« [L’ange] dit : « Pourquoi demandes-tu mon nom? » «  (Vayichla’h 32,30)

Après avoir vaincu le Satan (l’ange-gardien d’Essav), Yaakov a reçu le nom : Israël.
Lorsqu’on ajoute la valeur numérique de « Yaakov » (182 – יַעֲקֹב) à celle de « Satan » (359 – שָׂטָן), on obtient la valeur du nom « Israël » (541 – יִשְׂרָאֵל).

=> Le Satan dit à Yaakov : « Pourquoi demandes-tu mon nom ?
A présent que le nom Israël t’a été donné, tu peux connaître mon nom [en déduisant la valeur numérique de Yaakov de celle d’Israël].
Pourquoi donc le demandes-tu? »

Source (b »h) : dvar Torah du Ramatayim Tsofim (repris dans le mayana chel Torah)

<——————————————>

-> En demandant à l’ange de Essav (qui est connu sous les noms de : Satan ou de yétser ara) son nom, Yaakov a voulu connaître sa nature profonde, sa spécificité, afin de mieux le gérer à l’avenir.

Rabbi ‘Haïm Chmoulévitch (Si’ha 18) enseigne que l’ange lui a répondu :
– ma spécificité est d’aveugler les gens de façon à ce qu’ils n’enquêtent pas sur moi et ne se posent pas de questions, et par cela, j’ai le pouvoir de les induire en erreur. Car, dès l’instant où ils enquêteront et se poseront des questions à mon sujet, ils ouvriront leurs yeux et je perdrai alors tout mon pouvoir de les faire trébucher.
– on ne peut pas me définir par un nom (contrairement aux autres créations), car je n’ai aucune réalité, et je ne suis qu’illusion et imagination.
Tous les plaisirs de ce monde, ne sont que des mirages illusoires destinés à tromper les hommes. Tant qu’ils évoluent dans l’obscurité, ils restent persuadés d’avoir découvert la plus formidable source de jouissances.
Mais à l’instant même où un éclair de lucidité les traverse, ils prennent tout à coup conscience d’avoir été bernés par des illusions irréelles.
Il faut faire un effort de clairvoyance pour garder à l’esprit les paroles du roi Salomon : « vanité des vanités ; tout est vanité! » (Kohélet 1,2), et qu’en fin de compte : « La conclusion de tout le discours est : Crains D. et observe Ses Commandements, car c’est là tout l’homme » (Kohélet 12,13).

-> Le rav Leib Chasman répond d’une manière similaire, en rapportant la guémara (Sotah 3a) qui affirme qu’une personne ne faute que lorsque vient en elle une « esprit de folie » (roua’h chtout).
Ainsi, derrière le fait que le yétser ara nous affirme : « Pourquoi demandes-tu mon nom? », ce tient l’idée que par essence, il souhaite que nous agissons sans utiliser toutes nos capacités de discernement, d’objectivité, laissant alors de la place à « l’esprit de folie ».
[le yétser ara, connaissant nos points faibles, va utiliser la meilleure stratégie du moment, comme par exemple : nous endormir par de la paresse ou de la peur ; nous vendre du rêve (ex: de l’argent!, de l’honneur!), qui va nous faire perdre la tête. Une fois que les commandes de notre vie sont libres, il se fait une joie de les prendre pour faire comme bon lui semble!]

-> « [L’ange] dit : « Pourquoi demandes-tu mon nom? »  »
Le ‘Hatam Sofer dit que l’ange gardien de Essav avait pour mission d’enseigner à Yaakov et à ses descendants, l’importance de devoir se tenir autant que possible à distance des réchaïm, et de tout ce que cela représente.
Même demander son nom à un racha, c’est déjà une perte de temps et une prise de risque!

-> Le Ramban commente : A quoi cela peut te servir d’avoir mon nom, car si tu m’appelles en cas de besoin, ni je te répondrais, ni je te sauverais.
En effet, c’est uniquement Hachem qui pourra t’être utile.
[le yétser ara fait copain copain jusqu’à ce que nous tombions dans la faute (donne moi ton nom, mon copain!), et ensuite il devient notre accusateur auprès du Ciel sur nos fautes]

Le Netsiv dit que Yaakov savait que le nom d’un ange change selon sa mission.
Cependant, il voulait savoir son nom à ce moment précis, afin de pouvoir faire appel à cette force particulière en cas de besoin.
A cela, l’ange a répondu que Yaakov n’avait pas besoin de cette connaissance, car il prie à Hachem. Or, celui qui compte sur D. n’a pas besoin d’autres alternatives pour être sauvé.

<——————————————>

« Il [Yaakov] dit : « Je ne te laisserai partir que tu ne m’aies béni »
Il [l’ange] dit : « Quel est ton nom? »
Il répondit : « Yaakov »
Il dit : « Il ne sera plus dit que ton nom est Yaakov, mais Israël » (Vayichla’h 32,27-29)

-> Le rav Chmouël Yaakov Roth (Chir Yédidout) fait le commentaire suivant :
En réalité, au moment où l’ange allait partir, Yaakov a saisi l’occasion de recevoir une bénédiction d’un ange de D., ce qui est une occasion rare.
L’ange voulait signifiait à Yaakov : « Afin de te bénir, j’ai besoin de ton nom et de celui de ta mère. En effet, avoir uniquement ton nom Yaakov n’est pas suffisant, et tu dois t’appeler : « Israël » afin de recevoir ma bénédiction ».

Or, la guématria du nom : Israël (יִשְׂרָאֵל) est de 541, et elle est équivalente à : « Yaakov ben Rivka » (יעקב בן רבקה).

=> C’est pourquoi, les Bné Israël sont toujours prêts à recevoir les bénédictions d’En-Haut, puisque leur nom (Bné Israël) témoigne de notre Patriarche Yaakov, fils de Rivka, ce qui est la manière correcte de demander une bénédiction.

<————>

+ « Il ne sera plus dit que ton nom est Yaakov mais Israël, car tu as lutté avec le Divin et avec les hommes et tu as triomphé » (Vayichla’h 32,29)

-> Le rav Mordé’haï Friedlander pose la question suivante : Pourquoi est-ce que Hachem a modifié le nom de Yaakov à partir du mot : « sharita » (tu as lutté – שָׂרִיתָ), et non pas du mot : « tou’hal » (tu as triomphé – תּוּכָל)?
En effet, beaucoup de gens se battent, mais on ne retient que ceux qui triomphent!

Il répond que la grandeur de Its’hak a résidé dans sa persévérance à combattre l’ange. En effet, peu importe qu’il allait l’emporter ou pas, pour lui l’essentiel était de donner tout ce qu’il pouvait dans la bataille.
L’appellation : « Israël » met en avant que pour un juif, le plus important est le : « tu as lutté » (sharita), et non pas le : « tu as triomphé » (tou’hal).

Il en est de même pour chacun d’entre nous, puisque nous devons faire face à l’ange d’Essav : le yétser ara.
Nous devons tout faire pour lui opposer une résistance la plus forte, tandis que l’issue du combat ne dépend pas de nous, puisque dans les mains de D.

[Its’hak a combattu toute la nuit jusqu’à l’aube, en référence au fait que le yétser ara est une réalité que dans ce monde obscur. Mais dès que la lumière du monde de vérité apparaît, alors il disparaît immédiatement.]

-> Le ‘Hatam Sofer commente que le nom : « Israël » (ישראל) contient les mêmes lettres que : « rosh li » (ראש לי – j’ai une tête). A l’opposé, le mot : Yaakov (יעקב) fait référence au talon (ékev).
C’est ainsi qu’en changeant le nom de Yaakov en Israël, Hachem a accordé au peuple juif la capacité de s’élever du point le plus bas (le talon), au point le plus haut (la tête).
Un juif a la capacité d’atteindre des hauteurs spirituelles phénoménales, mais pour cela, il doit combattre les forces du mal qui se trouvent à l’extérieur et en lui-même, essayant constamment de le faire tomber.

<——————————————>

-> Pourquoi Yaakov a-t-il besoin de la bénédiction de l’ange tutélaire d’Essav?

Le Séfer « Guévourot Yaakov » l’explique ainsi :
Quand la bénédiction vient d’un bon ange, il y a de nombreux accusateurs qui demandent qu’elle ne s’applique pas.
Mais quand la bénédiction vient d’un ange qui est lui-même accusateur et mauvais, comme l’ange tutélaire d’Essav, cette bénédiction se réalise sans aucun accusateur, parce qu’il n’y a pas qui accuser à propos de cette bénédiction, qui a été donnée par l’ange d’Essav.
=> C’est pourquoi Yaakov lui a demandé une bénédiction complète qui n’entraînera aucune espèce d’accusation.

<——————————————>

+ [L’ange] dit : « Pourquoi demandes-tu mon nom? »

-> Ne sais-tu pas que les anges n’ont pas de nom fixe?
Notre nom correspond à notre mission. Si D. envoie un ange pour guérir (rapha) un malade, le nom de cet ange est automatiquement Raphaël.
Si un ange a pour mission d’aider (azar) quelqu’un, son nom est Azriel.
C’est pourquoi nos noms changent constamment. Je ne puis te donner mon nom. Il ne te sera d’aucune utilité, car demain il aura déjà changé.

De plus, il n’est pas bon qu’un ange dévoile son nom, car cela risque de susciter l’orgueil. Les hommes parleraient de nous et décriraient les miracles que chacun accomplit. Or nous n’agissons pas de notre propre volonté, nous ne sommes que des envoyés de Hachem. Tout ce que nous faisons dépend de la volonté Divine.
[Méam Loez – Vayichla’h 32,30]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :