« On l’annonça à Yaakov, en disant : ‘Voici (הִנֵּה) que ton fils Yaakov vient te voir’. Israël rassembla ses forces et s’assit sur le lit (הַמִּטָּה). » (Vayé’hi 48,2)

La guémara (Nédarim 39b) enseigne que chaque visiteur qui est né sous le même mazal (ben guilo) que le malade, lui retire 1/60e de la souffrance.

Rachi (Vayéchev 37,3) laisse comprendre que Yossef était le « ben guilo » de Yaakov, car la vie de l’un était le reflet de l’autre (ils avaient les mêmes traits du visage ; tout ce que Yaakov avait appris, il le lui avait transmis).

Se basant sur cette guémara, le Gaon de Vilna (Kol Eliyahou) fait remarquer que la visite de Yossef à son père, a bien permis de lui retirer 1/60e de sa douleur.

Comment voir cela dans notre verset?

La 1ere fois que Yaakov a appris la visite de son fils, la Torah utilise le mot : « Voici » (הִנֵּה), qui a une valeur numérique de 60.

Le verset nous rapporte que Yaakov s’est renforcé, jusqu’à pouvoir s’asseoir sur « le lit » (הַמִּטָּה), mot ayant une guématria de 59.

Le Gaon de Vilna dit qu’avant l’arrivée de Yossef dans la pièce, Yaakov était trop malade pour pouvoir s’asseoir, mais en raison de la visite de son fils qui lui était un « ben guilo », il a pu retirer 1/60e de sa souffrance (passant de 60 : הִנֵּה à 59 : הַמִּטָּה), ce qui lui a permis de pouvoir s’asseoir.

<———–>

-> b’h, cf. également la partie : Retirer 1/60e de sa souffrance : https://todahm.com/2017/12/11/5807

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :