« Yaakov fit venir ses fils, et il dit : Rassemblez-vous, je veux vous raconter ce qui vous arrivera dans la suite des jours. » (Vayé’hi 49,1)

Yossef rassemble ses fils autour de lui et désire leur révéler la date de la fin des temps.
Néanmoins, lorsqu’il s’apprête à dévoiler ce secret, la présence divine s’écarte de son esprit et sa vision est brouillée.

-> Il leur dit : « Rassemblez-vous, réunissez-vous en un faisceau fraternel indestructible ».
(Béréchit Rabba 98b).

-> Nos Sages ont dit : « Israël ne connaîtra la délivrance que lorsqu’il constituera un seul faisceau »
(midrach Tan’houma – Nitsavim I).

Toute dissension intervient du fait de l’émergence de volontés individuelles s’affrontant entre elles.
La paix ne peut venir que lorsque les hommes sont prêts chacun à renoncer à leur propre désir et volonté en faveur d’autrui.

=> C’est le secret de la guéoula, comme le disent nos Sages : « D. n’annonce à Israël sa guéoula que par la paix » (Dévarim Rabba 85).

<—>

-> Selon le midrach (Béréchit rabba), les fils de Yaakov étaient dispersés à travers toute l’Egypte, et un ange vint et les rassembla tous.

<————————————->

Au moment de révéler la fin des temps à ses enfants, la Présence divine a quitté Yaakov.

A ce moment, Yaakov a pensé que l’un de ses fils, nouvel Ichmaël ou Essav (à l’image de ses parents : Avraham et Yits’hak qui n’ont pas enfanté que des tsadikim), était peut-être indigne de cette révélation et il les a interrogés à ce sujet.

En guise de réponse, les fils ont énoncé avec une parfaite harmonie ce qui constitue le 1er verset du Shéma : « Ecoute, Israël [c’est-à-dire notre père – Yaakov a aussi comme nom : Israël!] … de même qu’il n’y a qu’Un dans ton cœur, de même n’y a-t-il qu’Un dans le nôtre (Hachem élokénou, Hachem é’had)! »

En entendant, que ce n’était pas à cause d’un écart de conduite de ses enfants que l’esprit prophétique l’avait quitté, Yaakov, plein de gratitude, s’est exclamé : Béni soit le nom de Son royaume glorieux à tout jamais (Barou’h chèm kévod mal’houto léolam vaéd).
[guémara Pessa’him 56a]=> Cela nous donne un nouveau regard sur le Shéma Israël, ci-après : https://todahm.com/2014/12/21/un-nouveau-regard-sur-la-declaration-du-shema-israelYaakov comprit alors que D. ne souhaitait pas révéler la fin des temps.
Ce n’est pas dans l’échéance et dans les dates qu’Israël doit trouver le réconfort, mais dans la foi et l’observance des préceptes de D.Pour approfondir, le fait de calculer la fin des temps, ci-après : https://todahm.com/2015/12/27/calculer-la-date-de-la-venue-du-machiah-2

<————————————->

-> Rachi nous dit que Yaakov voulait transmettre la date de venue du Machia’h, mais la présence divine l’a quitté, et il a alors parlé d’un autre sujet.
Si c’était le moment de parler de la venue du Machia’h, pourquoi la présence divine l’a quitté?
Si c’était interdit d’en parler, pourquoi Yaakov voulait la dire?Il est écrit dans la guémara (Shabbath 30b) : « la présence divine ne se dévoile à une personne uniquement si elle est dans un état de joie et de gaieté, et non lorsqu’elle est triste et en peine. »

Si Yaakov était sur le point de révéler la date de venue du Machia’h, évidemment que cela était permis.
Mais, au moment de le dire, il a vu les grandes douleurs et souffrances que les juifs vont endurer dans le futur, avant la révélation du Machia’h.
Cela a causé à Yaakov beaucoup de peine, et la présence divine s’est alors retirée de lui.

<————————————->

La guémara (Sanhédrin 97a) dit que le Machia’h viendra à un moment où les juifs ne penseront plus à la guéoula (béhésa’h hada’at).
Si Yaakov avait pu révéler la date de venue du Machia’h,  les juifs n’auraient-ils pas attendu avec impatience, sans cesser d’y penser sa venue?

On ne doit pas comprendre la notion d’oublier de penser à la guéoula, par le fait d’oublier le Machia’h, car tous les jours, à la fin de la prière, dans les 13 articles de foi du Rambam, nous disons : « Je crois d’une foi parfaite que … le Roi Machia’h viendra » (c’est l’article de foi n°12 : chéyavo mélé’h aMachia’h).

On peut expliquer cette notion (béhésa’h hada’at) par le fait que la génération durant laquelle viendra le Machia’h ne trouvera aucune raison valable, rationnelle, justifiant qu’il s’y révèle.
[si à des générations nettement plus méritantes, connaisseuses en Torah, … le machia’h n’est pas venu, pourquoi viendrait-il à notre génération?].

Néanmoins, par le mérite de notre foi, notre génération qui doit réaliser les tous derniers détails/finitions d’avant la guéoula, va mériter de voir le Machia’h très bientôt, avec tout le peuple le plus méritant possible b »h. Amen!

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :