« Or, il y aura toujours des nécessiteux dans le pays; c’est pourquoi, je te fais cette recommandation : ouvre, ouvre ta main à ton frère, au pauvre, au nécessiteux qui sera dans ton pays. » (Réé 15,11)

-> Le Sifri nous enseigne :
« Lorsque les juifs obéissent à D., il n’y a pas de pauvres parmi eux.
Mais, s’ils ne font pas la volonté de D., il y aura des pauvres parmi eux. »

-> Rabbi Na’ham de Breslev de nous dire (Likouté Halakhot VIII) :
« La richesse parvient à chaque personne au travers de son conduit personnel.
Lorsque les juifs obéissent à la volonté de D., les ressources descendent d’une bonne façon en étant distribuées de façon équivalente à tous.
Dans le cas contraire, elles sont mal réparties, ce qui explique que certaines personnes soient très riches, et d’autres très pauvres.

Le fait de donner à la charité va rectifier cette situation.
Lorsqu’une personne qui a été bénie par un surplus d’argent, va reconnaître qu’une partie ne lui revient pas, et donne à la tsédaka, elle répare la mauvaise distribution faite.

Ainsi, en ouvrant notre main au pauvre, on ouvre le conduit de distribution des ressources qui peut alors atteindre tout le monde. »

<————————->

-> Rabbi Na’hman nous enseigne aussi (Likouté Halakhot VII) :

« La charité supprime les mauvais décrets dans le monde.
En effet, lorsqu’un pauvre crie à D. l’injustice de sa pauvreté, ses cris et ses prières reviennent à poser la question suivante :
« Pourquoi n’y a-t-il personne qui aide ce pauvre? », et c’est alors que se réveille la colère et les jugements de D.
(Zohar I – 10b).

Une personne qui donne à un pauvre va non seulement repousser le jugement divin, mais va aussi le transformer en compassion. »

<——————————–>

-> « En ouvrant ta main et en donnant aux autres, tu attires un souffle de vie, qui va amener de la vitalité dans ta propre vie »

[Rabbi Na’hman de Breslev – Likouté Halakhot IV – p137a]

<—————————————>
-> « La mitsva de la charité est équivalent à accomplir toute la Torah, car elle créé une atmosphère d’amour et de paix.
La charité amène à l’unité, comme elle annule les différences entre les personnes, et elle indique le chemin de la vérité, qui est un.
De plus, le fait de donner à la charité invoque le pardon de toutes les fautes. »

[Rabbi Na’hman de Breslev – Likouté Halakhot IV – p194a]

<——————————–>

-> La pauvreté disparaîtra parmi les juifs seulement s’ils écoutent les paroles de D. et observent Ses commandements.
[Méam Loez (Réé 15,5-6)]

<——————————–>

-> « Refuser de donner la charité est considéré comme une faute aussi grave que l’idolâtrie. »
[guémara Baba Batra 10a]

Le Tsror haMor commente :
La comparaison entre l’idolâtrie et le refus de donner la charité est claire : celui qui n’aide pas les pauvres nie que D. lui a fait obtenir sa richesse.
Il croit que ses biens n’appartiennent qu’à lui.
L’homme riche et égoïste remplace la foi en Hachem par la croyance en sa propre force et en ses facultés.
De la même façon, le païen remplace D. par une idole à laquelle il attribue une puissance supérieure à celle de D.

<—————————————————————>

+ Est-ce vraiment un pauvre?

-> Le Méam Loez enseigne (Réé 15,11) :
Nos Sages nous recommandent d’être reconnaissants envers les imposteurs qui prétendent avoir besoin d’argent alors qu’ils ne sont pas pauvres.
Grâce à eux, de nombreuses personnes trouvent l’excuse de ne pas donner la charité. Elles refusent de donner la charité et prétendent craindre de donner la tsédaka à quelqu’un qui ne le mérite pas.

Si ces imposteurs n’existaient pas, et ne fournissaient pas une excuse commode pour s’abstenir de donner la charité, nous serions tous considérés comme des fauteurs car nous nous sommes tous abstenus, à un moment ou un autre, de donner la charité à une personne qui la sollicitait.

L’attitude approprié est celle que la Torah indique : « il y aura toujours des pauvres dans le pays » = il y aura toujours parmi nous des nécessiteux qui auront réellement besoin de notre aide. Nous devons donc ouvrir la main à quiconque nous le demande, même si nous ne pouvons pas être certain qu’il est vraiment pauvre.
Il existe toujours une possibilité que la demande vienne d’un pauvre réellement nécessiteux.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :