« Un homme lutta avec lui [Yaakov], jusqu’au lever de l’aube.
Il vit qu’il ne pouvait le vaincre et frappa au creux de sa hanche ; le creux de la hanche se luxa tandis qu’il luttait avec lui »
(Vayichla’h 32,25-26)

-> Rachi explique que l’homme en question était l’ange gardien de Essav.

-> Nous trouvons dans le ‘Hochma haTorah le divré Torah suivant.
« l’aube » : cela fait allusion au moment du don de la Torah, qui a été « l’aube » de l’arrivée de la lumière spirituelle dans le monde.

L’ange (le Satan) a combattu avec Yaakov, « jusqu’au lever de l’aube », signifiant qu’il a tout fait pour empêcher que les enfants de Yaakov reçoivent la Torah.

Lorsque le Satan réalisa que : « il ne pouvait le vaincre « , il a alors tout fait pour que le peuple juif faute après avoir reçu la Torah.

Comment a-t-il réalisé cela?

« Il [le] frappa au creux de sa hanche » : durant le combat, le Satan se connecta à Yaakov.
Cela entraîna qu’une partie du Satan a été implantée en Yaakov, et cela aura pour conséquence que le érev rav a suivi le peuple juif dans le désert.

C’est ce même érev rav qui a conduit ses descendants (les juifs), à être associés à de nombreuses fautes, comme celle du veau d’or.

<———————————->

+ « C’est pourquoi les enfants d’Israël ne doivent pas manger aujourd’hui encore le tendon déplacé (guid anaché) » (Vayichla’h 32,33)

-> Selon le Zohar (Vayichla’h), ce verset vient « afin d’inclure le 9 Av ».

Qu’est-ce que cela signifie?

Le Shach al haTorah rapporte l’idée de la guémara (Makot 23b), que les 365 interdictions de la Torah correspondent aux 365 jours de l’année solaire.

Le Zohar (Vayichla’h) et le Targoum Yonathan ben Ouziel (Béréchit 1,27), rapportent une autre explication, en suggérant que les 365 interdictions de la Torah correspondent aux 365 nerfs principaux du corps humain.

En rapprochant ces 2 explications, nous pouvons voir une équivalence entre les interdits de la Torah, un jour spécifique de l’année, et une partie du corps humain.

Le Shach (Rabbi Shabtaï haCohen) dit que la signification du Zohar cité ci-dessus, est que le guid anaché correspond au jour du 9 Av.

Ainsi, l’interdiction de le manger, correspond à ce nerf (sciatique) et également à ce jour particulier (le 9 Av).

On peut également déduire d’ici, qu’une personne qui mange durant le jeûne du 9 Av, est considérée comme si elle avait mangé du guid anaché.

<———————————–>

-> Le Rimzé Rabbénou Yoël fait remarquer que le mot : גִיד (guid) a :

– un guimel (3) : renvoyant au jeûne du 3 Tichri : celui de Guédalia ;

– un youd (10) : renvoie au jeûne du 10 Tévét ;

– un dalét (4) : c’est les 4 jeûnes hors ceux liés à des fêtes (Kippour et Pourim) : 9 Av, 17 Tamouz, Guédalia, 10 Tévét ;

-> le mot :גִיד a une valeur de : 17 , renvoyant au 17 Tamouz ;

De plus, il est écrit : אֶת גִּיד הַנָּשֶׁה, le mot ét (אֶת) fait allusion à Ticha bé’Av (תשעה באב – jeûne du 9 Av) ; et c’est l’acronyme de : Taanit Esther (תענית אסתר – le jeûne d’Esther).

Ainsi, tous nos jours spécifiques de jeûne liés à notre exil se retrouvent dans l’interdiction du guid anaché.

Qu’est-ce que cela peut nous apprendre?

Cela nous enseigne que toutes nos souffrances en exil, et les jours de jeûne que cela a pu générer, proviennent du coup (matériel et spirituel), qu’a reçu Yaakov par l’ange de Essav.

Toutes nos souffrances découlent de là.

<———————————–>

-> Une des conséquences de cette lutte entre Yaakov et l’ange est que les juifs ne peuvent pas manger ce tendon (en partie correspondant au nerf sciatique).

-> Le Zohar dit que ce tendon est appelé : guid anaché (גִיד הַנָּשֶׁה), dont le mot : הַנָּשֶׁה, est relié au mot : נָטַשְׁתָּ, qui signifie : un oubli, un abandon.

Qu’est-ce que cela vient nous apprendre?

Cela vient nous enseigner que l’orgueil cause à une personne d’oublier Hachem, comme le dit le verset : « Alors que ton cœur s’enorgueillisse et que tu oublies Hachem ton D. » (Ekev 8,14)
Selon la guémara (Sotah 5a) ce verset nous alerte à être vigilant afin d’éviter l’orgueil.

Le yétser ara essaye de nous faire devenir arrogant, orgueilleux, afin que nous en venions à oublier Hachem, ce qui est son objectif ultime.

[le Béér Moché]

Lors du combat avec Yaakov, le Satan a pu le frapper au niveau du ‘guid anaché’, en y laissant une blessure éternelle à ses descendants.

=> Ainsi, l’interdit que chaque juif a d’en manger, signifie que nous devons rester à l’écart de l’arrogance, qui conduit à la pire des choses : nous détacher de Hachem.

<————————————–>

-> Pourquoi cet ange est-t-il dénommé dans le verset : « un homme »(ich – Vayichla’h 32,25) ?

Car il a exprimé de la jalousie au sujet de Yaakov.
Puisque la jalousie est un trait de caractère humain, cet ange a été appelé : un homme.

[Shémen Afarsimon]

<————————–>

-> Selon nos Sages, cet « homme » que Yaakov a combattu, était le Satan, qui est le yétser ara et l’ange gardien de Essav.

Pourquoi ne s’est-il pas aussi attaqué à Avraham et Its’hak?

Hachem nous dit : « J’ai créé le yétser ara, et J’ai créé la Torah comme antidote. Si vous étudiez la Torah, vous ne serez pas livrés dans ses mains. » [guémara Kidouchin 30b]

Quelque soit notre situation spirituelle, par la lumière de la Torah, nous avons la possibilité de revenir sur le droit chemin, celui qui mène au plus proche de Hachem.

Puisque Yaakov est le Patriarche qui représente la Torah, le yéster ara n’a attaqué que lui, car il voulait retirer au peuple juif son arme la plus précieuse, la plus puissante : la Torah.

[Rav El’hanan Wasserman – Kovets Maamarim]

-> Son maître, le ‘Hafets ‘Haïm fait également un commentaire en ce sens.
Pourquoi est-ce que l’ange de Essav a combattu spécifiquement avec Yaakov? Pourquoi ne l’a-t-il pas fait auparavant avec Avraham ou Its’hak?

Avraham représente l’attribut de bonté (midda de ‘hessed), Its’hak symbolise le service divin (la avoda), et Yaakov représente la Torah.
L’ange d’Essav pouvait tolérer la remarquable qualité de bonté, il pouvait supporter le service divin, mais il ne pouvait pas tolérer l’étude de la Torah.
Le ‘Hafets ‘Haïm conclut : « car la Torah est la fondation indispensable sur laquelle l’existence de la nation juive se repose. C’est pour cela que le yétser ara déclare constamment la guerre contre la Torah et ceux qui l’étudient.
Nous devons nous unir afin de mener cette guerre féroce contre lui et le vaincre! »

[comme dans toute construction, dès que les fondations sont affaiblies, tout l’édifice en paye le prix!]

<—>

-> Le Zohar (I,171a) explique que la hanche symbolise ceux qui soutiennent la Torah. Quand l’ange d’Essav a compris qu’il ne pourrait pas atteindre ceux qui étudient la Torah, il a décidé de frapper ceux qui les soutiennent, ceux qui les aident.

<————————————–>

-> Le corps humain est composé de 248 membres et 365 nerfs, qui correspondent aux 613 mitsvot de la Torah (248+365).

Chaque membre donne à une personne un certain niveau de force, qui dépend de la kédoucha de ce membre.
Par exemple, c’est la tête qui donne le plus de force, tandis que c’est le guid anaché qui en donne le moins.

Puisque les membres de Yaakov avaient un haut niveau de sainteté, le Satan n’a pas pu les atteindre, à l’exception du guid anaché, qui est le membre qui a le moins de kédoucha.

D’ailleurs, גִיד הַנָּשֶׁה a la même guématria que : עשו, car Essav règne sur ce membre.

[Rabbi Shalom Rokéa’h – le shar Shalom]

<————————————–>

-> Selon le Sforno : Tout comme Yaakov a été blessé, mais est finalement sorti vainqueur de cette lutte et capable d’accomplir des exploits encore plus grands, le peuple juif subira des défaites mais triomphera en fin de compte et inscrira à son actif des victoires et des bénédictions.

<—–>

-> A propos de l’interdiction de manger du gui hanaché (nerf sciatique), le Séfer ha’Hinoukhk écrit :
Entre autres choses, cette mitsva constitue une allusion pour les juifs que même si dans leur exil les nations et les descendants d’Essav leur infligent de nombreux tourments, ils doivent avoir confiance et ne pas se sentir perdus, car leur descendance et leur nom persistera à jamais, et viendra un sauveur qui les délivrera de la main des ennemis.
En ayant toujours cela présent à l’esprit, par la mitsva qui constituera un rappel, ils seront fermes à jamais dans leur foi et dans leur droiture.
On en trouve une allusion dans le fait que cet ange, qui a lutté avec notre père Yaakov, et qui était l’ange tutélaire d’Essav, a voulu éliminer Yaakov du monde, lui et sa descendance, et ne réussissant pas à le vaincre, il l’a blessé en lui touchant la hanche.

De même, la descendance d’Essav persécute la descendance de Yaakov, mais à la fin ils seront délivrés de leurs mains. Comme, finalement, le soleil s’est levé pour guérir Yaakov et le délivrer de la douleur, de même le soleil du machia’h se lèvera pour nous, nous guérira de nos malheurs et nous délivrera.

<—>

-> « Un homme lutta avec lui [Yaakov], jusqu’au lever de l’aube … Il (l’ange) dit renvoie-moi car l’aube est montée »

-> Il (Yaakov) lui dit : Es-tu un voleur ou un joueur qui craint l’aube?
Il a répondu : « Je suis un ange, et depuis le jour où j’ai été créé, le moment n’était pas venu pour moi de dire le chant (chira) jusqu’à maintenant » [guémara ‘Houlin 91b]

=> On apprend de là l’immense bonté de Hachem. En effet, depuis le jour où le monde a été créé, Il savait que l’ange d’Essav devrait dire la chira devant Lui uniquement ce jour-là, et ce jour-là même Il l’a fait descendre sur terre pour qu’il lutte avec Yaakov, afin de ne pas lui laisser le loisir de réfléchir avant de dire la chira, et ce afin qu’il n’aille pas accuser les juifs.
S’il avait pu réfléchir, il l’aurait certainement fait [développant et affinant un argumentaire à l’encontre des juifs].
Mais comme il est descendu, il n’a pas eu le loisir de se préparer et n’a rien pu dire du tout, parce qu’il n’avait pas bien sa prière en bouche, et ne pouvait dire que la chira.
[d’après un cours du rav David Pinto]

[combien nous devons être heureux et serein d’être entre les mains de Hachem, qui arrange en permanence tous les événements pour qu’ils nous soient le plus possible à notre avantage!
Le guid hanaché, coup du désespoir/dépit de l’ange vient symboliser et rappeler cela.]

<————————————–>

-> Selon Daat Zékénim miBaalé haTossefot, la raison de cette mitsva du guid hanaché, qui s’applique à l’arrière de la bête, est que les enfants de Yaakov ne se sont pas bien conduits pour avoir laissé aller seul Yaakov sans l’accompagner, et pour cette raison il a été blessé au nerf sciatique.
Hachem leur a donc interdit la consommation du nerf sciatique pour qu’ils fassent désormais attention à la mitsva.
Ainsi, nous ne devons laisser aucun juif partir seul en chemin à un moment de danger, mais l’accompagner jusqu’à un endroit où il n’y a plus de danger.

<————————————–>

+ « [L’homme/ange] vit qu’il ne pouvait le vaincre, et il le toucha à la hache. Et la cuisse de Yaakov se luxa tandis qu’il luttait [contre l’homme/ange]. » (Vayichla’h 32,25)

-> L’ange vit que la Présence Divine secondait Yaakov et qu’il n’arriverait jamais à le vaincre … Il frappa Yaakov à la hanche, et le coup qu’il porta était accidentel.
Certains disent qu’il le heurta si fort que l’os de la hanche de Yaakov se brisa, et que la fracture était visible.
D’autres affirment que sa hanche se déboîta.

Yaakov fut frappé de la sorte parce qu’il avait épousé 2 sœurs. Il fut donc atteint à l’endroit le plus proche de ses organes.

Selon une autre opinion, [l’ange ne fit que le toucher]. A cette époque, on avait coutume de transporter les documents importants en les attachants à la hanche. L’ange gardien d’Essav voulait s’emparer du contrat par lequel Essav avait vendu son droit d’aînesse. Il toucha donc Yaakov à la hanche, pour tenter de le détecter. Il désirait s’en saisir et le déchirer.

=> Ce récit peut paraître déconcertant. Comment un mortel peut-il vaincre un ange?

On peut le comprendre si l’on sait comment un ange se comporte lorsqu’il vient dans le monde physique.
Quand D. envoie un ange ici-bas, il doit prendre la forme d’un être humain, et dans ce cas, il est incapable de défier les lois de la nature.
[Il en va de même des hommes qui montent dans le monde spirituel.]
Ainsi lorsque Moché résida dans les cieux 40 jours et 40 nuits, il ne mangea ni ne dormit (Dévarim 9,9-18).
De même, quand les 3 anges vinrent rendre visite à Avraham, ils se joignirent à lui pour partager son repas (cf. paracha Vayéra).

Ici également, l’ange dut apparaître sous la forme d’un homme [dépourvu de tout pouvoir surnaturel]. Il combattit Yaakov toute la nuit.

[En principe, les anges vivent entre eux en parfaite harmonie.] Cependant, cette nuit-là, l’un d’entre eux reçut un pouvoir supérieur à tous les autres. Samaël, l’ange gardien d’Essav, triompha de tous les gardiens spirituels de toutes les autres nations. Il lutta alors contre Yaakov afin de l’assujettir également à son pouvoir. Mais le mérite de Yaakov était si grand que Samaël ne put le vaincre.

Toutes les armées célestes voulaient venir en aide à Yaakov et le sauver de Samaël. Hachem leur dit : « Ce n’est pas nécessaire. Son mérite est si grand que Samaël ne pourra le battre ».
[…]

Pendant ce temps [où Yaakov luttait contre l’ange], Essav avançait avec ses hommes.
Quarante millions d’anges, venus au secours de Yaakov, l’attaquèrent sous la mannière d’une immense armée d’envahisseurs.
Certains étaient revêtus d’armures tandis que d’autres conduisaient de lourds chars de guerre. Tous étaient armées.

Ces anges attaquèrent les hommes d’Essav qui s’écrièrent : « Épargnez-nous, au nom de notre maître Essav, le fils d’Its’hak ».
Les anges n’arrêtaient pas leur attaque, et les combattants s’exclamaient alors : « Il est le petits-fils d’Avraham! ». Puisque rien ne changeait, ils disaient enfin : « Il est le frère de Yaakov! ».
L’attaque cessa immédiatement.

Ceci se produisit 4 fois, avec chaque troupe d’anges.
Essav chuta de son cheval et fut presque piétiné. Ce fut pour lui, une nuit effrayante.

[Méam Loez – Vayichla’h 32,25]

<—>

-> Quand Essav a vu tout le mal que ces anges lui avaient fait, à lui et à ses hommes, il a eu très peur de son frère Yaakov, et il est allé l’accueillir en paix, ainsi qu’il est écrit : « Essav courut à sa rencontre et le serra dans ses bras » (Vayichla’h 33,4).
[midrach Tan’houma haKadoum]

<————————————–>

« Le soleil se leva pour lui alors qu’il passa Pénouel, il boitait alors à cause de sa hanche » (Vayichla’h 32,32)

-> Dans la paracha Vayétsé, le soleil s’est couché 2 heures plus tôt en l’honneur de Yaakov afin qu’il demeure sur le mont Moriah. Après sa lutte contre l’ange, le soleil se leva 2 heures plus tôt.
Ce lever du soleil prématuré intervint spécialement pour Yaakov, afin d’apaiser sa douleur alors qu’il boitait.
C’est pourquoi la Torah dit : « le soleil se leva pour lui » = bien que le soleil se lève pour le monde entier, ce jour-là il apparut plus tôt à l’intention de Yaakov, afin de calmer sa douleur.
Tandis que le soleil guérit les blessures des tsadikim, il brûle les hommes tels qu’Essav. En effet, même les descendants d’Essav seront frappés par le châtiment divin du fait de leur conduite indigne envers les juifs.
[Méam Loez – Vayichla’h 32,32]

-> Dans son commentaire sur le guid haNaché, le Séfer ha’Hinoukh termine par :
La descendance d’Essav persécute la descendance de Yaakov, mais à la fin ils seront délivrés de leurs mains. Comme, finalement, le soleil s’est levé pour guérir Yaakov et le délivrer de la douleur, de même le soleil du machia’h se lèvera pour nous, nous guérira de nos malheurs et nous délivrera.

-> « Yaakov arriva complet à la ville de Ché’hem » (Vayichla’h 33,18)
La Torah dit qu’il était : « complet » (shalem), afin que l’on ne pense pas qu’il était devenu infirme.

Rachi commente en effet : Complet dans son corps, car guéri de sa luxation. Complet dans sa fortune : le cadeau fastueux fait à son frère ne l’ayant fait manquer de rien [étant donné le développement prolifique de son bétail. Complet dans sa Torah : son séjour chez Lavan ne lui en ayant rien fait oublier

<————————————–>

+ Il vit qu’il ne pouvait le vaincre, et il le toucha à la hache.

-> Hachem a dit à l’ange Mi’haël : « En voilà des façons, de rendre mon Cohen infirme! »
Il a répondu : « Maître du monde, c’est moi qui suis ton Cohen! »
D. lui a dit : « Toi, tu es mon Cohen dans le Ciel, et lui est mon Cohen sur la terre ».

Immédiatement, Mi’haël a appelé l’ange Raphaël et lui a dit : « Mon ami, je t’en prie, aide-moi dans cette difficulté, car tu es préposé à la guérison, descends et guéris-le! »
[midrach Avkir]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :