Réflexions sur la différence entre Amalek et le peuple juif …

+ Réflexions sur la différence entre Amalek et le peuple juif …

Quelle force spirituelle représentons-nous, nous peuple juif?
=On est le peuple qui doit révéler la présence de D. dans le monde.

Il est écrit à notre propos vis-à-vis de D. : « Atem édaï » (=vous êtes Mes témoins).
Les témoins attestent de ce qui ne peut être vu : si une chose est présente et évidente, les témoins n’ont aucune utilité.
Ce n’est que lorsque l’objet ou l’événement ne peuvent être perçus directement que les témoins sont convoqués.

La présence de D. n’est pas directement identifiable dans le monde ; c’est avec nos vies et avec toute notre histoire comme peuple que nous apportons ce témoignage.

Amalek est éternellement voué à effacer ce témoignage à tout prix (même à se sacrifier lui-même), pour supprimer toute preuve de D., pour maintenir un écart entre ce monde et D.
En effet, Amalek est cet écart, cette distance entre le physique et le spirituel, et si cette brèche venait à être comblée, il cesserait d’exister.

=> C’est la bataille entre Amalek et le peuple juif!
La fin d’Amalek, c’est la suppression de la faille qui sépare D. du monde, la restauration de cette proximité révèle que tout est Un.

La Torah décrit la rencontre entre Amalek et le peuple juif en ces termes : « achèr kar’ha badéré’h » (= qui t’est arrivé en chemin).
Le mot kar’ha (arrivé), désignant cette rencontre, est construit sur la racine ‘kar’, qui veut dire « froid », et se décline aussi dans les mots « mikré » (hasard/coïncidence) et « kéri » (impureté dans la zone intime).

Le mot clé (kar’ha) de cette rencontre, va nous permettre de définir la frontière, la différence entre Amalek et le peuple juif, au travers ces 3 racines :

–> froid (kar) = ils ont refroidi le peuple juif et l’émerveillement du monde devant le don de la Torah.
Le monde vit alors qu’il était possible d’attaquer les juifs, qu’en fin de compte il ne s’agissait que d’hommes, qu’ils étaient au moins potentiellement vulnérables, et les nations firent marche arrière, s’éloignèrent de l’expérience du Sinaï.

Rachi propose l’analogie avec un homme qui saute dans un chaudron d’eau bouillante : il est gravement brûlé, mais il a refroidi l’eau.

Le peuple juif était tout feu tout flamme dans sa dévotion à D. (suite au don de la Torah), et ce feu aurait pu enflammer le monde entier.
Amalek a refroidi les flammes.

=> C’est cela Amalek : il va tout faire pour refroidir, réduire notre ardeur à la faire la volonté de D.

–> Coïncidence (mikré) = l’idéologie d’Amalek est que tout est coïncidence.
Les choses arrivent parce qu’elles arrivent, rien n’a réellement d’importance.
Ce qui peut paraître une évidence (l’implication directe de D. dans les affaires humaines), n’est qu’une coïncidence (car il n’y a aucune preuve du contraire!).

Toute preuve est douteuse (le mot amalek a la même valeur numérique que le mot hébreu ‘safék’ : le doute), toute évidence est tirée par les cheveux.

=> C’est cela Amalek : doute et distance.

–> Impureté (kéri) = nous sommes les représentants de la loyauté des relations homme-femme, et nous devons en faire la démonstration dans notre mariage avec le Créateur.

Amalek cherche à briser un tel lien, il clame que cette loyauté n’a pas d’objet, que rien ne doit suivre un processus de maturation, que rien n’a de but.
Au contraire, selon lui, les choses n’ont pas de sens, rien n’est significatif, et il n’existe pas d’intimité.

Nous représentons le brit (l’alliance => l’intimité d’une relation exclusive, sans chercher à voir ailleurs).
Amalek représente toutes les ruptures d’alliance.

=> C’est cela Amalek : créer des occasions, des sujets d’occupation pour rompre/réduire nos moments d’intimité avec D., et nous empêcher de développer à chaque instant les liens nous unissant.

===> Amalek vient masquer la réalité, nous luttons pour la dévoiler.

Source (b »h) : compilation personnelle issue d’un divré Torah du rav Akiva Tatz

<——————->

+ « Va livrer bataille à Amalek demain » (Béchala’h 17,9)

-> Selon le rav Gamliel Rabinowitz, dans ce verset, Moché dit au peuple d’aller en guerre contre Amalek avec la force de son arme : le « demain » (ma’har – מחר).
De la même façon, que le yétser ara/Amalek déclare : « Bien sûr que tu dois étudier la Torah et faire des mitsvot, mais pas immédiatement, rien ne presse, demain! », de même nous devons lui dire : « Juste aujourd’hui je fais une belle prière, juste aujourd’hui j’étudie la Torah, … demain on verra! »

La différence entre : מחר (demain – ma’har) et מהר (vite – maér), réside dans une minuscule partie manquante, qui symbolise le fait que notre yétser ara va nous attaquer sur de petites choses, jusqu’à terme nous faire chuter au plus bas.
Il faut savoir faire preuve de rapidité (maér) pour faire la volonté de D., sans toujours remettre à demain (ma’har).

3 Comments

  1. Pingback: Aux délices de la Torah

  2. Pingback: Aux délices de la Torah

  3. Pingback: Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code