« Rabbi ‘Hana dit au nom de Rabbi Chimon ‘Hassida : ‘Tout jeûne auxquels ne participent pas des pécheurs d’Israël n’est pas un (véritable) jeûne, car le galbanum (‘helbona) a une mauvaise odeur et pourtant elle est comptée parme les (onze) composants de l’encens (kétorét)’.  »
[guémra Kéritout 6b]

Ainsi, lorsque les justes (tsadikim) et les non justes (réchaïm) jeûnent ensemble, cette association (ce klal) confère une puissance d’efficacité à ce jeûne public : c’est une condition pour être exaucés.

<—>

L’ensemble des personnes présent à une prière s’appelle le : tsibour, dont les initiales renvoient à : tsadikim, bénonim et réchaïm.

Prier n’est pas une réunion d’élites, mais c’est une union de tout le peuple ensemble vers un but unique.

<—>

-> Tout jeûne qui n’inclut pas les fauteurs n’est pas agréé par Hachem.
En effet, D. ne veut pas que les réchaïm soient détruits mais qu’ils se repentent.
Il leur donne donc une chance et leur accorde du temps pour changer leurs voies.
Lorsque les réchaïm se repentent, le nom Divin est grandi et sanctifié dans le monde.
Leur jeûne est donc très précieux aux yeux de D.
[rabbénou Bé’hayé]

Nous apprenons cela du fait que Hachem ordonna d’incorporer le galbanum à l’encens malgré son odeur désagréable. Si la personne qui mélange l’encens omet le galbanum, elle mérite la mort.

<—>

-> Il existe une autre raison pour laquelle un jeûne ne rassemblant que des tradikim n’est pas accepté : les jeûnes sont décrétés à cause des malheurs qui s’abattent sur le monde.
Or ceux-ci ne surviennent qu’à cause des mauvaises actions des réchaïm.
Si seuls les tsadikim jeûnent et laissent les réchaïm commettre leurs fautes, à quoi cela sert-il?
Par contre, si les réchaïm sont inclus dans le jeûne communautaire et se repentent, Hachem a pitié du monde.

De plus, si le racha se trouve auprès du tsadik, les qualités de ce dernier seront d’autant plus visibles.
D’autre part, si le tsadik n’a auprès de lui que des personne supérieures à lui, on s’apercevra des qualités qui lui font défaut.
« Il n’y a pas de tsadik dans le monde qui fasse le bien et ne faute jamais » (Kohélét 7,20).
Par contre, quant une bonne personne se trouve aux côtés d’une mauvaise personne, ses mérites sont d’autant plus visibles.
[Méam Loez – Ki Tissa 30,36]

<—————————————————————>

-> Le Maté Moché fait remarquer une allusion à la nécessité de donner de la tsédaka particulièrement le jour d’un jeûne. Le mot « taanit » (jeûne – תענית) forme les lettres de : tét ani (תת עני – donner au pauvre).

Cela fait référence à la parole de nos Sages : « La récompense principale d’un jour de jeûne est déterminée par le montant de tsédaka donné » (guémara Béra’hot 6b). »

En jeûnant, nous minimisons notre matérialité pour laisser davantage s’exprimer notre spiritualité.
Par ailleurs, nous pouvons également y ressentir la mitsva de : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

De même, qu’il ne nous est pas agréable de devoir nous priver de nourriture, par le fait de devoir jeûner, on peut se rendre compte de la souffrance de nos frères qui sont dans cette situation au quotidien.

Aimer son prochain comme soi-même, c’est vivre son vécu, pour mieux comprendre, ressentir sa douleur physique et psychologique.
Comment alors ne pas donner à la tsédaka, alors que nos frères en sont contraints à quasiment jeûner tous les jours, faute de moyens suffisants?

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to

  1. Ping: Le sens d’un jeûne | Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :