« Israël campa là face à la montagne » (Yitro 19,2)

-> « Comme un seul homme, avec un seul cœur » (Rachi)

-> « Le mot vayi’han (campa) vient de la racine ‘hen (trouver grâce).
La véritable unité n’est possible que lorsque chaque juif trouve grâce aux yeux de son prochain. »
[le Rabbi de Vorka]

-> « L’unité n’est possible que si chacun est humble et que personne ne s’enorgueillit aux dépens de l’autre.

Le mont Sinaï a mérité que la Torah soit donné sur son sommet parce qu’il était la plus basse des montagnes.
Dès que les enfants d’Israël l’ont vu, ils ont compris l’importance de l’humilité et de la modestie.
C’est ainsi que les enfants d’Israël ont pu camper, comme un seul homme avec un seul cœur. »
[le Na’hal Kédoumim]

-> Les juifs se sont humblement soumis à la paroles de D., car les paroles de la Torah ne demeurent que chez ceux qui se jugent aussi peu importants. qu’un désert.
[Or ha’Haïm haKadoch]

<—>

-> « Un homme doit toujours être souple comme le roseau et ne doit pas être rigide comme le cèdre »
[guémara Taanit 20b]

-> Rabbi ‘Haïm Chmoulévitch (Si’hot Moussar – si’ha 36) enseigne :
L’expression : « Ils campèrent dans le désert » (Yitro 19,2) fait allusion, selon le Ohr ha’Haïm haKadoch, à la nécessité de se faire « désert » donc humble, comme le désert que chacun piétine, afin d’acquérir et intégrer la Torah.
Ainsi, l’orgueil, et de façon générale tout mauvais trait de caractère (défaut), freine le pouvoir de réception de la Torah.
Ainsi, la qualité d’humilité qui consiste à être prêt à réexaminer son opinion et prêt à se plier à l’opinion d’autrui, à l’image d’un roseau qui plie sous le vent, est tellement associée à la Torah que seule une plume en roseau est autorisée pour écrire un Séfer Torah et non pas une plume en bois de cèdre qui symbolise l’orgueil.

-> De même que le roseau plie et s’adapte à tout vent, un homme doit s’adapter à l’esprit (daat) de son prochain et se conduire de façon à le satisfaire.
[le Rif]

-> La Torah a été donnée non seulement pour les besoins du peuple d’Israël, mais également pour améliorer toutes les créatures de ce monde.
Le but essentiel des activités de Torah est d’illuminer autrui et de le perfectionner et non pas d’amoindrir autrui …
Toute la sagesse que nous avons étudiée est inutile si c’est pour souligner les défauts et les manques des créatures, car par la Torah étudiée avec humilité, chaque créature devrait trouver grâce à nos yeux.
[Keren Ora]

<—>

-> La Torah a été donné sous le signe des Gémeaux (mois de Sivan), ce qui symbolise que les juifs doivent être unis comme si chacun était le jumeau de l’autre. Ils doivent agir les uns vis-à-vis des autres comme si tous venaient de la même mère.

Le verset y fait allusion : « Ils quittèrent Réfidim et arrivèrent au désert du Sinaï » (v.19,2).
Le mot « Réfidim » (רְפִידִים) contient les mêmes lettres que le mot : « Péridim » qui signifie séparation, et cela indique que jusqu’à cette époque les juifs avaient le défaut d’attiser les conflits.

Cependant, les juifs « quittèrent Réfidim » » = ils abandonnèrent ce défaut et s’unifièrent en aimant leur prochain comme si tous avaient un seul cœur. Ils arrivèrent alors au « désert du Sinaï ».

La principale cause de la jalousie et de la compétition entre les hommes est que chacun désire atteindre une position importante, avoir plus de considération que son prochain.
Il se juge important, et lorsqu’il estime qu’on ne lui témoigne pas suffisamment de respect, il s’emporte, et c’est là le début des controverses et des disputes …

La Torah dit « Israël campa (au singulier) là-bas, face à la montagne » (v.19,2).
Ce verbe employé au singulier indique que les juifs vivaient dans une unité et une harmonie parfaite, comme une seule personne, et ce parce qu’ils étaient « face à la montagne ».
Lorsque les juifs arrivèrent au mont Sinaï, ils furent d’abord étonnés : « Pourquoi Hachem nous donne-t-Il la Torah sur une montagne si basse? Il serait sûrement plus approprié de la donner sur la montagne la plus haute du monde!
[C’est que] Hachem désire, semble-t-il, nous montrer qu’Il a la fierté en horreur. Il veut que les hommes se rendent compte de leur propre signifiance. »
Dès que les juifs le comprirent, ils acquirent une grande mesure d’humilité et ne cherchèrent plus l’honneur ou l’estime d’autrui. Par conséquent, toutes les querelles s’évanouirent et ils devinrent unis.
[Méam Loez – Yitro 20,1]

<——————————–>

Le Rabbi ‘Haïm de Tsanz demande : pourquoi le Temple a-t-il été bâti sur le mont Moria et pas sur le mont Sinaï où la Torah a été donnée?

Parce que, sur le mont Moria, un juif a tendu le cou, prêt à se laisser tuer pour la gloire de D.
Il n’y a rien de supérieur à cela.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to

  1. Ping: Période du Omer : un mélange de joie et de deuil | Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :