« Tout ce qui rampe sur le ventre (ga’hon – גחון) »  (Chémini 11,42)

Le milieu de la Torah en ce qui concerne :
-> le nombre de lettres = le vav du mot ga’hon (גחון – ventre) dans ce verset (Chémini 11,42).
-> le nombre de mots = entre les mots : « daroch daroch » dans le verset : « Moché a enquêté avec insistance » (Chémini 10,16).
-> le nombre de versets = « Il lui passa la Tunique et le ceignit de la ceinture du Ephod et le para avec elle » (Tsav 8,7).

Quel message peut nous enseigner ces 3 milieux?

Tout juif doit étudier la Torah en permanence.
Le cœur (milieu) de la Torah, nous enseigne :
-> « il lui passa la Tunique et le ceignit de la ceinture du Ephod et le para avec elle » = il ne faut pas prendre l’étude de la Torah à la légère, à la cool.
On prendra un temps avant d’étudier (et après) pour avoir conscience de la grandeur, de la chance qu’on a, de faire ce qu’on s’apprête à faire, et surtout on s’habillera de la crainte de D.
(alors que le monde entier va et viens pour du vide, nous on fait ce qu’il y a de plus énorme en face à face avec D.!, …)

-> « … enquêté avec diligence » = afin de réussir dans la Torah, il faut être assidu, persévérant et faire preuve de zèle.
Il faut arriver à s’immerger totalement dans la Torah, en oubliant toutes les distractions.
(lors de mon étude, mon attention exclusive pour la Torah prouve que rien n’a plus d’intérêt à mes yeux qu’elle … et en me donnant totalement à la Torah, réciproquement, la Torah va pouvoir « se donner » à moi, en me permettant de me lier de plus en plus profondément avec elle!)

-> « tout ce qui rampe sur le ventre » = malgré notre infinie grandeur, mérite, b »h », par le fait qu’on fait partie de l’élite du monde qui étudie la Torah, il ne faut pas se comporter comme un orgueilleux et marcher la tête haute, mais « se courber » et reconnaître avec humilité que l’on n’est qu’à la moitié du chemin (milieu de la Torah),et qu’il y a encore beaucoup à étudier et à savoir.
On peut se motiver en regardant le chemin spirituel que l’on a parcouru, mais il ne faut pas s’en enorgueillir, car c’est pour cela qu’on a été créé et qu’il reste encore beaucoup à faire…

Source (b »h) : basé sur un dvar Torah du rabbi Bogomilsky (Védibarta Bam)

<——>

-> « Tout ce qui rampe sur le ventre » :
Selon le Beit Israël de Gour, on doit s’imaginer comme une créature rampante, comme si malgré tout ce que l’on a pu étudier, on n’a même pas parcouru la surface de la Torah, et encore moins commencé à s’élever vers les véritables hauteurs.

Rabbi Noa’h Weinberg disait : « Il faut prendre plaisir [de son niveau de Torah], mais ne jamais prendre le crédit pour soi-même ».
Hachem désire que l’on soit joyeux en ayant la sensation de faire quelque chose d’énorme, mais nous devons en parallèle avoir beaucoup de reconnaissance envers D. de nous donner cette opportunité d’être parmi cette ultra-minorité d’humains qui étudie la Torah.
[le ventre symbolise l’appétit que l’on doit avoir pour la Torah (cette faim de l’étudier, de la pratiquer!). La terre fait allusion à notre finalité : la tombe.
Ainsi, il faut kiffer et être fier, tout en évitant d’en être orgueilleux, car la fin de tout homme est d’être mangé par les vers de la terre, seul Hachem étant éternel!]

<—————>

-> « Tout ce qui rampe sur le ventre » :

Pourquoi les rampants méritent-ils d’avoir le centre de la Torah à l’intérieur de leur nom? Pourquoi pas les mammifères ou les oiseaux, dont certaines espèces sont cashères, alors que les reptiles et les insectes ne comportent aucune espèce cashère?

Le Divré Israël (rabbi Israël Taub de Modzhitz) enseigne :
Ils méritent cette place d’honneur, car leur existence est une apologie (défense) du peuple juif.
Le Yalkout demande : « Pourquoi D. a-t-il créé les rampants? Parce que lorsque les juifs commettent des fautes, D. les considère comme des animaux rampants, et dit : « Si Je maintiens ces créatures qui ne servent à rien, alors Je dois sûrement maintenir vivant Mon peuple qui a été créé avec un but ». »

Ainsi, c’est précisément le fait qu’il n’y a aucune espèce cashère parmi eux, les rendant inutiles, qui les qualifie pour être au centre de la Torah.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :