« Le 8e jour, on circoncira la chair de son excroissance » (Tazria 12,3)

Ce verset enseigne qu’à l’âge de 8 jours, on fera la circoncision à un garçon.
Quelle est la signification de ces 8 jours?

-> 1°/ La guémara (Nidda 31b) dit que c’est afin que les invités ne se réjouissent pas, alors que les parents sont tristes.
Pourquoi seraient-ils tristes?

C’est parce que la femme est impure (tamé) durant les 7 premiers jours suivant la naissance, et que le mari et la femme ne peuvent ainsi pas avoir de contact physique.
Lorsque le 8e jour arrive tout le monde peut être pleinement joyeux.

[Précision: à cette époque la femme était interdite durant seulement 7 jours après l’accouchement d’un garçon].

<————->

-> 2°/ Le midrach (Dévarim rabba 6,1) rapporte que Hachem attend jusqu’à ce jour car il a de la miséricorde pour l’enfant, et Il souhaite que le bébé puisse avoir la force pour supporter la circoncision.

Selon le Rambam (Moré Névou’him 3,49) : « Toute être vivant est extrêmement faible les 7 premiers jours suivant la naissance, presque comme s’ils étaient encore dans le ventre de leur mère.
Ils ne peuvent pas être comptés parmi ceux qui profite de la lumière du monde jusqu’à leur 8e jour. »

Le Rambam précise également qu’en faisant la brit mila au plus tôt (sans mettre sa vie en danger), cela empêche que les parents soient trop attachés à l’enfant, et il leur est ainsi plus facile de la faire.

<————->

-> 3°/ Le Zohar (3:44a) et le midrach (Vayikra rabba 27,10) expliquent que l’enfant durant la brit mila, a le statut d’un sacrifice (korban), et la halakha est qu’on ne peut pas apporter un korban tant que l’animal n’a pas vécu au moins 7 jours et traversé tout un Shabbath.
Il en est de même pour un bébé pour qu’il puisse être amené comme un korban.

Il est écrit : « lorsqu’un taureau, un mouton, ou une chèvre naîtra … à partir du 8e jour et au-delà, il sera agréé comme offrande » (Emor 22,27)

Rabbénou Bé’hayé (Lé’h Lé’ha 17,13) commente : « La mila est similaire à l’offrande (korban) … et elle doit également être réalisée le 8e jour ».

Selon le Yalkout Chimoni (Lé’h Lé’ha 81), l’enfant est comparable à un korban min’ha.

A ce sujet le Likouté Yéhouda dit : « Lorsqu’un père amène son fils pour qu’on lui fasse la mila, c’est comme s’il avait offert une offrande (korban) par laquelle la miséricorde de Hachem se réveille sur le monde entier. »

-> Rabbénou Bé’hayé (Tazria 12,3) écrit également que la circoncision est similaire à un Korban. De même, que lors du sacrifice le sang de l’animal se repend, de même lors de la brit mila le sang du bébé va se répandre.
De même qu’un animal ne peut pas être apporté avant qu’il ne soit âgé d’au moins 8 jours, de même pour l’enfant.
Le repas après la brit mila est en allusion à la consommation du Korban après qu’il n’ai été sacrifié.
De même que l’expiation est pleinement atteinte qu’une fois que le sacrifice est mangé par ses propriétaires et les Cohanim, de même la finalisation d’une brit mila a lieu au moment du repas qui la suit.

<————->

-> 4°/ Le Tsror haMor et le Ohr ha’Haïm lient cette idée au midrach (Béréchit rabba 10,9), selon lequel le monde était incomplet et instable durant toute la Création jusqu’à ce que le Shabbath arrive.
De même, l’enfant n’a pas les forces pour la brit mila jusqu’à ce qu’il vive un Shabbath complet, et les 8 jours permettent de garantir cela.

Pour citer le Ohr ha’Haïm haKadoch (Vayikra 12,3) : « Shabbath amène une âme de vie au monde, donnant à l’enfant la capacité de survivre ».

<————->

-> 5°/ Le Maharal (Tiféret Israël – chap.2) dit que la brit mila le 8e jour se rapporte à la symbolique des chiffres 7 et 8.

Le « 7 » représente l’ordre naturel de ce monde (ex: les 6 jours de la Création, plus 1 jour de repos, faisant une semaine de 7 jours), tandis que le chiffre « 8 » représente ce qui est au-delà de la nature et qui est relatif au miracle, au surnaturel.

La brit mila est réalisée sur une partie du corps utilisée pour les plaisirs physiques, et en la faisant le 8e jour, cela signifie que la mission d’un juif est de prendre cette matérialité et de l’élever à un niveau de vie spirituel.

<————->

-> 6°/ Le Taz (Yoré Déa 265,13) apporte une raison pratique.

La guémara Nidda (30b) enseigne qu’un ange enseigne toute la Torah dans le ventre de la mère, mais qu’au moment de naître un ange vient et le frappe sur sa bouche et il en oublie alors toute la Torah.

La brit mila a lieu le 8e jour afin de permettre à l’enfant de prendre le deuil pendant 7 jours (comme une période de chiva) pour toute cette Torah qu’il a perdu en naissant.

<————->

-> 7°/ Rav Yossef ‘Haïm Sonnenfeld rapporte le Choul’han Aroukh (Ora’h ‘Haïm 617,4) disant que jusqu’au 8e jour suivant la naissance d’un enfant, une femme a le statut d’un malade.
En attendant 8 jour, on évite au père d’avoir 2 « malades » dans sa maison le jour de la brit mila.

<————->

-> 8°/ Le Sforno répond en se basant sur une sougya de la guémara Nidda.
Il commente que le 8e jour, tout sang impur de la mère qui a servi à nourrir l’enfant dans son ventre, a été absorbé. L’enfant est alors prêt pour la sainte circoncision.

<————->

-> 9°/ Selon le Méam Loéz (Téhilim 6,1), avant la circoncision, l’humanité avait déjà les 7 mitsvot des Bnei Noa’h.
Lorsque Avrahama reçu cette mitsva, c’est devenue la 8e mitsva.

<————->

-> 10°/ Le Yessod Yits’hak fait remarquer qu’au moment de la brit mila le bébé a vécu 180 heures.
En effet : 7 jours * 24h + 12h (la nuit du 8e jour) = 180 heures.

Yits’hak qui est la 1ere personne à être circoncis le 8e jour, a vécu 180 années.

[Le Gaon de Vilna (commentaire sur Michlé 31,1) écrit que lorsque notre âme montera au Ciel, on nous donnera 180 jours (non stop), afin d’exposer publiquement la Torah que l’on aura appris durant notre vie.
Et même plus que cela, on aura les âmes des tsadikim du Gan Eden, qui vont aussi venir nous voir et nous écouter, et lorsque l’on va dire de « bonnes choses », elles vont prier pour nous.

=> La brit mila, le 8e jour, rappelle à ce nouvel homme son objectif dans ce monde matériel!]

[Le midrach (Tan’houma – Tétsavé) écrit que l’on attend le 8e jour, car Its’hak a fait sa brit mila le 8e jour.]

<————->

-> 11°/ D’un point de vue médical, un enfant a un pouvoir coagulant fort de son sang à partir du 8e jour, lui assurant d’être prêt pour la brit mila.

<————->

-> « Donne une part à 7 et aussi à 8 » (Kohélet 11,2)
Ce verset signifie que si un homme « donne une part à 7 » en respectant scrupuleusement les 7 jours d’impureté menstruelle (les lois de nidda), alors Hachem lui donnera « une part à 8 » = il aura un fils qu’il fera entrer dans l’alliance d’Avraham à 8 jours.
[respecter les lois de nidda, c’est mériter d’avoir des garçons et de les circoncire le 8e jour après sa naissance (brit mila).]
[Méam Loez – Tazria 12,1-5]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :