« Si ton frère s’appauvrit et que ses ressources faiblissent à tes côtés, tu le renforceras! » (Béhar 25,35)

-> Rabbi Avin dit : Lorsqu’un pauvre se tient à ta porte, sache que Hachem se tient à sa droite, comme il est dit : « Il se tient à la droite du malheureux ».
Si tu lui donnes l’aumône, celui Qui se tient à sa droite (D.) te récompensera ; et si tu ne lui donnes pas, souviens-toi de ce verset : « Heureux celui qui se préoccupe du pauvre : au jour de la calamité, Hachem le sauvera. »
[midrach Vayikra rabba 35]

-> Rabbi Chimon dit au nom de Rabbi Yéhochoua ben Lévi : Que la mitsva de la charité (tsédaka) ne soit jamais négligeable à tes yeux, car son infraction entraîne 24 malédictions, et sa récompense implique 24 bénédictions. »
[midrach Vayikra rabba 34,11]

-> « Si ton frère est réduit à la misère » (Béhar 25,39), c’est à ce sujet qu’il est dit : « Donner au pauvre, c’est prêter à D. » (Michlé 19,17)

Rabbi Eliézer dit : Il est écrit : « [D.] donne du pain à toute créature » (Téhilim 136,25)
Lorsqu’un homme offre la charité à un pauvre, il s’approprie une mitsva [puisque c’est à D. qu’il lui incombe de le nourrir – Matnot Kéhouna].
Hachem déclare donc : « C’est à Moi de lui rembourser sa générosité! »
C’est pour cela que le verset [de Michlé] poursuit : « Il paie à chacun son dû ».
[midrach Vayikra rabba 34,2]

<———–>

b’h, quelques réflexions sur la tsédaka :
-> https://todahm.com/2015/10/24/la-charite
-> https://todahm.com/2018/02/19/6179
-> https://todahm.com/2016/10/18/4893
-> https://todahm.com/2015/10/24/3773
-> https://todahm.com/2015/10/24/3757

<———–>

-> « « Heureux celui qui s’intéresse au pauvre » (achré maskil él dal – Téhilim 41,2).
Cela signifie que la récompense du pauvre est plus grande.
En effet, puisqu’il souffre de la pauvreté, il est plus proche que les autres du Roi des rois.
Hachem écoute la prière des pauvres, de ceux qui ont le cœur brisé et il n’existe pas de cœurs plus brisés que ceux des pauvres.

Rabbi Chimon ajoute que chaque être humain se présente devant Hachem avec son corps et son néféch (une des 5 parties de l’âme).
Le pauvre, lui, ne se présente qu’avec son néfech, car son corps est brisé.
Hachem est plus proche du néfech de l’homme que de son corps, c’est pourquoi la prière du pauvre est plus facilement exaucée. »

[Zohar (Béchala’h 61) – rapporté dans le « Matok Midvach » de rabbi Daniel Frisch]

[Tâchons de se focaliser sur le plaisir que nous donnons à Hachem en s’occupant avec cœur d’un être très très proche/aimé de Lui?
(en effet, contrairement à la vision de la société, ce n’est pas un déchet, un parasite, mais au contraire un pauvre est une personne bénéficiant de davantage de proximité avec D.)
Par ailleurs, comment passer à côté de son pouvoir phénoménal de bénédiction (« la prière du pauvre est plus facilement exaucée »)?
La liste est longue, surtout que Hachem, Lui-même, se porte garant qu’au final nous ne nous appauvrirons pas du fait d’avoir donné à la tsédaka!]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :