Divine nous est retirée aussi, comme l’âme quitte le corps en l’absence de nourriture.

Nous en comprendrons le mystère de ce lien entre l’âme et le corps que lors de la venue du machia’h.
Nous saisirons alors le mystère de la Présence Divine.
Nous n’avons pas aujourd’hui à y méditer pour tenter d’y trouver une réponse.
Il nous suffit de constater que tant que nous offrions des sacrifices, la Présence Divine reposait parmi nous.
Cela ressemble à un médicament que le médecin prescrit à un malade. Le patient a-t-il besoin de connaître l’effet du remède pour guérir?
Il lui suffit de constater qu’il a a un effet bienfaisant.

Avec l’aide de D., lorsque viendra le machia’h, nous espérons qu’Il nous révélera tous les mystères de notre Torah …

Il est écrit dans le Kouzari, que le roi des Khazars dit au Rav : « Il ressort de vos propos qu’à présent, en l’absence de sacrifices, vous êtes semblables à des ânes, à des corps dépourvus d’âme. »

Le Rav répondit : « Bien dit! J’irai même plus loin : aujourd’hui, nous ressemblons à des ossements desséchés. C’est exactement ce que Yé’hezkel perçut dans sa vision. Cependant, les os desséchés, que sont Israël aujourd’hui, valent mieux que les corps vivants des nations idolâtres. La prospérité que goûtent les idolâtres leur donne un semblant de vie, mais en fait ils ressemblent à des cadavres, à des statues d’or et d’argent.
Ils paraissent vivants à cause de l’or et de l’argent qui les recouvrent mais si l’on les regarde de l’intérieur, on s’aperçoit qu’ils sont morts, privés d’âme. »

[Méam Loez – Introduction à Vayikra]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :