« Les enfants s’agitèrent en son sein » (Toldot 25,22)

-> Selon Rachi : « Ils se heurtaient l’un contre l’autre, se disputant l’héritage des 2 mondes »

On pourrait penser que Yaakov voulait le monde à venir, et Essav ce monde-ci.
Mais ce n’est pas le cas.

Le Chem miChmouël explique, qu’en réalité, chacun voulait les 2 mondes, et que l’unique différence réside dans lequel donner sa préférence.
Pour Yaakov, l’essentiel est la poursuite du monde futur, tandis que pour Essav le principal est la recherche des plaisirs de ce monde temporaire.

Le midrach (Béréchit 63,10) rapporte que Essav demandait à son père comment prélever la dîme sur le sel et la paille, afin de tromper son père et de créer une impression qu’il était méticuleux dans l’observance des mitsvot.
Le Chem miChmouël dit qu’on peut y apprendre un message plus profond.
Essav prenait quelque chose de secondaire (la paille, le sel) et en faisant quelque chose de principal (sur lequel on doit prélever la dîme).
La paille est accessoire au blé qu’elle protège, et le sel ne vient qu’après la nourriture pour la relever ou la préserver.

On sait que le yétser ara a pour objectif de créer en nous des doutes, faisant un grand mélange entre nos priorités.
Il veut qu’à nos yeux l’accessoire devienne l’essentiel, afin que notre vie soit au final la plus vide possible.

De notre côté, nous devons tout faire pour garder fermement la barre et naviguer dans la vie selon le GPS de la Torah, n’oubliant jamais pourquoi un juif est dans ce monde.

<————————————>

-> « De même que l’eau et le feu ne peuvent pas demeurer ensemble dans un récipient, de même l’amour pour ce monde et l’amour pour le monde à venir ne peuvent pas résider ensemble dans le cœur du croyant »
[‘Hovot haLévavot – Chaar ‘Hechbon haNéfech – chap.3]

=> A nous de choisir si l’on veut un vie à la Yaakov ou bien à l’Essav, car vouloir être sur les 2 tableaux n’est pas possible : le feu et l’eau ne pouvant co-exister.

Avant d’agir, on peut se demander : est-ce que Hachem, mon rav, serait d’accord avec mon choix?

<————————————>

-> Hachem a mis un sentiment d’hostilité dès le début entre ces 2 frères jumeaux, pour éviter que Yaakov ne demande des conseils ou bien apprenne des voies de Essav.
C’est ce sentiment qui va se manifester lorsque les juifs vont souffrir des mains d’Essav et de ses descendants au travers les siècles.
[Séfer ‘Hassidim]

[dès que nous commençons à trop nous comporter comme les non-juifs, cette animosité se développe pour nous remettre à notre place de juif]

<————————————>

-> Selon Rachi : « Ils se heurtaient l’un contre l’autre, se disputant l’héritage des 2 mondes »

Apparemment, cela signifie que Yaakov a choisi le monde futur et Essav, ce monde-ci. Si tout était si simple, pourquoi se disputaient-ils ?

C’est que Yaakov voulait aussi ce monde-ci pour l’élever et le sanctifier au niveau du monde futur.
Quant à Essav, il cherchait aussi le monde futur, pour le mélanger avec ce monde et ainsi renforcer le mal par son mélange avec le bien.
En effet, le mal tout seul n’a pas tellement de force, tout son pouvoir émane du fait qu’il est relié au bien et c’est de ce bien qu’il puise sa force.
C’est ce que Essav souhaitait : rabaisser et mélanger le monde futur au niveau de ce monde, en vue de renforcer la matérialité.
[le ‘Hidouché haRim]

-> Rivka pensait qu’il n’y avait qu’un seul enfant dans son ventre, ce qui lui causait une grande souffrance, croyant que le même enfant avait des tendances pour la Torah et pour l’idolâtrie. C’est ainsi qu’elle a consulté Chem et Ever. L’explication a été : « Deux peuples se trouvent dans ton ventre ».
C’est à dire que tu n’as pas qu’un seul fils avec les 2 tendances, mais 2 enfants, un bon et un mauvais.
Comment cela pouvait-il la rassurer, car finalement un de ses fils aura totalement une tendance mauvaise.

On voit de là qu’il est préférable de choisir définitivement son clan qu’il soit bon ou mauvais, plutôt que de rechercher en même temps les deux.
Celui qui est entièrement mauvais pourra un jour s’en rendre compte et se repentir, mais celui qui fait les deux, se donnera bonne conscience par le bien qu’il fait. Il aura donc plus de mal à se repentir.  Le bien réalisé par l’homme qui a les 2 tendances va renforcer le mal qu’il réalise.
[au regard des nombreuses bonnes choses que je fais, ce n’est pas si grave, voir même humain, s’il m’arrive de fauter! D’une certaine façon inconsciente, plus je suis tsadik d’un côté, plus cela est défendable si je n’agis pas selon la volonté de D. quand cela m’arrange.]
En revanche, celui qui ne fait que le mal, ses méfaits n’auront pas l’appuie de la sainteté.
[le Tiféret Chelomo]

<————>

+ « Deux nations sont dans ton ventre »

-> Selon Rachi : Le mot « nations » (goyim – גֹיִים) fait allusion à Antoninus [descendant de Essav] et à Rabbi [Rabbi Yéhouda haNassi, descendant de Yaakov], à la table desquels il n’a jamais manqué ni radis ni laitues, en été comme en hiver.
Le Maharal dit que le radis et la laitue sont des produits en général peu chers, mais saisonniers, et le fait de les avoir en permanence sur la table était un signe de richesse.
En effet, Antoninus et Rabbi étaient extrêmement riches (cf.guémara Avoda Zara 11a ; Pessa’him 119a ; Sanhédrin 110a). En quoi cela allait-il réconforter Rivka?

Le Pardess Yossef explique que le radis est utilisé comme un apéritif, qui permet de stimuler l’appétit pour le repas à venir.
La laitue a beaucoup de fibres, et sert de digestif à la fin d’un repas.

A la fin de sa vie, Rabbi Yéhouda haNassi a levé ses mains et juré qu’il n’avait pas profité de ce monde.
Comment concilier cela sachant qu’il avait des produits hors saison à sa table?
Les Tossafot (Avoda Zara 11a) apprennent de là que ces produits étaient uniquement destinés à ses invités.

Antoninus, bien que descendant de Essav a appris du comportement de Rabbi Yéhouda haNassi.
Il n’y avait pas d’horaire pour les personnes de passage chez eux, et à tout moment, ils avaient de quoi manger.
C’est ainsi qu’il y avait en permanence des radis et de la laitue.
En effet, à tout moment un invité pouvait terminer son repas (laitue/désert), tandis qu’un autre pouvait juste le commencer (radis/apéritif).
C’était comme un restaurant ouvert et fonctionnant 24h sur 24h.

=> Cela réconforta Rivka.
Non pas le fait qu’ils soient richissimes, mais le fait qu’ils marchaient dans les pas de Avraham et Sarah en usant convenablement de leurs richesses pour l’hospitalité.

-> Rabbi David Feinstein fait remarquer que le terme : « nation » (גֹיִים), a une guématria de 63.
Au moment où Its’hak bénit ses 2 enfants (jumeaux), ils avaient un âge de 63 ans.

<—>

-> Baba Salé a dit lors d’un 3e repas de Shabbath :
Le radis (tsnon) est une allusion à la froideur. Cela signifie que si le mauvais penchant se présente, lui qui est un feu ardent, pour faire tomber l’homme dans la faute, on doit le refroidir (tsnin) et ne pas transgresser.
La laitue/raifort (‘hazéret) indique la révision (‘hazara) dans l’étude, il faut revoir de nombreuses fois ce que l’on étudie.

<————————————————->

-> Rachi donne une autre explication à notre verset : lorsque Rivka passait devant un lieu d’étude de Torah, Yaakov se mettait à courir et ‘heurtait’ pour sortir. Il en était de même pour Essav devant les lieux d’idolâtrie.

Puisque Yaakov était à l’intérieur du ventre de sa mère comment pouvait-il être conscient qu’elle passait devant un lieu de Torah?

Le rav Yérou’ham Lévovitz dit que c’est comparable à une boussole.
De même qu’une boussole indique la direction du nord, l’âme de Yaakov était toujours pointée dans la direction de la sainteté et de la Torah.
Il savait naturellement lorsque sa mère était à proximité d’un lieu de Torah.

Notre Patriarche nous a transmis dans nos gènes spirituels cette attirance naturelle envers la Torah.

-> Rabbi Chlomo Zalman Bregman rapporte des exemples illustrant cette attirance innée :

1°/ La guémara (Béra’hot 61b) compare les juifs aux poissons dans l’eau, qui ne peuvent pas survivre en dehors de son habitat.
Nos Sages de conclure : « De même, la Torah est notre source de vie et peut nous sauver. Sans elle, nous allons certainement mourir. »
Un juif ne peut pas survivre spirituellement sans Torah.

A l’image des poissons, on peut imaginer qu’à l’approche d’un lieu de Torah, Yaakov s’agitait, courait afin de pouvoir prendre des bouffées d’oxygène de Torah, si vitales à sa vie spirituelle.

2°/ « De même que les poissons, qui grandissent dans l’eau, boivent avec soif chaque goutte d’eau qui descend du ciel, ainsi les Bnei Israël, qui grandissent dans l’eau (de la Torah) boivent avec avidité chaque nouveau commentaire, comme s’ils n’avaient jamais goûté à la Torah. »
[guémara Avoda Zara 19a]

Un midrach (Béréchit Rabba 97,3) illustre également cette soif des juifs pour la Torah : « Un poisson vit dans l’eau, et lorsqu’une goutte de pluie descend du ciel, le poisson la boit avec soif comme s’il n’avait jamais goûté d’eau auparavant. »

=> Bien qu’un poisson vive entouré d’une quantité phénoménale de gouttes d’eau, chaque nouvelle goutte qui tombe du ciel, lui est pour lui manquante, comme si c’était la 1ere, l’unique.
De même si un homme est entouré de milliards de livres de Torah, il en veut toujours plus.

A l’image des poissons, on peut imaginer qu’à l’approche d’un lieu de Torah, Yaakov s’agitait, courait afin de pouvoir capter un nouvel enseignement de Torah.
Tant qu’il y a de la vie, il y a possibilité d’ingérer encore davantage de Torah.

<———–>

-> Il est intéressant de noter que cette attitude qu’ont nos Patriarches, se retrouve également chez les anges.
En effet, le Zohar (3,173a) rapporte que les anges et les êtres célestes, qui malgré le fait de ne vivre que dans une réalité complètement spirituelle, descendent dans ce monde afin d’écouter chaque nouvelle idée en Torah que les juifs révèlent.

<————————————>

+ « Les enfants s’agitèrent en son sein »

-> En principe, il est interdit de marcher près d’un temple idolâtre, mais Rivka, à l’image de Sarah, allait et venait près des temples idolâtres afin d’enseigner aux femmes les voies de D., et c’est dans ces moments-là qu’Essav tentait de sortir, attiré par les idoles.

Le conflit des 2 fœtus portait également sur leur héritage, à qui allait échoir ce monde et à qui reviendrait le monde à Venir.
Evidemment, les 2 fœtus ne se querellaient pas eux-mêmes.
L’ange Mi’haël et celui cruel Samaël avaient été désignés pour être les anges gardiens respectifs de Yaakov et d’Essav. Ces anges menaient une lutte sans merci.
Samaël tenta de tuer Yaakov, mais Mi’haël vint à son secours et faillit détruire Samaël par le feu.
En effet, les anges sont constitués de feu, un ange supérieur pouvant consumer un ange inférieur (Mi’haël étant supérieur à Samaël).

Hachem sépara le 2 anges, et Il partagea lui-même l’héritage.
Essav reçut ce monde, et Yaakov le monde à Venir. La décision Divine mit fin à leur conflit.
[…]

En réalité, Rivka devait engendrer 12 enfants, c’est-à-dire les 12 tribus. Mais en disant : « A quoi suis-je destinée! Je ne supporte même pas la douleur de mes premiers enfants, comment pourrai-je en avoir 12? », alors Hachem la libéra de sa destinée.

[Méam Loez – Toldot 25,22]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :