« [Avraham] prit de la crème et du lait ainsi que le veau qu’il avait préparé et [les] mit devant eux ; et lui se tenait devant, sous l’arbre, et ils mangèrent. » (Vayéra 18,8)

-> Rachi : « Ils ont fait semblant de manger. D’où l’on déduit que l’on ne doit pas s’écarter de la coutume du lieu où l’on se trouve »

Cependant, une question se pose : le verset implique qu’ils ont mangé du lait et de la viande dans un même repas. Comment expliquer cela?

Nous allons donner 2 réponses b »h.

1°/ Dans le verset, les produits laitiers sont suivis par la viande.
Il est possible de manger de la viande après avoir consommer du lait, en se lavant la bouche et les mains, et en attendant un temps prescrit par la loi juive.

2°/ Le Malbim apporte une autre réponse, en se basant sur : « le veau qu’il avait préparé » (littéralement il est écrit : achèr assa = qu’il avait fait).
Selon le Malbim, le veau qu’Avraham a servi n’était pas un veau ‘normal’, mais plutôt un qu’il a créé de façon mystique, en utilisant le Séfer haYétsira (le livre de la Création).
Un tel veau n’a pas le statut halakhique d’une viande, et il n’y a pas de problème de le manger avec des laitages.

<—>

-> Le Méam Loez (Michpatim 23,19) aborde également ce sujet :
Le verset ne veut pas dire qu’Avraham avait l’intention de faire manger à ses invités du lait ainsi que de la viande. Il voulait servir du lait et de la viande afin que ses invités puissent choisir le plat qu’ils préféraient.
Nous voyons ainsi qu’il égorgea 3 veaux alors qu’il n’accueillit que 3 invités. Et le Talmud dit que le repas qu’il prépara dépassait ceux du roi Salomon.
Donc, en réalité, ceux qui mangèrent lacté ne consommèrent pas de viande et réciproquement.

De plus, la Torah dit qu’Avraham « se tint devant eux » (Béréchit 18,8).
En effet, puisqu’il y avait de la viande et du lait sur la même table, il devait se tenir devant eux pour leur rappeler de ne pas les manger ensemble.
L’hôte se tenant debout devant ses invités, ces derniers n’iraient pas chercher un plat qui n’est pas à portée de leur main, ils mangeront uniquement ce qui leur est servi.

De plus, lorsque les anges se présentèrent chez Avraham, il alla chercher dans son troupeau 3 jeunes bœufs pour le repas.
L’un d’eux s’enfuit jusqu’à la la grotte de Ma’hpéla, ce qui permit à Avraham de la découvrir.
Avraham n’eut donc pas d’autre choix que de créer une vache à l’aide des noms Divins (chémot) figurant dans le livre de la Création (Séfer haYétsira) qu’il avait écrit.
Retourner au troupeau lui aurait pris trop de temps, et par respect pour ses invités, il décida de recourir à ces procédés mystiques.

Ainsi, la Torah dit : « Avraham courut vers le troupeau … et s’empressa de faire [le veau] » (Béréchit 18,7).
L’un des veaux qu’il avait choisi dans le troupeau s’étant enfui, il dut s’empresser d’en « faire » un autre [littéralement].
Le moyen le plus rapide fut d’employer le Livre de la Création …
Ce veau n’était pas interdit avec du lait, puisque pas né d’un mâle et d’une femelle comme les autres animaux.

<—>

[Le Steïpler demande : Quelle interdiction les anges ont-ils transgressé (puisqu’ils ont mangé de la viande et des laitages sans qu’il y ait eu cuisson. L’interdiction de la Torah est uniquement si la viande et le lait ont été cuits ensemble)?
Il répond que l’ange est entièrement de feu, et lorsqu’il fait rentrer dans sa bouche la viande et le lait, ils cuisent ensemble!]

<—>

-> Est-ce que les anges mangeaient?
Rabbi Youdan a dit : « Ils avaient l’air de manger et de boire, et partainet l’un après l’autre. »
Or, si dans le cas de quelqu’un qui a rendu service à ceux qui n’en avaient pas besoin, Hachem l’a rendu à ses descendants, à plus forte raison pour celui qui rend service à qui en a besoin.
[midrach Vayikra rabba]

<———————————–>

+ « Il (Loth) leur fit un repas, fit cuire des galettes et ils mangèrent » (Vayéra 19,3)

-> Le Ohr ha’Haïm enseigne :
Cela signifie que Loth a préparé un festin en l’honneur des anges, mas ils n’ont mangé que des galettes, car Loth ne respectait pas la Torah comme Avraham.
C’est pourquoi ils ne voulaient pas manger la viande qu’il avait égorgée, comme ils avaient mangé la viande préparée par Avraham, mais seulement les galettes. Et les anges savaient qu’il avait effectué les prélèvements nécessaires.
Ou bien, comme il n’y avait pas encore de Cohanim, ils sont devenus Cohanim et ont mangé la térouma, mais pas ce dont on n’avait pas pris les prélèvements.
D’après ce qu’ont dit nos Maîtres (midrach Béréchit rabba 50,12), c’était le 16 Nissan, et il leur a fait manger des matsot (Rachi : c’était Pessa‘h). Et comme il faut bien les surveiller, il a dû les faire cuire lui-même, et c’est ce qui est écrit : « il a fait cuire les galettes (matsot – מַצּוֹת) ».

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :