Zot ‘Hanouca

+ Zot ‘Hanouca (le 8e jour de ‘Hanouca) :

-> « Ce que de grands tsadikim ne peuvent pas faire pendant la Néïla de Kippour, chaque juif, même le plus simple, peut l’accomplir par ses prières et sa téchouva lors du dernier jour de ‘Hanoucca (zot ‘Hanoucca). »
[rabbi Israël de Ruzhin]

-> La bénédiction « yotsér or » (que nous disons tous les matins) liste 8 louanges : poél guévourot, ossé ‘hadachot, baal mil’hamot, zoré tsédakot, matsmia’h yéchouot, boré réfouot, nora téhilot, adom anifla’ot.
Les kabbalistes disent que ces 8 louanges sont en correspondance avec les 8 jours de ‘Hanoucca.
La 8e louange est : « adon anifla’ot » = cela signifie que Hachem réalise des miracles.
C’est approprié à : « Zot ‘Hanouca », car c’est un jour de miracles et de merveilles.
[rav Elimélé’h Biderman]

-> Le Maharal dit que notre monde a été construit avec le nombre 7 (les 7 jours de la semaine, …).
Le chiffre 8 représente un monde qui est au-delà de la nature, un monde où les miracles peuvent se produire.
[Zot ‘Hanouca est le seul 8e jour d’une fête juive (dans le sens où tous les juifs dans le monde le fête!), il est un jour où les miracles ont de forte chance de se produire!]

[nos Sages disent que d’une manière générale nous ne devons pas compter sur les miracles. Cependant, ‘Hanouca est une période où la réalité de ce monde est élevée dans le domaine des miracles, et alors il est possible de demander à Hachem des miracles.]

-> Le Bné Yissa’har (Kislev Tévét 2,10) écrit : « Nos Sages ont souvent dit que ‘Hanoucca est propice pour qu’une femme puisse avec des enfants … A mon avis, cette ségoula ne fonctionne qu’à Zot ‘Hanouca. »

-> Le rabbi Pin’has de Koritz dit que Zot ‘Hanouca est un jour propice pour la parnassa.
Il apprend cela des 8 louanges que nous disons dans vayévaré’h David (Divré haYamim 29,11) : « lé’ha Hachem aguédola, véaguévoura, véatif’érét, véanétsa’h, véaod, ki kol bachamayim ouvaarets lé’ha Hachem amamla’ha, véamitnassé lé’hol léroch, véaochér.
La richesse (ochér) est la 8e louange, en correspondance avec le 8e jour de ‘Hanoucca.

-> Le Harougat haBossem dit que tous les jours de ‘Hanouca sont propices pour obtenir de la parnassa.
Il est écrit : « car pour la subsistance, Hachem m’a envoyé devant vous » (Vayigach 45,5).
Le terme : « chéla’hani » (m’a envoyé – שְׁלָחַנִי) est l’acronyme de : « léad’lik nér ‘Hanouca chémonat yamim » (allumer les bougies de ‘Hanouca 8 jours – להדליק נר חנוכה שמונת ימים).

-> Le rav Elimélé’h Biderman rapporte que Zot ‘Hanouca est un jour propice pour la réfoua chéléma.

-> Zot ‘Hanouca est un jour propice pour hâter la guéoula.
En effet, il est écrit : « Telle fut l’inauguration de l’Autel, au jour où il fut oint, de la part des chefs d’Israël » (Nasso 7,84).
On a : « zot ‘hanoukat amizbéa’h » (Telle fut l’inauguration de l’Autel) en parallèle à « Zot ‘Hanouca ».
Et également : « imacha’h » (où il fut oint – הִמָּשַׁח), mot qui provient de : « machia’h » (משיח), qui est également l’acronyme de : « madlikin chémonat yémé ‘Hanouca » (on allume les 8 jours de ‘Hanouca – מדליקין שמונת ימי חנוכה).
[rabbi Avraham de Radomsk – Séfer ‘Hessed léAvraham]

<———————————>

-> Le passage dans la guémara qui aborde ‘Hanouca commence par : « maï ‘Hanouca » (Qu’est-ce que ‘Hanouca – מאי חנוכה – guémara Shabbath 21b).
Il est intéressant de constater que la guématria de : « maï » (qu’est-ce que – מאי) est de 51, et si on la multiplie par 8 (le nombre de jours de ‘Hanouca), alors nous obtenons : 408, qui est la guématria de : « zot » (זאת).
Le rav Gedalia Schorr explique que si nous passons notre ‘Hanouca à essayer d’internaliser ses messages, alors à la fin de la fête nous sommes capables de proclamer : « Zot ‘Hanouca! » (c’est ça ‘Hanouca! – זאת חנוכה).

<———————————>

-> Les 8 bougies de ‘Hanouca sont le même concept que : Chémini Atsérét.
En ce sens nos Sages affirment que Zot ‘Hanouca est le [dernier] moment où nous pouvons être inscrits pour une bonne année (gmar ‘hatima tova).
[Beit Aharon]

-> b’h, à ce sujet : http://todahm.com/2017/09/27/la-periode-de-tichri-a-hanoucca

-> Le Rokéa’h enseigne que la paracha Emor (chap.23) liste les yamim tovim. Il s’y trouve que les derniers jours de fête juive listés sont Souccot et Chémini Atsérét, et ensuite la Torah aborde les lois de l’allumage de la Ménora (cf. Emor 24,2).
Le Rokéa’h dit que la Ménora fait allusion à la fête de ‘Hanouca, et puisque ‘Hanouca est écrite juste après Souccot – Chémini Atsérét, alors cela implique que ‘Hanoucca doit également durer 8 jours (de même que Souccot dure 8 jours avec Chémini Atsérét).

-> En se basant sur ce lien entre ‘Hanoucca et Chémini Atsérét, le rav Elimélé’h Biderman enseigne :
Rachi (Emor 23,36) explique la raison d’être de Chémini Atsérét : c’est comme un roi qui aura invité ses enfants à un festin pendant plusieurs jours. Lorsque le moment est venu pour eux de prendre congé, il leur dit : « Mes enfants! Restez s’il vous plaît encore un jour chez moi! Votre départ m’est pénible! »

=> De la même façon, on peut expliquer qu’après 7 jours de ‘Hanouca, Hachem dit aux juifs : « J’aime tellement vos mitsvot : votre allumage des bougies, votre Hallel, … S’il vous plaît restez encore un jour avec moi. Votre départ m’est pénible! »

Selon le Zohar (Noa’h 63 ; Tsav 31b) : « Pendant ces jours de fêtes (Chémini Atséret), la seule [nation] qui est avec le Roi, est la nation juive.
Celui qui est tout seul avec le Roi peut Lui demander tout ce qu’il désire et Il l’accordera. »
=> Cela s’applique à Chémini Atsérét, mais également à ‘Hanouca : quoiqu’on puisse demander à Hachem en ce jour, Il nous l’accordera.

<—>

-> Le Gaon de Vilna enseigne que le Hallel que nous récitons les 8 jours de ‘Hanoucca vient compléter les 8 jours où l’on manque le Hallel pendant l’année.
En effet, les 6 derniers jours de Pessa’h nous ne lisons que le Hallel abrégé, et à Roch Hachana (qui selon la Torah ne dure qu’un jour), et à Yom Kippour, nous n’y disons pas du tout le Hallel.
Le dernier yom tov de Pessa’h nous disons un Hallel abrégé car c’est le jour de la traversée de la mer Rouge où la création de D. était en train de se noyer, et il n’est pas convenable de pleinement se réjouir. Cela a été étendu aux jours de ‘hol hamoéd de Pessa’h.
A Roch Hachana et Kippour, nous ne récitons pas le Hallel, car selon nos Sages : « Comment se peut-il que le Roi soit assis sur Son Trône de jugement, les livres de la vie et de la mort sont ouverts devant Lui, et qu’Israël soit en train de faire une Chira »
=> Ainsi, ces jours sont des jours où techniquement nous aurions dû réciter un Hallel complet, mais quelque chose a empêché de le faire.
C’est en ce sens que le Gaon de Vilna enseigne que les 8 jours de ‘Hanouca viennent réparer cela.

L’ordre des fêtes juives commence par Pessa’h (mois de la naissance du peuple juif).
Ainsi, selon nos Sages les 6 premiers jours de ‘Hanoucca viennent compléter les Hallel manquants des 6 jours de Pessa’h (‘hol hamoed + 1 yom tov).
Le 7e jour de ‘Hanouca correspond au Hallel de Roch Hachana.
Le 8e jour (le Zot ‘Hanouca), nous disons le Hallel qui aurait dû être récité à Yom Kippour.

=> Selon cela, le 8e jour de ‘Hanouca correspond à Yom Kippour, et de même que ce dernier est le jour où les juifs sont signés pour une bonne année, alors de même à Zot ‘Hanouca les juifs sont confirmés pour une bonne année.
[ce jour à la force de totalement changer en bien, la décision de Yom Kippour.]
[rav Elimélé’h Biderman]

<—>

-> Le Yichma’h Israël (‘Hanouca 53) enseigne que lorsque la Torah utilise le terme : « zot » (זאת), elle fait référence à quelque chose que nous pouvons voir avec nos yeux.
Il explique que Zot ‘Hanouca est un jour d’une telle sainteté que les tsadikim parfaits arrivent à l’identifier et à la voir de leurs yeux.
En ce jour, même si nous ne la voyons pas, nous sommes heureux de la joie de ces tsadikim qui arrivent eux à la voir.

<———————————>

-> La guémara (Shabbath 21b) rapporte l’avis de Beit Chamaï, selon laquelle nous devons diminuer chaque soir le nombre de bougies à allumer.
La guémara dit que cela correspond à la diminution du nombre de sacrifices à apporter chaque jour de Souccot.
=> Quel est le lien entre les deux?

Selon nos Sages, il y a 70 jours entre Souccot et ‘Hanouca, et ces jours ont la même particularité que les jours séparant Pessa’h de Shavouot.
La 1ere nuit de Pessa’h, chaque juif reçoit une quantité d’énergie spirituelle qui est trop importante pour être internalisée en une seule fois. C’est pourquoi, nous devons compter 50 jours, et chaque jour nous internalisons une partie de cette énergie spirituelle, jusqu’à avoir tout intégrés à Shavouot.
De la même façon à Souccot, nous recevons une grande quantité d’énergie spirituelle, et il nécessite 70 jours pour l’absorber totalement.
[du 15 Tichri (début Souccot) à fin Tichri = 16 jours + ‘Hechvan (29 jours) + 24 jours en Kislev avant ‘Hanouca = 70 jours]

A Souccot, 70 taureaux sont sacrifiés en korbanot en correspondance avec les 70 [racines de] nations non-juives.
Chacune de ces nations a un pouvoir unique d’interrompre la croissance spirituelle du peuple d’Israël.
Chaque sacrifice retire le pouvoir d’une de ces nations, et ramène la force des nations dans le domaine de la sainteté.
Nous offrons les sacrifices avec un ordre descendant, un de moins chaque jour, afin de représenter la diminution de la puissance des nations.

Cependant, le Ohév Israël explique que durant les 7 jours de Souccot, nous ne faisons que retirer rapidement et superficiellement la puissance des 70 nations.
C’est pourquoi après Souccot, nous commençons une période de 70 jours, chaque journée représentant la diminution de pouvoir d’une nation et son transfert dans le domaine de la sainteté (kédoucha).
[il y a 70 jours depuis le 1er jour après Souccot en Israël & galout, et le dernier jour de ‘Hanoucca]

Lorsque ‘Hanouca arrive, il ne reste plus que 8 jours (pour arriver au terme des 70 jours), et ce sont les jours les importants car nous avons besoin de la force des bougies de ‘Hanouca pour vaincre ces 8 nations qui sont les plus puissantes.
Pendant ces 8 jours a lieu les plus importantes batailles contre les mauvaises énergies spirituelles de ce monde.
L’idée de Beit Chammaï est d’allumer les bougies en compte à rebours, pour indiquer que c’est la dernière ligne droite pour affaiblir la force du yétser ara.

C’est ainsi qu’au 8e jour de Hanouca, les forces d’impureté [des nations] sont éradiquées et transférées dans la sainteté, provoquant que chaque juif peut arriver à ressentir l’étincelle d’Hachem qui est en lui.
L’huile pure qui est contenue profondément en chaque juif peut briller, en fonction du niveau de la personne.

=> C’est cela ‘Hanouca, l’aboutissement d’une période qui a démarré à Souccot.

-> Le Bné Yissa’har (début de ‘Hodech Kislev) écrit que Yaakov est mort le 1er jour de Souccot, et il a été enterré à ‘Hanouca.
En effet, après sa mort à Souccot, il y a eu 70 jours de deuil en Egypte, et ensuite encore 7 jours de deuil à Goren ha’atud. Ainsi, il semble que Yaakov a été enterré à Zot ‘Hanouca.
La guémara (Sota 13) dit qu’en ce même jour, Essav a été tué.
Ainsi, Zot ‘Hanouca est le 8e jour de ‘Hanouca, le jour d’enterrement de Yaakov, celui de la mort d’Essav, qui représente la destruction de la puissance des nations luttant contre le peuple juif.
[Le rav Tsadok haCohen (Pri Tsadik – ‘Hanouca 18) écrit que la lettre ע qui a une valeur de 70, se trouve en tête du nom d’Essav (עשו) car il est à l’origine des 70 puissances d’impureté].

La guémara ajoute également qu’à Goren ha’atud, les rois de la terre de Canaan ont placé leurs couronnes autour du cercueil de Yaakov.
Il y avait 36 couronnes entourant le cercueil.
Or, les 7 jours de deuil en ce lieu on commencé à ‘Hanouca, et ces 36 couronnes sont en correspondance avec les 36 bougies allumées à ‘Hanouca.
La valeur du mot : « kéter » (couronne – כתר) est de 620.
Or, dans la Torah il y a 613 mitsvot, auxquelles nous ajoutons les 7 mitsvot de nos Sages, dont la 7e est ‘Hanouca. Ainsi, ‘Hanouca symbolise le fait de compléter la couronne (kéter) de la Torah.
[il y a 620 mots dans les 10 Commandements.]
Par ailleurs, les 36 couronnes représentent les 36 traités de guémara, qui sont chacun une couronne à part entière.
‘Hanouca, le Yom Tov de la Torah Orale, a 36 bougies, une pour chaque traité.
[l’étude de la Torah a la capacité de réduire les forces d’Essav, du yétser ara et des forces du mal.
La lumière produite par un juif repousse beaucoup d’obscurité des autres nations.]

[ce divré Torah se base sur une adaptation personnelle de paroles du rav Israël Sim’ha Schorr]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code