« Tu procéderas selon la loi qu’ils t’enseigneront, selon la règle qu’ils t’indiqueront. Ne t’écarte de ce qu’ils diront ni à droite, ni à gauche » (Choftim 17,11)

-> Rachi dit que nous devons écouter nos Sages : « Même s’il te présente la droite comme étant la gauche et la gauche comme étant la droite. »

-> Le Ramban enseigne : Même si une personne est aussi certaine que nos Sages se sont trompés, qu’elle peut différencier sa droite de sa gauche, elle doit quand même suivre les paroles de nos Sages.
La raison est que Hachem nous a donné la Torah afin qu’elle soit interprétée selon leurs enseignements, et nous nous devons donc de les suivre, même si nous sommes certains qu’ils se trompent.
En effet, les paroles de nos Sages correspondent toujours à la vérité, tu as seulement l’impression que c’est le contraire. Ton intelligence qui est loin de celle de la Torah, te fait croire qu’ils se trompent.

<——————>

-> A ce sujet, il est écrit dans le Séfer ha’Hinoukh :
« Dans chaque génération, nous devons nous en remettre aux Sages contemporains, qui ont reçu leur science de leurs prédécesseurs et s’abreuvent à la source.
Pour cela, ils s’absorbent jour et nuit dans l’étude de leurs enseignements et de leurs discussions, pour les comprendre profondément.
Si l’on suit cette voie, nous trouverons le chemin de la vérité dans une compréhension authentique de la Torah.
Mais dans le cas contraire, si nous nous laissons séduire par nos pensées et la pauvreté de nos conceptions, nous ne connaîtrons jamais la réussite …

Même s’ils te disent que la droite est gauche, ne t’écarte pas de leurs enseignements.
Autrement dit, même si les Sages d’Israël se trompent dans un domaine quelconque, il ne convient pas pour autant de les contester : il faudra au contraire les suivre dans leur erreur. Car il est préférable de souffrir d’une erreur, qui permettre au peuple entier de rester toujours soumis à leur vision éclairée, plutôt que de laisser chacun agir comme bon lui semble, ce qui conduirait fatalement à l’anéantissement du judaïsme, à des oppositions violentes au sein du peuple et à la fin de notre nation.

C’est en vertu de cela que l’interprétation de la Torah fut confiée uniquement aux Sages d’Israël, et que nous sommes également tenus de faire fléchir la minorité face à la majorité. »

<——————>

-> On peut illustrer cela à partir de la discussion citée par la guémara (Baba Métsia 59b), dans laquelle s’opposèrent Rabbi Eliézer et les Sages concernant « le four d’Akhnaï », un four d’une forme particulière, dont le statut de pureté fut l’objet de leur désaccord.

La guémara relate qu’après que tous les arguments de Rabbi Eliézer furent repoussés, ce dernier voulut prouver la justesse de son opinion à l’aide de différents prodiges : un gros caroubier se déracina de son emplacement, une rivière remonta son cours, les murs de la maison d’étude menacèrent de s’effondrer.
Finalement, une Voix sortie du Ciel proclama qu’il avait raison!

Pourtant, tous ces phénomènes n’eurent aucun effet sur la décision des Sages : s’il est dit que « la Torah n’est pas dans les Cieux » (Nitsavim 30,12), cela signifie que depuis le don de la Torah, c’est à la majorité de trancher la loi, et non aux prodiges de la nature.

A la suite de ce récit, la guémara raconte que Rabbi Nathan rencontra peu après le prophète Eliyahou et lui demanda ce que Hachem avait fait pendant ce temps.
Le prophète répondit : « Il riait en disant : Mes fils M’ont vaincu! Mes fils M’ont vaincu! »

-> Le Séfer ha’Hinoukh explique que dans l’absolu, c’est effectivement Rabbi Eliézer qui avait vu juste, comme le démontrèrent les prodiges et la Voix du Ciel.
Cependant, ses compagnons ne parvenaient pas à comprendre son point de vue, celui-ci ne put être retenu et il fallut s’en remettre à la majorité.

C’est pourquoi D. proclama : « Mes fils M’ont vaincu », car bien qu’ils se soient trompés dans leur jugement, il convient néanmoins de faire fi de la vérité pour se conformer à la mitsva de « fléchir dans le sens de la majorité ».

<————————->

-> « Il n’existe aucune interrogation qui n’ait sa réponse dans notre sainte Torah!
Il faut simplement être doté d’un regard suffisamment perspicace pour découvrir à quel endroit la réponse est écrite. »
[le ‘Hafets ‘Haïm]

<——————>

-> Rachi : même s’ils [les Sages] te disent de la droite que c’est la gauche, et de la gauche que c’est la droite.

-> Le Séfer « Lévouch Yossef » y trouve le message suivant :
Quand 2 personnes se trouvent l’une en face de l’autre, la droite de l’un est la gauche de l’autre, mais si les 2 sont côte à côté, et regardent ensemble en face d’eux, la droite de l’un sera aussi la droite de l’autre.

C’est ce à quoi les Sages font allusion ici : Si on demande l’avis des grands de la Torah et de la crainte du Ciel et qu’ils disent que là c’est la gauche et là c’est la droite, et qu’on s’étonne de leurs paroles parce qu’on a l’impression que c’est le contraire, il faut savoir qu’on se tient en face d’eux et non à côté d’eux, et il faut donc changer son point de vue pour qu’il s’accorde avec le leur.

=> C’est pourquoi les Sages ne se sont pas contentés de donner un ordre, mais il faut accorder son propre point de vue à la loi juive, et à la façon de voir des grands de la Torah.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :