L’avis du ‘Hafets ‘Hayim sur les juifs ne pratiquant pas Shabbath …

+ L’avis du ‘Hafets ‘Hayim (1838-1933) sur les juifs ne pratiquant pas Shabbath …

« Comment peut-on rejeter un juif?
Comment peut-on affirmer de celui qui n’observe pas le Shabbath qu’il n’est pas un vrai juif?
Regardez ceux de Moscou! [il fait allusion à l’expulsion des 30 000 juifs de Moscou en 1891]
Pendant des dizaines d’années, ils ont foulé aux pieds les prescriptions sur le respect du Shabbath, acharnés comme ils l’étaient à amonceler des fortunes, et persuadés que le travail effectué le samedi contribuerait à les rendre plus riches encore.
Et pourtant, ces mêmes juifs ont courageusement sanctifié le nom divin lorsqu’on a voulu remettre en cause leur appartenance à notre peuple!
[refusant le baptême, ils ont préféré renoncer à toute la richesse qu’ils avaient acquis pendant des dizaines d’années et alors subir les privations de l’exil, afin de rester juif!].

Quand le Talmud (‘Houlin 5a) affirme que celui qui profane le Shabbath ressemble à un idolâtre, il ne désigne certainement pas les gens comme ceux-là, qui refusent de renier leur foi quand on les met à l’épreuve.
Non, la valeur d’une âme juive est incommensurable!
Les enfants d’Israël sont tous saints!
C’est le fait de vivre parmi les non-juifs qui les incite à de telles infractions! »

+ Un proche du ‘Hafets ‘Hayim lui demanda un jour si une yéchiva pouvait accepter des dons de juifs qui profanent le Shabbath.
« Oui, répondit-il, dès lors qu’ils n’agissent pas ainsi pour se rebeller contre D. »

+ En revanche, quand le ‘Hafets ‘Hayim parlait de l’importance de l’observance du Shabbath, il était très sévère et d’une grande intransigeance.
Il disait souvent : « si le Rambam (lois sur le Shabbath 30;15) a jugé que celui qui profane publiquement le Shabbath ressemble à un idolâtre « à tous égards », cela signifie certainement aussi qu’un tel juif ne sera pas ramené à la vie lors de la résurrection des morts. »

Source (b »h) : compilation de dvar Torah du Rav Yissa’har Dov Rubin (dans son livre : « Talélei Orot »)

<————————–>

-> Rabbi ‘Haïm Kanievsky (Taama Dékra) écrit que : « Celui profane [volontairement] en public le Shabbath est considéré par la loi juive comme un non-juif, et c’est comme s’il proclamait publiquement que Hachem n’a pas créé le monde.
A l’inverse, lorsque nous nous rassemblons ensemble en communauté pour étudier les lois de Shabbath, c’est comme si l’on proclamait publiquement que Hachem a créé le monde. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code