« Pendant 6 jours sera fait le travail, et le 7e jour sera pour vous sainteté … » (Vayakhél 35,2)

-> « Microcosme de l’univers, le Michkane a pris forme au moyen des diverses sortes de « travaux » qui avaient abouti à l’émergence du monde lui-même.
C’est pourquoi, en nous abstenant de ces 39 travaux pendant Shabbath, nous attestons de la création par D. de l’univers en 6 jours et de Sa cessation « de travail » de création pendant le 7e. »
(Rav Yits’hak Eiziq ‘Havèr)

-> Le Mélo haOmèr fait aussi observer que le Michkane représentait un microcosme de l’univers.
Nos Sages nous apprennent que le concept de créationdu monde a pris forme en Tichri, mais que la création elle-même n’a eu lieu qu’en Nissan, 6 mois plus tard.
Il en est de même pour le Michkane : l’ordre de contruire a été donné le lendemain de Yom Kippour (donc en Tichri), mais il a été effectivement érigé en Nissan seulement.

<———>

+ On peut noter l’emploi dans notre verset de la forme passive : « sera fait le travail », et non « vous ferez le travail ».
Rav Chlomo Ganzfried explique que celui qui ne croit pas que sa nourriture lui est fournie par D. a beaucoup de mal à observer le Shabbath.
Persuadé que plus, il travaille, plus il gagnera de l’argent, il s’imagine qu’il essuiera des pertes financières en se reposant.

Mais une personne convaincue que toutes ses ressources sont fixées par décision divine à Roch Hachana, et que ses bénéfices ne dépendent pas de l’effort qu’elle investit, n’aura aucune difficulté à observer le Shabbath.

C’est pourquoi, la Torah commence par nous dire que « pendant 6 jours « sera fait » le travail », par lui-même, comme décidé/ordonné par le Ciel.

+ L’emploi de cette forme passive peut s’expliquer au travers de la guémara (Béra’hot 35) = « Lorsque le peuple juif respecte la volonté divine, leur travail est accompli par d’autres ».

Source (b »h) : dvar Torah du Rav Yissa’har Dov Rubin (dans son livre : « Talélei Orot ») + Rav Alexander Zoucha Friedman (dans son « mayana chel Torah »)

<——————>

+ « Celui qui s’affaire aux préparatifs érev Shabbath en bénéficiera le Shabbath » (guémara Avoda Zara 3a)

-> Le Béer Mayim ‘Haïm donne l’explication suivante :
« Celui qui se prépare pendant les 6 jours de la semaine, et qui est vigilant à ne pas profaner la volonté de Hachem ; alors lorsque Shabbath arrive, il va recevoir « l’éclat délicieux » (ziv ataanoug) de la lumière Divine.
Mais si quelqu’un se salit par les fautes durant la semaine, il est alors certain que pendant Shabbath, il lui sera incapable de percevoir la lumière de Hachem ou d’expérimenter l’âme supplémentaire (néchama yétéra) de ce jour. En raison du fait qu’il vient de l’obscurité des 6 jours de la semaine, alors il va également marcher dans l’obscurité pendant le saint jour du Shabbath. »

[le fait d’être vigilant à respecter la volonté de Hachem pendant les 6 jours de la semaine, est une préparation indispensable pour pouvoir ressentir au maximum les trésors de proximité avec D., que le Shabbath peut nous offrir!
=> « Pendant 6 jours sera fait le travail » = tu agiras selon ce que D. attend de toi, « et le 7e jour sera pour vous sainteté » = par conséquent, tu pourras profiter pleinement de l’énorme sainteté propre à ce jour.]

<——————>

-> Le rabbi Avraham Twerski fait remarquer qu’en rassemblant tout le peuple juif, Moché donne une grande leçon : le peuple plein d’enthousiasme aurait pu penser que ce que voulait Hachem plus que tout était que l’on construise le Michkan (pour la bonne cause, c’est pas si grave si l’on profane le Shabbath!). Du coup Moché leur a affirmé clairement : la volonté de D. est que le Shabbath vous cessez tout travail créatif.

=> Servir Hachem consiste à faire Sa volonté, et non pas ce que l’on pense personnellement qu’Il aurait besoin, car ceci est en réalité se servir soi-même, c’est de l’idolâtrie.

On a beau avoir les meilleures intentions du monde (comme vouloir bâtir le Michkan, lieu de résidence de D. sur terre), profaner le Shabbath c’est forcément une mauvaise chose, c’est aller à l’encontre de la volonté de Hachem.
Servir Hachem, c’est faire Sa volonté!

<—>

-> Le rav David Povarsky enseigne que si la Torah aurait commencé par décrire directement les lois relatives à la construction du Michkan, et uniquement ensuite elle aurait mentionné l’interdiction de le bâtir pendant Shabbath, alors un juif entendant/lisant cette paracha pourrait brièvement penser que c’est permis de le faire, jusqu’à ce qu’il arrive au verset l’interdisant.
Puisque chaque pensée laisse un impact sur une personne, il en résulterait une impression temporaire de manque de sévérité du fait de travailler à Shabbath (pour la bonne cause, cela pourrait être permis de l’enfreindre!), et cette impression psychologique pourrait avoir des conséquences sur notre observance future du Shabbath.
=> Moché rassembla tout le peuple, et avant d’aborder le Michkan (lieu de résidence de D.), il parle tout d’abord de l’importance de respecter le jour du Shabbath. Par là il empêche que dans le futur, un juif n’en vienne éventuellement à le déprécier, même inconsciemment.
En effet, la moindre baisse d’estime du Shabbath à nos yeux est à éviter!

<—>

+ « Les enfants d’Israël observeront le Shabbath (véchamérou bné Israël), pour faire du Shabbath (laassot ét aShabbath) une alliance éternelle pour leurs générations » (Ki Tissa 31,16)
Le rabbi de Klausenbourg explique que dans le passé l’épreuve du peuple juif consistait à : pouvoir observer le Shabbath (chmirat Shabbath), mais de nos jours l’épreuve principale réside dans le fait de : faire du Shabbath un jour spécial (laassot ét aShabbath).
En effet, nous devons en faire un jour unique : plein de joie, d’unité, de sainteté, …
Le principal du Shabbath est le : « brit olam » (l’alliance éternelle) avec Hachem, ce lien unique de proximité avec notre Papa,  le Créateur et Maître unique du monde.

<—>

-> L’empereur Hadrien a demandé à Rabbi Yéhochoua ben ‘Hanina : « Pourquoi est-ce que la nourriture préparée pour Shabbath sent-elle si bon? »
Rabbi Yéhochoua lui a répondu : « Nous avons une épice spéciale que nous y mettons, et dont son nom est : Shabbath »

L’empereur lui a demandé : « Donne-m’en! »
Rabbi Yéhochoua lui a rétorqué : « Cela fonctionne pour une personne qui observe le Shabbath, mais pour ceux qui ne l’observent pas, cela n’a aucun effet. »
[guémara Shabbath 119a]

-> Dans le texte de la guémara : « une épice spéciale » se dit : « tavlin é’had yéch lanou » (תבלין אחד יש לנו).
Le Ben Ich ‘Haï écrit que le mot : תבלין (épice – tavlin) a les mêmes lettres que : יתן לב (il doit donner/mettre le cœur – yitèv lev).
=> Nous devons donner notre cœur en faisant des efforts pour se préparer matériellement et spirituellement au Shabbath, afin de ressentir la sainteté et recevoir les bénédictions propres à ce jour.

-> Le ‘Hatam Sofer commente le verset suivant : « vous n’allumerez de feu dans aucune de vos demeures le jour du Shabbath » (v.35,3), comme signifiant qu’il ne faut pas attendre le Shabbath, pour allumer de zéro un feu d’amour passionné pour ce jour.
Dès le dimanche, nous devons attendre impatiemment le prochain Shabbath, en alimentant toujours davantage notre feu intérieur pour ce jour : en s’y préparant matériellement et dans notre cœur.

<————->

-> « 6 jours durant, le travail sera effectué » (Vayakél 35,2)
Le verset nous enseigne que le fait de traiter le Shabbath comme il le faut, aura pour conséquence de nous rendre les 6 autres jours de la semaine plus faciles.
[Rabbénou Bé’hayé]

-> « [Shabbath] est la source de toutes les bénédictions » (ki y mékor abéra’ha – chant du Lé’ha Dodi)
Selon le Zohar, le Ciel et la terre sont dépendants du Shabbath, car : « c’est la source de toutes les bénédictions ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code