« Les enfants d’Israël camperont, chacun sous sa bannière, selon les insignes de leur maison paternelle, à distance et autour du Ohel Moed, ils camperont » (Bamidbar 2,2)

-> Chaque bannière (de 3 tribus) possédait une couleur distincte [et, d’après le Targoum Yonathan, chaque bannière comportait les couleurs des 3 tribus qu’elle représentait]
Chaque tribu possédait également son propre drapeau, doté lui-même d’un emblème illustrant les traits dominants de son caractère.
Le drapeau de chaque tribau était de la couleur de la pierre la représentant sur le Pectoral du Cohen Gadol.
[Rachi]

-> Le midrach (Bamidbar rabba 2,10) enseigne que le campement d’Israël sur terre est la contrepartie de la Cour Céleste où le trône Divin est entouré de 4 groupes d’anges, à l’instar des 4 camps situés autour du Michkan.

-> « C’est des bannières (dégalim) du peuple juif que les nations du monde ont appris à faire des bannières/drapeaux colorés »
[midrach Bamidbar rabba 2,7 ]

-> Au-delà de l’unité, les bannières étaient le signe d’un amour de Hachem pour son peuple : https://todahm.com/2016/06/30/4611

-> « Les bannières ont cessé quand le peuple s’est dispersé à travers tout le pays pour le conquérir et ne campait plus autour du michkan. Par conséquent, la sainteté du camp d’Israël a cessé d’exister. »
[Rachi – guémara Zéva’him 112b]

<——————–>

-> « Le juste fleurira comme le palmier » (Téhilim 92,13)

« [Le palmier représente le peuple juif car] il ne contient pas de déchets : ses dattes sont mangées, ses feuilles sont utilisées comme loulavim à Souccot, ses branches séchées servent de sekha’h (toit) sur la Soucca, ses fibres sont torsadées pour faire des cordes, ses brindilles sont tressées en paniers et ses longues planches sont rabotées pour en faire des pièces de bois de soutient de la toiture.

De même, Israël ne contient pas de déchets : certains excellent dans la Torah, d’autres dans la michna, d’autre dans la Aggada, d’autres dans l’observance des mitsvot, d’autres dans les bonnes actions. »
[midrach bamidbar rabba]

=> Les bannières mettaient en avant les qualités de chacune des tribus.

D’un côté, il faut suivre l’ordre de campement imposé par Hachem, mais d’un autre côté, chacun se doit d’utiliser au mieux ses particularités dans lesquelles il excelle.
Lorsque chacun est à sa place pour accomplir son rôle, n’empiétant pas sur celle d’un autre, ni ne le jalousant, alors la partition est sublime!

Tout comme chaque juif a une mission unique à remplir, chaque tribu a une tâche particulière à assumer.
L’unité du peuple juif et l’intégralité de ce que Hachem attend de nous ne peuvent être atteintes que si chaque individu remplit sa mission personnelle, sans usurper l’espace ou la tâche d’un autre (ex: par orgueil), car la mission de l’un ne correspond pas au caractère et au potentiel de l’autre.
Les bannières aident, par la visualisation, à se rendre compte de cela.

<—>

-> « Chaque homme selon sa bénédiction, il les a bénis » (Vayé’hi 49,28)

Le Or ha’Haïm haKadoch explique que la façon dont Yaakov a béni chacun de ses fils montre que les bénédictions convenaient à la personnalité et aux actes de chacun car chaque personne a un trait particulier qui la distingue de ses semblables.
Pour certains, ce trait peut être la prêtrise, pour d’autres la royauté, pour d’autres la Torah, la force, la richesse, le succès, …

En bénissant ses fils, Yaakov inspiré par l’esprit prophétique a donné à chacun la bénédiction qui lui convenait en fonction de ses dispositions positives et négatives sans changer leur destinée.

=> Tâchons d’avancer dans la vie sous la bannière du peuple juif qui nous convient le mieux (être réellement soi-même), afin d’enrichir la collectivité par notre individualité.

<——————–>

-> b’h, Nous allons voir un dvar Torah du Ben Ich ‘Haï (Aderet Eliyahou – Balak 23,10).

Lorsque le peuple d’Israël était divisé selon des bannières, il y avait 4 groupes différents.
Le mot : ישראל a une guématria de 541. Si on le divise par 4, on obtient : 135, ainsi que 1 (représentant le fait que c’est le seul peuple véritablement uni).

Lorsque ces 4 groupes (valeur de 135) se tournent vers l’Unique, il invite le 1, et arrivent à 136, qui est la guématria de : kol (קול).
C’est une allusion au fait que la force d’Israël se tient dans sa « voix » lorsqu’il étudie la Torah (akol kol Yaakov – יעקב קול הקול – Béréchit 27,22).

Il y a 4 groupes de : « kol », comme les 4 niveaux de la Torah : le pchat, le rémez, le drach et le sod.

<——————–>

+ « Bila’am leva les yeux et vit Israël camper selon ses tribus » (Balak 24,2)

-> « Cela fait allusion aux bannières. Il leva les yeux et dit : ‘Qui est capable de toucher à ce peuple? Ils reconnaissent leurs ancêtres et les membres de leur famille! …
Les bannières étaient à la fois une mesure de grandeur et une frontière pour le peuple juif »
[midrach Bamidbar rabba 2,4]

-> Les 12 tribus étaient répartis en 4 groupes, ayant chacun sa bannière.
Ce système de bannières a été établi par Yaakov, au moment où il a demandé à être enterré en Israël.
Il a alors enseigné à ses enfants l’emplacement de chacun au moment où l’on portera son cercueil.

Lorsque Yaakov a donné ses bénédictions à Ménaché et Ephraïm, il est dit : « II plaça Ephraïm avant Ménaché. » (Béréchit 48,20).
Rachi commente : afin de placer Ephraïm avant Ménaché dans la formation des bannières.
C’est ainsi, que l’on trouve dans notre paracha : « La bannière du camp d’Ephraïm, avec ses légions, occupera le couchant … Près de lui, la tribu de Ménaché. » (Bamidbar 2,18-20)

-> « [Au moment d’établir les bannières, Hachem dit à Moché :] Je ne dis rien de nouveau : leur place dans le camp leur a été attribuée par leur père Yaakov. Ils disposeront leur camp autour du michkan de la même façon que leurs pères se sont placés autour du cercueil de Yaakov pour l’emporter d’Egypte en terre d’Israël ».
[midrach Bamidbar rabba 2,8]

=> La vision des bannières rappelait à chaque juif ses racines et sa généalogie, et cela transmet de la grandeur.
(à la vue de notre bannière, on vient à penser : étant un descendant direct des Patriarches, comment puis-je me comporter ainsi! ; ayant une telle ascendance, c’est sûr que je peux faire de grandes choses dans ma vie!).

Les bannières rappellent que nos désirs égoïstes passent au second plan, et que nos désirs doivent être en accord avec l’objectif commun : témoigner de l’honneur à Hachem.

<——————–>

-> b’h : Un dvar Torah sur ce sujet : https://todahm.com/2013/10/27/panneau-dinterdiction-de-maudire

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :